Retraite des fonctionnaires : une escroquerie en bande organisée

La retraite par répartition continue à avantager massivement les fonctionnaires, le tout aux frais des salariés du privé.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Retraite des fonctionnaires : une escroquerie en bande organisée

Publié le 22 juin 2013
- A +

La retraite par répartition continue à avantager massivement les fonctionnaires, le tout aux frais des salariés du privé.

Par Philippe Mondin, fondateur d’Expremes.

Le Président François Hollande a annoncé une prochaine réforme des retraites dont l’un des objectifs est une même retraite pour tous. Il faut saluer cette volonté d’instaurer une égalité de tous les Français en matière de retraite, cela sera une grande réforme morale du quinquennat.

Elle devrait recueillir, contrairement au mariage pour tous, un large consensus dans l’opinion publique… sauf parmi ceux dont les privilèges exorbitants, issus d’un passé révolu seront supprimés.

Il faut dire que le Conseil d’Orientation des Retraites (COR) a estimé à 22 milliards d’euros par an les besoins de financement des régimes de retraite à l’horizon 2020, dont 8,6 milliards concernent les seuls régimes de fonctionnaires (hors régimes spéciaux).

 

La retraite des fonctionnaires

Il doit être reconnu objectivement que le régime de retraite des fonctionnaires s’est rapproché de celui des salariés du privé… mais en reste très éloigné.

Il faut distinguer deux catégories de fonctionnaires : les fonctionnaires de catégorie sédentaire et les fonctionnaires de catégorie active.

Les emplois classés en catégorie active sont des emplois présentant un risque particulier ou des fatigues exceptionnelles justifiant un départ anticipé à la retraite. Les emplois sont classés en catégorie active par arrêtés ministériels.

Les emplois ne faisant pas l’objet d’un classement en catégorie active sont par défaut automatiquement des emplois de catégorie sédentaire.

Exemples d’emplois classés en catégorie active :

  • fonction publique d’État : personnels de surveillance de l’administration pénitentiaire, éducateurs de la protection judiciaire de la jeunesse, personnels paramédicaux des hôpitaux militaires…
  • fonction publique territoriale : agents des réseaux souterrains des égouts, sapeurs pompiers professionnels, agents de police municipale…
  • fonction publique hospitalière : personnels paramédicaux dont l’emploi comporte un contact direct et permanent avec des malades comme les surveillants, infirmiers, infirmiers spécialisés, aides-soignants, agents de services hospitaliers, sages-femmes, assistantes sociales dont l’emploi comporte un contact direct et permanent avec des malades, puéricultrice en fonction dans les services de pédiatrie…

Pour les fonctionnaires de catégorie sédentaire, la condition de l’âge légal d’ouverture des droits et la condition de la durée d’assurance requise pour prétendre au temps plein sont alignées sur celles des salariés du privé.

Ainsi un fonctionnaire de catégorie sédentaire né en avril 1954 ne pourra liquider sa retraite qu’à 61 ans et 7 mois, devra justifier de 165 trimestres pour prétendre au taux plein.

Si le fonctionnaire n’a pas atteint la durée d’assurance exigée pour le taux plein (la même que pour les salariés du privé), il subit une décote.

Pour les fonctionnaires, elle est passée de 0 % pour les générations antérieures à 1946 pour 2011, à 0,625 % pour la génération née en 1950, à 1 % pour la génération née en 1953 et passera à 1,25 % pour les générations nées à compter de 1955 (+ 0,125 % par an à compter de la génération 1946). Pour les salariés du privé, la décote a suivi un mouvement de sens inverse : elle est  passée de 2,5 % pour un salarié né avant 1944, à 1,625 % pour la génération née en 1950 et passera à 1,25 % pour les générations nées à compter de 1953 (- 0,125 % par an à compter de la génération 1944).

L’égalité sera réalisée de ce point de vue pour les générations nées à compter de 1955.

Pour les salariés du privé, l’âge du taux plein automatique passe de 65 à 67 ans. Ainsi un salarié né en avril 1954 ne pourra liquider sa retraite qu’à 61 ans et 7 mois, devra justifier de 165 trimestres pour prétendre au taux plein et si cela lui est impossible, devra attendre l’âge de 66 ans et 7 mois pour bénéficier automatiquement du taux plein.

Pas pour un fonctionnaire sédentaire ! Dans le public, cet âge définit l’âge limite d’activité mais, à titre provisoire, l’âge d’obtention du taux plein automatique – âge pivot – est différent de l’âge limite d’activité.

Un salarié né en avril 1954 devra attendre l’âge de 66 ans et 7 mois pour bénéficier automatiquement du taux plein. Un fonctionnaire sédentaire l’obtiendra dès l’âge de 65 ans et 4 mois ! Ce sujet est rarement évoqué mais il atténue considérablement l’affirmation selon laquelle la durée d’assurance des fonctionnaires a été alignée sur celle des salariés du privé.

Il faut rappeler que le nombre de trimestres retenus pour le calcul de la décote est le plus favorable entre le nombre de trimestres d’assurance manquants pour atteindre celui requis pour le taux plein (165 dans les deux cas, salarié du privé et fonctionnaire sédentaire) et le nombre de trimestres d’âge manquants pour atteindre l’âge du taux plein automatique pour le salarié (66 ans et 7 mois) ou pour atteindre l’âge pivot pour le fonctionnaire (65 ans et 4 mois) !

Qui plus est, le fonctionnaire aura le droit à la surcote à partir de l’âge pivot ! L’égalité ne sera donc effective que pour les générations nées à compter de 1958.

Fonctionnaires de catégorie sédentaire

Dire que les conditions de liquidation des fonctionnaires sédentaires ont été alignées sur celles du privé est faux (cette notion d’âge pivot annule les effets de la décote) mais elles le seront à terme. Et c’est bien l’essentiel : la paix sociale vaut bien quelques années de décalage…

Nous examinerons ultérieurement les modalités de calcul de la pension des fonctionnaires sur lesquelles se focalisent le débat et l’attention des médias. Il s’agit clairement d’une tactique de communication de la part des syndicats de fonctionnaires consistant à faire oublier qu’il existe de nombreuses autres inégalités de traitement inexplicables et des privilèges injustifiés.

Cette tactique de « l’arbre qui cache la forêt » consiste à ne jamais aborder le régime des fonctionnaires de catégorie active.

Pour les fonctionnaires de catégorie active, l’âge légal d’ouverture des droits passe, pour la plupart d’entre eux, de 55 à 57 ans : l’avantage par rapport aux salariés du privé est donc toujours de 5 ans. Mais qui plus est le calendrier d’évolution de l’âge légal, de l’âge limite d’activité, de l’âge pivot et de l’augmentation de la décote a été décalé de 5 ans.

La décote passe progressivement de 0 % pour les fonctionnaires nés avant janvier 1956, de 0,75 % par trimestre manquant pour un fonctionnaire né entre janvier et juillet 1956 à 1,25 % pour un fonctionnaire né à partir de novembre 1958.

Prenons un exemple.

Un fonctionnaire de catégorie active né en septembre 1957. Il peut liquider sa retraite à 55 ans et 9 mois contre 62 ans pour un salarié du privé : six ans et trois mois plus tôt ! Il doit avoir validé au moins 166 trimestres (montant non connu à ce jour, probablement 167) ; montant en apparence identique à celui d’un salarié.

Mais s’il ne compte que 145 trimestres et qu’il liquide sa retraite à 55 ans et 9 mois, sa décote devrait être de 20 trimestres (chiffre maximum). Mais l’âge d’annulation de la décote est 59 ans : par rapport à cet âge, il ne lui manque que 13 trimestres. Il ne subira donc qu’une décote de 13 % sur une pension égale à 75 % de son dernier traitement indiciaire et percevra plus qu’un salarié de son âge ayant liquidé sa retraite à 62 ans et ayant validé 167 trimestres !

En cas d’insuffisance encore plus importante de trimestres validés, ce même fonctionnaire accédera automatiquement à la retraite à taux plein à compter de 59 ans… le salarié du privé à 67 ans !

 

S’il existe pour les fonctionnaires de catégorie sédentaire, un alignement à terme programmé des conditions de liquidation sur celles du privé à compter de la génération 1958, la prochaine réforme devra s’attaquer à la suppression du privilège exorbitant dont bénéficient les fonctionnaires de catégorie active.

Tellement exorbitant que ce sujet n’est jamais évoqué.

Ces avantages sont justifiés par des activités présentant un risque particulier ou des fatigues exceptionnelles. Un instituteur ou un professeur des écoles aurait des fatigues exceptionnelles par rapport à un ouvrier d’usine, un maçon, un chauffeur routier !

La loi a pris en compte pour les salariés du privé, dans la dernière réforme des retraites, la notion de pénibilité. Celle-ci est définie de façon très précise (par décrets ou arrêtés) à partir d’une définition objective des critères de risques ou de pénibilité et des durées d’exposition.

La même retraite pour tous consisterait à appliquer ces critères aux fonctionnaires de catégorie active, et pour ceux qui y répondent, de leur accorder les mêmes avantages à savoir l’exemption de l’allongement de deux ans de l’âge légal d’ouverture des droits (60 au lieu de 62) ou de l’âge du taux plein automatique (65 ans au lieu de 67 ans) et le bénéfice de la retraite à taux plein quel que soit le nombre de trimestres validés.

Venons-en à la formule de calcul de la pension de retraite des fonctionnaires (de catégorie sédentaire ou active).

La pension d’un fonctionnaire est égale à trois quarts du dernier traitement indiciaire brut non plafonné.

Il s’agit du traitement indiciaire brut du dernier emploi, grade, classe et échelon effectivement détenus depuis six mois au moment de la cessation des services valables pour la retraite.

Pour les salariés du privé, la pension est égale est à 50 % du salaire annuel moyen limité au plafond de Sécurité sociale, calculé sur les 25 meilleures années.

Entendre madame Lebranchu, ministre de la Fonction publique, proclamer sur toutes les radios que la formule de calcul sur les 25 meilleures années favorise les salariés parce que ceux-ci terminent leur carrière avec un salaire inférieur à celui qu’ils percevaient en milieu de carrière relève d’un cynisme ou/et d’une incompétence atteignant des sommets.

Outre le fait de reconnaître que les carrières des salariés sont soumises à des vicissitudes qu’ignorent les fonctionnaires dont le salaire augmente régulièrement tout au long de leur carrière quelles que soient leurs performances individuelles ou la santé financière de leur employeur, madame Lebranchu ignore-t-elle que la réforme de 1993 faisant passer le nombre des meilleures années retenues de 10 à 25 s’est traduite par une baisse d’au moins 10 % du montant des pensions versées ? Madame Lebranchu ignore-t-elle que les coefficients d’indexation utilisés pour revaloriser les assiettes de cotisations constituent une véritable pénalité « cachée » ?

Madame Lebranchu ignore-t-elle ce que tout fonctionnaire connaît et ce qui a été objectivement mesuré : « le coup de chapeau » ?

Le mode de calcul de la pension des fonctionnaires est l’occasion de dérives et d’effets pervers : dans le semestre servant de base au calcul de la retraite, une majorité de fonctionnaires bénéficie d’une majoration d’échelon ou de grade, d’une augmentation de leur traitement indiciaire.

Un faible coût pour l’administration qui octroie, pour quelques mois, une augmentation de salaire mais une charge énorme – un gonflement artificiel de la pension qui sera versée pendant des dizaines d’années – pour l’État donc pour l’ensemble des contribuables français.

Et comment entendre madame Touraine affirmer, sans être contredite, sur toutes les radios que le taux de remplacement des salariés (∑ des pensions de retraite / dernier salaire d’activité) est de 75 % comme pour les fonctionnaires… tout en reconnaissant que les salaires du public sont, en moyenne, plus élevés que ceux du privé !  Incompétence ou cynisme ? Nous affirmons qu’aucun retraité du privé n’atteint ce taux. Comment le pourrait-il avec un régime de base qui ne lui assure que 45 % de la part de son salaire inférieure au plafond de la Sécurité sociale ! Même si l’on tient compte des retraites complémentaires des salariés du privé ARRCO et AGIRC, le taux de remplacement d’un non cadre est aujourd’hui de l’ordre de 60 % si son salaire moyen a toujours été inférieur au plafond de Sécurité Sociale.

Un cadre « moyen » dont le salaire passerait progressivement et linéairement de 1 PASS (37,032 euros) en début de carrière à 2 PASS (74, 064 euros), plafond atteint cinq à dix ans avant de liquider sa retraite, aurait un taux de remplacement de l’ordre de 45 % à 50 %.

Un salarié cadre supérieur (l’équivalent d’un « haut » fonctionnaire) dont le salaire passerait progressivement de 1 PASS en début de carrière à 8 PASS, plafond atteint 5 à 10 ans avant de liquider sa retraite aurait un taux de remplacement de l’ordre de 25 % à 30 %.

Mais là aussi, cette question essentielle ne doit pas être l’arbre qui cache la forêt.

 

Il existe beaucoup d’autres scandales

– La définition de la durée d’assurance

La durée d’assurance est l’ensemble des trimestres afférents aux services et bonifications pris en compte en liquidation et auxquels s’ajoutent les périodes retenues par les autres régimes de base obligatoires (périodes assimilées ou équivalentes).

La durée d’assurance n’est pas décomptée de la même manière dans les deux régimes. Dans le régime général, les trimestres sont validés à partir du salaire versé : il suffit d’avoir cotisé sur la base de 1844 euros pour valider un trimestre en 2012, même si on n’a travaillé qu’un mois. En revanche, dans la fonction publique, les trimestres sont validés à partir du temps effectivement travaillé, au prorata du temps de travail pour les agents à temps partiel (sauf si au moins égal à 80 %). C’est le seul paramètre défavorable par rapport au privé.

Pour les instituteurs, le temps passé à l’école normale à partir de l’âge de 18 ans est considéré comme une durée de service effectif.

Les bonifications

Prenons, par exemple, les bonifications dites du un cinquième.

Elles sont accordées dans la limite de 5 ans proportionnellement à la durée des services accomplis par certains personnels de la police nationale, de l’administration pénitentiaire, des douanes, de la navigation aérienne ainsi qu’aux  militaires. Pour être clair, ces personnels s’ils travaillent 25 ans (100 trimestres) se voient crédités de 30 ans de service effectif soit 120 trimestres. Ils se voient crédités « gratuitement » de 20 trimestres par rapport aux salariés du privé !

Les cas de bonifications sont aussi nombreux que les abattements pour frais professionnels accordés aux entreprises de la région Bourgogne Franche Comté par monsieur Edgar Faure.

Citons :

— les bonifications pour services hors d’Europe accordées au titre du dépaysement. Le taux de la bonification est, en règle générale, du tiers de la durée des services (dans certains cas, il est du quart ou de la moitié). Six ans de service hors Europe valideront huit années de service effectif.

— les bénéfices de campagne c’est-à-dire les périodes accomplies à bord des bâtiments de la marine nationale ou dans le cadre des opérations extérieures qui s’ajoutent à la période de service militaire proprement dite. La valeur du bénéfice de campagne est variable. Elle peut être du double (opérations de guerre), simple ou de moitié et augmenter, respectivement, les services effectifs du double de leur durée (1 an de services compte pour 3 ans), de la totalité (1 an de services compte pour 2 ans) ou de la moitié de celle-ci (1 an de services compte pour 18 mois).

Auxquels s’ajoutent « les bonifications pour services aériens ou sous-marins commandés »

Ces bonifications, outre leurs conséquences sur la durée d’assurance, permettent de faire passer le coefficient de la pension de 75 à 80 % (après coup de chapeau).

Les rémunérations non soumises à cotisations sociales

Madame Touraine a déclaré qu’il faudrait néanmoins, pour atténuer les efforts demandés aux fonctionnaires, tenir compte que « des primes qui sont versées à un certain nombre de fonctionnaires ne sont pas prises en compte dans la base de calcul des retraites ».

Comment un ministre de la Sécurité sociale peut-elle ainsi déclarer que des éléments de la rémunération des fonctionnaires peuvent ne pas être soumis à cotisations sociales ! Alors que ses services traquent dans les PME le moindre avantage en nature de quelques dizaines d’euros non soumis à cotisations sociales et que son gouvernement a signé l’arrêt de mort de l’épargne salariale en imposant un forfait social de 20 % sur les sommes versées aux salariés qui ne sont pas, elles, de par la loi, des éléments de rémunération.

La pension de retraite des fonctionnaires est calculée sur le traitement indiciaire (+ la nouvelle bonification indiciaire NBI).

Les fonctionnaires ne cotisent pas pour leur retraite principale sur le supplément familial de traitement, l’indemnité de résidence, les primes et indemnités diverses perçues en raison des fonctions exercées, les heures supplémentaires effectuées en raison de la qualification acquise, les avantages en nature, qu’il s’agisse ou non de la contrepartie d’une contrainte dans l’exercice des fonctions, pour leur valeur fiscale déclarée, l’intéressement lorsqu’il existe, les indemnités de jury de concours, l’indemnité de garantie individuelle du pouvoir d’achat (Gipa), les primes de vie chère (40 %) et d’indexation (13,8 %) propres à l’Outre-mer, les astreintes versées mensuellement à certains agents

Les fonctionnaires ne cotisent pas pour leur retraite principale sur ces sommes mais ils doivent désormais cotiser au régime de la Retraite Additionnelle des Fonctionnaires RAFP. Il est donc complètement mensonger d’affirmer que les fonctionnaires ne cotisent pas sur leurs primes et qu’ils ne disposent pas de régime de retraite complémentaire.

Le décret n°2004-569 du 18 juin 2004 indique que les fonctionnaires doivent cotiser sur l’ensemble des éléments de rémunération de toute nature mentionnées à l’article L.136-2 du Code de la sécurité sociale, à l’exception de ceux qui entrent dans l’assiette de calcul des pensions dans le régime des pensions civiles et militaires de retraite ou dans le régime de la CNRACL.

« La référence à l’article L.136-2 du Code de la Sécurité sociale (qui définit l’assiette de la CSG) n’implique cependant pas que ces rémunérations soient soumises à la CSG ».

Il s’agit donc d’une définition par défaut : les fonctionnaires doivent cotiser sur tous les éléments de rémunération qui n’entrent pas dans le cadre de leur traitement indiciaire (+ la nouvelle bonification indiciaire NBI).

Le plafond de l’assiette de la cotisation RAFP est fixé à 20 % du traitement indiciaire brut annuel.

Le taux de cotisation est de 10 % du montant de l’assiette : 5 % sont à la charge du fonctionnaire et 5 % sont à la charge de l’employeur donc des contribuables.

La cotisation à la charge des fonctionnaires est déductible de leurs revenus.

La règle de calcul de l’assiette est celle d’un « calcul mensuel cumulé glissant » : l’employeur applique le plafond tous les mois.

La valeur d’acquisition du point est égale au 1er janvier 2013 à 1,0850 euros
La valeur de service du point est égale au 1er janvier 2013 à 0,04421 euros
Soit un rendement instantané de 4,7 % relativement faible par rapport à celui des régimes complémentaires du privé ;

La retraite RAFP peut être liquidée à l’âge légal d’ouverture des droits dans le régime des fonctionnaires de catégorie sédentaire (60 à 62 ans).

L’initiative de la création du RAFP (sous un gouvernement d’un autre bord) est pour le moins curieuse car il existait et il existe une solution beaucoup plus simple : celle de l’égalité entre tous les Français à savoir que les règles de soumission des rémunérations à cotisations sociales soient identiques entre salariés du privé et salariés du public.

Les cotisations encaissées par le RAFP en 2011 s’élèvent à 1,7 milliard d’euros, soit une charge pour l’État de 850 000 millions d’euros.

Compte tenu du taux de cotisation de 10 %, ce sont donc 17 milliards de primes ou indemnités versées à des fonctionnaires qui échappent aux autres cotisations sociales !

Chiffre largement sous-évalué car rappelons que l’assiette du RAFP est plafonnée à 20 % du traitement indiciel (le montant des primes ou indemnités qui dépassent 20 % du traitement indiciel échappe à toute cotisation, RAFP ou retraite principale).

 

Les régimes spéciaux

Si l’attention des médias a été focalisée sur la retraite des fonctionnaires, le sujet des régimes spéciaux est rarement abordé.

Il faut dire que si le régime de retraite des fonctionnaires n’est déjà pas simple à comprendre, la multiplicité des régimes spéciaux et leur opacité découragent beaucoup de journalistes.

Il s’agit de régimes institués la plupart du temps dans des entreprises publiques.

Les règles de ces régimes ont été définies par les organisations syndicales représentatives de ces entreprises… il y a très longtemps et elles aboutissent à des avantages exorbitants consentis aux salariés (retraites à 55 ans voire à 50 ans…)

Sujet tabou auquel vient s’ajouter le problème d’une évolution démographique très défavorable, de la dégradation continue du rapport entre cotisants et retraités.

Dans un rapport de la Cour des comptes, son président Didier Migaud ne manquait pas d’idées pour mettre à contribution les retraités aisés c’est-à-dire imposables.

L’une de ses suggestions a déjà été retenue avec l’institution de la CASA (prélèvement de 0,3 % sur les retraites) qui devrait rapporter, en année pleine, 600 millions d’euros.

Quelques pages plus loin, on pouvait lire, toujours sous la plume de Didier Migaud, que l’État donc les contribuables devrait verser en 2013 6,5 milliards d’euros pour assurer l’équilibre financier des régimes spéciaux dont 4,2 milliards d’euros pour les seules SNCF et RATP.

À cela s’ajoute encore 1,2 milliard d’euros de contribution tarifaire d’acheminement pour financer les régimes de retraite des agents d’ EDF et GDF soit au total 7,7 milliards d’euros.

Alors que EDF a annoncé des augmentations faramineuses de tarif, aucun journaliste n’a signalé que sous le terme « contribution tarifaire d’acheminement », tous les consommateurs sont mis à contribution pour financer l’équilibre d’un régime de retraite ultra privilégié par rapport à celui qui leur sera ou leur est appliqué… en rappelant que les 300 000 agents actifs et retraités d’EDF et GDF
bénéficient d’un tarif « agent » qui représente 5 à 10 % du tarif public EDF et que le comité d’entreprise d’EDF – « une institution livrée à elle-même, sapée par les gaspillages et les dysfonctionnements en tout genre » selon la Cour des comptes – , perçoit 1 % du CA (et non de la masse salariale)

À la SNCF, les cotisations ne couvrent que 36 % des charges de pensions. La subvention d’équilibre au régime de la SNCF est de 3,4 milliards d’euros. Le nombre de retraités à la SNCF est 342 117 (contre 156 405 cotisants). Chaque retraité de la SNCF coûte, chaque année, 10 000 euros aux contribuables français

La réforme Sarkozy de 2008 n’a rien changé.

À la SNCF, en 2011, l’âge moyen de cessation d’activité est passé à 51 ans pour les conducteurs (contre 50 ans avant les réformes) et à 55 ans et 10 mois pour les autres agents (contre 55 ans avant les réformes). Qui plus est, les quelques résultats obtenus à la marge, affichés comme une victoire, l’ont été au prix de concessions salariales qui se sont révélées plus coûteuses que les économies réalisées (selon un rapport de parlementaires… UMP).

Peut-on imaginer l’État verser 6,5 milliards d’euros pour contribuer à l’équilibre des régimes ARRCO et AGIRC et éviter que des mesures d’économie soient prises comme à l’occasion de l’accord du 13 mars dernier ?

Bien entendu, non.

Interrogée, Madame Touraine répond que cela constituerait une « intrusion inadmissible » pour les partenaires sociaux. C’est aux partenaires sociaux de prendre les décisions nécessaires – comme cela vient d’être le cas – pour assurer l’équilibre des régimes aussi pénibles soient elles pour les cotisants et les retraités (baisse des rendements, non indexation des retraites, suppression des majorations familiales, hausse des cotisations).

Le rapport Moreau propose essentiellement de s’attaquer aux retraités du privé peu susceptibles de descendre dans la rue et de prendre les français en otage en faisant grève.

L’alignement du taux maximal de CSG de 6,6 % applicable aux pensions sur celui des revenus d’activité à 7,5 % devrait procurer un gain estimé à 2 milliards par an à l’horizon 2020. La fiscalisation des majorations de pension pour les parents de 3 enfants et plus devrait rapporter environ 900 millions d’euros. La suppression ou la réduction (associée alors à la réduction de son plafond) de l’abattement de 10 % pourrait augmenter l’impôt de 1,5 à 3 milliards d’euros.

Au total, une hausse des prélèvements sur les retraités « riches » – c’est-à-dire imposables – de l’ordre de 5 milliards d’euros. Un chiffre considérable… et pourtant très inférieur aux 7,7 milliards que coûtent aux contribuables français, les régimes spéciaux de retraite.

Il est grand temps qu’au nom de l’égalité des Français devant la retraite, l’État laisse les régimes de retraite spéciaux s’auto-gérer et assumer leurs responsabilités c’est-à-dire prendre les décisions qui s’imposent pour assurer leur équilibre financier.

Monsieur Hollande a annoncé qu’il aurait le courage politique, dans le cadre de la prochaine réforme, de s’attaquer aux inégalités de traitement entre régimes de retraite au nom de la morale et de la nécessaire réduction des dépenses publiques. Attendons ! C’est la crédibilité internationale de la France qui est en jeu.

Il en va aussi de sa crédibilité personnelle vis-à-vis des électeurs français : comment peut-on parler de moralisation lorsqu’on envisage de faire payer aux retraités du privé le financement des privilèges exorbitants de salariés qui peuvent partir, ou de retraités qui sont partis en retraite à 50 ou 55 ans avec 75 % de leur dernier salaire ? Il n’existe qu’une solution : l’égalité de traitement, les mêmes règles pour les salariés du privé et les salariés du privé, la même retraite pour tous.


Sur le web

Les fonctionnaires bien mieux payés que les salariés du privé

Comparaison France-Allemagne du coût des fonctionnaires, ce dérapage que l’on nous cache

Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • Les fonctionnaires n’ont aucun souci à se faire. Hollande a dit que la fameuse réforme ne les concernait pas….
    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/06/20/20002-20130620ARTFIG00729-retraite-hollande-ferme-la-porte-a-une-grande-reforme-dans-le-public.php

  • Très bel effort de détricotage de la complexité des différents regimes.

    Mais tant que le niveau des journalistes ( eux même bénéficiant d’une niche fiscale mettant en doute leur intégrité ) ne dépassera pas la comparaison des moyennes de pensions des uns et des autres ….

    Le moyen le plus simple est de définir un regime socle…. et à chacun des regimes particuliers de calculer l’écart, un privilège ne pouvant faire appel à fond venant du regime général…
    – certaines pénibilités pouvant être prise en compte
    – mais le calcul sur les 25 meilleurs années et les valeurs de décote s’imposant à tous…

    • On s’en fout de tous ces jolis critères. De toute manière, la retraite par répartition ne peut être que déficitaire et au final, en faillite.

      • La retraite par répartition est (elle-aussi), une fuite en avant. Le problème c’est le mur. Il y en a toujours un.

  • C’est ce qu’on appelle un article scandaleusement intéressant!
    A quand, la loi: chaque citoyen a le droit d’intégrer la fonction publique? Nationalisation de toutes les ressources de production s’en suivra…

  • Un des plus grand scandale républicain qui soit ! un braquage à l’échelle nationale tellement gros que personne moufte .. on en vient à souhaiter une vraie révolution afin de tout faire péter .

  • Pauvres français ! Le mois prochain, ils vont fêter dans les flonflons,  » leur révolution », qui supprima les nobles, et le clergé, les privilégiés de l’époque, qui leur suçaient le sang. Ils sont fiers, en oubliant qu’ après  » tout ce beau monde », fut allègrement remplacé par les fonctionnaires et assimilés, les trop nombreux élus ventrus, les comités Théodule, les associations partisanes, nombre de parasites, issus de la misère du monde  …..

    • @ Tea Party : Tenez,un peu de Peillonnisme crétiniste sur cette vidéo. Peillon veut en finir avec le catholicisme et vénère Marx, le tout pour instaurer sa nouvelle « religion »…. Un nouveau totalitarisme qui ne veut pas dire son nom en somme….
      http://youtu.be/V2J_6vRFsUI

  • Quand j’étais conseillére municipale (bénévole!) je faisais partie de la commission paritaire et à ce titre je devais voter pour chaque fonctionnaire partant à la retraite dans les 6 mois , afin de le mettre à l’indice le plus élevé de son échelon. Bon ou mauvais c’était la règle !

  • petite précision pour les militaires à propos de la bonification des 1/5 :
    les militaires ont une limite d’âge inférieure aux civils : la bonification permettant de compenser. Ces limites d’âge ont été repoussées (59 ans), mais restent inférieures au civil.
    Par ailleurs, le régime spécifique des militaires est dû aux spécificités du métier : besoin d’une armée jeune, pas de temps de travail, opérations de guerre…

  • La retraite aux USA est justice, répartition, publique et universelle.
    Il y a un tel anti américanisme en France que les gens parlent souvent et écrivent sans savoir. C’est affligeant autan que déconcertant de l’absence de sens critique.
    On est toujours Frappé de l’ignorance des Français sur la retraite des systèmes sociaux aux USA véhiculés par l’idéologie, hélas tellement loin des réalités.

    http://lequidampost.fr/halte-aux-cliches-un-retraite-aux-usa-est-bien-mieux-traite-quen-france/

  • Encore quelque chose de kafkaïen, comme jadis du temps de l’union soviétique..La solution est pourtant connue :un système universel par point tenant compte de l’espérance de vie et une part progressive de capitalisation mais ça c’est tabou!

  • Retraites : les fonks se gavent, quelques chiffres (vidéo) :
    –> http://www.youtube.com/watch?v=GM4EqcDssqg

  • Cette article est du grand n importe quoi, il mélange tout a la façon bouillabaisse. Les fonctionnaires sont pas du tout à la même enseigné. Ils ont un salaire très bas en majorité pour un travail très difficile salaire qui remonte avec quelques primes mais qui atteint pas ceux du privée et dont les primes ne seront pas compter pour la retraites… Donc les grands perdant sont les fonctionnaires donc arrêté de trouver un bouc émissaire à vos problème.

    • @Seigi
      Vous êtes bien gentil de critiquer l’article, mais il faudrait se renseigner avant de dire n’importe quoi vous même.
      Effectivement tous les fonctionnaires ne sont pas à la même enseigne, néanmoins ils ont souvent (sinon la moyenne ne tiens pas) un salaire SUPERIEUR au privé, avec en plus la garantie de l’emploi et une pléthore d’avantages. Même la façon dont est calculée leur retraite est plus avantageuse. Je ne retrouve pas l’article de contrepoints qui détaillait tout cela, je vous joint donc quelques source extérieures.
      http://www.leparisien.fr/economie/salaires-l-ecart-se-creuse-entre-public-et-prive-22-02-2012-1872428.php
      http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=G2001-11
      http://www.bfmtv.com/economie/salaires-match-public-prive-365054.html

      De plus les fonctionnaires qui ne travaillent pas nous les connaissons tous. Prendre le train de façon régulière est une sinécure, les heures perdues à la préfecture indéniables et les colis « perdus » par la poste ne s’évanouissent pas par magie.
      Alors raconter que les fonctionnaires sont les grands perdants, c’est plutôt à coté de la plaque.

    • votre réponse c’est du foutage de gueule , pas d’autre mot , désolé ..

    • On peut toujours discuter du niveau de salaire des fonctionnaires… avec un écart assez large, et des cadres par forcément bien payés qu’ailleurs.
      On peut toujours critiquer la capacité des employeurs publics sur l’adéquation classification versus travail… comme par exemple des agrégés en lycée , voir collèges….
      On peut enfin toujours dire que les fonctionnaires n’ont pas le résultat attendue pour le prix qu’ils sont payés….

      Mais nous parlons retraites…

      Et pour une population comparable née en 42… donc partie en retraite vers 2002 – 2005…. avec carrière complète, tous sont partis en retraite avec une pension représentant autour de 75% des revenus des 2 ou 3 dernières années avant le solde de la retraite.
      L’avantage pour les fonctionnaires ne vaut que pour les femmes, avec plus de 2 points d’écart…

      ya pas scandale sur ce point…

  • Vous mélangez tout et vous comprenez rien a rien même a la SNCF il ne sont pas tous a la même enseigné alors pour les fonctionnaires en general n en parlons pas. Exemple a,la SNCF tout dépend ou vs travaillez mais vous pouvez avoir comme seul avantage prendre le train et un salaire de 1400 euro avec un bts et des horaires qui détruit la famille. Alors stop la jalousie à l aveugle !

    • @Seigi
      Faut se calmer hein, vous avez dû oublier de prendre vos gouttes, et allez voir un ophtalmo aussi.

      • Il vous faut savoir que beaucoup d’agents de catégorie C, la plus basse n’atteignent le montant du SMIC que grâce aux primes.

        Faire une moyenne est quelque chose de très bien mais on mélange les torchons et les serviettes. L’écart entre un petit agent de catégorie C et un A+ est d’un coefficient de 10 voire plus si on ajoute toutes les primes
        En 2012, au ministère de l’écologie et du développement durable, un des ministères ou les primes sont les plus basses, un agent catégorie C, adjoint administratif qui vient d’être recruté perçoit 1398,40€ brut. S’il ne souhaite pas évoluer ou n’a pas la capacité de le faire, à la fin de sa carrière, il percevra 1643,75€ brut et environ dans les 2 cas, 4200€ annuel de primes (auxquelles il faut enlever des retenues).
        Dans le premier cas, sa rémunération mensuelle totale est de 1490,46€ et 1672,23 pour le second.
        Un ingénieur des Ponts, Eaux et Forêt perçoit en début de carrière (à l’école)1754,88€ brut mensuel et 27300€ annuel de primes (qu’il n’aura pas à l’école mais lors de promotion interne). Son montant mensuel est de 3586,28. En fin de carrière, après avoir évolué, il touche 6111,99€ mensuel et 42600€ de prime. Son montant global mensuel est de 8325,37

        • « Il vous faut savoir que beaucoup d’agents de catégorie C, la plus basse n’atteignent le montant du SMIC que grâce aux primes. »

          Ramené au salaire horaire çà donne quoi? Parce que le SMIC pour 2 heures (effectives et comparables au privé) de travail par jour c’est encore très bien payé!

          D’autre part, à combien évalue t-on le privilège de la sécurité de l’emploi?

          Pour régler les conflits de statut et rendre tout ceci un peu plus juste, je prône un seul statut pour tous, celui du privé. Si tous ceux qui travaillent dans les services publics avaient un statut privé, cela changerait beaucoup de choses en termes d’efficacité, de qualité, de productivité etc.

        • Oui, sauf que c’est pareil pour tous les français exerçant un métier à faible valeur ajoutée: la galère.
          Mais le salarié du public qui galère a l’emploi à vie, des CE généreux, des avantages divers et variés que ce soit au niveau de la retraite, de la sécurité sociale ou autres donc 😉

  • Sacré Marylise … elle qui a mis Morlaix en faillite …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nicolas Marques. Un article de l’Institut économique Molinari

Comment se comparent les rendements de la répartition et de la capitalisation ?

Pour répondre à cette question, le concept de taxation « pure » ou « implicite » est utile. Il repose sur une comparaison entre le rendement de la répartition et celui de la capitalisation.

À prestation égale, la capitalisation permet au futur retraité de cotiser moins qu’en répartition pure puisque les versements produiront des intérêts permettant de bonifier les retraites.

... Poursuivre la lecture

Poser la question c’est y répondre : il n'en reste rien ou presque après 40 ans !

Mais quelles étaient ces grandes réformes structurelles du premier Président de gauche de la Ve République élu en 1981 ? Quatre réformes nous semblent emblématiques :

Les nationalisations des entreprises et des banques La retraite à 60 ans La réduction du temps de travail L’impôt sur les grandes fortunes (IGF)

 

Nous passons volontairement sur les réformes économiques conjoncturelles comme l’augmentation du SMIC de 10 %, le premier bl... Poursuivre la lecture

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles