Nicolas, « prisonnier politique »

Pour s’être « rebellé » face à une arrestation arbitraire et avoir refusé un prélèvement d’ADN, Nicolas, jeune manifestant, passera deux mois en prison. Il aurait fallu s’inquiéter il y a longtemps des dérives de la police et de la justice, en un mot de l’Etat.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
prisonnier_politique

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nicolas, « prisonnier politique »

Publié le 20 juin 2013
- A +

Pour s’être « rebellé » face à une arrestation arbitraire et avoir refusé un prélèvement d’ADN, Nicolas, jeune manifestant, passera deux mois en prison. Il aurait fallu s’inquiéter il y a longtemps des dérives de la police et de la justice, en un mot de l’État.

Par le Parisien Libéral.

À quoi joue le pouvoir socialiste ? S’achemine-t-on vers une France apaisée ?

Manifestement, non.

Hier soir, Nicolas, 23 ans, sciences politiques et histoire à la Catho et en troisième année d’école d’ingénieur, co-fondateur des Veilleurs, a été condamné en comparution immédiate à deux mois de prison ferme pour «rébellion», après avoir manifesté, avec quelque 1500 opposants au mariage dit pour tous, devant les locaux de la chaîne de télévision M6, à Neuilly-sur-Seine. Nicolas avait refusé de se livrer à un prélèvement de ses empreintes ou à un prélèvement ADN. Lors d’une audience en comparution immédiate, il a donc été condamné pour «rébellion et refus de prélèvement» à quatre mois de prison, dont deux fermes, avec mandat de dépôt et 1000 euros d’amende.

Comment peut-on accepter une telle peine ? C’est simple. Même si elle est sévère voire révoltante, c’est la loi. Le refus de prélèvement ADN est criminalisé.

C’est la où on a envie de dire à nos amis de l’UMP, avec un certain dépit, que le soutien aveugle qu’ils ont affiché pendant 5 ans, voire plus, à l’État, à la police, au dirigisme, était bien suicidaire.

Rappelez-vous, amis conservateurs, quand vos amis libéraux (« ultralibéraux », vous disiez) vous parlaient de la matrice qui s’installait progressivement, que ce soit Jospin et Chirac ou Fillon et Sarkozy au pouvoir, et que cette matrice, composée de toutes les lois sécuritaires, allait tous nous tuer ? Vous souriez ou, pire, vous nous accusiez de dérive « gauchiste » et de « bienpensance anti-police ».

Nous y sommes. Les lois que le gouvernement socialiste utilise, le droit du plus fort, la toute puissance de la police, la froide application de la loi par la justice, ce ne sont que des instruments qui étaient déjà un problème sous Sarkozy, mais contre lesquels vous ne disiez rien car vous aviez l’impression que l’État ne peut rien avoir à reprocher « aux gens biens » et que seules les racailles se retrouvent en prison.

Les contrôles d’identité, les arrestations arbitraires, la méconnaissance du droit par certains policiers, la vidéosurveillance, les fichiers policiers, tout cela nous concerne tous, et non pas juste les jeunes basanés en casquette et roulant en guimbarde immatriculée dans le 93, tout comme, en 1940, c’est la police républicaine, et non pas l’occupant, qui a fait du sale boulot.

Quand l’État s’octroie un droit (de taxer, de ficher, de contrôler, d’emprisonner, de sanctionner), ce droit est appelé à croître sans cesse. C’est pour cela que, quelle que soit la loi, quel que soit l’impôt, quel que soit le sujet, il faut lutter contre l’étatisme, partout et toujours.

Rappelez-vous le FNAEG ? Au début, Jospin l’a créé juste contre les violeurs. Qui peut être contre cela, entendait-on ? Ensuite, on y a ajouté tous les criminels, puis, au final, les auteurs de délits communs, puis, les manifestants. C’est quand José Bové refuse d’être fiché qu’il faut protester. Quand c’est au tour de Nicolas, 23 ans, c’est trop tard. La matrice s’est déjà refermée sur nous.

L’avenir de nos libertés est sombre. Et au-delà de la question du mariage dit pour tous, le problème est que nous vivons tous dans un environnement où nous sommes finalement tous seuls face à la machine. Le centre et la droite sont en pleine réflexion programmatique. Espérons qu’ils intègrent l’objectif de démantèlement du pouvoir unilatéral étatique.

Les étatistes disent : « La sécurité est la première des libertés« . On aurait de plus en plus envie de rétorquer : « la liberté (de surveiller celles et ceux qui assurent notre sécurité) est la première des sécurités.

Il va de soi que nous sommes solidaires avec Nicolas, non pas forcément pour les Manif pour Tous, mais pour sa peine de prison, totalement disproportionnée, voire illégale comme le note Nouvelles de France.


Sur le web.

À lire aussi :

Sur le même sujet sur le blog du Parisien Libéral

 

Voir les commentaires (59)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (59)
  • Peine assurément disproportionnée si l’on s’en tient à rébellion/outrage à agent et refus de prélèvement adn….

    mais
    1- cela ne date pas d’aujourd’hui… et cette sévérité était suffisamment réclamée par l’UMP pour rire de leurs cris de vierges effarouchées…

    2- finalement, n’est ce pas un mouvement en panne de visibilité qui bénéficie de cette atteinte à l’honneur d’un petit blanc bien propre sur lui ? de là à voir un complot d’un juge favorable à la manif pour tous … c’est un pas que je ne franchirai pas…

    • J’apprends que ce voyou est un récidiviste…. de la rébellion et d’outrages à agent…

      Allez zou… au gnouf !!! et automatiquement même comme le souhaitaient tous les supporters de ce jeune homme…

    • Tiens, un message où vous vous félicitiez de voir ce manifestant finir au gnouf a été effacé. C’est dommage, car ce n’est pas la première fois que l’on vous voit vous réjouir ou souhaiter un traitement pénal pour les personnes qui ne partagent pas vos idées.

      • ah bah, il est reviendu.

        • Cher dinsdale

          cela fait bien longtemps que je rale contre les lois liberticides… et les abus des forces de l’ordre…

          et je me moque plutôt des supporters de ce voyou récidiviste… et décider à obtenir ce qu’il a obtenu : passer pour un martyr de sa cause…

          je me moque de votre interêt pour le respect des droits des individus… à géométrie très variable… très dépendant de l’individus en question..

  • Oui, les adeptes UMP de l’ordre et de la sécurité sous Sarkozy (comme moi) se remettent en question, et commencent à comprendre la supercherie. Nous avons perdu, en moins d’un an, toute confiance en la police.

    • Ce qui caractérisait les manif de droite « La police avec nous ! »
      Les manif de gauche « CRS SS ! »

      Gageons que ça risque de changer avec les fanatiques au pouvoir.

  • «J’ai été relaxé, c’est énorme. Le juge a reconnu que l’accusation était disproportionnée et que j’avais agi dans un cadre syndical. Il légitime totalement mon refus de me soumettre à cette loi liberticide, ça ne s’était jamais vu», a expliqué Xavier Mathieu à l’AFP.

    à l’époque (2011) les journalistes avaient relayé haut et fort cette victoire judiciaire, aujourd’hui silence total sur une arrestation arbitraire

  • Effectivement, c’est un peu tard pour pleurer : le piege s’est deja referme sous nous tous.

    Alors plusieurs possibilites pour l’avenir :

    – l’exil vers des pays democratiques (forcement hors Europe).

    – le vote massif pour se debarasser definitivement des politiques de ces 40 dernieres annees (UMPS aux poches pleines et promesses creuses), et changement des textes.

    – la soumission massive et pacifique au systeme : a la prochaine manif pour tous, demandez tous a vous faire arreter, avec prise d’empreintes, garde a vue, etc,… je pense que les services de police seront vite depasses par l’afflux de plusieurs dixaines de milliers de volontaires a l’interpellation. Il sera interessant ensuite de lire les commentaires des medias etrangers sur la politique socialiste repressive massive contre une population pacifique. (pour les credules, revoyez le film sur Gandhi).

    Quoi qu’il en soit, le changement, c’est maintenant !

  • On amnistie les syndicalistes preneurs d’otages, mais on condamne un manifestant qui n’a fait de mal a personne…

    Aux armes!

  • Qui est donc ce juge au ordre?

  • Mouais, cet article s’attache à la lettre, pas à l’esprit. Que la loi soit contestable est une chose, que son application soit totalement disproportionnée en est une autre, autrement plus importante et révélatrice de ce qui se passe aujourd’hui. Ce qui s’est passé au Trocadéro ou dans le RER pour ne rappeler que des affaires récentes était beaucoup plus grave que ce qu’a pu faire Nicolas, dans les cas les plus graves des condamnations dérisoires, dans l’autre la plus grande rigueur, voilà l’important et non pas de savoir qui a voté la loi. Vous pouvez réciter le bréviaire libéral, il n’en reste pas moins qe vous ne ferez pas reculer la légitime colère qui monte qui se traduira par un vote extrémiste. Je trouve incroyable que vous vous attachiez à ce qu’il y a de plus marginal dans cette affaire, ici et maintenant. C’est la marque de l’idéologie qu’elle soit libérale ou autre de donner dans la langue de bois face aux évènements graves, l’idéologie c’est ce qui pense à votre place.

  • Si j’avais été son avocat j’aurais demandé à ce que sa peine, s’il faut absolument punir, se limite à punaiser sa photo sur le mur des cons, qu’en pensez-vous monsieur le Président ?

  • 1°) C’est le gouvernement Jospin qui a mis en oeuvre le fichier des empreintes génétiques ( à l’origine exclusivement pour les crimes sexuels)
    2°) Le « grand maître d’oeuvre » du sécuritaire d’état est l’ami de tous les régimes, UMp et PS;ll agit d’un être délicieux et dépourvu de toute haine:
    Alain BAUER

  • ils ont pris combien ceux qui ont braqué les trains façon Western ?…

  • – Il se masturbe avec la main d’une fillette (sa nièce) de 11 ans : 8 mois avec sursis.
    – Il vole un bureau de tabac : 4 mois avec sursis.
    – Elle recèle le fruit d’un braquage : 6 mois avec sursis.
    – Il cambriole : 2 mois de sursis et 4 mois ferme.
    – Jean-Marc Ayrault, délit de favoritisme : 6 mois de sursis et 30 000 francs d’amende.

  • Ceux qui emprisonnent parce que la loi est la loi et qu’ils sont au pouvoir maintenant prônaient il n’y a pas si longtemps la désobéissance civile lorsqu’une loi ne leur plaisait pas…

  • Ce que l’histoire ne dit pas, c’est pourquoi diable ce joyeux militant s’est-il opposé à un prélèvement adn ?

    Qu’est-ce que cela peut bien faire ?

    • C’est vrai quoi. Laissons l’Etat nous ficher, tous. Il n’y a que ceux qui ont quelque chose à se reprocher pour y trouver à redire.

      meeeeeeh
      meeeeeeh
      meeeeeeh

      L’abattoir n’a effectivement que faire des gens qui disent non.

    • @mps
      « Qu’est-ce que cela peut bien faire ? »
      Bienvenue dans le monde bisounours

    • J’adore le pseudo : mps ou UMPS ?

      Et non ! le monde n’est pas peuple de saucisses de cocktail ! Reveil !

      Cela dit, et pour suivre votre audacieux raisonnement, la Police faisait aussi des rafles en 40. C’etait les ordres et c’etait conforme aux lois officielles de Vichy.
      Il y avait aussi des Francais qui pensaient que c’etait normal….

      • Il ne me semble pas que Vichy ait voté des lois « rafle et déportation » mais simplement des règlements administratifs, pour la gestion du quotidien. Les lois permettant la déportation, les arrestations arbitraires avaient été votées par la Convention (pour Vendée et autres régions révoltées)
        Souvenons-nous que les massacres de septembre se sont faits sans lois, c’est inadmissible, révoltant, horrible.
        – la France pays des… LOL

    • Mon père m’en a raconté une bonne pendant un repas de famille:

      Un homme entre dans son poulaillier et demande à ses poules :  » A quelle sauce voulez-vous être mangées ? »
      Les poules répondent en choeur :  » Mais nous ne désirons pas être mangées !  »
      A quoi le fermier retorque : » S’il vous plaît, ne détournez pas la question. »

    • peut-être s’ est-il rebellé par pur héroïsme romantique, histoire de passer pour le martyr catholique de service. Ce que cette pauvre justice a réussi à faire. Il y avait une autre solution, c’ était de ne pas manifester comme un con contre cette loi à la con et de rester tranquillement chez soi. Il y a des problèmes autrement plus importants.

      • Il existe peut-être des problèmes qui semblent plus important (ce qui se voit) mais sont-ils plus important que l’idée que désormais l’Etat décrète que le biologique est caduque et que le constructivisme est un dogme (ce qui ne se voit pas directement).
        Cela dit, celui qui reste comme un con chez lui pendant que l’on coure sur la route de la servitude, celui là il ne pourra rien dire quand à l’aube la patrouille viendra l’embarquer vers le camp de redressement psychiatrique pour libéraux anti-fraternels.

        • bien sûr. Sauf que je n’ ai rien trouvé de liberticide dans la loi du mariage pour tous. Par contre j’ ai rencontré beaucoup d’ idéologie. Alors là oui mon pote je reste chez moi, sans hésiter.

          • Mais bien sûr que le mariage pour tous est liberticide, une insulte à la raison et à la nature humaine. Tout mariage civil est en soi liberticide, pas besoin de savoir s’il est homo ou hétéro, polygame ou polyandre, animalier ou utilitaire. L’Etat ne peut pas prétendre légiférer sur ce qui le dépasse, tout au plus peut-il en prendre acte humblement (enregistrement des contrats). L’erreur des manifestants est de réclamer le retour au mariage civil hétéro au lieu d’exiger la suppression pure et simple de cette pathétique comédie.

          • Pourquoi avez-vous attendu que le mariage civil soit ouvert aux homos pour manifester alors?

            À défaut d’avoir la liberté, la privatisation du mariage, l’égalité en droit c’est mieux que rien. Bref on ne va pas refaire le débat.

            Sinon, bien qu’en total désaccord avec cette droite vieille France, tout mon soutien à Nicolas. Personne ne doit être condamné pour ses idées. Car c’est bien de cela qu’il s’agit, preuve en est la différence entre la peine de Nicolas et celles prononcées pour des faits équivalents contre des membres du Camp du Bien.

          • « on ne va pas refaire le débat » : visiblement, c’est vous qui éprouvez le besoin de le recommencer.

            « égalité en droit » : avoir le droit de faire le clown devant un petit maire suffisant, avec sermon ripoublicain en prime. Sérieusement ? Un peu d’amour propre, mon vieux !

            « pourquoi avoir attendu… pour manifester » : Cavaignac, manifester ? Hmm… Concept novateur ! Il va y réfléchir, pour la prochaine fois.

      • Il est vrai que rester chez soi, ca résout les pb…

        Socialo

    • On pourrait poser plutôt la question inverse : que cela peut-il bien faire à l’état qu’il refuse de se faire prélever son ADN ?

      Que la justice exige un prélèvement ADN sur un suspect dans le cadre d’une enquête, très bien. Qu’on fiche des délinquants et des criminels après leurs condamnation parce qu’un prélèvement ADN est susceptible de les confondre si ils commettent à nouveau le même genre d’infraction (ou pour vérifier si ils l’ont fait par le passé), d’accord.

      Mais qu’on fiche tout le monde, ou tout ceux qui passe par la main de la police (même si ils ne sont pas encore définitivement condamnés, même si ils s’agit d’infraction dans lequel le prélèvement d’ADN n’est d’aucune utilité) alors là non !

  • Les forces de l’ordre sont aux ordres des politiques. C’est logique dans une democratie (revoir aussi la declaration des droits de l’homme de 1798, article 12).

    En France, elles ont toujours ete fideles au pouvoir politique (elles ne se posent pas de question morale), et ont toujours ete tres efficaces, …. quel que soit le regime ou la periode historique,….. a vous de juger.

    Il faut cependant prendre un peu de recul. Mettons-nous a la place de ces policiers, CRS ou gendarmes, qui s’apercoivent que quelque chose ne va pas avec les ordres des politiques, mais doivent y obeir.
    Gros cas de conscience !

  • Il y a deux éléments dans cette histoire.
    1 – au nom de la sécurité, le pouvoir peut effectivement faire voter des textes liberticides. C’est un vrai sujet.
    2 – l’application des lois, en France, de manière complètement biaisée et politique.
    C’est à mon sens ce qui est en jeu dans le cas présent. « Murs des cons », relaxe de braqueurs, dissolution de groupes d’extrême-droite mais paix royale pour leurs homologues d’extrême-gauche, consignes de sévérité pour des manifestations globalement pacifiques vs on regarde des délinquants piller un bus, etc. Tout indique la politisation de la Justice.
    Et c’est à mon avis pour ça que l’auteur de l’article est à côté de la plaque. Comme le dit Skardanelli, les lois ont un texte mais elles ont aussi un esprit. Les pouvoirs en place, judiciaire comme exécutif, violent allègrement l’esprit des lois au profit de leur idéologie et de leurs intérêts. Là est l’urgence.

    PS – On peut aussi observer le même phénomène avec le fisc mais c’est un autre sujet.

    • L’esprit de la loi ne peut-être violé que si le texte le permet. Toute loi donnant un pouvoir discrétionnaire sera toujours détournée de son but. Le problème est donc la lettre et non l’esprit de la loi, même si on peut également critiquer la manière dont elle est appliquée.

    • Effectivement un des problèmes principaux de cette affaire (et de notre pays tout entier à l’heure actuelle) est là.

      Théoriquement la loi est faite par les députés (et c’est pour ça qu’ils ont la latitude de pisser du texte au kilomètre sur tous les sujets et même le reste), les juges ne devant que rappeller et appliquer la loi. Or ils ont depuis quelque temps déjà, avec l’appui des politiques et des média, décidé de refaire le droit en l’interprétant à leur sauce. On est donc revenus à la période de Lafontaine où les jugements de court, selon que vous serez puissant ou misérable (maintenant « considéré de gauche » ou alors de droite), vous rendrons blanc ou noir.
      Que dire des privilèges (lois privées) qui fleurissent partout (si vous êtes ci vous pouvez ça, sinon, non, si vous êtes fonctionnaire la retraite c’est ça, sinon… c’est rien). Le retour à l’ancien régime, mais sans les garde-fou qu’il y avait à l’époque !

      • Ce n’est pas si simple, tout d’abord il y a toujours eu une herméneutique juridique, le juge est là pour interpréter la loi, nous n’arrivons pas à nous déterminer suivre les pays anglo-saxons où le rôle des juges est prépondérant dans l’établissement de la loi, ou suivre l’exemple allemand où l’application de la loi est extrêmement technique et inaccessible au commun des mortels.
        Sinon, évidemment, vous avez raison, ce laxisme juridique est très inquiétant.

        • Je suis fasciné par les gens qui juge l’ acte de juger sans ne finalement rien connaitre du dossier. Première chose. Les lois bien sûr, l’ interprétation des lois, ok, la singularité et toute la complexité de la chose à juger fait qu’ une loi ne peut pas épouser toutes les situations à juger.
          Qu’ est-ce qui vous dit que ce type n’ avait pas besoin de se faire bien sévèrement calmer?

          • vous réagissez à un jugement que vous jugez sévère en comparaison à d’ autres que vous jugez laxistes. En fait, vous devriez être content, vous qui trouvez la justice laxiste, elle a peut-être été JUSTE sur ce coup-là.

          • Stéphane, vous inversez la charge de la preuve, si vous avez des éléments probants, par exemple que l’accusé a gazé des policiers, ou braqué la pizzeria, allez-y on vous écoute…

            Non ? Donc jusqu’à preuve du contraire, aujourd’hui, en France, on peut commettre des vols à main armée, attaquer des policiers, abuser sexuellement des petites filles et ne pas voir la couleur d’une geôle, mais aller en prison (ferme) pour une rébellion contre une arrestation illégale.

            Nicolas n’avait pas de casier ; le mec qui a poignardé un militaire le mois dernier à la défense (pour prendre juste un exemple récent et bien connu) avait déjà été jugé 7 fois pour des broutilles (vol avec violence, violation de domicile, port d’armes…) et n’a JAMAIS passé un jour en prison.

            Je ne suis pas en France en ce moment, donc je ne peux être informé que par internet et éventuellement ce que me disent mes proches sur place, et ces derniers mois les nouvelles sont un peu inquiétantes. Par pitié Stéphane, si vous disposez d’éléments que j’ignorais jusqu’à présent, détrompez-moi !

          • @ Aloux

            C’est justement ce que Stéphane dit: peut-être que pour une fois (comme par hasard quand il s’agit d’un mec de droite) la loi a véritablement été appliquée, contrairement à tous les exemples que vous citez où elle ne l’a pas été convenablement.

          • Certes chaque cas soit différent c’est tout à fait vrai. Qu’au-delà de ces différences il y ait toujours une part d’aléatoire c’est inévitable.

            Mais dans cette histoire il faut être un peu de mauvaise foi pour penser que la sévérité du jugement ne s’explique que par les éléments du dossiers ou par la faute à « pas de chance ». La partialité du jugement me semble incontestable.

            Je ne pense pas qu’il s’agisse d’une « justice aux ordres » mais plus simplement d’un biais politique de la part des magistrats qui ont pris cette décision. Vu qu’il s’agit d’une décision collégiale et non de l’errance d’un juge unique cela interroge sur l’impartialité de l’institution judiciaire en générale.

  • Petites erreurs dans l’article.

    Le prélèvement à tout de suite concerné des délits biens plus large que le viol avec des peines assez lourdes (version de 2001)
    http://legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=2190247083B0B7D0F5983F5EA2905F97.tpdjo04v_1?idArticle=LEGIARTI000006577733&cidTexte=LEGITEXT000006071154&dateTexte=20020101

    Sous Chirac et non Sarkozy, la peine a été doublée et la liste des infraction largement augmentée (2003)
    http://legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=2190247083B0B7D0F5983F5EA2905F97.tpdjo04v_1?idArticle=LEGIARTI000006577736&cidTexte=LEGITEXT000006071154&dateTexte=20080101

  • Je me souviens des réticences de la gauche pour créer un « fichier génétique » pour crimes sexuels.
    Ils on fait des progrès depuis nos petits totalitos.

  • En cherchant un peu sur google, ce charmant jeune homme avait déjà été condamné le 28 mai à une peine avec sursis. Nouveau passage devant un juge pour rébellion et donc, condamnation. Rien de plus logique. On ne l’avait pas prévenu qu’il ne faut surtout pas « déconner » pendant une période de sursis ?

    En plus de « rébellion » (traduire « violences contre des policiers ») les motifs de la condamnation ne portent pas du tout sur le fait de manifester contre le mariage gay (manifestation illégale en outre car non déclarée en préfecture, contrairement à la loi, rappelons le…) mais sur le fait d’avoir frappé des policiers, donné une fausse identité, refusé de donner ses empreintes digitales (et là les juges sont assez peu complaisants) et refusé un prélèvement ADN. Rajoutons enfin qu’au moment de l’interpellation, le type est allé foute un boxon monstre dans une pizzeria…

    Bref, c’est loin d’être le saint que la propagande de droite essaye de nous vendre, et la condamnation est tout à fait conforme à ce qui se pratique en comparution immédiate 🙂

    • À ce qui DEVRAIT se pratiquer (comparution immédiate ou pas).

    • Le fait que vos allégations aient été démontées dès le début ne doit pas – SURTOUT PAS – pour faire changer de discours.

    • Vos précisions sont intéressantes.
      Et fort bien, la justice s’applique.
      Mais ce qu’on lui reproche, à la justice, c’est de s’appliquer à la lettre concernant un manifestant de droite et de ne pas s’appliquer ou du moins d’être très (trop?) compréhensive dans beaucoup d’autres cas.
      violence ou des viols, il y a une différence de gravité assez nette.

      • Un gouffre ! La chasse au poulet est un sport prisé dans nos cités, ce doit être aussi de la propagande de droite d’oser en parler, comme c’est du racisme pur et simple de remarquer qu’au Trocadéro c’est avant tout la diversitude qui s’exprimait. Le paternalisme qui consiste à ne pas condamner à de la prison ferme les jeunes issus de l’immigration en dépit de la gravité de leurs actes est du véritable racisme, il prive une partie de la population de la dignité essentielle liée à la responsabilité sur des critères liés au faciès, il monte peu à peu le reste de la population contre eux quand on voit ce que devrait être la justice sinon. Nicolas n’avait pas le bon faciès. Ce racisme dans les actes, ce racisme à la Bourdieu est un poison de notre société.

    • Le patron de la pizzeria Pino n’était pas sur place dimanche soir. Mais il indique avoir porté plainte contre l’étudiant, car, «à cause de son arrestation, il y a eu des dégâts, et le restaurant a dû fermer un quart d’heure».

      «C’est ubuesque! s’indigne Me Henri de Beauregard, l’un des avocats bénévoles de la Manif pour tous. Il a été jugé pour des infractions consécutives à une interpellation qui n’a pas de cause.» Frappé par cette «tentative d’intimidation», le député UMP Jean-Frédéric Poisson renchérit: «Quand vous êtes interpellé sans raison, il n’est pas anormal que vous vous rebelliez!» Nicolas vient d’être incarcéré à Fleury-Mérogis.

      Sa premiere arrestation qui lui a valu du sursis., cetait aussi pendant une manif pour tous. Et le patron de la pizzeria ne dit pas que le gamin a mis le boxon, il dit que l’arrestation du gamin a mis le boxon.

    • Ah ben alors là vous m’ étonnez, moi qui pensais que ce jeune homme prétendu catholique était une victime de la police politique de Hollande. J’ en suis tout retourné.
      Belle leçon finalement, que tous ceux qui souhaitent une justice sévère se la souhaitent pour eux-même.

    • « Rajoutons enfin qu’au moment de l’interpellation, le type est allé foute un boxon monstre dans une pizzeria.. »
      Faux également.
      Le boxxon est le fait des forces de l’ordre lors de son interpellation.
      Et interpellation pour laquelle il n’y avais aucun motif antérieur.
      Je résume :
      – vous vous faites charger sans sommation par les flics.
      – vous courez en voyant leur charge. (jusque là rien de répréhensible)
      – vous allez vous réfugier dans un resto. (jusque là rien de répréhensible)
      – les flics se jettent sur vous, alors que jusque là RIEN ne le justifiait. Une « rébellion » est plus que compréhensible. Et là, les flics tiennent leur motif. Bien joué.

  • La police fait son travail, peut être avec zèle ! mais les juges sont censés être indépendants et les différences de traitement entre casseurs et récalcitrants est terrible. Un casseur , un agresseur violent avec armes pas de prison ou des remontrances ou pas de prison avant 2 ans de condamnation, un jeune de droite Prison immediate ! cherchez l’erreur !

  • Incroyable la peine de prison de nicolas . J ai cru que l on etait le premiere avril . Il a detrousse les passagers du rer A , non . Il a casse des choses au trocadero , non . Il a juste manifeste son opinion sans violence et il a de la prison ferme alors que les autres qui ont fait mille fois ont rien . Mais envoyez moi ce juge tout de suite sur des affaires qui pourisse la vie des francais comme les vols avec vilolence ou les casses au moins il est severe . pittoyable . Je pense qu on va bientot libere tous les prisionners ( voleur , tueurs , pedophile ..) pour mettre en prison les tres dangereux manifestants . pittoyable

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour la première fois depuis le début de sa commercialisation en 2013 par l'entreprise israélienne NSO il a été établi que les téléphones officiels du Premier ministre espagnol Pedro Sanchez, ainsi que celui de sa ministre de la Défense Margarita Robles, ont été infectés par le logiciel Pegasus. Pegasus est un logiciel d'espionnage (spyware) extrêmement puissant de Smartphone et d'Androïd sur lequel nous allons revenir tant il pose - dans le contexte géopolitique actuel tendu - de nombreux questionnements. Cette infiltration a été annoncée pa... Poursuivre la lecture

Par Yannick Chatelain[1. Docteur en Administration des Affaires, professeur associé (IT/DIGITAL) chez Grenoble École de Management,  chercheur associé à la Chaire DOS « Digital, Organization and Society » responsable de GEMinsights] et Pierre Dalzotto[2. est Professeur Assistant Coordinateur de la Chaire. « Digital, Organization and Society » de Grenoble École de Management, & doctorant au CERAG à l’Université Grenoble Alpes].

 

Poursuivant notre datazerisation collective à un rythme soutenu, le gouvernement a ouvert la... Poursuivre la lecture

Mai 2020 : les premiers pas chaotiques vers la reconnaissance "masquale"

Nombreux sont ceux qui se souviennent de la mise en place chaotique de la reconnaissance « masquale » notamment à Cannes et à la station Chatelet les halles ou six caméra HD avaient été placées à des endroit stratégiques, des endroits bien éclairés ou le flux des personnes ne pouvaient s’effectuer que dans un seul sens (escalator). L’objectif déclaré était alors de produire des données relatives au port du masque et à la distance sociale afin d’éclairer les décisions pol... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles