Les Verts n’aiment pas le gaz de schiste, car ils n’aiment pas la prospérité

Si la contamination de l’eau ou des séïsmes causés par le fracking pour le gaz de schiste, étaient possibles, on le saurait, à ce stade.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
shale gas head pipe

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les Verts n’aiment pas le gaz de schiste, car ils n’aiment pas la prospérité

Publié le 29 juin 2013
- A +

Si la contamination de l’eau ou des séismes causés par le fracking pour le gaz de schiste, étaient possibles, on le saurait, à ce stade.

Par Daniel Hannan, depuis Oxford, Royaume Uni.

On pourrait penser que les verts se réjouiraient du trésor de gaz de schiste sous nos pieds. Voici un approvisionnement en énergie abondant, qui n’émet pas de suie (comme le charbon), qui ne bloque pas les estuaires (comme l’énergie marémotrice), qui n’affame pas les Africains (comme les bio carburants), et qui ne massacre pas des oiseaux rares (comme les champs d’éoliennes). Il n’a pas besoin de subventions publiques (comme les renouvelables et le nucléaire). Au contraire, il va générer un robuste flux de revenus fiscaux pour l’échiquier. Il va diminuer notre dépendance envers des régimes déplaisants, de Téhéran à Moscou, précisément le genre de régimes contre lesquels manifestent les verts. Oh, et il va faire baisser nos émissions de carbone en remplaçant le charbon dans notre production d’électricité.

Où est, donc, le problème ? Certains activistes parlent de pollution de l’eau. D’autres, de façon un peu fanfaronne, de tremblements de terre. Si l’un des deux était une possibilité le moins du monde sérieuse, on le saurait, à ce stade. Il y a déjà eu beaucoup de fracking aux États-Unis, et pas un seul cas de contamination de la nappe phréatique. Quant aux tremblements de terre, eh bien, oui, techniquement, tout tremblement est qualifié comme tremblement de terre, mais la sorte qui est provoquée par le fracking est, d’après le rapport le plus exhaustif à ce jour, « à peu près la même que l’impact provoqué par la chute d’une bouteille de lait ». Le procédé a été déclaré sûr par la Royal Society of Engineering et par la Royal Society.

Bien sûr, les gens sont prêts à croire le pire quand ils vivent dans les zones susceptibles d’être affectées. Et, on ne peut le nier, le fracking va causer certains dérangements au début, comme c’est le cas de tous les projets de construction. Il y aura des camions et des ouvriers, et de l’agitation générale. Ces choses, cependant, ne sont jamais aussi mauvaises que ne le clament leurs opposants. Tout comme, pour être juste, les emplois ne sont jamais aussi nombreux que ne le clament leurs supporters. Dans tous les cas, aussi bien les emplois que le dérangement seront provisoires. Les gains dépasseront les inconvénients par un facteur de 1000, et je dis ça en tant qu’eurodéputé pour une région qui sera probablement plus affectée que la plupart.

Les Unes du jour (le 28 juin) nous avertissent du rationnement de l’électricité et de coupures de courant à grande échelle qui se préparent. Le fracking ne va pas juste résoudre ce problème, il va nous tirer jusqu’à un retour de la croissance, tout comme il l’a fait aux États-Unis. La découverte a eu lieu, par le jeu du hasard, au moment même où les réserves de pétrole, et plus particulièrement de gaz de la Mer du Nord s’épuisent. Et maintenant, il s’avère que nous sommes assis sur le plus grand butin de gaz de schiste d’Europe. Ça semble presque providentiel.

D’une façon très similaire, nos ancêtres, il y a longtemps, ont trouvé une manière d’accéder à des quantités presque illimitées de charbon, juste au moment où la Grande Bretagne entamait son expansion du XVIIIième Siècle. En conséquence, la révolution industrielle s’est produite ici, plutôt que, disons, en Chine ou en Italie. Nous sommes devenus la plus grande et la plus riche nation sur terre. Le charbon est la raison pour laquelle le monde parle Anglais.

