Prix de l’électricité : la hausse n’est pas inéluctable

La hausse des prix de l’électricité n’est pas inéluctable : permettre enfin une véritable concurrence et instaurer la transparence peuvent faire baisser les prix.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Prix de l’électricité : la hausse n’est pas inéluctable

Publié le 14 juillet 2013
- A +

La hausse des prix de l’électricité n’est pas inéluctable : permettre enfin une véritable concurrence et instaurer la transparence peuvent faire baisser les prix.

Par le Parti Libéral Démocrate.

La hausse de 10% des tarifs EDF (5% au 1er août 2013, 5% en 2014) s’annonce douloureuse pour le portefeuille des Français. Sans même permettre de financer les besoins de notre parc nucléaire, ce renchérissement ne découle que de l’arbitraire politico-administratif. Les prix de l’électricité fixés par l’État sont absurdes dans un marché qui se prétend concurrentiel.

Pour commencer, notre facture d’électricité pourrait être diminuée d’environ 12% immédiatement : 1% tombe directement dans l’escarcelle du Comité d’Entreprises d’EDF administré par la CGT, soit 8 fois la dotation moyenne des CE de droit commun. Et 11 % de la facture vont à la CSPE, taxe à l’intérêt discutable destinée « à la cogénération et au développement des énergies renouvelables » (mais aussi la solidarité avec les territoires d’outre-mer dits « systèmes électriques insulaires »). L’Allemagne, qui a quelques années d’avance sur nous dans cette direction, fait face à un renchérissement brutal de l’électricité qui plonge plus de 600.000 familles dans la détresse énergétique. Pour une fois, ne pas suivre l’exemple allemand serait sage !

La majorité socialiste-écologiste veut augmenter le coût de l’énergie au travers de taxes pour forcer les Français à changer leurs comportements. Paradoxalement, élections obligent, le pouvoir souhaite limiter la hausse du prix de l’électricité qu’exigeraient les réalités économiques, l’évolution du prix des matières premières et la fin de vie de nos centrales nucléaires vieillissantes (100 à 120 milliards dans les 10 prochaines années) : quelle incohérence ! Au final, le prix de l’énergie relève d’un arbitraire préjudiciable aux ménages mais aussi aux entreprises qui ne peuvent anticiper les décisions politiques futures, instables et opaques, autour de l’énergie.

Le PLD souhaite rendre le prix de l’électricité transparent dans un marché concurrentiel offrant une énergie au meilleur prix. Le CE d’EDF doit s’aligner sur l’ensemble des CE. Nous demandons l’abandon de la CSPE, ruineuse et à l’utilité contestable. Nous proposons de libérer totalement le prix de l’électricité sur un marché réellement concurrentiel en soulageant immédiatement, en compensation, la facture des consommateurs de ces 12% injustifiables.

À lire aussi :

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • Tant mieux si l’électricité grimpe … Les gens vont enfin ouvrir les yeux !

    Ils comprendront les ravages du rejet du nucléaire, le coût de l’imposition des gadgets improductifs des escrolos, la charge sociale que l’Etat rejette sur les électriciens (et donc les consommateurs) avec leurs livraisons gratuites, leurs tarifs sociaux, leurs compteurs à monnaie, etc.

    • +1, entièrement d’accord.

      Vous oubliez de parler aussi de la décentralisation: une mode qui sévit partout sous le dictat de je ne sais quel cabinet de stratégie.
      Sous-traiter, ajouter des couches, externaliser les risques, segmenter…c’est des fausses économies, du coup, ça a un cout…

  • Bizarre ce micro parti politique asservi à Sarkozy….

    1- il veut la transparence des prix… alors que cette transparence ferait exploser la note, en raison de la sous provision financière notoire d’ EDF face aux risques d’accidents nucléaires , à laquelle s’ajoute la sous provision financière pour le démantèlement à venir et le traitement des déchets pour des milliers d’années.
    2- il prone un libéralisme économique… mais critique une mesure ayant pour but de rendre un peu moins déloyale la concurrence faussée au sein du mix énergétique ( cf point 1)

    Tant que l’electricité ne se stocke pas, tant qu’elle se transporte aussi mal… la stratégique française est stupide… (au profit de certains heureusement pour eux)
    – il faut développer une production au plus près des consommateurs
    – il faut économiser…

  •  » Le CE d’EDF doit s’aligner sur l’ensemble des CE »

    NON !

    Ce sont tous les CE que l’Etat impose aux entreprises qu’il ne faut plus mettre à la charge de celles ci.

  • Surtout il est très urgent de mettre en sécurité les centrales face aux risques de tsunami !!

    • @Garfield 70
      Jamais un tsunami n’a été détecté sur nos côtes, et le risque est quasiment nul, ce qui n’est pas le cas au Japon.

      Par ailleurs, nos centrales sont à eau pressurisée, avec un circuit primaire et un circuit secondaire, ce qui n’est pas le cas au Japon (centrales à eau bouillante avec un seul circuit, ce qui plus dangereux en cas d’accident).

  • Voici un petit document sur les EnR.

    http://dropcanvas.com/#SAn7p952RfNrCE

    Bonne lecture…

  • Bonjour,

    Mais comment avoir une vraie concurrence si les concurrents ne veulent pas produire, mais juste revendre de l’électricité achetée à bas prix à edf?

  • parti asservi a sarkozy ? le pld ?
    je suis mort de rire…

    • Le soutien à Sarkozy et sa politique ultra dirigiste lors de la dernière élection est déjà un premier signe.
      Le second et pire, c’est la dissolution dans l’UDI, sans aucun projet politique un minimum libéral : nous en sommes toujours dans une politique dirigiste, un peu moins populiste, mais toujours centralisatrice…
      un machin qui fini toujours par rallier le chef… j’appelle cela de l’asservissement …

      • Cap2006 : « j’appelle cela de l’asservissement … »
        ————————-
        le PLD avait fait le choix du moins pire entre UMP et PS, à une époque où Sarko n’avait pas encore eu l’occasion de trahir de manière aussi flagrante ses électeurs (qui avaient voté pour une programme de droite) par son « ouverture » vers la gauche (Besson, Amara, Hirsch…) et les pastèques (Grenelle). Appeler ça de « l’asservissement », c’est un abus de langage, d’autant plus que si vous aviez un peu plus fréquenté ce site, vous constaterez sans peine qu’il n’y a pas beaucoup de libéral (voire aucun) qui ait voté pour Sarko.

        Il faut partir du principe que quand on en vient à exagérer et à déformer les mots, c’est qu’on a perdu le débat.
        Insinuer gratuitement qu’il y a sous-provisionnement des centrales nucléaires alors que la Cour des Comptes avait conclu récemment qu’elles sont correctement provisionnée, parler de « traitement de déchets pour des milliers d’années » alors qu’il s’agit de stockage, décréter qu’il faut « économiser » en faisant comme si économiser n’a aucun coût (http://fr.wikipedia.org/wiki/Co%C3%BBt_d%27opportunit%C3%A9), etc… vous avez perdu.
        Mais merci quand même d’avoir joué.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Article tiré de la note de février 2022 de Jacques Rigaudiat, conseiller maître honoraire à la cour de comptes« Réussir la transition électrique » (86 pages).

Suite à leur consommation, le tarissement inéluctable des énergies fossiles (pétrole, gaz et charbon), dans 20 ans, 50 ans ou dans plus d’un siècle, aura des conséquences plus graves que le réchauffement climatique dû au CO2 qu’elles émettent.

Il en résulte que la transition énergétique vers des sources d’énergies décarbonées (nucléaire, eau, vent, soleil…) est, ou sera, n... Poursuivre la lecture

Ce 8 juin 2022, le Parlement européen a voté en faveur de la proposition de la Commission européenne d’interdire en 2035 au plus tard la vente de véhicules thermiques y compris pour les camionnettes et les hybrides. L’Italie est parvenue à obtenir une dérogation pour les voitures de luxe et de sport (Maserati, Ferrari). Le Conseil de l’UE doit à présent adopter la proposition. La volonté de se passer de pétrole et surtout du diesel russe favorise cette décision malgré la dépendance chinoise qui pointe sur les batteries et les matériaux qui le... Poursuivre la lecture

Toujours plus large, toujours plus long, toujours plus lourd. Tel pourrait être le credo des constructeurs automobiles pour nous acheminer des véhicules ne cessant de gagner autant en taille qu’en poids. Et ce pour des infrastructures qui, loin d’évoluer dans le même sens, iraient plutôt dans celui de la démobilité avec contraction des axes jusqu’à leur disparition pure et simple.

L’on pourrait même se demander s’il n’existe pas une règle universelle qui voudrait que plus les ralentisseurs et chicanes gagnent en taille, plus les véhicu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles