L’introuvable « choc de simplification »

Comme ses prédécesseurs, François Hollande a formulé le vœu pieux de libérer la France du carcan bureaucratique par un "choc de simplification" qui tarde.

Comme ses prédécesseurs, François Hollande a formulé le vœu pieux de libérer la France du carcan bureaucratique.

Par Michel de Poncins.

Le président très provisoirement en place vient à plusieurs reprises d’adopter un langage guerrier. C’est peut-être le costume inattendu de chef des armées qui lui donne des ailes. Sur un mode incantatoire il parle d’offensive ; ses courtisans exaltés par l’orchestre médiatique célèbrent l’événement comme un tournant majeur du quinquennat.

Le choc de simplification en fait signifie une lutte victorieuse contre les usines à gaz. Les vraies usines à gaz produisent du gaz et le gèrent. Les usines à gaz politico-aministratives viennent de l’espoir fou de créer de la richesse alors qu’elles la détruisent par leur propre complexité. Les tuyauteries sont tellement enchevêtrées que l’argent est avalé par la « bourreaucratie ».

Elles ruinent la France de deux façons. Elles gangrènent les entreprises. Annonçant l’offensive, qu’il ne mènera pas, le chef de guerre a parlé de 60 milliards d’euros à récupérer. C’est une parole pour rire. Une seule certitude : tout allègement de statistiques, de formalités, de normes, de réglementations diminue le boulet que les pouvoirs successifs ont imposé aux entreprises dans la compétition mondiale. La deuxième ligne de front se situe dans les budgets publics formidablement lourds par la complexité et générant les impôts meurtriers que nous évoquons régulièrement.

Une histoire peu encourageante

Giscard en 1978 voulait libérer la France du carcan administratif. Mitterrand fit la guerre à son tour et fustigea le cancer bureaucratique en essayant sans succès de supprimer les textes et les organismes inutiles. Sarko pour faire la guerre avait organisé une parlotte : les assises internationales de la simplification. Il y a 400 000 normes et 668 commissions interministérielles qu’il prétendait réduire. Il a selon la tradition républicaine aggravé le mal. Hollande a commandé neuf audits sur les politiques publiques, ce qui est une bonne façon de repasser la patate chaude à plus tard. 101 commissions vont être supprimées ; bravo si on y arrive malgré les résistances ; ce sera un petit pas.

Quelles sont les causes ?

La cause principale est l’avidité du personnel politique, s’exprimant par le carriérisme politique. Ce point étant connu, cherchons d’autres aspects directement liés à la complexité.

D’abord le nombre de ministres : 40 avec des sous-sous-ministres, secrétaires d’État, etc. Hollande a amplifié la dérive en sacrifiant à la ridicule chimère de la parité. Chaque titulaire pour marquer son passage crache ses lois avec décret-lois, circulaires, contentieux, etc. Nombreuses sont ces lois contradictoires ou inapplicables. Les organismes inutiles comme la Banque Publique d’Investissement ou BPI foisonnent : statistiques, lenteurs, formalités. Les agences indépendantes sont au nombre de 1244 ! Déluge similaire avec chacune ses statistiques. Les subventions ruinent la France par les impôts nécessaires et ouvrent un véritable parcours du combattant aux candidats potentiels.

La connaissance des causes montre le chemin à parcourir pour enfin faire reculer les usines à gaz qui étouffent le pays : sabrer dans les ministères, les organismes, les agences, les impôts. Ce serait des bouffées d’oxygène pour les entreprises seules créatrices de richesses.

Il faut évidemment une volonté politique. Si elle tarde à se manifester, le pire est à craindre.


Lire aussi : Où est passé le choc de simplification ?