Mais voilà la différence. Malgré les horribles dangers de l’exploitation du charbon au XVIIième Siècle — l’effondrement des galeries, les inondations, les gaz explosifs — l’industrie a été autorisée à se développer, et est graduellement devenue de plus en plus sûre et de plus en plus propre. Aujourd’hui, par contraste, une industrie plus propre et plus sûre que la plus propre des mines de charbon, est menacée par une coalition d’eurocrates envieux et de verts.

Je peux à peu près voir ce qui dérange les eurocrates. Ils n’aiment pas le capitalisme, et ils n’aiment pas les combustibles fossiles, et ils n’aiment pas la Grande-Bretagne. Les objections vertes sont plus dures à comprendre : nous avons là un approvisionnement en énergie propre, qui profitera à tout le monde, mais disproportionnellement plus aux moins riches, qui dépensent une plus grande part de leurs revenus en énergie. Quand j’ai pris la parole au parlement européen en soutien du fracking, la plupart des commentaires négatifs qu’on m’a opposés ne se sont pas concentrés sur des soucis particuliers de sécurité. Bien plutôt, ils se plaignaient en termes généraux que le fracking « empoisonnerait la planète », ou « saignerait notre mère, la Terre », sans cause plus élevée que l’appât du gain.

Ce qu’on entend ici par « appât du gain' » est le désir d’améliorer ses conditions matérielles, qui a poussé toutes nos avancées depuis l’âge de pierre. Quelqu’un voit une opportunité d’offrir un service pour lequel les autres seront prêts à payer et, en conséquence, de la richesse est créée, là où il n’y en avait pas auparavant. Ce qui s’est passé avec le charbon au XVIIIième siècle pourrait se reproduire maintenant : les prix vont chuter, la productivité va augmenter, les gens seront libérés pour de nouveaux emplois, élevant le niveau de vie pour tout le monde. « L’appât du gain », dans  ce sens, est pourquoi nous avons toujours des dents à l’âge de 30 ans, pourquoi les femmes ne s’attendent plus à mourir en accouchant, pourquoi nous avons du café et des ordinateurs et des cathédrales. « L’appât du gain » est pourquoi nous avons le temps d’écouter Beethoven, et de faire des promenades à la campagne, et de jouer avec nos enfants. Une énergie meilleur marché, quelle que soit la façon dont on le mesure, améliore notre qualité de vie.

Mais c’est précisément ce à quoi certains verts s’opposent. Ce qu’ils veulent, comme ils l’admettent franchement, est la décarbonisation, la désindustrialisation et la dépopulation. Ils voient les diverses avancées que nous avons connues depuis l’âge de pierre -le café, les ordinateurs, les cathédrales- avec regret. Ce dont la société a besoin, nous disent-ils, n’est pas du consumérisme vert, mais de moins de consumérisme. Ce qui, bien sûr, est ce que la plupart des pays occidentaux ont eu depuis 2008. Le krach nous a amené tout ce que les éco-guerriers exigent : un PIB plus bas, moins de consommation, un déclin du commerce international. Et cependant, étrangement, quand ça s’est produit, ils n’ont pas eu l’air satisfaits du tout. Il y a des gens qui ne sont jamais contents.

Traduction Contrepoints.

Sur le web

Voir les commentaires (45)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (45)
  • « quand ça s’est produit, ils n’ont pas eu l’air satisafaits du tout. Il y a des gesn qui ne sont jamais contents. »

    Mieux, ils veulent des plans de rilance…

  •  »on le saurait à ce stade » : ben oui évidemment les différents lobbying vertueux liés à l’exploitation pétrolière nous abondent d’infos impartiales, loyales & fiables…tiens un bel edito qui nous apporte encore une fois la preuve

    • Je ne pense pas que l’auteur prétende apporter « une preuve » de quoi que ce soit.
      Mais le fait est qu’il n’y a aucun de cas de pollution avéré à ce jour. (ou alors apportez nous en un…)

      Sinon sur le reste. Oui les écolo sont contre le gaz de schiste par pure idéologie. La preuve ultime de cela est qu’ils sont contre la RECHERCHE elle-même sur le sujet.
      Leurs objectifs sont effectivement décroissance, désindustrialisation et, pour certains, dépopulation. Une énergie abondante, facile d’accès et bon marché est évidemment un obstacle majeur à cet objectif. C’est la seule et unique raison à leur opposition.

      L’industrie française en voie de disparition aurait bien besoin de cette énergie pour survivre. Mais non, par la décision idéologique d’une minorité verte au pouvoir, elle n’y aura pas droit.

      Bienvenue, en france, dans un pays en voie de sous-développement.

  • Les gaz de schistes nécessitent des subventions et c’est précisément ce qui est mis en place au royaume uni avec des crédits d’impôt sur l’exploration et l’extraction et des subventions pour les communautés à proximité des puits.

    • Vous voulez dire, comme pour l’éolien ? Mais sans les oiseaux tués, sans la pollution visuelle, sans la pollution par terres rares, et un retour sur investissement effectif ? C’est ça ?

    • Quel niveau mental faut-il avoir pour ne pas saisir la différence entre une subvention et un crédit d’impôt ? Historiquement, la mise en production des hydrocarbures s’est faite sans subventions; Supprimez toutes subventions et voyons si la production de pétrole et de gaz s’arrête.

  • Je n’ai jamais lu un article aussi mauvais, avec beaucoup de mauvaise foi, ne dit- on pas » il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veux pas voir » ? Ce torchon ne mérite même pas qu’on s’y attarde!

    • @autruche89 : Pourriez-vous préciser.
      Qu’y a-t-il de faux dans cet article ?

    • Le nom que vous avez choisi vous va très bien : la tête dans le sable à ne pas vouloir voir la réalité, mais seulement votre idéologie. Au lieu de parler de torchon, argumentez !! si vous en êtes capable

  • J’ajouterai que les US ont diminué leurs émissions de gaz satanique, ce dont ils devraient se foutre éperdument, car on attend toujours une démonstration en laboratoire de ce fameux « effet de serre » qui n’existe pas.

  • Contre. Je vote pour la chute de la Fance… Imaginons un instant que cela rapporte de millards ? Que va faire l’Etat avec ça ? Taxer encore plus, embaucher des fonctionnaires et des syndicats. Je dis stop. Laissons crever la France. Faisons la grève !

  • Bien sur que les verts nuisants n’aiment pas la prospérité, c’est presque à ça qu’on les reconnait. Les zécolos sont des pastèques, vert dehors rouge dedans. Cela dit il fut un temps la gauche aimait le progrès.

  • Imaginons que par un miracle parlementaire l’exploration des gaz de schistes soient permise.
    La bourse est à la hausse, tirée par les métallurgiques.
    Bien sur ça tuerait les hautsliens qui raccordent les zécolos à la gôche

  • Je me suis intéressé aux gaz de schiste suite à toute cette polémique.
    J’ai découvert qu’un des arguments le plus souvent présenté contre cette exploitation était celui de la consommation d’eau. Et là, c’est le drame. Certes, un puits consomme de l’eau mais ce n’est rien par rapport à la quantité utilisée pour le raffinage du pétrole. On pourrait donc faire des économies d’eau avec ces gaz.
    Au delà de ceci, ce que je reproche le plus aux écolos (surtout les politiques), c’est leur refus de la science. Comme dans toutes les religions, leur pire ennemi est la connaissance et le savoir. Je vous conseille d’ailleurs le numéro de Sciences et pseudo-science sur l’héritage des Lumières qui traite de ce sujet.

    • Pour ce qui concerne la consommation d’eau, une fracturation hydraulique « moyenne » consomme un peu moins de 10000m3, ce qui représente l’arrosage de 10ha de mais sur un an. Alors, pensez aux milliers d’ha de mais et soyez rassurés sur la consommation d’eau de la fracturation hydraulique. Ensuite, concernant la volonté de décroissance des verts, elle est exprimée clairement sur leurs sites, et de plus il suffit de découvrir leurs réactions face aux progrès fulgurants de la fusion froide, c’est pathétique.

      • D’où sort ce chiffre ? Source ? Lien ?

      • Qu’appelez-vous “fusion froide” ?
        Au mieux, c’est la fusion nucléaire par catalyse muonique, peut-être ? Et là, c’est encore très, très conjectural…
        Pour le reste, c’est thèse-syntèse-foutaise !

  • Le socialisme comme le syndicalisme se repaissent de la misère des gens.

    Toute success story est donc un outrage. No passaram !

  • MIRACLE !!
    ARTE diffuse cette semaine un reportage sur une équipe de scientifiques qui viennent de démontrer que les changements climatiques sont dus à l’activité solaire et aux nuages.
    http://future.arte.tv/fr/sujet/le-secret-des-nuages

  • La créativité de l’Homme est infinie et ça, les sinistres malthusiens refusent de le voir.
    Ils refusent de considérer l’Homme dans son essence meme qui le différencie des autres animaux : sa capacité à créer. Capacité à créer qui s’épanouit pleinement quand les conditions de liberté sont maximales.

    • C’est pourquoi je suis persuadée que les Verts n’aiment pas l’Humanité.

      • le gaz de schiste c’est le nouveau symbole des verts, La cause à combattre pour être in ; ce qui est sympa c’est que vous pouvez être contre le gaz de schiste et profiter de la baisse du coût du gaz… comme avoir militer contre les centrales nucléaire et profiter d’une électricité fiable et pas chère..c’est y pas beau?

    • Et ca vous derange parceque le fameux « croissance infinie pas possible dans un monde fini » tombe a la flotte?
      Dommage c’etait un slogan bidon mais qui faisait croire que l’on a reflechi aux problemes du monde. C’est important de briller au cafe du coin.

  • L’université du Texas, vient de publier un rapport qui démontre un accroissement de 78% du taux de cancer chez les populations civiles dans un rayon de 800 mètres autour de chaque forage, ainsi qu’une diminution minimum de 20% du prix de l’immobilier dans un rayon de 2 km autour de chaque forage.

    Enfin, les séismes sont fréquent suite aux forages, mais l’essentiel du risque se trouve à proximité des plaques tectoniques.

    Les risques sont à long terme et les séismes pour la géothermie sont avérés, alors que les schistes relèvent d’une exploitation plus intensive encore.

    Enfin, il y a la pollution des nappes phréatique.

    Il est facile de nier cette pollution, lorsque désormais, pratiquement 100% des nappes phréatiques sont déjà polluées à cause des pesticides… et autres activités industrielles et lorsque la décontamination partielle par les station d’épuration est déjà payée par le contribuable ou le consommateur d’eau courante…

    C’est facile de rajouter une pollution à une pollution et de prétendre qu’on ne pollue pas.

    En France les cartes de forages sont en Ile-de-France essentiellement, dans les Yvelines, l’Essonne et la Seine-et-Marne….

    J’ai les cartes des puits sous les yeux, il y en a un qui est prévu pratiquement dans les jardins du château de Versailles…

    Et vu le nombre de puits prévus dans les Yvelines, vu la densité de population, puisque vous ne parlez qu’en termes comptables, une augmentation de 78% des cancers et une baisse de 20% de l’immobilier dans pratiquement toutes les yvelines, couterait plus que ce que le pétrole extrait ne rapportera jamais.

    Enfin, il faut savoir que les schistes engendrent du pétrole de mauvaise qualité.

    Le pétrole n’est pas égal au pétrole.

    Les schistes aux USA servent à alimenter l’industrie de la chimie, pas l’industrie pétrolière, ni les centrales électriques !

    Car les schistes sont des pétroles de trop mauvaise qualité pour en faire du carburant, alors on l’utilise pour produire du plastique, des pesticides et tous les dérivés de la chimie.

    Cette industrie de la chimie est quasi inexistante en Europe, alors qu’aux USA il y avait une vieille industrie de la chimie, qui fut revitalisée par les schistes, d’où la fausse impression de ré-industrialisation.

    Enfin, il reste 60 ans de réserves mondiale de pétrole conventionnel, d’ici là notre physique aura certainement évoluée, alors nous n’avons pas besoin des schistes en Europe pour arrêter le nucléaire.

    Faisons plutôt du solaire thermique en Espagne, comme le fait Warren Buffett en Californie.

    • Ouarf ! Quel tissu de bêtises !
      Et dire que vous “terminez” votre argumentaire par :

      « Enfin, il faut savoir que les schistes engendrent du pétrole de mauvaise qualité. »

      Normal : c’est pas du pétrole, mais du méthane (essentiellement) 😉

    • Quand on veut que ses arguments extraordinaires soient pris en compte le minimum c’est de mettre les sources, sinon vos « faits » ne sont que des affirmations gratuites….

  • cet article me rappelle les articles aux usa de ‘fred singer’ le pape du lobbying pour le pétrole, les cigarettes et l’amiante, que des trucs sains quoi… Il dénonçait les « mensonges » du réchauffement climatique affirmait que fumer n’était pas si dangereux ou encore niait la dangerosité de l’amiante, comme un certain Claude Allègre… Ou bien vous êtes un lobbyiste professionnel et alors vous faîtes de la désinformation et c’est très grave ou bien je vous conseille de vérifier vos sources (si vous en avez) avant d’écrire n’importe quoi.

    • précisions: sans subventions le gaz de schiste est tout simplement économiquement une aberration:
      le prix de revente comprenant la recherche, le développement, l’exploitation des puits et le versement d’un rendement moyen sur le capital des investisseurs, devrait se situer autour de 7,50 à 8 dollars par million de BTU*. Le gaz de schiste est revendu actuellement aux alentours 3 dollars par million de BTU*. Précisons qu’en plus pour l’exportation il conviendrait de rajouter 3 dollars par million de BTU*, coût de la liquéfaction du gaz de schistes.
      « Rex Tillerson, PDG d’Exxon, le plus grand producteur de gaz de schiste, résume la situation au Council on Foreign Relations : « Nous perdons tous nos chemises aujourd’hui. Nous ne faisons pas d’argent. Tous les signaux sont au rouge. »
      Chesapeake Energy, un des leaders de l’industrie américaine, pourrait se trouver en faillite l’année prochaine si l’entreprise ne réussissait pas à couvrir son déficit de trésorerie d’environ 22 milliards de dollars. En août 2012 BHP Billiton Ltd a dû réduire de 2,84 milliards de dollars la valeur d’une partie de ses actifs en gaz de schiste aux États-Unis, lesquels avaient été achetés 4,75 milliards de dollars seulement dix-huit mois plus tôt. En juillet, deux autres sociétés, BG Group Plc. et Encana Corp, ont annoncé une réduction de plus de 3 milliards de dollars de leurs actifs en gaz de schiste. Noble Energy Inc, Exco Resources Inc et Quicksilver Resources Inc ont annoncé au total plusieurs centaines de millions de dollars de dévalorisations. D’autres devraient suivre. »
      source: http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20121023trib000726616/gaz-de-schiste-faut-il-remercier-hollande-.html

      • Les vilains grands pétroliers perdent des sous, et vont donc rendre gorge, et les écolos ne s’en réjouissent pas ? Comment ça se fait ? J’ai une triste nouvelles pour vous : ils vont se faire des milliers de milliards avec, sans aucun besoin subvention, et pire encore : nous en serons tous plus prospères. Quant à La Tribune, mais quel niveau mnetal faut-il avoir pour confondre subvention et crédit d’impôt ? Tillerson va pleurer jusqu’à la banque, avant d’aller toucher ses dizaines de millions de bonus supplémentaire. Si on ne tronquait pas abusivement ses citations, on comprendrait des choses aussi simples.

  • les Verts sont atteints du virus de la déconnologie.Ils ne voient pas plus loin que leur bout de nez oubliant tous les avantages qui leur ont permis d’accéder au siège qu’ils occupent en politique ou d’avoir pu obtenir des bourses d’études afin d’améliorer le sort de leurs contemporains.Pourtant biologiquement parlant quand on voit les orages de grêle s’étant abattu comme en certaines régions de Suisse,la nature elle-même aura montré à ces gens là ce que le terme Bio signifie vraiment,quitte à détruire les panneaux solaires n’ayant pas résisté aux coups de colère de sa majesté dame météo .Vive l’écologie de plus en plus couteuse
    a se demander si les nouvelles semences complètement détruites dans les vignobles ,les champs et garanties Bio par l’UE sont vraiment adaptées aux sols de chaque pays.Encore une fois les Verts sont des écologistes dangereux et l’article à lui seul le souligne avec justesse.Vive le capitalisme Vert

  • Les Verts sont loin d’être atteints de « déconologie ».
    Au sujet des gaz de schiste, lire page 90 l’article de Benjamin Dessus: »Que penser de l’affaire des gaz de schiste » dans ce cahier de Global Chance.
    http://www.global-chance.org/IMG/pdf/GC33.pdf

    • Soyons sérieux.
      Le problème du gaz de schiste, c’est son EROI de m*rde et le traitement des effluents.

      Par contre, je tiens à signaler que ce modèle fonctionne car on consomme du conventionnel (EROI de 100 à 400) pour sortir le schiste (EROI de 2… à 13.3 dans les meilleurs gisement, et puis il y a eu des progrès de faits sur la méthode d’extraction)… + quelmques subventions bien placées.

      Pour les schiste en France : ce que l’on sait, c’est qu’on a de la roche mère. Or avoir la roche mère ne signifie pas forcement qu’il y a du gaz exploitable (le polonais est si riche en azote qu’il ne brule presque pas). Le seul moyen de savoir si il y a du gaz, c’est de creuser…

  • Non mais, sérieusement ? Bastiat Award pour le meilleur journaliste en ligne ??? Je n’avais rien lu d’aussi partial de toute ma vie… Quelle démagogie, quelle propagande alignée. Je ne comprends pas qu’une seule personne digne d’intelligence puisse tomber dans le piège d’un tel discours convenu à l’intérêt scientifique inexistant.

  • Il y a quand même pas mal d’incohérence au sujet de la fracturation hydraulique. En effet, elle est déjà utilisée pour la géothermie profonde. Donc, pour le gaz de schiste, c’est tout mauvais et il faut l’interdire, et pour la géothermie, parce qu’elle est conforme à la « ligne du Parti »des khmers verts, c’est tout bon et donc c’est autorisé? La cohérence ne voudrait-elle pas que ce soit interdit ou autorisé pour les deux, non? L’idiotie des khmers verts me laisse toujours pantois….

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Qui a encore en mémoire le documentaire Gasland ? Projeté en 2010 au festival de Sundance aux États-Unis son contenu s’était répandu comme une traînée de poudre dans le monde entier.

Véritable procès d’intention à l’encontre des exploitants américains de gaz et pétrole de schistes, le documentaire mettait en avant la question controversée de la pollution des nappes phréatiques par la méthode de la fracturation hydraulique. La célèbre image du « robinet en feu » laissant supposer une eau du robinet polluée par le gaz a fait le tour du m... Poursuivre la lecture

Il est surprenant qu’à la veille d’une très grave crise de l’énergie ni les hommes politiques ni les media n’évoquent la possibilité de recourir au gaz de schistes localisé sous nos pieds et dont nous avons la pleine maîtrise.

Le 13 juillet 2011, un an avant les élections présidentielles et sans doute afin de s’assurer la bienveillance des écolos de tout poil mais aussi de l'opinion, la majorité parlementaire, à l’initiative du député Christian Jacob PR, réputé de droite, a fait voter une loi qui interdisait non seulement l’exploitatio... Poursuivre la lecture

À la fin du mois de février 2020, le monde redécouvrait le spectre lointain et oublié des pandémies qui avaient décimé tant de populations dans l’histoire de l’humanité. Deux ans plus tard, une autre plaie oubliée s’abat sur le continent européen, la guerre.

Dans les deux cas, afin de lutter contre ces fléaux, l’arme économique et financière est de sortie. Une première arme commune à ces deux épisodes malheureux, l’argent magique et les taux négatifs, un autre virus qui a infecté les banques centrales depuis des années et dont on ne s’... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles