C’est le camembert qui fait et défait les gouvernements

Il en coûte trois fois plus cher pour acheter le camembert « Le Rustique » au Québec que dans un supermarché français. Pourquoi ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
le rustique

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

C’est le camembert qui fait et défait les gouvernements

Publié le 24 juin 2013
- A +

Il en coûte trois fois plus cher pour acheter le camembert « Le Rustique » au Québec que dans un supermarché français. Pourquoi ?

Par Youri Chassin et Vincent Geloso, depuis Montréal, Québec.
Un article de l’Institut économique de Montréal.

Dans une chronique inspirée publiée dans La Presse, Alain Dubuc critique vertement ce qu’il désigne comme la Loi du Camembert, c’est-à-dire la gestion de l’offre. Cette politique anachronique fait qu’il en coûte trois fois plus cher pour acheter le camembert Le Rustique au Québec que dans un supermarché français parce que les fromages importés font face à des « tarifs exorbitants », selon les mots du chroniqueur, pouvant aller jusqu’à 256%.

Le consommateur n’est pas le seul qui soit pénalisé, puisque même les agriculteurs sont désavantagés à long terme, comme le soulignait un cahier de recherche de Mario Dumais, expert des politiques agricoles et membre de la Commission Pronovost. Sans parler que c’est encore à cause de la gestion de l’offre si l’entente de libre-échange Canada-Union européenne achoppe.

Alors pourquoi une telle politique est maintenue, si elle ne fait aucun sens économique?

La réponse se trouve dans la politique. Ce qu’on pourrait appeler le « vote agricole » pèse lourd dans la carte électorale québécoise. Les politiciens le savent et ne veulent pas irriter les agriculteurs les plus rétifs au changement. La très conservatrice Union des producteurs agricoles (UPA) se charge de leur rappeler occasionnellement. Pour préserver cet appui électoral ciblé, vaut mieux laisser les Québécois payer leur lait deux fois plus cher que les boissons gazeuses !

Mais est-ce que le vote agricole est si important, demanderont certains ? Après tout, les Québécois qui travaillent dans le domaine agricole ne représentent même pas 100 000 électeurs.

La réponse se trouve enfouie dans les données du Directeur général des élections. Nous avons fait l’exercice de compiler, pour les 125 circonscriptions, le nombre de travailleurs agricoles ainsi que les majorités obtenues par les députés élus à la dernière élection. Selon que les agriculteurs votent tous en suivant les instructions de l’UPA, les agriculteurs peuvent au maximum influencer le résultat final dans 13 circonscriptions. Sachant que l’écart entre le Parti québécois (PQ) et le Parti libéral du Québec (PLQ) était de seulement quatre sièges, un tel pouvoir peut être considérable ! Avec neuf élus de plus, le gouvernement actuel aurait été majoritaire. Ce scénario explique probablement pourquoi les politiciens craignent tant ce syndicat agricole.

En fait, si on considère que seulement la moitié des agriculteurs suivent le mot d’ordre de l’UPA, on en arrive à un tout autre résultat, soit une influence déterminante du vote agricole dans seulement 4 circonscriptions. Surtout, il s’agit dans ce cas de quatre circonscriptions dont les résultats étaient particulièrement serrés où tout groupe organisé aurait pu avoir une certaine influence puisque les majorités des gagnants étaient de 303 votes et moins. Dans ce cas, le pouvoir de l’UPA est beaucoup plus faible.

Vérifier à quel point le vote agricole est monolithique aujourd’hui n’est pas une mince tâche. Aux États-Unis, il est bien connu que les députés et sénateurs du «farm bloc», élus dans des régions plus agricoles, votent généralement dans le même sens pour faire avancer les intérêts de leurs commettants agricoles.

Au Canada, certaines études ont tenté de mesurer l’influence du vote des agriculteurs eux-mêmes dans les élections provinciales et fédérales. Une étude plus récente de Martha Hall Finley, ancienne députée et candidate à la chefferie du Parti libéral du Canada, faisait valoir que les risques politiques ne sont plus aussi importants qu’avant, et qu’ainsi, le risque politique d’une réforme agricole d’importance pouvait être mineur.

Il est tout à fait possible que le pouvoir attribué par les politiciens à l’UPA et au vote agricole ne soit pas aussi réel qu’il n’y paraît. Comme le magicien d’Oz, c’est d’abord la peur qui sert d’épouvantail. Surtout, il s’agit du dernier argument dans un débat qui a déjà trop duré et qui empêche des réformes essentielles pour tous les Québécois et les Canadiens.

Avec un peu de chance, on élira un jour des politiciens qui raffolent du camembert français et s’en sera alors fini de l’étau imposé par la gestion de l’offre.


Sur le web.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Monsieur Chassin, j’ai bien l’impression que vous avez dégoupillé une grenade ! Le « Rustique » est une coopérative hyperstalinienne et s’ils apprennent leur superexploitation de 256% par les méchants capitalistes…

  • Soyez coulant, y a pas de quoi en faire tout un fromage.

  • Est ce qu’il y a un trafique de camemberts aux Quebec? avec une somme pareil, je me lancerais

  • Les droits de 256% ce n’est pas exact. Ce fromage peut avoir été importé dans le cadre du contingent de 20411 tonnes (dont l’Union européenne reçoit 66%).
    D’autre part, ce n’est pas uniquement à cause de la gestion de l’offre que l’accord a des difficultés à se conclure. Cherchez à l’ouest…

  • Quand on entend Marine Le Pen, le protectionnisme qui matraque le consommateur et encourage la stagnation médiocre des produits locaux, est la martingale de la réussite !

    La réussite de certains politiques, certes, mais certainement pas celle d’une économie.

  • Il vaut mieux que le camembert fasse le gouvernement que l’inverse.

  • La crème de cet article est là:
    « Mais est-ce que le vote V est si important, demanderont certains ? Après tout, les X qui travaillent dans le domaine D ne représentent même pas N électeurs. »
    Une explication aux lubies des nos députés à voter/abroger des lois ! Et on parle du poids légitimite de la Majorité, quand quelques Minorités sont leaders…

  • Ils doivent sans doute le transporter en caisson plombé pour l’odeur…

    …à moins que l’avion n’arrive qu’une fois sur trois à atterrir.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La France est biberonnée aux subventions. Le plus souvent, leur versement ne semble donner lieu à aucun calcul réaliste de retour sur investissement.

 

Article original paru dans Investir Service.

À force d’utiliser l’argent des autres, on perd le sens des réalités.

En témoigne ce tweet de Renaissance (le parti d’Emmanuel Macron) qui glorifie le fait que « la ferme de Gally, à Saint-Denis (département 93) a bénéficié d’un financement européen de 600 000 euros pour construire une nouvelle serre urbaine ... Poursuivre la lecture

Près de la moitié de la population mondiale votera en 2024 dans un contexte de troubles internationaux. Les électeurs de l'Union européenne éliront leurs représentants au Parlement européen les 6 et 9 juin 2024. Une quarantaine d'élections auront également lieu dans le monde, notamment aux États-Unis, en Inde, en Indonésie, en Russie et au Mexique.

L'Union européenne se trouve à un trounant en 2024, confrontée à la nécessité de redéfinir ses relations avec un autre géant démographique et commercial, l'Indonésie. Alors que les deux enti... Poursuivre la lecture

https://www.youtube.com/watch?v=YEynS0LOxn8

 

 

Aussi séduisantes qu’elles soient, les mesures scolaires annoncées par Gabriel Attal se révèleront inutiles et inefficaces pour résoudre les maux de l’école. D’une part parce qu’elles ne tiennent pas compte de la nature de l’Éducation nationale, d’autre part parce qu’elles ne s’attaquent pas à la racine du problème.

Ce pourrait être une épreuve du classement Pisa : dénombrer toutes les mesures prises par les ministres de l’Éducation nationale pour redresser ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles