Pascal Bruckner : l’empreinte carbone comme péché originel

Et si l’empreinte carbone vendue par les environnementalistes était une version moderne du péché originel ? C’est la théorie de Pascal Bruckner.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Adam et Eve, Rubens.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pascal Bruckner : l’empreinte carbone comme péché originel

Publié le 21 juin 2013
- A +

Et si l’empreinte carbone vendue par les environnementalistes était une version moderne du péché originel ? C’est la théorie de Pascal Bruckner.

Par Anthony Watts, depuis les Etats-Unis.

Adam et Eve, Rubens.

Un essai paru aujourd’hui dans The Chronicle Review pose une question intéressante :

« Quelle est l’empreinte carbone, après tout, si ce n’est pas l’équivalent gazeux du péché originel, la souillure que nous infligeons à Mère Nature ? »

Pascal Bruckner écrit ainsi :

« Il y a au moins deux écologies : l’une est rationnelle, l’autre est un non-sens ; l’une élargit nos perspectives tandis que l’autre les rétrécit ; l’une est démocratique, l’autre totalitaire. La première veut nous parler des dommages causés par la civilisation industrielle, la seconde en déduit la culpabilité de l’espèce humaine. Pour cette dernière, la nature n’est qu’un bâton à utiliser pour taper sur les êtres humains. Tout comme le tiers-mondisme était la honte de l’histoire coloniale et la repentance était de faire pénitence aujourd’hui, le catastrophisme constitue le remords anticipé de l’avenir : le sens de l’histoire s’étant évaporé, chaque changement est un effondrement potentiel qui ne laisse présager rien de bon.

« Le mode d’expression préféré du catastrophisme est l’accusation: les révolutionnaires voulaient effacer le passé et recommencer à zéro ; maintenant l’accent est mis sur la condamnation des erreurs du passé et du présent et de les traduire devant le tribunal de l’opinion publique. Aucune clémence n’est possible, notre crime a été calculé en termes de forêts dévastées, de terres incendiées, et d’espèces disparues.

« L’inquiétude qui prévaut est à la fois une reconnaissance des problèmes réels et un symptôme du vieillissement de l’Ouest, un reflet de sa fatigue psychique. Notre pathos est celle de la fin du temps. Et parce que personne ne pense jamais seul, parce que l’esprit d’une époque est toujours un travailleur collectif, il est tentant de tomber les armes face à cette sombre marée. Ou, au contraire, nous pourrions nous réveiller de ce cauchemar et nous en débarrasser. »

L’essai complet est accessible ici.

 —
Sur le web – Traduction Laurett/Contrepoints
Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Cette co2lpabilisation, d’origine biblique, ne devrait plus être depuis que Darwin à démontrer que nous descendons du singe, mangeur de fruits et légumes frais, sans intermédiaires commerciaux et sans transports carbonés.

    • Peut-être qu’il faut tout simplement admettre que l’obscurantisme n’est pas exclusif à la religion.

    • Nous ne « descendons » pas du singe ! Il n’est un cousin… nuance.

    • Il n’a rien démontré du tout, pas plus que ses successeurs, qui changent de théorie chaque fois qu’une difficulté scientifique (par exemple les calculs de probabilité d’occurrence de mutations positives) se dresse devant ce qui n’est à la base qu’un présupposé philosophique (Je ne crois pas en un dieu créateur, donc nous sommes l’effet du hasard). Un des pères de la génétique moderne, Jean Rostand, appelait l’évolution un « conte de fées pour grandes personnes ».

  • « un symptôme du vieillissement de l’Ouest, un reflet de sa fatigue psychique » : le constat cruel d’une mentalité dont la France socialiste est la caricature. Marianne n’est plus cette pimpante jeune femme du passé mais une vieille sorcière décatie viciée de mensonges.

  • Le Péché Originel !

    En réalité, à bien y regarder, j’ai l’impression que le matérialisme transpose le péché originel dans divers circonstance, ce qui ne fait que renforcer en moi ma Foi en cette Vérité.

    Ici, c’est l’empreinte carbone.
    Là, c’est la repentance pour colonialisme.
    Ailleurs, c’est la repentance pour esclavagisme ou pour nazisme, …

    Systématiquement, la mécanique, reprochée au Chrétiens quand il s’agit du Péché Originel, est reproduite : c’est une souillure dont un corps, un peuple ou une nation ne peut jamais se défaire malgré les procès, les repentances publiques ou que sais-je.

    Voir ces antichrétiens,voire christianophobes, ultra-matérialistes critiquer la religion mais agir selon un mécanisme décrit par elle me fait doucement rigoler.

  • Basiquement, il s’agit de trouver un motif à la culpabilisation et d’engendrer une attitude « morale ».

    Il ne s’agit bine entendu que de moteurs inconscients, cherchant la raison de catastrophes dans un fait « coupable » commis par un ou des humains: je ne fait que répéter ce qui est en toute lettres dans Sophocle
    « Oedipe Roi » n’a pas pris une ride, et il n’échappera à personne, j’espè’re, que si de telles billevesées ont une telle résonance de type « forces supranaturelles destructrices venant punir les hommes etc.. », c’est qu’il s’agit purement et simplement d’une classique culpabilité oedipienne ( appelez la « péché originel » si vous préférez, mais Sophocle est quand même d’une autre pertinence intellectuelle et clinique)

    @bm28:
    « Voir ces antichrétiens,voire christianophobes, ultra-matérialistes critiquer la religion mais agir selon un mécanisme décrit par elle me fait doucement rigoler. »

    Exact, et bien qu’appartenant à une autre sphère spirituelle ( philosophie antique version Héraclite, démocrite etc..), j’approuve ce que vous dites, à cette différence près que ça me fait plutôt peur que rire; les personnes ou les types humains que vous décrivez sont, lorsqu’ils sont décideurs , des déséquilibrés mentaux authentiques, des psychotiques pour tout dire.

  • Cela me fait songer aux longues processions dans les campagnes, où les pénitents battaient leur coulpe, persuadés que leurs péchés avaient amené la peste. Les gens adorent cela !

    Mais les choses ont évolué : la contribution des peuples culpabilisés doit s’acheter, non en jours d’indulgences, mais en bons gros impôts juteux. L’Allemagne, en plein repentir, vient de calculer – tous en multipliant les centrales à charbon ! – que la production d’énergies bien vertes allait encore lui coûter … 1.000 milliards !

    Autre chose que trois Paters et trois Ave, ou une excursion à Compostelle !

    Le salut de nos âmes et de notre terre n’est pas perdu pour tout le monde 🙂

  • Attention faut pas confondre péché originel, et ses suites « accessoires » …
    la souillure « gazeuze » que nous infligeons à Mère Nature (rofl) est un symbôle qui imposerait davantage une image mythologique du Nouveau Testament, comme celle de Marie-Madeleine (par Greco, en souffrance, pourquoi pas? http://www.eternels-eclairs.fr/tableaux-el-greco.php#elgrecoXVI), par opposition à la vierge Marie, étant l’immaculée conception.

    Dans l’ancien testament ou on était moins prude, le péché évoqué joliment par Rubens est alors plus subtil: c’est celui du « savoir » obtenu en mangeant une pomme de l’arbre de la connaissance pour devenir plus fort que leur Créateur … (le rôle de Steve Jobs entre dans un autre débat), à la suite de quoi les jeunes gens apprennent à se « connaître » au sens biblique précisément. Cependant dans la mythologie, la faute qui valut excommunication est antérieure à l’acte charnel et résulte symboliquement au moins, plutôt de cette volonté de défier Dieu une première fois (et plein de fois ensuite d’ailleurs).

  • Toujours aussi « jeté », cet Antony Watts….

    Sa bio Wiki est pleine d’enseignement, lesquels contredisent curieusement sa présentation sur Contrepoints.

    Jamais diplômé, changeant d’avis à plusieurs reprises (actuellement, il reconnaît qu’il y a un réchauffement global de l’atmosphère, et promeut par ailleurs les voitures électriques) gagnant finalement sa vie entre autres en donnant des conférences basées sur des analyses marquées par leur amateurisme.

    Vos références sentent le poisson les mecs…

    Quand au réchauffement, lui, il n’est pas impressionné par vos dénégations. Étrange, non ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie MP.

Jeudi 28 novembre dernier, l’ONG Oxfam France, associée pour l’occasion avec Les Amis de la Terre, a publié un rapport intitulé en toute sobriété « La colossale empreinte carbone des banques : une affaire d’État ». Nous y voilà, une affaire d’État ! Car en bonne ligue de vertu qui se respecte, Oxfam n’a qu’une idée en tête : amener les pouvoirs publics à imposer à coups de bâton ses propres critères du bien et du mal.

En l’espèce, il s’agit de

mettre en place des normes contraignantes afin de garantir un ... Poursuivre la lecture

Par Michel Negynas.

 

Parmi les documents fournis sur le site de la Convention pour le climat, on trouve une synthèse des objectifs de la France pour atteindre la « neutralité carbone » en 2050.

Les citoyens ont donc une feuille de route imposée, et il semble qu’aucune remise en question ne soit à l’ordre du jour.

Et pourtant…

 

Voici la « trajectoire » déjà définie par les Institutions

Ce diagramme à lui seul appelle un grand nombre de remarques et de questions :

─ les « puits », en ... Poursuivre la lecture

éco-responsable
0
Sauvegarder cet article

Par Michel Gay.

Mon très cher fils...

Vendredi dernier, au lieu d’aller à l’école, tu as participé à la manifestation pour la défense du climat à l’invitation d’une jeune Suédoise, une certaine Greta.

Cette cause te préoccupe au point de délaisser tes cours, mais as-tu bien regardé autour de toi ?

Vous, les jeunes du monde occidental, êtes la première génération à travailler vos leçons sur ordinateur et à chercher l’information directement sur internet dont les puissants serveurs qui consomment beaucoup d’énergie sont dis... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles