Un boulevard pour Marine Le Pen ?

Entre une UMP ruinée et à l'organisation douteuse, une première année de quinquennat PS désastreuse et une gauche divisée et en perdition, le FN semble avoir un boulevard pour 2017.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un boulevard pour Marine Le Pen ?

Publié le 7 juillet 2013
- A +

Entre une UMP ruinée et à l’organisation douteuse, une première année de quinquennat PS désastreuse et une gauche divisée et en perdition, le FN semble avoir un boulevard pour 2017.

Par Stéphane Montabert.

Alors que ses comptes de campagne 2007 ont été invalidés par le Conseil Constitutionnel, privant son parti de 11 millions d’euros de subventions, Nicolas Sarkozy s’est fendu d’un appel sur Facebook à destination de ses « amis ». Comme le rapporte Le Figaro :

Nicolas Sarkozy qualifie cette situation d' »inédite sous la Ve République ». « Elle met en péril la formation qui doit préparer l’alternance tellement nécessaire au socialisme ».

Alternance nécessaire ? De la part du politicien qui a été le chantre de l’ouverture à gauche, qui a écrasé les Français sous le RSA et d’innombrables autres prélèvements, introduit la Taxe Tobin chère aux altermondialistes, alourdi la dette et guidé le pays à vue entre sondages d’opinion et agitation stérile, l’évocation d’un danger socialiste a de quoi faire sourire. L’alternance pour quoi, au juste ?

L’étatisme, la fiscalité, les déficits et le chômage ont massivement augmenté sous l’ère Sarkozy. La liberté des Français s’est réduite d’autant ; il n’y a guère que son successeur pour faire pire. Mais cela n’empêche pas le retraité politique éternellement sur le retour de se poser désormais en sage : « Au-delà de la seule UMP, cet état de fait doit concerner tous ceux qui sont attachés au pluralisme », ajoute-t-il.

Le pluralisme dont se réclame tardivement M. Sarkozy est au niveau de sa politique : à géométrie variable. Il ne concerne évidemment pas l’infréquentable Front National, par exemple. La volonté d’alternance est pourtant bien là, comme l’expriment récemment les Français en votant de plus en plus pour la formation de Marine Le Pen.

Lors des élections précédentes, notamment législatives, l’électoral FN arrivait rarement à atteindre le second tour pour provoquer des triangulaires ; cette étape est dépassée. Désormais le FN arrive en premier ou en second, mettant l’UMP et le PS dans une situation inconfortable. Théoriquement, les deux formations sont censées mettre leurs divergences de côté pour faire barrage au FN, mais les électeurs n’obéissent plus aux états-majors…

Un baromètre TNS/Sofres révèle ainsi l’indicible : le « verrou républicain » n’existe plus. Marine Le Pen atteint 31% de cote favorable auprès des citoyens, et même 39% au sein des sympathisants de l’UMP. On aurait tort pourtant de croire que le problème ne se pose qu’au sein de la droite traditionnelle. Une étude montre ainsi que lors de l’élection partielle de Villeneuve-sur-Lot, les électeurs du PS se sont reportés au second tour davantage pour le candidat du FN plutôt qu’en faveur de celui de l’UMP. Couplé à la montée en puissance du Front National, ce comportement électoral ne va pas sans poser des problèmes à l’avenir :

Désormais, les stratèges électoraux du PS et de l’UMP s’inquiètent pour les municipales. Les socialistes ont bien compris que, faute d’union dès le premier tour, ils risquaient de se voir reléguer à la troisième place dans un grand nombre de villes. Le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, l’a rappelé lundi dernier à Matignon : « Il faut l’union de la gauche et des écologistes aux municipales dès le premier tour et dans toutes les villes. Chacun doit prendre ses responsabilités. » À l’UMP, on en est pour le moment à exclure ceux qui annoncent leur intention de s’allier avec le FN, en espérant qu’en mars prochain ils ne seront pas trop nombreux à céder aux sirènes du FN entre les deux tours. Jean-François Copé espérait une vague bleue aux prochaines municipales. Si ça continue comme ça, la vague risque de virer au bleu marine…

Les municipales seront un test fort pour les tendances de la politique française.

À gauche, l’équilibre est fragile. Les relations sont tendues entre écologistes et socialistes depuis l’éviction de Delphine Batho du gouvernement Ayrault et les querelles conséquentes à l’échec de Villeneuve-sur-Lot. Les écologistes ne peuvent pourtant pas se permettre de se fâcher, eux qui n’existent qu’à travers les accords électoraux avec les socialistes : 17 députés, 12 sénateurs et une poignée de ministres avec 2,5% des voix à la présidentielle… Mais les socialistes ne peuvent pas jouer les grands seigneurs non plus. Ils ont perdu les huit élections complémentaires depuis la présidentielle. La cote de popularité de François Hollande est en berne et la base électorale semble plus démotivée que jamais. Le groupe PS à l’Assemblée ne compte plus que 292 députés, soit trois voix de plus que la majorité absolue ; encore quelques pertes et il faudra mettre sa fierté dans sa poche pour trouver des alliances.

La droite UMP ne vaut guère mieux. Les candidats se bousculent au portillon sans qu’aucun ne soit convaincant. François Fillon est coupable par complicité du quinquennat précédent et n’a pas le parti avec lui ; Jean-François Copé est fragilisé par les fraudes massives liées à son élection à la présidence ; quant à Nicolas Sarkozy, il est mis en cause dans une multitude d’affaires. Les dossiers s’accumulent : financement libyen de sa campagne, affaire Bettencourt, affaire Karachi, arbitrage entre Tapie et le Crédit Lyonnais… Tous ne sont pas solides, mais donnent une impression d’ensemble déplorable et ont déjà coûté leur réputation à nombre de proches de l’ancien chef d’État. Entre un parti ruiné, une organisation douteuse, des cheffaillons ambitieux et des scandales à répétition, l’élection présidentielle de 2017 paraît bien loin.

Rajoutons pour mémoire que les alliances entre partis, quelle qu’elles soient, résistent mal aux revers électoraux, et que la France n’est pas encore entrée pour de bon dans la crise financière.

Face à ce sombre tableau, est-il imprudent de poser l’équation en se demandant qui fera face à Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle de 2017 ? Oui et non. La dynamique est favorable au Front National, c’est une évidence. Mais il n’est pas exclu que le pouvoir français, qui apporte un soin tout particulier aux dossiers contre Nicolas Sarkozy, fasse en sorte d’écarter la dirigeante du Front National sur de fallacieux prétextes. On notera ainsi la récente levée d’immunité de la députée européenne sur des motifs parfaitement discutables (à comparer avec trente contre-exemples à cette levée d’immunité…).

Il n’y a qu’un obstacle sur le boulevard ouvert à Marine Le Pen en direction du pouvoir, le risque d’un verdict politique. Une peine d’inéligibilité est si vite prononcée… Si un juge aux ordres de l’Élysée prononce la peine fatidique contre Marine Le Pen, je n’ose imaginer ce qui se passera.

Nous sommes en 2013, les vacances d’été commencent à peine. Les grandes lignes de l’avenir sont pourtant déjà tracées jusqu’à 2017 : un Front National conquérant, une gauche divisée et en perdition, un François Hollande s’accrochant au pouvoir et livrant une guérilla politico-judiciaire contre ses adversaires les plus menaçants, et pendant ce temps, une France se dirigeant résolument vers une crise financière d’ampleur encore jamais vue. Bien entendu, pas un seul des partis en lice – ni PS, ni UMP, ni Front National – n’est en mesure de mettre en place la nécessaire réduction du périmètre de l’État ; les gens au pouvoir en 2017 auront donc à organiser la faillite en bon ordre du pays, si elle n’est pas intervenue avant.

Le président français n’a accompli qu’un an de son quinquennat. Les quatre années restantes vont être l’enfer.


Sur le web.

Le libéralisme, barrage ultime contre l’extrême droite ?

Etre libéral et voter Front National, un choix impossible

Clash Patrick Cohen – Marine Le Pen, « bolchos » contre « fachos »

Voir les commentaires (32)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (32)
  • Exellente analyse , sans esprit partisan . C’est rare dans les media , plus manipulatrices d’opinion , que cherchant a faire reflechir.

  • c’est juste formidable ,et se n’est pas fini

  • le problême pour l’umps , c’est que plus on tape sur le FN , plus les gens se tournent vers lui ;le FN ne fait plus peur ;sauf à la droite gauche , soit 40 ans de pouvoir pour le résultat que l’on voit ;

  • va y Marine, on est de plus en plus avec toi, et si tu ne nous déçois pas, on continuera … (un partisans écologiste qui ne croit plus aux valeurs de nos politiques actuels et qui n’a d’ailleurs pas voté écolo aux élections, mais Front de Gauche, et qui regrette déjà)

    • oui, vas-y Marine remets-nous une bonne d’Etat et de dirigisme ! allez Marxine !

    • Que viennent faire les super étatistes du FN sur ce site ? Il faut quand même être bas du front pour croire que le FN sortira notre pays de la crise en mettant en place un Etat national-socialiste.

    • Les gens qui pensent que le FN va les tirer de ce désordre méritent de se faire enc**** le moment venu.

      • pouvez vous raisonner sans esprit partisan ?. Si on ne fait rien de vraiment nouveau , la france va disparaitre pour devenir une vague province d’une europe germano-americaine . Seule MLP et le regrette Ph Segin ont dit la verité la dessus . Ne voyez vous pas que l’on vaous a formaté l’esprit afin de repeter sans reflechir : FN = fascisme

        • L e programme du FN est globalement socialiste, il est là le problème et null part ailleurs. Que le FN devienne libéral et il aura ma voix. Peu me chaux du sigle et du symbolisme associé, si Mélanchon se déclare pour les défense de la propriétés, si la LCR milite pour l’abaissement des impôts ou si Mao lui même reviens d’entre les mort pour mettre en avant les liberté individuelles ils auront mon support.

        • au moins, si l’on fait parti de « l’empire américain », j’aie plus confiance dans les américains que dans les français pour voter intelligemment au prochaines élections.

          eux au moins sont entrain de remettre en cause ce qui les a emmené dans la merde, alors qu’en France ne diagnostic n’est même pas encore fait;

  • Alternance du PS à l’UMP pour quoi faire puisqu’UMP et PS ont eu la même politique étatiste , état providence , dirigiste , pro assistanat , pro immigration , etc …ont , en csq les mêmes résultats ( fonctionnaires en nb record , endettement record , balance commerciale et industrie en déshérence) et que leur challenger officielle , Marine Le Pen est aussi socialo dirigiste qu’eux !!!

  • L’UMP n’est pas ruinée.
    Le parti connait des difficultés financières passagères mais très vite les militants répondront aux besoins de refinancement.
    Au sein de l’UMP le courant « La Droite Forte » s’impose de plus en plus pour apporter des solutions anti-socialistes et il a reçu hier, un message d’encouragement de Nicolas Sarkozy.
    Ceux qui pensent que l’UMP c’est simplement Juppé, Michèle Alliot-Marie , Morano ou Wauquiez se trompent.
    Ils feraient mieux de rejoindre l’UMP pour soutenir la composante nouvelle: « la droite forte » s’ils veulent espérer voir émerger des solutions libérales.
    L’abstention, le vote blanc ou, pire, des alliances électorales avec le MODEM ou avec le parti boboiste de Borloo ça ne vous mènera à rien

    • ça, quand on peut plus aller taper directement dans la poche du contribuable, ça devient compliqué pour la droite morte.

    • Cher monsieur de l’UMP : se faire trahir une fois par quelqu’un, cela nous est tous arrivé, mais deux fois, de son plein gré par la même personne, pour les mêmes raisons, cela relève du masochisme , ou de la connerie pure.

      Vous avez l’air fin, de critiquer la ruine du pays due au PS, vous qui avant eux, les avez bien été aidé, et bien creusé les caisses avant eux.
      Pour faire bonne mesure, vous avez ruiné votre propre parti, bien avant le couperet du conseil constitutionnel.

      Quant à votre couplet sur la droite forte, qui est loin d’avoir pris les rênes du pouvoir au sien de votre parti, face aux vrais sociaux démocrates : Raffarin, NKM, Fillon, Juppé …. nous vous serions gré, en admettant que cela arrive, d’avouer que le carcan des lois européennes, vous interdira de faire autre chose que ce que fait la gauche, pour l’immigration. Nous allons même abonder dans votre sens, quand Sarkozy avait haussé le ton sur les Roms, (sans sortir son Karcher, toujours à l’état neuf) Viviane Reding, commissaire européenne, lui avait tapé durement sur les doigts, et votre winner, ne pouvait que s’écraser, ce qu’il fit bien gentiment). Ce que fait la gauche par dogme, votre fausse droite européenne l’a toujours fait certes contrainte, (et encore) mais le résultat est rigoureusement le même.
      Sans aucun atome crochu avec le FN, je voterai pour lui, ce sera au moins le seul qui nous permettra de mettre un grand coup de pied dans la fourmilière, et faire cesser le ronron douillet de l’alternance, tout en faisant bouger les lignes. Quant à la tronche de la gauche, qui comme à Villeneuve sur Lot, ce qui risque d’ être réitéré durant les prochaines élections, en ce faisant virer dés le premier tour, cela console un peu, de n’avoir aucun candidat représentant nos idées.

  • Avec l’électorat français, on peut en effet craindre qu’il quitte un suicide pour un autre.

    Parce que si on écoute les rares idées de MLP et sa vision du monde et de la France, c’est bien une bolée d’arsenic qu’elle propose …

  • Il est de plus en plus évident que l’euro fort en tant que monnaie unique est un problème, et que l’Union Européenne des 30s est devenu un ramassis de lobbysts maffieux : des problèmes que seule Marine Le Pen dénonce. Oui! il faut sortir de l’euro et REORGANISER l’Europe des Nations des 5s!

    • Dans tous les cas la gauche ne fera aucune reforme de peur de perdre sont electora, la droite ne proposera rien de nouveau de peur de perdre son electora et on s’enfoncera encore jusqu’a esperer une reprise americaine qui ne viendra plus …
      Le centre ne fera rien sauf a esperer un homme providence…

      On s’enfonce dans le mirabilisme sans solution evidente a moyen terme .
      La solution Mlp n’apportera rien que de la misere

  • bravo marine nous somme maitenent pas 6 millions mais 15 millions avec vous bravo la vendéé

  • C’est bien de prendre ses rêves pour des réalités, avec in fine la Marine au pinacle! Vos propos ambigus le laisse penser.
    La réalité n’est pas tout à fait le réel, en ce sens ou tout un chacun à la sienne.
    Vous aller être déçu: Marine Lepen comme Jean Luc Mélenchon ne sont que les représentants d’un extrémisme, qui répond effectivement à des revendications mais qui représente surtout le manque de réflexion ou du moins de recul.
    Arrêtez de prendre les Français pour des cons, ils sauront le moment venu faire la différence entre le Pathos que nous sert ces extrèmes et un programme qui aura pour objectif de nous sortir de l’impasse socialiste.

    • Stéphane Montabert
      8 juillet 2013 at 9 h 06 min

      Vous en êtes encore à confondre souhait et prévision…. Affligeant. Et pour vous « l’ambiguité » consiste sans doute à ne pas ponctuer chaque mention de Marine Le Pen avec un crachat méprisant?

      Je ne me fais guère d’illusion sur le destin de la France, peu importe les surprises que la sortie des urnes réserve en 2017. Je ne vais donc nullement être « déçu » ; ne m’attendant à rien, j’ai fait comme des millions d’autres le choix de l’expatriation.

      « Arrêtez de prendre les Français pour des cons, ils sauront le moment venu faire la différence entre le Pathos que nous sert ces extrèmes et un programme qui aura pour objectif de nous sortir de l’impasse socialiste. » Là je crois Monsieur que c’est vous, pour le compte, qui allez être sacrément déçu. En France il y a plus de chance que les choses se terminent avec des banquiers pendus haut et court qu’avec un programme libéral sorti par on ne sait quel miracle.

      • @Stéphane : c’est à se demander si ce n’est pas la stratégie de FH de faire le vide à droite pour se retrouver seul face au FN, en jouant sur les peurs qui accompagnent ce parti pour gagner par défaut au second tour en 2017, renouvelant le cas Chirac de 2002.

        • Stéphane Montabert
          8 juillet 2013 at 11 h 30 min

          Pour le vide à droite, la droite n’à à s’en prendre qu’à elle-même. J’ai peine à croire à un aggionamento de l’UMP contre sa politique étatiste et socialiste ; de telles excuses – « on vous a écouté, on a compris, on a changé » – ont été prononcées bien trop souvent pour garder la moindre crédibilité.

          Au minimum il faudrait de nouvelles têtes pour qu’on envisage un renouveau. Entre les seconds couteaux ambitieux et l’éternel retour du chef je n’ai pas l’impression qu’on en prenne le chemin.

          Chirac / Jean-Marie Le Pen en 2002 ne sera de loin pas identique à un Hollande / Marine Le Pen en 2017. Chirac l’avait emporté avec un score soviétique, mais les circonstances étaient différentes. Marine Le Pen (c’est le principal souci de ses adversaires) n’est de loin pas aussi infréquentable que son père. De plus, nous n’avons pas encore vu ce que la crise nous réserve.

          • Messieurs : quand on avoue voter (depuis peu) pour le FN, inutile de nous prendre pour des idiots, nous savons parfaitement, que ce parti, au programme social mélenchonesque, n’apportera rien de bon, et ne correspond en rien à nos idées libérales ! merci du renseignement !

            Ceci dit faire pire que l’UMP et le PS, même en le faisant exprès, ce sera dur. C’est un peu lassant de se savoir cocufié quoi qu’il arrive, quel que soit le candidat élu. Être sodomisé à sec, ou avec de la vaseline, il nous semble que le résultat final est identique, en dehors du fait, que l’un doit être ?! Un peu moins douloureux.
            ,
            Quand on est libéral, nous savons qu’aucun  » homme  » providentiel ne va venir, pas plus que de candidat crédible, et c’est vraiment lassant et décourageant arrivé à un certain age, de ne plus aller voter, sachant que les  »autres », ne s’en privent pas, qu’ils se moquent de l’abstention, car une seule voix de plus, leur permet de voir leur  » champion  » élu, de pérorer les ondes et d’appliquer leurs programme mortifère.
            Les ennemis de nos ennemis, sont nos amis, même si nous préférerions de très loin, qu’ils soient d’une toute autre qualité !

  • « entre deux maux, il faut savoir choisir le moindre ». Ce sera donc vote FN pour ma part, systématiquement à toutes les prochaines élections. Sauf si un (vrai) candidat libéral pointe son nez, mais tout le monde sur ce site sait qu’il n’existe pas.
    Le problème de la France, au delà de son absence de libéralisme, c’est sa caste politique. Le FN est la seule solution pour faire sauter la caste. Après, mon dieu, on verra bien, l’Autriche se porte très bien malgré tout un mandat de l’extrème droite à sa tête, merci pour elle.

  • Quel est le programme du FN concernant le domaine de l’écologie?
    Eux qui ont si peur que la Méditerranée ne s’assèche…

    • Libertarienne : « Quel est le programme du FN concernant le domaine de l’écologie? »
      ——————————
      Le même que celui des escrolos : pas d’OGM, promotion du bio, catastrophisme chimiophobique et malthusien, relocalisation, développement durable, protection du climat et lutte contre la « pollution carbone » (le CO2, gaz le plus écologique de l’univers et base de la vie sur Terre est requalifiée de « pollution »), etc…

      Un programme concocté par l’extrémiste écolo Laurent Ozon, bien conforme à l’idéologie de mouvance radicale de la deep ecology et qui mettrait en extase tout militant pastèque ou National Socialiste (les nazis étaient les pires fanatiques écologistes).

  • Le FN est en accord avec les groupes néo nazi en France, cela c’est vu tout de suite dans les deux partis lors des débats quand un jeune militant du front de gauche à été assassiné. En effet, sur you tube, une vieille interview avec le chef de ces groupes (année 90) dit que le métissage doit être interdit (ce qui est purement raciste), et que les noirs doivent resté en Afrique ou en Asie et non en Europe.

    Et vous voulez voter pour ça!! Et bien bravo, comme les allemands disent vous avez vraiment la mémoire courte!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Imaginez un candidat d’extrême gauche expliquer qu’il a très envie d’emm… les 700 000 millionnaires hexagonaux. Admettons que l’exemple est mal choisi tant celui-ci risquerait d'être élu lorsqu’on se souvient de l’effet d’un « mon véritable adversaire, c’est le monde de la finance » sur l’opinion française.

Prenons un exemple plus parlant : imaginez une France alternative dans laquelle un candidat d’extrême droite déclarerait qu’il a très envie de faire la même chose aux 6 millions de musulmans de ce pays. Quel tollé profondément légit... Poursuivre la lecture

Par Alexandre Massaux.

L’IFOP vient de publier un sondage sur l’intention de vote de la jeunesse française pour les présidentielles 2022. Cette enquête a été effectuée sur les 18-30 ans. Force est de constater qu’elle ne vote pas comme le reste de la population.

Une jeunesse abstentionniste

Selon le sondage, 58 % des jeunes s’abstiendront de voter. Cette tendance est particulièrement élevée chez les personnes ayant une sensibilité politique proche de la France insoumise (62 % veulent s’abstenir). Ce phénomène est encore plus imp... Poursuivre la lecture

Par Yves Montenay.

Une volée d’articles s’est abattue sur la presse économique, dont le thème peut être résumé par « la France n’attire plus les cerveaux les plus qualifiés, et ça devient très grave ». On évoque même le succès de la Silicon Valley aux États-Unis, largement peuplée de cerveaux non-américains.

C’est une très saine réaction par rapport aux propos de plus en plus anti-immigration qui se multiplient. En particulier, les candidats à la candidature présidentielle du Parti Les Républicains surenchérissement l’un sur l’a... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles