Un nouveau parti en Allemagne : vers la fin du diktat allemand ?

La crise de l’Euro fait grandir l’euroscepticisme en Allemagne, avec un nouveau parti anti-euro.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un nouveau parti en Allemagne : vers la fin du diktat allemand ?

Publié le 27 mai 2013
- A +

La crise de l’Euro fait grandir l’euroscepticisme en Allemagne, avec un nouveau parti anti-euro.

Par Fabio Rafael Fiallo, depuis la Suisse.

François Hollande et Angela Merkel

Il est devenu de bon ton, dans les manifs anti-austérité en Europe du Sud, de vitupérer contre l’Allemagne et sa Chancelière, au point de placarder des photos de celle-ci parée d’une moustache à la Hitler. Ajoutons à cela la charge anti-Merkel que le PS français avait rédigée, avant de l’édulcorer sous la pression, diplomatie oblige, du Premier Ministre Ayrault. À entendre ces doléances, la faute de la crise que traversent certains pays de la zone euro revient au désir de l’Allemagne de Merkel de leur faire subir des politiques d’une rigueur démesurée et qui portent atteinte aux perspectives de croissance de la zone.

On peut se demander pourquoi les pays victimes (ou supposés tels) ne décident pas de faire fi une fois pour toutes du « diktat » allemand, prenant leur destin en main et refusant l’austérité.

Qu’arrivera-t-il dans ce cas ? Eh bien, les taux d’intérêt imposés par les marchés financiers aux emprunts des États frondeurs grimperont en flèche (comme ils avaient grimpé avant que Bruxelles et l’Allemagne ne vinssent à la rescousse). Ces pays seront alors contraints à se déclarer carrément en cessation de paiements ou renégocier (restructurer) leurs dettes auprès de leurs créanciers.

Les pays qui opteraient pour la cessation de paiements trouveraient difficilement des créanciers disposés à leur acheter de nouvelles obligations d’État. Ce qui veut dire qu’ils ne pourraient pas se permettre d’avoir des déficits publics.

Or, il s’avère que – à l’exception de l’Italie – les budgets de ces pays sont en rouge même en excluant le paiement des intérêts de la dette publique (dans le jargon professionnel, on dit qu’ils sont en « déficit primaire »). De sorte qu’une cessation de paiements les obligerait à se serrer la ceinture pour sortir du rouge, c’est-à-dire à adopter des politiques d’austérité, celles-là mêmes qu’ils reprochent à l’Allemagne de leur imposer.

Quant aux restructurations de la dette publique, il y en a déjà eu (cf. la Grèce). Et dans de tels cas, l’aide de Bruxelles – et donc de l’Allemagne – aura permis d’atténuer les effets des termes exigés par les créanciers privés.

Voilà pourquoi, en dépit des manifestations de rue et des moustaches collés aux images de Mme Merkel, les gouvernements des pays endettés préfèrent demander de l’aide à Bruxelles, en fait à l’Allemagne, tout en réclamant des conditions plus souples.

On reproche d’autre part à l’Allemagne d’empêcher la Banque centrale européenne (BCE) de faire déprécier l’euro, ce qui, selon les détracteurs de cette politique, nuirait à la compétitivité internationale des produits de la zone euro.

Or, l’Allemagne ne voit pas pourquoi un euro stable serait préjudiciable à l’économie de la zone alors que ni anciennement le mark ni aujourd’hui l’euro ne l’ont empêchée de concurrencer efficacement dans l’économie mondialisée.

L’expérience de la Suisse tend à conforter la vision de Berlin : la Confédération Helvétique possède une monnaie forte et, en même temps, occupe la première place dans le palmarès de la compétitivité établi dans le dernier Rapport Global sur la Compétitivité. Dans le sens opposé, l’histoire de la lire italienne montre que les dévaluations ne sont pas la panacée capable de booster durablement la compétitivité d’un pays.

Les succès de l’Allemagne et de la Suisse aussi bien que les déboires de l’ancienne lire italienne prouvent que pour gagner la bataille de la compétitivité rien, pas même le bricolage monétaire, ne remplace les réformes structurelles, et notamment la libéralisation du marché du travail.

On tire également à boulets rouges sur l’Allemagne parce qu’elle refuse de « mutualiser » la dette de la zone euro – une jolie formule pour demander à Berlin de se porter garant de la dette souveraine des pays de la zone.

Au nom de quoi Mme Merkel (ou quiconque à sa place) pourrait-elle demander aux contribuables allemands de s’engouffrer dans le Triangle des Bermudes de la dette contractée par des pays dont ils ne peuvent pas avoir le contrôle des dépenses publiques ? Des pays, ne nous en déplaise, qui ont une longue tradition de incurie dans les dépenses publiques et où le recouvrement des impôts est à bien des égards fantaisiste.

L’Allemagne a la possibilité d’arrêter son aide aux pays endettés et même de revenir au mark. Pour l’instant, elle estime que le prix d’assister les pays en difficulté à coup de dizaines de milliards d’euros est inférieur à celui de les laisser tomber. Mais si les montants de l’aide requise atteignaient des niveaux trop importants (par exemple si la France devenait la proie des marchés financiers), ou si on lui présentait des exigences politiquement irréalisables (cf. mutualisation de la dette), l’Allemagne pourrait revoir la copie et abandonner les pays en difficulté à leur sort.

Un parti nommé Alternative pour l’Allemagne (AfD en allemand) vient de se créer et pousse dans ce sens – allant même jusqu’à proposer la sortie de l’euro. Certes, il ne pas près de devenir un parti de gouvernement ; mais du fait de se faire l’écho d’inquiétudes fort répandues au sein de l’opinion publique [1], AfD ne manquera pas d’exercer une influence certaine sur les orientations politiques du pays.

Quant à Mme Merkel, la revue The Economist souligne que, même si elle le sait, la Chancelière ne dira pas ce qu’elle a en tête pour après les élections fédérales de septembre [2]. A suivre.

Certains pays – y compris la France – pourraient bien regretter la fin éventuelle du « diktat » allemand tant décrié.


Lire aussi : Allemagne : un nouveau parti anti-euro.

Notes :

  1. Les sondages d’opinion montrent que 80% des Allemands sont opposés à l’émission d’euro-obligations (mutualisation de la dette). Voir Quentin Peel, “Germany: A lonely path”, Financial Times, 06-06-2012.
  2. « Charlemagne: What is the alternative », The Economist, 18-05-2013.
Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Excellent article

  • Pourra-t-on un jour avoir LE débat européen :

    Est-ce que l’UE, et maintenant plus précisément l’Eurozone, est un Etat (con)fédéral en construction ou non ?

    Si la réponse est NON, supprimons l’UE, démontons l’euro et rendons l’entièreté des souverainetés aux démocraties nationales, faisons un simple marché commun de libre-échange européen (avec à la rigueur une Alliance Européenne de la Défense au lieu d’être dans l’OTAN). Une Europe des Nations indépendantes et souveraines, libérales (genre CEE)

    Si la réponse est oui, demandons aux peuples s’ils le veulent, étudions si c’est viable économiquement et si ça ne risque pas de péter politiquement à chaque décision fédérale. Dans ce cas, gardons l’euro et créons des institutions « à la Suisse » ou « à l’américaine ».

    Mais qu’on tranche !

  • Euro « imposé sans discernement » est devenu un instrument de rigidité socio-économique.
    Comparer la solidité d’une monnaie exigerait qu’on sache clairement quelle est la composition-type des produits/services élaborés en vue de succès emportés à l’exportation et l’analyse des importations. D’autant plus que les structures de groupes contribuant significativement à cette exportation. Matrice d’Input/Output, la connait-on encore dans cette Europe en déroute (et pire, dans la France de toutes les aberrations) ?

    Cette analyse n’est guère explicitée par les milieux de la bien « pensance » idéologique, or que nos différence et divergences s’expliquent au travers d’analyses de ce phénomène.
    A vos crayons ; tâchez de clarifier pour nos (in)compétents dirigeants ?
    p.ex. lire : Cambridge University Press 978-0-521-73902-3 –
    Input-Output Analysis: Foundations and Extensions, Second Edition
    Ronald E. Miller and Peter D. Blair

    http://www.langtoninfo.com/web_content/9780521739023_frontmatter.pdf

    Sinon, en sa forme francisée :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Analyse_entr%C3%A9e-sortie

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jean-Pierre Riou et Michel Gay.

Notre système énergétique serait bien meilleur aujourd’hui sans l’impéritie des dirigeants de ces 25 dernières années. Il est nécessaire de reconnaître les fautes passées afin de donner aux jeunes l’envie de faire autrement et de fournir les efforts nécessaires pour construire un monde plus confortable pour tous car la décroissance n’est pas une fatalité.

 

Interroger le passé

Seule une analyse honnête des fautes du passé permet la justesse du diagnostic présent et la mise en place... Poursuivre la lecture

La semaine dernière, nous avons beaucoup entendu parler des 636 lobbyistes du secteur des énergies fossiles qui ont pris le contrôle du processus de la COP27 et qui sont la cause principale de l'échec de l'accord final.

La conclusion était évidente : nous devons interdire à l'industrie de participer à toutes les politiques ! Les médias grand public ont couvert cette campagne des ONG, répétant les affirmations et les messages ciblés, amplifiant le dogme anti-industrie sans réellement approfondir les recherches pour voir si les chiffres ... Poursuivre la lecture

Tiens, voilà qu’une Große Katastrophe se profile sur l’horizon teuton : on apprend qu’Uniper, la principale société allemande de vente de gaz et premier distributeur de l’entreprise russe Gazprom, doit faire appel à l’État allemand à hauteur de 55 milliards d’euros suite à une perte nette kolossale établie à 40 milliards d’euros depuis le début de l’année.

Un milliard d’euros par-ci, un milliard d’euros par-là et rapidement on commence à parler gros sous. En tout cas, à 55 milliards d’euros, voilà une somme rondelette qui va peut-être ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles