Gouverner sans le parlement : l’état de droit affaibli

Le gouvernement peut désormais recourir aux ordonnances dans le domaine de la construction, court-circuitant ainsi le Parlement.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Cécile Duflot, ministre du logement

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Gouverner sans le parlement : l’état de droit affaibli

Publié le 8 juillet 2013
- A +

Le gouvernement peut désormais recourir aux ordonnances dans le domaine de la construction, court-circuitant ainsi le Parlement.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Cécile Duflot, ministre du logement

La loi habilitant le gouvernement à recourir à des ordonnances pour accélérer les projets de construction est parue mardi 02 juillet 2013 au Journal officiel.

Une première ordonnance permettant de « réduire les délais de traitement des contentieux » et de lutter efficacement contre les « recours malveillants » doit être publiée dans les prochains jours.

D’ici à la rentrée, d’autres mesures seront mises en oeuvre, notamment pour faciliter la transformation de bureaux en logements et la mise en place d’un statut pour le logement intermédiaire.

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Ce serait vrai si le parlement était vraiment indépendant; mais avec une majorité de députés du même parti que le gouvernement, ce n’est pas important… de la limite du système des partis ayant biaisé la séparation des pouvoirs exécutif et législatif…

    • Exact. Qui croit encore à la séparation des pouvoirs alors que les partis sont transversaux et disposent de tous les rouages de l’Etat ?

  • Il n’y a plus d’Etat de Droit en France, ni des commissions de réflexion, ni de contrôle parlementaire.

    Vous êtes en dictature, et vous semblez l’ignorer.

  • « …Maréchal, nous voilà…… »

  • Pour l’instant ça se limite à l’immobilier. Pour l’instant…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour rappel, l’État de droit repose sur quatre piliers : la sécurité juridique, les droits et libertés fondamentaux, le principe de légalité, la hiérarchie des normes.

De plus, il repose sur deux principes : la séparation des pouvoirs et le rôle du juge comme garant de la légalité.

Un bilan sur l’état d’urgence de 2015 devrait être tiré : il n’a été d’aucune utilité pour lutter contre le terrorisme. De plus, la banalisation des mesures d’urgences est inquiétante pour les libertés publiques. L’état d’urgence devient un outil de g... Poursuivre la lecture

Le 24 mai, suite à la guerre en Ukraine, la Hongrie a instauré par l’intermédiaire de son Premier ministre Viktor Orban, un second état d’urgence, à la suite d’un premier état d’urgence dans le cadre de la pandémie du coronavirus. La Hongrie, démocratie illibérale, passe d’un état d’urgence à un autre sans que cela semble inquiéter sa population. Pire, elle semble réclamer cette sécurité excessive, portant atteinte à ses libertés fondamentales. Une forme de banalisation de l’état d’urgence a apparemment envahi ce pays.

Ce constat n’est... Poursuivre la lecture

Mesdames et messieurs les Français, vous avez les félicitations de Antonio Luis Santos da Costa, de Pedro Sánchez Pérez-Castejón et d’Olaf Scholz, et vous ne serez donc pas sanctionnés par Ursula von der Leyen comme de simples pays africains.

Dans un mouvement tout à fait inédit sur le plan diplomatique, les chefs des gouvernements socialistes du Portugal, de l’Espagne et de l’Allemagne ont exercé leur « devoir d’ingérence » en intervenant dans les élections démocratiques d’un autre pays de l’Union Européenne (UE), et pas des moindres,... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles