PSG et violences du Trocadéro : l’État n’est vraiment plus la solution, il est le problème !

Les incidents et violences au Trocadéro pour la fête du PSG démontrent que l’État n’est pas la solution, mais bien le problème.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

PSG et violences du Trocadéro : l’État n’est vraiment plus la solution, il est le problème !

Publié le 14 mai 2013
- A +

Vu du Trocadéro, l’État n’est vraiment plus la solution, il est même le problème !

Un article du Parisien libéral.

Hier soir, de graves incidents ont gâché la fête des supporters du Paris Saint-Germain. Des éléments perturbateurs infiltrés n’ayant rien à voir avec le Club, et tout à voir avec la petite délinquance qui empoisonne la vie des parisiennes et des parisiens, les femmes et les jeunes notamment, ont cassé des vitrines, brûlé des voitures, volé des vêtements, défoncé du mobilier urbain, attaqué et pillé un bus de touristes (parfait pour l’image de la Capitale).

Est-ce que de tels incidents étaient prévisibles par ceux qui sont en charge théoriquement de la sécurité, grâce au monopole légal de la violence légitime ? Oui, bien sûr ! Le quotidien régional Le Progrès de Lyon titrait le 4 mai dernier « Incidents Coupe de la Ligue place Jean-Jaurès: la note risque d’être salée » en réponse aux incidents qui ont interrompu la fête sur la place Jean-Jaurès, à Saint-Étienne, le soir de la finale de la Coupe de la Ligue, du 20 avril dernier.

Les incidents du Trocadéro d’hier n’ont donc rien de spécifiquement parisiens et franciliens.

Le préfet de police de Paris n’avait pas d’informations ? Alors cela veut dire qu’il fait mal son boulot et qu’il ne lit pas la presse, sinon il aurait su que la veille, dimanche soir, des incidents avaient eu lieu sur les .Champs-Élysées [1].

Y a-t-il eu manque de forces policières au Trocadéro ? Oui, certainement. Mais où était la police alors ? Peut-être en partie occupée à protéger Manuel Valls, suivi, au même titre que les autres membres du gouvernement, par « Huons nos Ministres »…

Vous souvenez-vous des polémiques dans la presse quand Sarkozy faisait un usage abusif de CRS lors de ses sorties, surtout vers la fin du quinquennat ? Pourquoi la presse ne mentionne pas le fait que l’actuel gouvernement socialiste a repris cette pratique, dès le début, pour toutes ses sorties ? (Rappelez-vous le déplacement en RER de Ayrault [2]).

Ajoutons à cela le fait qu’il manque tout simplement de CRS mobilisables. Pourquoi ? Parce que le gouvernement a déjà épuisé son quota budgétaire et d’heures supplémentaires, pour lutter contre les opposants de Notre-Dame-des-Landes et les résistants au Mariage pour tous. C’est Jean-Baptiste Giraud, du site Economie Matin qui titrait le 23 avril dernier « Exclusif : pas assez de policiers et gendarmes en mai pour faire face aux manifestations politiques et sportives« . Les 35 heures et la « lutte contre le terrorisme au Mali » doivent aussi faire partie du lot d’éléments à avancer pour expliquer pourquoi il manque des forces de l’ordre mobilisables.

De toutes façons, les citoyens ont pris la mesure de l’incapacité de l’État à les protéger. Dans le quartier du Triolo à Villeneuve d’Ascq, près de Lille, ou dans le quartier Saint Paul à Bordeaux, les citoyens s’organisent pour faire eux-même la police [3]. C’est normal. Quand on est face à un pouvoir autiste, qui ne réagit à rien, ni à l’explosion du nombre de cambriolages un peu partout dans le pays, ni aux immolations de plus en plus nombreuses, ni aux sujets de mécontentements, les citoyens font le bon choix : ne plus croire en l’État, et tenter de s’organiser eux-mêmes.

Une chose est sûre : la capacité de l’État (et ses représentants) à s’auto-absoudre de ses fautes est de nature à faire monter la moutarde au nez des contribuables et des citoyens de ce pays. Maintenant que tous les groupes sociaux sont conscients du fait qu’il y a quelque chose de pourri au sein des administrations, il sera de plus en plus dur pour celles-ci de cacher leurs turpitudes. Quand des juges font du militantisme [4], quand des policiers ont un biais extrémiste [5], comment croire en la neutralité de l’État et en sa volonté d’être juste et efficace ?

Dans ce contexte, comment imaginer que les habitants du Trocadéro, parmi les plus importants contribuables du pays, rappelons-le, ainsi que les touristes, qui donnent du boulot à des centaines de milliers de parisiens, resteront sans réponse ? Nous pouvons être sûrs et certains que non !

Résumons :

  • un État incapable d’assurer les fonctions régalienne (police, justice, armée et diplomatie) mais qui se mêle pourtant de tout,
  • une police qui n’est au courant de rien, quand ça l’arrange,
  • un appareil d’État au service d’un clan, celui de François Hollande,
  • des fonctionnaires à l’impartialité discutable.

Relayer l’appel de Claude Goasguen, qui demande la démission de Manuel Valls, est la base, mais ce n’est pas assez. C’est tout le contrat social qu’il faut revoir. La relation entre l’État et ses citoyens est un problème.


Sur le web.

Notes :

  1. Voir le blog d’H16, « des incidents pour tous« .
  2. Lire Le Cri du Contribuable « 200 CRS pour chaperonner le Premier ministre en visite en banlieue« .
  3. Lire La Voix du Nord ou Sud Ouest.
  4. Voir le blog de Delanopolis sur les représailles anti-Clément Reynal Weill.
  5. Voir Copwatch sur les dérives dans la police ou Nouvelles de France sur « Antoine Boutonnet, le commissaire qui ne cache pas ses opinions politiques ».
Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • Ça fait 15 ans que c’est systématique lors de ce genre d’évènements. Comment peut-on être pris par surprise ?

  • Pour Mr Valls, tout semble aller pour le mieux pourtant. Et il n’hésite pas a parler dans un même interview sur Europe1 des incidents liés au match et des délits commis par les opposants à la loi Taubira. Mr Cambadélis, moins timide sans doute, fait clairement le rapprochement sur twitter.

  • Bah, il faut bien que le socialisme s’exprime sous toutes ses formes.

    Entre le pillard fiscal qui vous extorque plus de 50% de votre travail ou le pillard racaille qui se précipite sur vos biens, quelle différence en pratique ? La rapidité du geste ? La bave aux lèvres ?

    La complaisance de l’Etat socialiste vis-à-vis des casseurs est normale : gouvernement ou racailles, tous participent de la même logique, des mêmes moyens et des mêmes finalités.

    • 50% ? vous êtes bien en dessous de la réalité, 50% c’est avant les 19.6% de TVA sur les bien que vous allez pour acheter avec ce qui vous reste, plus les 10% sur le revenu, plus impôts fonciers, plus impôts locaux.

      On est plus près des 90% !

      • Pas 90%, ni 50%, entre les deux : 2/3 environ
        grosso modo sur 2000 milliards de PIB il y en a 1500 de réel (marchand) et 500 que l’état se compte à lui-même. L’état taxe pour 1000 milliards, donc rapporté au PIB privé le prélèvement est de 2/3.
        La différence entre les 1000 milliards taxé et les 500 milliards que l’état compte comme son produit, ce sont 500 milliards de « redistribution » dont une partie retombe quand même sur les productifs (avec retard )

        • Mouai, le PIB est bien loin de mon porte monnaie, prenons un cas concret.
          Mon patron paye 2000€ pour 1000€ net de salaire, ça fait 50%,la dessus avec tes 1000€ restant, on te prend 100€ d’impôts sur le revenu, encore 100€ pour locaux et foncier, il reste 800/2000, avec tes 800 tu vas acheter un téléviseur, sur lequel on te prend la TVA 20% ou 160€.
          ça nous fait 640€ pour 2000€, soit 68%
          68% du fruit du travail… et encore heureusement que dans mon exemple j’ai pas acheté pour 800€ de gazole.

          • N’oubliez pas l’inflation créée par l’Etat, qui s’applique a tout ce que vous mettez de coté. Une taxe comme les autres.

      • la difference entre un homme politique et une racaille ?

        – l’homme politique ne fait jamais de taule
        – la racaille a parfois un peu d’honneur

    • Avec la racaille au moins on peut se consoler en se disant qu’ils en ont peut-être plus besoin que nous, ce n’est pas le cas des millionnaires anti-riches du gouvernement.

    • La différence ? Un se sert d’une urne pour vous dépouiller, l’autre se sert de ses burnes.

  • C’est tout de même vachement inquiétant de voir la nullité de ce qui nous servent de gouvernants.
    On gaze des familles pacifiques avec poussettes et on laisse faire des émeutes en plein Paris.
    Cela fout les jetons.

    • Mais c’est normal,…. revoyez vos classiques du parti socialiste !

      Il vaut mieux :

      1) gazer les vieux et les gamins reactionnaires (forcement anciens nazis et graines de neo-nazis selon l’age), qui menacent la democratie (cf. le president de la chambre des deputes),

      2) laisser libre cours a la creativite post-moderniste des animaux exotiques importes,

      Les CRS risquent moins de prendre des coups, et le gouvernement d’etre accuse de racisme. CQFD.

    • On me racontait encore hier comment nos hauts dignitaires volent le mobilier national. Ces gens sont « socialement proche » de la racaille.
      Je vous invite tous à lire la définition et les liens vers Liberpedia pour « socialement proche » et « ennemi du peuple ».

      http://fr.liberpedia.org/Socialement_proche

  • Le gros avantage avec la Mafia, c’est que quand elle vous vend sa protection, elle vous protège vraiment. L’État, lui, vous prend des impôts pour vous protéger, mais il ne vous protège pas.

    • L’autre différence, c’est que la Mafia prélève une pitance. Même la pizzo sicilienne compte pour peanuts dans le CA d’une entreprise, comparé aux charges de l’Etat.
      Le racket par la mafia reste limitée par la pression sociale, même les voyous ont un minimum d’honneur. Le racket par l’Etat lui est sans limite car ceux qui le perpètrent le font au nom du « bien commun », avec l’approbation de leur propre conscience. De toutes les tyrannies, la tyrannie de ceux qui veulent notre bien est la plus oppressive.

  • Trop drôle a police passe après l’orage, est-ce vraiment les fonctionnaires utiles que l’état paye si cher?

  • Devant une telle carence de l ‘Etat
    Car il n’y a pas qu’au Trocadéro que des incidents se sont produits
    La preuve
    —————-
    Quatre jeunes âgés de 13 ans et 15 ans ont également été arrêtés à Noisy-le-Sec et ont eux aussi été placés en garde à vue. Des «objets volés sur les Champs-Elysées» ont été retrouvés sur eux.

    Ces adolescents sans antécédent, ….ont raconté qu’un camion de livraison de la marque, dont la boutique sur les Champs-Elysées est très prisée des jeunes, avait été pillé sous leurs yeux, et qu’ils se sont servis dans un carton éventré. Le préjudice du pillage du camion pour le fabricant de vêtements a été évalué à 13.000 euros .

    http://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Huit-jeunes-interpelles/371030
    —————————–
    Ne pensez-vous pas que l’autorisation d’avoir une arme personnelle pour repousser , par exemple, des bandes de pillards, est devenue totalement justifiée actuellement sur l’ensemble du territoire ?

  • Au plus une tâche est régalienne, au moins l’Etat s’en occupe.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À la suite de la réforme de la Constitution française de juillet 2008, des circonscriptions législatives sont créées à l'étranger pour permettre aux Français établis hors du pays d'élire des députés à l'Assemblée nationale, les Français hors de France n'étaient auparavant représentés qu'au Sénat.

Ces députés, au nombre de 11 (un par circonscription hors de France), ont été élus pour la première fois lors des élections législatives de 2012. Les Français établis hors de France ont voté pour la seconde fois lors des élections législatives... Poursuivre la lecture

Quand les temps sont moroses, quand les perspectives semblent sombres, rien de tel qu’un peu de distraction sans prétention pour se changer les idées et rire un peu. En France, alors que les prix de l’énergie s’envolent et que la guerre en Ukraine nous désole, nous réalisons une fois de plus avec effroi que nous n’avons pas de pétrole et beaucoup trop d’impôts. Mais par chance, nous avons François Hollande pour nous dérider !

Ancien Président et héros improbable de virées amoureuses en scooter, il rêvait de rendosser l’habit de Capitai... Poursuivre la lecture

On sait que le bilan sécuritaire d’Emmanuel Macron n’est pas sensationnel. C’est tellement vrai que lorsque le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin est confronté aux chiffres de ses propres services, il entre dans une transe médiatique haineuse qui brille par sa mauvaise foi. Mais les Français ne sont pas dupes : 62 % d’entre eux estiment que le gouvernement a failli en la matière et 78 % déclarent que les propositions des candidats sur le sujet seront « importantes » dans leur choix présidentiel.

Ô combien ils ont raison : sans la ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles