Président et ministres, une bande d’acculés

Monsieur le Président, vous avez un problème, et personne ne vous apportera la solution. Voici en revanche quelques conseils.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2013943

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Président et ministres, une bande d’acculés

Publié le 3 juillet 2013
- A +

Monsieur le Président, vous avez sans doute des conseillers dédiés à l’étude de votre image. Vos ministres sont prompts à dénoncer la propagation d’une mauvaise image de la France à l’étranger, et parlent d’une Une de The Economist datant de quelques mois comme d’un persiflage de la perfide Albion. Il y a pourtant dans la presse étrangère de bonnes leçons pour votre gouvernement.

Intéressez-vous par exemple à l’Allemagne, dont vous êtes tenté de faire un bouc émissaire. The Economist a préparé un dossier de rattrapage pour vous, qui vous expliquera le succès et les risques du modèle allemand.

Les succès sont assez simples à comprendre. Vous serez surpris d’apprendre que l’Allemagne a bénéficié d’une devise faible, l’Euro ; et heureux d’apprendre que les réformes entreprises il y a une décennie ont fait du maillon faible de l’Europe un pays économiquement puissant et stable. Contenir les salaires a permis à l’Allemagne d’être compétitive, un système éducatif de qualité et la valorisation du travail permettent une bonne insertion professionnelle et apportent aux entreprises une main-d’œuvre de qualité.

Tout n’est pas rose en Allemagne pour autant ; la compétitivité du pays est menacée par sa vision un peu trop verte. La transition énergétique fait peser sur les ménages et les entreprises un coût important qui, s’il met l’Allemagne à risque, mettrait la France à genoux. Si vous vous préoccupez un tant soit peu de l’avenir économique du pays, soyez vigilant.

Au-delà du modèle économique, vous apprendrez que jouer un rôle sur la scène internationale et faire grand bruit n’est pas la priorité de tous les dirigeants européens ; et que tous ne considèrent pas le libre-échange comme une menace pour l’exception culturelle locale.

Aux leçons économiques et politiques de l’Allemagne, qui vous inciteraient à faire preuve d’un peu de ce courage politique qui vous fait tant défaut, s’ajouterait une fantastique leçon humaine.

La position allemande, que vous décriez tant, est plus simple qu’il n’y parait : la solidarité que vous appelez de vos vœux entre fourmis et cigales n’aura pas lieu tant que les États dépensiers n’auront pas entrepris les nécessaires réformes. Elle est exposée dans de nombreux articles ces dernières semaines ; vous préférez le train à l’avion et trouverez aisément le Spiegel dans n’importe quelle gare.

Les Allemands ne sont pas opposés à l’idée de soutenir les pays en difficulté ; ils attendent néanmoins que ces pays mettent de l’ordre dans leurs dépenses, réduisent les gaspillages et le périmètre de l’État. Leur raisonnement va plus loin : ils n’annonceront aucune mesure de soutien tant que les États cigales n’auront pas cessé de chanter été comme hiver.

Pour faciliter votre compréhension, monsieur le Président, le problème peut être reformulé. L’aggravation de la situation française la rend chaque jour plus urgente ; il sera bientôt inévitable pour l’État français de faire appel à cor et à cris à la solidarité allemande ou d’entreprendre des réformes. C’est à double tranchant : vous n’obtiendrez aucune aide tant que vous ne ferez rien, mais vous serez appuyé dès que vous commencerez à changer. S’il fallait le dire crûment, monsieur le Président : les cercueils n’ont qu’une place.

Il s’agit pour vous d’une leçon humaine, car vous comprendrez alors qu’il ne faut pas attendre d’être au pied du mur pour faire marche arrière.

C’est aussi pour cette raison que je renouvelle mon désaccord avec Félix Marquardt, qui renouvelle son appel aux jeunes Français à quitter la France pour y revenir plein de nouvelles idées dans le New York Times après l’avoir formulé dans Libération. Non pas que je souhaite que la France se vide de tous ses talents ; mais je souhaite de tout cœur qu’elle change, et elle ne changera pas tant que la situation intenable n’aura pas rendu le changement inévitable.

C’est encore à double tranchant : la France qui sombre se vide de ses talents et perd peu à peu ses chances de s’en sortir, mais la situation s’améliorant créera des opportunités pour les talents français et internationaux – qui pourront alors contribuer à la croissance. À condition, évidemment, que la situation change, et seule une réduction du périmètre de l’État et un changement de mentalité en créeront les conditions. À défaut d’avoir une vision prometteuse et noble, soyez un bon gestionnaire du quotidien ; à défaut de comprendre la philosophie et l’éthique de la liberté, rendez vous aux évidences.

En attendant, monsieur le Président, sachez que ni les Allemands ni les jeunes français en exil ne vous aideront. « Aide-toi, et le Ciel t’aidera ». En attendant, monsieur le Président, vous et votre gouvernement n’êtes qu’une bande d’acculés, aux abois, qui cherchez à traquer quelques dissidents fiscaux sans vous attaquer au problème évident qui saute aux yeux de tous – et vous avez sans doute en votre possession un rapport que votre premier ministre vous a remis en vous encourageant à ne jamais l’ouvrir.

Ce problème, monsieur le Président, c’est la dépense publique. L’Allemagne prévoit de commencer à rembourser sa dette à partir de 2017 sans augmenter les impôts, là où vous créez des taxes exceptionnelles en ne parvenant qu’à vous endetter plus rapidement encore et où votre seul engagement – jusqu’ici non tenu, et que vous ne tiendrez pas plus demain si vous ne changez rien – est de réduire le déficit à 3% du PIB.

Ce problème, monsieur le Président, c’est votre incapacité jusqu’à présent à comprendre que la production et l’échange ne se décrètent pas plus qu’ils ne se relancent, et que les milliards injectés, redistribués, investis par l’État sont prélevés ailleurs ; ils sont au mieux aussi efficaces, et certainement plus nocifs, que quelques pancartes que vous et vos ministres pourraient arborer.

Ce problème, monsieur le Président, c’est votre préférence pour l’égalité à tout prix. Vous êtes peut-être prêt à le payer, mais je doute que les Français le soient aussi, et je doute que les Allemands soient prêts à le payer à leur place.

Ce problème, monsieur le Président, c’est le vôtre. Vous avez passé votre vie à vivre aux frais de la République, à conquérir élection après élection une place pour votre buste dans toutes les mairies de France ; il est maintenant grand temps de commencer à le résoudre. Et tant que vous n’aurez pas commencé, personne ne vous y aidera.

Voir les commentaires (66)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (66)
  • La France est une grosse dondon bien réglée.

    Tant de peines douloureuses et tant de pertes rouges. Le temps paxe et les règles restent, disait un dessinateur dans les années 80. C’est un peu cela la France finalement, chaque mois l’état doit saigner le contribuable et emprunter encore d’avantage.

    Comme si c’était physiologique, comme si l’on ne pouvait pas lutter contre la nature. Dans ce pays, les baby-boomers sont encore à la manœuvre, ces esprits sont vieux avec une plasticité du cerveau extrêmement réduite. Rien ne changera tant qu’ils seront encore là.
    Aujourd’hui commence la ménopause, mais j’ai bien peur qu’il ne faille attendre la mort.

    Donc, monsieur le Président, nous attendrons.

  • « Aux leçons économiques et politiques de l’Allemagne, qui vous inciteraient à faire preuve d’un peu de ce courage politique qui vous fait tant défaut, s’ajouterait une fantastique leçon humaine. »

    ==>Monsieur le président, il est temps de prendre conscience de la profondeur du trou dans laquelle vous contribuer à nous enterrer. Montrez nous que si vous êtes parvenus à occuper cette position tant convoitée (voire, hélas, enviée) par vos pairs, c’est aussi parce que vous possed(i)ez quelques vertues fondamentales, dont celles du :

    “Courage and confidence are practical necessities . . . courage is the practical form of being true to existence, of being true to truth, and confidence is the practical form of being true to one’s own consciousness.” Galt’s Speech,
    Ayn Rand, For the New Intellectual, 129

    ‘Il s’agit pour vous d’une leçon humaine, car vous comprendrez alors qu’il ne faut pas attendre d’être au pied du mur pour faire marche arrière.’

    ==>Monsieur le président, puisque vous êtes conscients de la gravité de la situation, démontrez le donc, avant qu’il ne soit trop tard, en faisant preuve d’intégrité :

    « Integrity is the recognition of the fact that you cannot fake your consciousness, just as honesty is the recognition of the fact that you cannot fake existence—that man is an indivisible entity, an integrated unit of two attributes: of matter and consciousness, and that he may permit no breach between body and mind, between action and thought, between his life and his convictions—that, like a judge impervious to public opinion, he may not sacrifice his convictions to the wishes of others, be it the whole of mankind shouting pleas or threats against him—that courage and confidence are practical necessities, that courage is the practical form of being true to existence, of being true to truth, and confidence is the practical form of being true to one’s own consciousness.” Ayn Rand, For the New Intellectual

    ‘À défaut d’avoir une vision prometteuse et noble, soyez un bon gestionnaire du quotidien ; à défaut de comprendre la philosophie et l’éthique de la liberté, rendez vous aux évidences’

    ==>Monsieur le président, puisque le bon sens, celui du consensus propres à vos propos démagogues, semble déjà vous caractériser, faites maintenant preuve de logique, afin de prendre les décisions qui s’imposent pour sauver le pays et ses citoyens qui vous a élu pour que leur situation s’améliore :

    Common sense is a simple and non-self-conscious use of logic.
    Ayn Rand, question period following the lecture
    The Philosophy of Objectivism lecture series, Lecture 11

    The fundamental concept of method, the one on which all the others depend, is logic. The distinguishing characteristic of logic (the art of non-contradictory identification) indicates the nature of the actions (actions of consciousness required to achieve a correct identification) and their goal (knowledge)—while omitting the length, complexity or specific steps of the process of logical inference, as well as the nature of the particular cognitive problem involved in any given instance of using logic. Ayn rand, “Concepts of Consciousness,”
    Introduction to Objectivist Epistemology, 36
    « Ce problème, monsieur le Président, c’est votre incapacité jusqu’à présent à comprendre que la production et l’échange ne se décrètent pas plus qu’ils ne se relancent, et que les milliards injectés, redistribués, investis par l’État sont prélevés ailleurs ; ils sont au mieux aussi efficaces, et certainement plus nocifs, que quelques pancartes que vous et vos ministres pourraient arborer. »

    ==>Votre seul et unique rôle, celui pour lequel les français vous ont élu, c’est de les protéger. Toutes les autres pouvoirs, dont celui d’intervenir arbitrairement dans l’économie, que vous vous octroyer sont amoraux, et portent atteinte, directement ou indirectement, aux Français. Le principe même de la démocratie, que vous avez la responsabilité de faire appliquer, et du droit qui vous a doncété conféré, veut en effet que ce ne soit pas vous qui devez fixer les règles, mais les citoyens.

    « The source of the government’s authority is “the consent of the governed.” This means that the government is not the ruler, but the servant or agent of the citizens; it means that the government as such has no rights except the rights delegated to it by the citizens for a specific purpose ».
    “The Nature of Government,”
    The Virtue of Selfishness, 110

    J’ajouterai, Monsieur le président, vous êtes
    amoral,
    « The clearest symptom by which one can recognize [the amoralist] is his total inability to judge himself, his actions, or his work by any sort of standard. » “Selfishness Without a Self,”
    Philosophy: Who Needs It, 50
    Vos actions, (ou plutôt, mesures accommodantes car , jusqu’à présent, se résumant en expropriation et confiscation des bénéfices) pour être valorisées par les citoyens, doivent être courageuses :

    “Regardless of whether the value-standards involved are true or false, these examples imply the recognition of an essential moral principle: that one’s own value has to be earned.” “Selfishness Without a Self,”
    Philosophy: Who Needs It, 50

    Votre statut de president socialiste, qui doit uniquement, en tout état de cause, veiller à ce que les droits de l’homme soient respectés ne vous permet pas de revendiquer le monopole de la solidarité, ni même de pouvoir choisir à la place des gens :

    The amoralist’s implicit pattern of self-appraisal (which he seldom identifies or admits) is: “I am good because it’s me.” “Selfishness Without a Self,”
    Philosophy: Who Needs It, 50

    Courage and confidence are practical necessities . . . courage is the practical form of being true to existence, of being true to truth, and confidence is the practical form of being true to one’s own consciousness. “Selfishness Without a Self,”
    Philosophy: Who Needs It, 50

  • le seul vote qui reste malheureusement, c’est celui des pieds…

  • Attention M.Créteur
    On pourrait vous envoyer en prison pour moins que ça ! Enfin, le gouvernement socialiste du moins

  • « une bande d’acculés », il y a une faute d’orthographe.

  • « vous et votre gouvernement n’êtes qu’une bande d’acculés, aux abois, qui cherchez à traquer quelques dissidents fiscaux »

    « Dissident fiscaux »… voila nos braves fraudeurs soudain tranformés en héros, fuyant l’oppression. PAs la tactique la plus astucieuse pour vendre des idées dites libérales.

    Il y a 40 milliards de fraude en France (12 à 14 milliards pour la seule fraude à la TVA, spécialité de nombreux bons et loyaux entrepreneurs français).

    Et à peine 20 peines de prisons effectives par an pour fraude fiscale.

    Comparé à l’Allemagne, à l’Italie, c’est ridicule. Il faut sévir beaucoup plus.

    En Suède, 9 fraudes graves sur 10 se finissent en prison. En France, vous êtes beaucoup trop soft. Du coup, à chaque fois qu’un businessman pleure sur les impôts, on lui répond « mais vous fraudez tous ». Et une fois sur deux c’est vrai.

    Sur ce coup là, je soutiens à fond le gouvernement. Tant que la fraude est aussi institutionnalisée, il est impossible de vendre un discours sain sur la baisse des impôts.

    Le fraudeur fait payer ses impôts par son voisin et son concurrent. Il doit être très sévèrement puni.

    J’ai personnellement dénoncé quatre boîtes qui me faisaient concurrence déloyale en fraudant sur la moitié de leurs charges. Elles ont casqué grave, deux sont mortes. Leur boss me haïssent, et perso ça me fait ni chaud ni froid. C’est une pratique très courante dans les pays nordiques, et j’ai été content de l’expérimenter. La loi doit être la même pour tous.

    • Larsson

      La question est : est-ce que la loi est juste ?

      Lorsqu’on vous prends de force ce que vous avez pour le jeter à la poubelle, si vous vous y opposez c’est légitime ou pas?

      Pour savoir si un individu est un fraudeur, vous devez d’abord savoir quels sont les services ou les biens dont il a disposés et pour lesquels il ne s’est pas acquitté de sa dette. Sinon, je ne vois pas en quoi il serait un fraudeur.

      « J’ai personnellement dénoncé ». A votre place, je ne l’aurais pas fait… Je comprends que ça vous agace. Mais vous vous trompez de colère.

      • Allons. En 1941, il aurait été décoré.

        • Oui, mais là il devra attendre 2017 pour la décoration… On y vient 🙂

        • h16, je vous accorde 1 point Godwin.

          • « l’un des interlocuteurs atteint le point Godwin lorsqu’il fait référence à un fait en lien avec l’holocauste ou le nazisme alors que le sujet de départ ne s’y prêtait pas ».

            En l’espèce, vous vous êtes vanté de vos délations…

            Il n’y a donc pas de point Godwin, mais vous passez encore pour un con… Je ne sais pas, réfléchissez avant d’écrire ou un truc dans le genre.

          • Cela rend sa remarque moins pertinente ?

            C’est facile de se camoufler derrière la loi de godwin pour éviter les critiques concernant des actions fascisantes…

      • Plus que la justice ou plutôt justesse de la loi, la question est de quel contrat nous avons implicitement signé avec l’état, et quelles prétendues obligations, qui n’y étaient pas, on nous met maintenant sous le nez à tout instant. Il est facile de faire passer la fraude de 40 à 100 milliards : il n’y a qu’à voter de nouvelles taxes et impôts en quantité suffisante. Il est facile de justifier ces nouveaux prélèvements : il y a toujours des pauvres à aider, des investissements d’avenir à réaliser, des chômeurs à occuper, des électeurs à flatter, des rêveurs déçus à consoler, des politiques familiales, égalitaires, écologistes, en grand danger de faillite.
        La loi doit être la même pour tous, oui, mais d’une part elle doit être la même demain qu’hier si rien n’a changé par ailleurs, et d’autre part elle ne doit pas chercher à faire de tous les mêmes.

        • « Il est facile de faire passer la fraude de 40 à 100 milliards : il n’y a qu’à voter de nouvelles taxes et impôts en quantité suffisante.  »

          Et quelqu’un va lui expliquer la différence entre impayé d’impôt et fraude aux impôts, à ce M; Michel O ?

          • Vous croyez que Cazeneuve connait la différence? Vous l’avez entendu, un euro qui ne rentre pas dans sa caisse est un euro de fraude même si personne ne l’a gagné.

          • Je ne défends pas la fraude, je condamne l’utilisation de la réglementation fiscale à des fins qui n’ont rien à voir avec l’objet de l’impôt : confiscation, compétition commerciale, etc.
            Quelqu’un va-t-il lui expliquer, à ce M. Larsson, que l’objet de l’impôt est de contribuer aux charges communes de la collectivité, pas de permettre à certains de vider leurs querelles ou de satisfaire leurs intérêts personnels ?

      • Je me fiche comme de l’an 41 de l’origine de la fraude d’un concurrent. Je vois son effet : il pratique des prix plus bas que les miens et me met en danger. J’ai alors un choix : soit je fraude comme lui, soit je le coule en le dénonçant. En Suède, respecter la loi est important, dénoncer est courant, alors je le fais. Si ça vous gêne, évitez de vous implanter dans mon secteur.

        • Ce serait cool Larsson de donner votre nom ou au moins le lieu où vous vous trouvez, que l’on évite ce lieu ou alors dès que je le peux en héritant d’un oncle d’amérique, je viens vous concurrencer pour avoir le simple plaisir de vous détruire économiquement, ce serait un plaisir fort cher, mais de fin gourmet.
          Et sinon, mettez vous la même énergie à combattre les petits frais annexes de nos politiques payés par nos impôts? Dénoncez vous une subvention de votre maire, une dépense inutile, un véhicule administratif en usage personnel, étudiez vous les notes de restaurants du budget de votre commune, bref, vous intéressez vous à votre prochain ou cherchez vous simplement à profiter d’une occasion inespérée d’éliminer 4 concurrents?
          Quant à avoir écrit que si l’un ne paie pas son impôt, c’est son voisin qui va payer l’impôt correspondant, c’est le signe d’une tendre naïveté recouvrant d’un voile pudique l’oubli de la lecture de l’économie pour les dummies.
          Allons, croyez vous sincèrement que si l’Etat dispose de plus de rentrées fiscales il n’augmentera pas ses dépenses à proportion?

          • «Quant à avoir écrit que si l’un ne paie pas son impôt, c’est son voisin qui va payer l’impôt correspondant, c’est le signe d’une tendre naïveté recouvrant d’un voile pudique l’oubli de la lecture de l’économie pour les dummies.»

            C’est clair. C’est la croyance que l’État est géré de façon rationnelle et millimétrique…
            L’État a toujours dépensé selon ses rentrées et pas différemment. Si ce n’était pas le cas, alors, cela signifierait que plus on remonte dans le temps, plus on aura de la chance de trouver des déficits de plus en plus élevés, vu que les recettes fiscales sont de plus en plus faibles en remontant dans le temps…

          • « Et sinon, mettez vous la même énergie à combattre les petits frais annexes de nos politiques payés par nos impôts? Dénoncez vous une subvention de votre maire, une dépense inutile, un véhicule administratif en usage personnel, étudiez vous les notes de restaurants du budget de votre commune »  »

            Ben en fait oui, je suis stupéfait d’ailleurs de voir aussi peu de monde dans les réunions de conseils municipaux, quartiers, copro, ou meme de parents d’élève. Je suis du genre à aller regarder les projets d’aménagement déposés en mairie, J’ai des gènes suédois là dessus.

            Et j’aime aussi me débarrasser de concurrents déloyaux qui détournent leur fond de roulement ou déclarent des plein temps comme des stagiaires en les payant en liquide et au lance-pierre. C’est jouissif. J’aimerais faire ça tous les jours. Je regrette juste qu’aucun ne soit allé en prison pour l’édification du public.

            « Croyez vous sincèrement que si l’Etat dispose de plus de rentrées fiscales il n’augmentera pas ses dépenses à proportion? »

            La réponse : si vous restez le cul sur votre chaise à attendre, je n’y crois pas une seconde.

            Si vous allez au conseil municipal au moment des budgets, si vous marchandez avec les édiles locaux, si vous vous bougez et vous coordonnez, vous pouvez agir bien plus qu’à la marge au moins sur la manière dont votre ville est gérée. Si vous écrivez à votre député, si vous harcelez un peu tous les jours, oui, vous pouvez vraiment agir sur la manière dont les services locaux (délégués ou non) sont gérés.

            Avec l’affaire cahuzac, j’ai découvert avec effroi qu’il était impossible pour le moment d’avoir accès au patrimoine et aux notes de frais d’un élu. En Suède, c’est le B.A.-BA de la bonne gestion publique. Je serai le premier à aller consulter le registre à la préfecture pour savoir combien mes élus possèdent.

            SI vous vous plaignez de la gestion publique, vous n’avez qu’à vous en prendre qu’à vous, de laisser à ce point vos dirigeants faire n’importe quoi avec votre argent.

          • Larsson : « Si vous allez au conseil municipal au moment des budgets, si vous marchandez avec les édiles locaux, si vous vous bougez et vous coordonnez, vous pouvez agir bien plus qu’à la marge au moins sur la manière dont votre ville est gérée. »

            La question c’est pourquoi diable on les paies pour gérer le global si au lieu de vivre nos vies à produire on doit les surveiller comme des gosses pour ne pas se faire enfler ?

            Et pour y avoir été confronté le citoyens n’a strictement aucun pouvoir face à la mafia étatique parce qu’ils sont légions, tiennent tous les cordons et qu’ils n’ont que ça à faire, fonctionner, réguler, dépenser, nouer des liens, se renvoyer des ascenseurs et des indulgences dont on ne peut avoir aucune idée.

          • «SI vous vous plaignez de la gestion publique, vous n’avez qu’à vous en prendre qu’à vous, de laisser à ce point vos dirigeants faire n’importe quoi avec votre argent.»

            J’imagine qu’il y a du y avoir pas mal de gens pour dire ce genre de chose en URSS… En théorie, ça devait marcher, mais le peuple ne jouait pas le jeu…

        • Celui qui vous met en danger, ce n’est pas votre concurrent, mais l’État qui vous taxe.

          Tout ce que vous démontrez, c’est qu’il est tellement plus facile de rabaisser les autres que d’œuvrer pour s’élever…

        • Mes concurrents, je les ai éreintés en étant plus inventifs qu’eux, plus mobiles, … et pourtant c’étaient eux qui ne respectaient pas la loi.

    • « J’ai personnellement dénoncé quatre boîtes qui me faisaient concurrence déloyale en fraudant sur la moitié de leurs charges. »

      Voilà une bonne et saine initiative.
      La France coule en raison de son laxisme envers les tricheurs.

      • @ trabuc
        Tiens, encore un membre des dummies en culotte courte, c’est de saison.
        Voyons, un résistant ne paie pas 100 euros à l’Etat et les remets directement dans l’économie de la France, sans que l’Etat n’ait le temps de stériliser ces 100 euros en action nuisible. C’est bien, un peu moins de pauvreté pour tous, un peu plus de liberté pour chacun, un peu moins de misère dans la rue.
        L’Etat y perd, oui, la France y gagne.

        • Les fraudeurs fiscaux, des « résistants » ?

          Mais c’est que vous avez l’air d’y croire en plus !

          Si ce « résistant » remporte un marché parce qu’il a choisi de me faire payer ses charges à ma place, c’est de la saine gestion et de l’intelligence d’affaire de le dénoncer à l’URSSAF et au Fisc.

          Quand un revendeur français « oublie » de déclarer la TVA sur des ordis achetés détaxés via une société écran, les millions d’euros récoltés ne vont pas dans l’économie française : ils vont dans des poches de cupides dont l’inventivité n’est au mieux que financière.

          En Suède, c’est pratique courante de dénoncer les fraudeurs.

          Du coup, comme tout le monde ou presque paie ses impôts (en tout cas plus qu’en France), tout le monde surveille de près la manière dont l’argent est dépensé.

          Prenez en de la graine, au lieu de vous faire plumer par les fraudeurs en payant à leur place.

          Des résistants les fraudeurs ?

          Des voleurs oui. Au gnouf.

          • En suède le gouvernement est irréprochable (enfin je crois!)

            La France est une république bananière.

            Les voleurs sont à l’assemblée national et au sénat, alors oui au gnouf, mais il n’y aura jamais de descente de police, dommage.

          • Larsson

            Si vous êtes aussi bon entrepreneur que vous êtes bon en fiscalité, je comprends que vous soyez obligé de balancer, vendre, donner vos concurrents…

            « Quand un revendeur français « oublie » de déclarer la TVA sur des ordis achetés détaxés via une société écran, les millions d’euros récoltés ne vont pas dans l’économie française : ils vont dans des poches de cupides dont l’inventivité n’est au mieux que financière. »

            Si vous achetez un ordi importé (détaxé c’est pour l’export), vous devez autoliquider la TVA. Si vous ne le faites pas, l’Etat ne perd pas d’argent (car vous collectez et vous déduisez en même temps sur la CA3), mais vous encourez une amende.

            Lorsque le revendeur revend cet ordi sur le territoire français, il collecte de la TVA et c’est précisément celle qu’il devra décaisser à l’Etat.

            Vous en avez d’autres des fumisteries avec des mots comme « société écran », « détaxé »… ?

            Je ne dis pas que la fraude n’existe pas, je dis que votre exemple est bidon comme votre délation. Mais il aura au moins le mérite de montrer les limites de votre intelligence.

          • Ilmryn : « Si ce « résistant » remporte un marché parce qu’il a choisi de me faire payer ses charges à ma place, c’est de la saine gestion et de l’intelligence d’affaire de le dénoncer à l’URSSAF et au Fisc. »

            Pour votre affaire dans l’environnement économique Français éventuellement mais à long terme vous êtes tout aussi morts, parce que l’état n’a jamais cessé de grossir, de dépenser plus de monter les impôts jusqu’à un point record et il est actuellement en faillite et dans l’incapacité totale de boucler un budget positif pour la 39eme année consécutive.

            Vous ne l’avez pas remarqué mais il est au abois, il y va de sa survie donc il va tellement pomper et réguler que vos fournisseurs et clients vont se raréfier en même temps que vos charges et contraintes vont augmenter. A un moment soit vous devenez résistant aussi, soit vous avez des entrées et des indulgences de l’état pour pomper les miettes soit vous êtes morts.

            Si vous êtes le derniers vivant dans le pays, félicitation pour votre résistance et vos capacités mais un pays en ruine ce n’est pas très gai.

          • Bonjour Larsson
            Je suis d’accord avec vous. Ce n’est pas parce que l’état taxe trop que l’on est en droit de frauder le fisc.
            Un libéral est pour le respect de la loi. La fraude fiscale (comme les pots de vin et copinage) créer une concurrence déloyale.

          • En même temps Larsson, tu penses vraiment que l’on peut faire comme en Suède en France ? Genre la tranparence à gogo. Les infos lachées au premier venu ?! Imagine un peu deux secondes ce masacre avec des gens comme les Français ! Les fausses plaques d’immatriculations, les vols d’identités, les démarchages ciblés…..il n’y a aucun frein idéologique dans ce pays. Même le socialisme est une couverture pour toutes les lachetés. Personne n’y croit, c’est juste un prétexte pour rester dans la médiocrité et la magouille.

          • Un voleur c’est une personne qui dépossède une autre personne de ses bien. Un « fraudeur » ne vole personne, il résiste au vole de l’état comme robin des bois par exemple.

    • Le budget de base est déjà établi avec 80 milliards de déficit pour le seul état (ne prenant donc pas en compte une éventuelle fraude). Et pourtant, l’Etat paye fort tard ses fournisseurs (ça s’est malgré tout amélioré ces dernières années), ce qui permets d’économiser sur les sociétés qui font faillite entretemps ou ne paye pas par exemple la permanence des soins aux médecins spécialistes qui y participent. Et puis en Suède, une ministre qui utilise la carte bleue du Ministère et rembourse doit malgré tout démissionner. En France, on n’en rêve.

    • Je suis d’accord avec vous. Mon père devrait être en taule depuis longtemps. Ce système est fait pour les petits malins, ceux qui ont une grande gueule et des grosses couilles. La connivence et la magouille. Cela est en ligne directe de l’appareil d’Etat: il ferme les yeux sur les miettes pour faire passer les plus grosses magouilles d’Etat.

      Anecdote de vacances: les péages Français payés 2 ou 3 fois dans les impots + à la barrière. Se rapprochant de marseille j’ai découvert une nouvelle méthode: le péage gratuit pour les motos. On prend un T abonné en suivant une voiture, et hop gratuit ! Made in France….ce con était collé sur mon pare choc: j’aurais du freiné un petit coup sec….

    • @Larsson
      C’ est un peu qui de l’ oeuf ou la poule était là en premier…notre système fiscal témoigne de l’ idée qu’ à priori les gens fraudent. Une preuve simple, c’ est la question à propos de la possession d’ un téléviseur sur la déclaration de revenu…
      Quant aux contrôles fiscaux, ils sont souvent le fait de dénonciation. Alors qu’ il est très facile aujourd’hui de voir si quelqu’ un vit au dessus de ses moyens déclarés. Bref, pour vous, j’ aurais préféré que vos concurrents soient contrôlés par des agents perspicaces sans votre coup de pouce. Je vous souhaite un joyeux jugement dernier.

    • Larsson,
      Une loi peut-être contraire au Droit.
      Ce n’est pas parce que une majorité des gens vote pour l’extermination d’une minorité, que la nouvelle loi est conforme au Droit.

      La fiscalité Française nous vole notre vie.
      Le salarié de base ne peut disposer que d’un tiers de son revenu réel (l’argent que son employeur dépense pour lui).
      Nous sommes des esclaves, au prétexte que nous sommes trop cons pour nous occuper de notre retraite et de notre assurance-santé, l’état nous vole les deux tiers de notre temps puisque qu’il nous vole les deux tiers de notre revenu.

      Les fraudeurs rendent service à leurs concitoyens, puisqu’ils soustraient à l’état des revenus qui vont être gaspillés.

  • Je ne pense pas que notre flamby applique les théories socialistes à lui même. Cette idéologie est juste un marché pour toucher le plus grand nombre de Français. En effet qu’est ce que la France si ce n’est des fonctionnaires; des syndicats ou des pauvres qui attaquent le mois suivant avec leur CB le 15 du mois…. Notre Flan est (comme sur les images de contrepoints) un bon petit ventre plein de bonnes choses. Un fin palet qui va déguster des bouteilles de vin à 1500 € sur des mets de princes. Qu’est ce qu’il en a à foutre de nos lettres ? La vie est belle, pourquoi le peuple, les pauvres gens sont ils mécontent….Donnez donc à ces pauvres une miche de pain….Toute ressemblance avec louis 16 serait fortuite. Et je suis prêt à parier que notre flan va bientôt prendre un coup de chaud….ça va dégouiliner sec!

  • Pour le titre: j’ai lu un autre truc….juste un mauvais tour de mon cerveau:)
    L’auteur veut il faire passer un message caché ? En tout cas je suis entièrement d’accord.

  • Larsson, vous êtes un bien piètre entrepreneur 🙂

    Les bons entrepreneurs se concentrent uniquement sur leurs forces et leurs qualités.
    Les mauvais entrepreneurs n’ont pour seule arme que le dénigrement, et la délation des faiblesses des autres.

    Encore un « entrepreneur » qui sait utiliser son titre pour briller en société, mais sur le terrain de la réalité, « le marché », ne sait même pas s’en sortir par ses compétences uniquement.

    Vous me faîtes vomir.

    • « et la délation des faiblesses des autres. »
      Il n’est pas question de faiblesses, mais de malhonneteté. Je pensais que les libéraux étaient contre le croony capitalisme et contre toutes formes de concurrence déloyale.
      « ne sait même pas s’en sortir par ses compétences uniquement. »
      Justement l’entreprise malhonnete s’en sort non pas sur ses compétences, sur un bon produit, mais sur un différentiel de prix illégitime.

      • Chacun son point de vue, moi je travaille sur ce que je sais faire, et je suis reconnu pour ma supériorité dans mon domaine.

        Je n’ai pas besoin de dénigrer mes concurrents pour me faire mieux voir.

        Après j’imagine que quand on est médiocre, on se bat avec ses armes.

        Il ne s’agit pas là de philosophie libérale ou non, juste d’éducation et de valeur.

        La délation ne fait pas partie des miennes, mais je comprends qu’elle soit le seul recours de médiocres et des envieux.

        • Être reconnu pour sa supériorité ne veut pas dire être supérieur! Je suis d’accord pour dire: faire et ne pas regarder autour est la seule façon d’avancer en France. Cela va par contre rapidement rentrer en contradiction avec la loi et les Français (syndicats, jalousie (riche…), impots, etc). Je pense sincèrement que la compétence n’est pas compatible avec la France….. reste donc ceux qui peuvent s’en accomoder….et penser avec superiorité.

      • gillib,

        « Un libéral est pour le respect de la loi. »

        Je suis d’accord avec vous. Mais un libéral ne peut pas avoir une confiance aveugle dans la loi… Il faut savoir prendre du recul par rapport aux droits naturels. En tant que libéral, je suppose que vous n’auriez pas respecté les lois françaises de Vichy.

        La fraude fiscale est regrettable. Certes, mais ne nous laissons pas corrompre par l’interventionnisme de l’Etat et ses lois liberticides. Lorsque la loi n’est plus légitime, la fraude créé une concurrence déloyale parce qu’à la base, la taxation est déloyale (parce qu’elle est injuste et spoliatrice).

        Vous rendez-vous compte que vous concluez au traitement de la concurrence déloyale par l’approbation de la délation au lieu de remettre en cause la légitimité de la spoliation source de concurrence déloyale ?

        • « En tant que libéral, je suppose que vous n’auriez pas respecté les lois françaises de Vichy. »
          Honnêtement je ne sais pas comment je me serais comporté en 1940, c’est tjs facile en 2013 derrière son clavier de faire de grande déclaration. en sachant la suite des événements. Les français ont connu la défaite, l’occupation, puis la libération, à chaque période ses sentiments. Ils ont essayés de survivre.
          « Lorsque la loi n’est plus légitime, » Héhé cela commence quand ? à 15% à 30% à 60%. Ne faisons pas comme l’extrème gauche qui se permet de déclarer tel ou tel loi illégitime ( Révolte citoyenne).
          Au sujet de la délation, imaginons que votre concurrent pratique la corruption envers le donneur d’ordre (un maire par exemple), vous faites quoi? Vous vous exilez, vous changez de métier, vous surenchérichez la corruption, vous dénoncez?
          Enfin n’oublions pas que nous sommes lus, c’est même l’intérêt de contrepoints, et à trop défendre des positions extrêmes, nous feront fuir les lecteurs de bonne volonté et près à examiner le vrai libéralisme; Respect de l’individu dans des relations pacifiques.
          Enfin bcp de liberaux se déclarent libéraux parce qu’ils veulent pouvoir faire du business tranquillement sans entraves, et rejetteraient le libéralisme s’ils devaient en appliquer toute la philosophie.

          • «  »Lorsque la loi n’est plus légitime, » Héhé cela commence quand ? à 15% à 30% à 60%. »
            Il faut prendre le problème dans l’autre sens : quelles sont les fonctions légitimes de l’État, d’une part, et selon quelle règle/mode de calcul les individus doivent-ils les financer d’autre part ?

          • « Lorsque la loi n’est plus légitime, » Héhé cela commence quand ? à 15% à 30% à 60%.
            Son existence même est illégitime car elle est appliqué de force. Seul le volontariat la rendrai légitime

          • Bonjour Baptiste Créteur

            « quelles sont les fonctions légitimes de l’État, »
            Je suis d’accord, je suis minarchiste 😉
            Mais les libéraux ne sont pas seuls (qq %).
            Nous ne voulons pas de contraintes mais si 99% de la population veut un état fort et être esclave, nous ne pouvons pas les contraindre de suivre notre vision des choses.
            Un communiste le ferait puisque son but c’est la contrainte.
            Nous ne pouvons rendre libre les gens contre leur volonté.

          • « si 99% de la population veut un état fort et être esclave, nous ne pouvons pas les contraindre de suivre notre vision des choses. »

            On ne les contraint pas… On ne veut juste pas qu’il nous force a adhérer à leurs idées.

            La loi n’est pas légitime lorsqu’elle n’a pas pour but exclusif de protéger les droits naturels des individus.

          • Gillib:

            « Enfin n’oublions pas que nous sommes lus, c’est même l’intérêt de contrepoints, et à trop défendre des positions extrêmes, nous feront fuir les lecteurs de bonne volonté et près à examiner le vrai libéralisme; Respect de l’individu dans des relations pacifiques. »

            Vous avez tout à fait raison.
            Voir quelqu’un annoncer fièrement qu’il dénonce au fisc a eu le don de me faire sortir légèrement de mes gonds 🙂

            « Enfin bcp de liberaux se déclarent libéraux parce qu’ils veulent pouvoir faire du business tranquillement sans entraves, et rejetteraient le libéralisme s’ils devaient en appliquer toute la philosophie. »

            Je ne me sens pas du tout concerné pour le coup, je pense avoir un grand nombre de point commun avec le libéralisme en dehors de l’aspect business. Même si c’est cet aspect qui m’a amené à m’intéresser à cette philosophie.

            Je suis persuadé que l’on trouverait pourtant un très grand nombre de libéraux qui s’ignorent parmi les entrepreneurs, et qu’il ne faudrait pas grand chose pour que le mouvement libéral passe de quelque chose de confidentiel et pestiféré, à un mouvement fort et politiquement important.

            Je veux dire par là que l’on parle quand même des gens qui entretiennent financièrement tout le reste de leurs con…citoyens…

            Ce serait si simple, il suffirait de couper les vannes 🙂

          • @Stef75
            « La loi n’est pas légitime »
            Malheureusement elle est légale 🙁

            @Julien
            « Je suis persuadé que l’on trouverait pourtant un très grand nombre de libéraux qui s’ignorent parmi les entrepreneurs »
            Vous avez raison. Mais la plupart des francais sont salariés et je pense que le bon angle d’attaque pour qu’ils s’intéressent positivement au liberalisme c’est plus de leur parler de la mauvaise gestion des services publiques (Ecoles hopitaux maison de retraite ect..)
            Je suis pro-capitaliste mais vu l’état de conditionnement des français, leur parler du coté positif des « patrons » « des banquiers » « des nantis » on part perdant.(voir ravachol and co)

            PS le petit mot sur les libéraux pro business ne vous visait pas 🙂

      • la mère de toutes les malhonnêtetés et de toutes les injustices c’est l’état. Lutter contre l’état est moralement juste. Tous ceux qui tentent d’échapper à son emprise sont légitimes. Remplacés les mots état par mafia et impôts par raquette et vous verrez tout de suite les choses différemment.

        • @Larson
          Dommage, j’ai 75 ans.
          Avec plaisir j’aurai créer une nouvelle boite pour te couler en payant tous mes impôts.
          Les clients on les fait venir si on est le meilleur.
          Amicalement

        • « Voir quelqu’un annoncer fièrement qu’il dénonce au fisc a eu le don de me faire sortir légèrement de mes gonds  »

          Ca fait partie de mes plaisirs en France de voir des gens qui se croient bien droits dans leurs bottes, commencer à pinailler dès qu’on leur parle de respecter les lois qui les concernent.

          Voulez vous savoir ce que j’ai ressenti en apprenant la condamnation aux prudhommes du petit salopard qui faisait trimer 5 stagiaires pour 800 euros (dont 400 pas déclarés) ?

          La même chose que ce qu’on ressent en raclant la merde de ses souliers sur le bord du trottoir.

          Un héros ? un résistant ? Non, un escroc, un voleur, un gros nul dans son métier qui vendait de la merde et profitait de la faiblesse des autres pour survivre alors qu’il n’avait pas sa place dans le business.

  • « Un libéral est pour le respect de la loi. »

    Vous confondez avec le conservateur. Le libéral consent à respecter des lois justes, mais pas plus.

    • Un libéral sait que la loi doit être respectée, point barre. Il estime aussi que 95% des lois doivent être supprimées.
      Quant à juger de la justice des lois pour les respecter ou non, c’est un truc typiquement français, donc pas libéral.

      • « Un libéral sait que la loi doit être respectée, point barre. Il estime aussi que 95% des lois doivent être supprimées. »

        Jusqu’ici tout va bien.

        « Quant à juger de la justice des lois pour les respecter ou non, c’est un truc typiquement français, donc pas libéral. »

        Si vous réussissez à me convaincre que les lois de Vichy étaient justes, j’admettrai ne pas être libéral.

        Ce qui différencie un libéral d’un mouton collectiviste, c’est que le libéral sait prendre du recul par rapport à l’injustice d’une loi contraire au jusnaturalisme.

        • Juste ou injuste décide de si elle peut être conservée ou si on doit lutter pour l’abolir. C’est distinct de savoir si on doit la respecter en attendant, car libéral ou pas, nul n’a le droit de se faire justice soi-même à l’égard d’autrui.

          • « se faire justice soi-même à l’égard d’autrui » ça veut dire quoi?

            En revanche une loi injuste, je veux bien que vous me disiez comment vous faites pour « lutter pour l’abolir » en la respectant scrupuleusement.

            Un exemple concret : lorsque je prête mon véhicule à une personne. En cas d’infraction, la loi oblige à la délation. Je dis que je n’étais pas le conducteur, je ne donne pas le nom de la personne : elle ne perd pas de points, moi non plus, mais je paye l’amende (après je vois avec la personne si je lui prête encore mon véhicule ou non).

            En revanche, s’il y a atteinte aux droits naturels d’une autre personne, j’estime que celui à qui j’ai prêté mon véhicule est responsable.

            Je ne parle pas de rendre la justice… Estimer si une loi est juste ou non revient à ne pas respecter benoîtement la loi comme un mouton. La nuance vous convient ?

  • @Ilmryn

    « La question c’est pourquoi diable on les paies pour gérer le global si au lieu de vivre nos vies à produire on doit les surveiller comme des gosses pour ne pas se faire enfler ? »

    Voila votre problème à vous, les Français, bien résumé.

    A votre avis, un actionnaire du Bureau qui ne viendrait jamais au CA, ne regarderait jamais les comptes, n’ouvrirait jamais sa gueule, sous prétexte qu’il a un directeur général pour s’occuper de tout ça, il aurait le droit de se plaindre s’il perd toute sa mise ?

    Vous donnez des milliards à l’Etat, et vous ne faites même pas l’effort de surveiller ce qu’il fait de votre argent. Vous vous contentez de vous plaindre quand ça tourne mal.

    Vous avez une commission de consultation des documents publics : pourquoi ne croule-t-elle pas sous les demandes ?

    En Suède, on paie beaucoup d’impôts, on n’a aucune confiance envers nos gouvernants, et c’est pour ça qu’on surveille tout, et qu’on connait pratiquement tout de leur vie quotidienne.

    Ca prend du temps et de l’énergie à plus d’un Suédois, cette surveillance permanente, mais c’est le secret.

    En revanche, si vous voulez que l’Etat soit honnête, commencez par l’être vous même.

    Ne vous avisez pas de vous vanter de vos fraudes devant moi, je ne suis pas la bonne personne pour ça.

    • On ne le fait pas parce que ça sert à rien. Rien du tout. Même quand on constate un problème, même quand il est notoire, le citoyen français est totalement dépourvu de moyens d’action. Il ne peut pas saisir les tribunaux, et celui qui fait l’effort de ce genre d’action n’est déjà pas du genre à voter pour la racaille clientéliste, donc il ne peut pas cesser de voter pour des gens pour qui il ne vote déjà pas, ce qui veut dire que son poids électoral est nul.

    • « Vous donnez des milliards à l’État, et vous ne faites même pas l’effort de surveiller ce qu’il fait de votre argent. Vous vous contentez de vous plaindre quand ça tourne mal. »
      Le citoyen n’est pas actionnaire de l’État, et n’a pas le choix de lui donner des milliards – à la différence de l’actionnaire.
      Mieux : quand il essaie de ne pas le faire, des gens comme vous le dénoncent. Bravo.

      « En revanche, si vous voulez que l’Etat soit honnête, commencez par l’être vous même. Ne vous avisez pas de vous vanter de vos fraudes devant moi, je ne suis pas la bonne personne pour ça. »
      J’aimerais clarifier votre définition de l’honnêteté :
      -Tout ce qui est légal est-il légitime, et ce qui est illégal illégitime ?
      -L’honnêteté se mesure-t-elle dans vos relations à l’État, ou dans vos relations aux autres ? Suppose-t-elle d’obéir à l’État en toutes circonstances ?

  • « En Suède, 9 fraudes graves sur 10 se finissent en prison. En France, vous êtes beaucoup trop soft. »

    Personnellement je trouve que c’est un excellente idée mais j’ai consulté mon ami Jérome.C qui travaillait jusqu’à il y a peu dans ce domaine et qui est tout à fait compétent en matière de fraude fiscale, et il me susurre à l’oreille que c’est malheureusement impossible en France. Il dit qu’il m’expliquera pourquoi quand je serai grand et que je ne croirai plus aux licornes.

    • @ Julien :
      « Je veux dire par là que l’on parle quand même des gens qui entretiennent financièrement tout le reste de leurs con…citoyens.. »

      Je me demande lequel de votre cul ou de votre gorge est devenu le plus large. J’ai dû mal à trancher. D’un côté vous auriez dû mourir d’une hémorragie rectale provoquée par le fisc fucking d’un autre côté votre prétention devrait vous casser l’os hyoïde quand vous avalez.
      Vous êtes un survivant !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Allons-nous vers une Europe fédérale resserrée autour de l’Allemagne ? Dans un article pour le Frankfurter Allgemeine Zeitung, le chancelier social-démocrate allemand Olaf Scholz vient de décrire sa vision de l’Europe. Il y défend une approche centralisatrice de l’Union européenne et appelle à la fin des veto nationaux afin d’assurer un plus grand poids sur la scène internationale. Mais les politiques écologiques et de défense allemandes passées et présentes montrent que la méfiance doit être de mise.

 

Fin des veto nationaux ... Poursuivre la lecture

Un article de Conflits

To be, or not to be, that is the question : en quelques mots, Shakespeare a fait dire à son prince Hamlet la question existentielle d’être, quitte à souffrir, ou de ne plus être en se rebellant et en risquant la mort. Les Allemands vivent ces jours-ci ce refrain universel du doute : vivre avec le gaz russe ou mourir économiquement sans le gaz russe, telle est la question.

 

Les centrales électriques ne peuvent pas grand-chose

Un vent de panique semble désormais souffler sur l’Allemagne. Alors q... Poursuivre la lecture

La semaine dernière, l’Allemagne a annoncé la relance de ses centrales à charbon suite aux risques de rupture d’approvisionnement en gaz par la Russie. Présentée comme temporaire, cette solution paraît pourtant irrémédiable depuis la décision de fermeture progressive du parc nucléaire allemand par les sociaux-démocrates il y a près de 20 ans - et accélérée par Angela Merkel suite à l’accident de Fukushima en 2011.

Aujourd’hui, l’Allemagne pâtit donc d’une décision idéologique animée par un principe de précaution sans la moindre base ra... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles