Les 13 pires prédictions du Jour de la Terre de 1970

En 1970, lors du lancement du Jour de la Terre, on nous prédisait la mort, la destruction et la maladie. Qu’en est-il aujourd’hui, 43 ans plus tard.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les 13 pires prédictions du Jour de la Terre de 1970

Publié le 14 mai 2013
- A +

En 1970, lors du lancement du Jour de la Terre, on nous prédisait la mort, la destruction et la maladie. Qu’en est-il aujourd’hui, 43 ans plus tard.

Par Seth Gambee, depuis les États-Unis.

Il y a 43 ans, plus de 20 millions d’Américains participaient à la première « célébration » du Jour de la Terre le 22 avril 1970. Ce n’était pas vraiment une « célébration »… ça ressemblait plus à une marche funèbre. La 5ème Avenue de New York avait été fermée à la circulation tandis que plus de 100.000 personnes assistaient à des concerts, des conférences et des spectacles de rue. Plus de 2 000 universités à travers le pays ont mis sur pause leur protestations pacifistes assez longtemps pour se mobiliser contre la pollution et la croissance démographique à la place. Les États-Unis étaient encore engagés dans une guerre impopulaire, les scandales faisaient vaciller le gouvernement, et l’économie était en grande difficulté.

Earth Day, Then and Now (Le jour de la Terre, Hier et Aujourd’hui) est un très bon article qui couvre les différentes questions et tactiques employées ces 43 dernières années.

Les 13 pires prédictions du Jour de la Terre

Les événements qui ont lancé le Jour de la Terre prédisaient la mort, la destruction et la maladie sauf si nous faisions exactement ce que ces progressistes exigeaient. Voici leur 13 pires prédictions faites le Jour de la Terre, le 22 avril 1970…

Jugez par vous-même l’exactitude de ces appels à la peur… mais avant, faites cet exercice simple : c’est le printemps dans beaucoup d’endroits… allez dehors, trouvez une fleur éclose, et voyez si vous avez besoin de faire la même chose que ce pauvre gars doit faire dans cette pathétique photo de propagande des années 70.

Les 13 pires prédictions faites le Jour de la Terre, en 1970…

http://www.freedomworks.org/blog/joncgabriel/the-13-worst-predictions-made-on-earth-day-1970

1. « Ce sera la fin de la civilisation dans 15 ou 30 ans à moins de prendre des mesures immédiates contre les problèmes qui se posent à l’humanité. » – George Wald, biologiste à Harvard.

2. « Nous faisons face à une crise environnementale qui menace la survie de cette nation, et du monde entier comme espace de vie convenable pour l’espèce humaine. » – Barry Commoner, Biologiste à l’université de Washington.

3. « L’Homme doit arrêter de polluer et conserver ses ressources, pas seulement pour améliorer l’existence, mais pour éviter à l’espèce une intolérable détérioration et une possible extinction. » – Éditorial du New York Times.

4. « La population va inévitablement et complètement dépasser tous les petits accroissements de production de nourriture que nous faisons. Le taux de mortalité augmentera jusqu’à ce qu’au moins 100 à 200 millions de personnes par an meurent de faim pendant les dix prochaines années. » – Paul Ehrlich, biologiste à l’université de Stanford.

5. « La plupart des gens qui vont mourir dans le plus grand cataclysme de l’histoire de l’humanité sont déjà nés… [D’ici 1975] certains experts sentent que les disettes dépasseront le niveau actuel de faim et de sous-nutrition et s’intensifieront en des famines de proportions inimaginables. D’autres experts, plus optimistes, pensent que la collision ultime nourriture-population n’aura pas lieu avant les années 1980. » – Paul Ehrlich.

6. « Il est déjà trop tard pour éviter les grandes famines. » – Denis Hayes, organisateur du Jour de la Terre.

7. « Les démographes sont presque tous unanimes sur le sinistre calendrier suivant : d’ici 1975 des famines généralisées commenceront en Inde ; elles se répandront pour englober en 1990 toute l’Inde, le Pakistan, la Chine et le Proche-Orient, l’Afrique. D’ici l’an 2000, ou probablement plus tôt, l’Amérique du Sud et l’Amérique centrale vivront des conditions de famine… D’ici l’an 2000, dans 30 ans, le monde entier, à l’exception de l’Europe de l’Ouest, l’Amérique du Nord, et l’Australie, sera affamé. » – Peter Gunter, Professeur à l’université du Nord Texas.

8. « Dans dix ans, les habitants des villes devront porter des masques à gaz pour survivre à la pollution atmosphérique… D’ici 1985, la pollution de l’air aura réduit de moitié la quantité de lumière du soleil atteignant la croute terrestre. » – Life magazine.

9. « Considérant le niveau actuel d’accumulation d’azote, ce n’est qu’une question de temps avant que la lumière ne soit filtrée par l’atmosphère et qu’aucune de nos terres ne soit exploitable. » – Kenneth Watt, écologiste.

10. « La pollution atmosphérique… va certainement voler des centaines de milliers de vies rien qu’au cours des prochaines années. » – Paul Ehrlich.

11. « D’ici à l’an 2000, si la tendance actuelle se maintient, nous utiliserons du pétrole brut à un tel taux… qu’il n’y aura plus de pétrole brut. Vous roulerez jusqu’à la station service pour faire le plein, et on vous répondra ‘je suis vraiment désolé, on est à sec' ». – Kenneth Watt, écologiste.

12. « [Une] théorie part du principe que la couverture nuageuse va continuer à s’épaissir au fur et à mesure que plus de poussières, fumées et vapeur d’eau seront crachées par les cheminées d’usines et les avions. Protégée de la lumière du soleil, la planète sera fraiche, la vapeur d’eau tombera et gèlera, et une nouvelle ère glaciaire fera son apparition. » – Newsweek magazine.

13. « Le monde s’est brusquement refroidit depuis à peu près vingt ans. Si la tendance actuelle se confirme, la température moyenne du globe aura baissé de 4 degrés en 1990, et de 11 degrés en 2000. C’est à peu près deux fois ce qu’il faudrait pour nous retrouver dans une ère glaciaire. » – Kenneth Watt.

43 ans plus tard, est-ce qu’une seule de ces 13 pire prédictions du Jour de la Terre est devenue réalité ?

Non.

Tout particulièrement les prédictions 12. et 13.

Et pourtant nous sommes encore là à écouter toujours la même musique des mêmes progressistes…

… toujours sur leurs chaires médiatique prédisant la ruine et le pessimisme, la mort et la destruction.

Que devrions-nous faire du « Jour de la Terre » ?

J’en ai assez d’entendre les gens dire que quiconque n’est pas d’accord pour dire que le ciel nous tombe sur la tête est juste un « négationniste du réchauffement climatique » qui n’en a rien à faire de la planète. Ils parlent de nous comme si nous versions de l’huile de moteur usée dans les tuyaux d’alimentation en eau de notre voisin pendant qu’il a le dos tourné… Ils agissent comme si nous avions forcément un million d’actions Exxon et BP… ou que nous ne recyclions jamais. Ils nous disent qu’il y a trop de gens sur terre (pourtant je n’en entends aucun proposer de renoncer à sa place au soleil…).

Voici les faits

La terre n’est PAS surpeuplée : il existe même très peu de pays dont les habitants font assez d’enfants pour les remplacer…

Nous ne manquons PAS de ressources.

Regardez cette illustration… et puis revenez ici me dire que nous n’avons pas assez de place pour tout le monde :

Stupéfiant… Je vois PLEIN d’espace restant pour des exploitations agricoles, des villes, des quartiers résidentiels, des parcs municipaux, des forêt domaniales, des réserves naturelles…

Dieu lui-même a dit ceci :

Car la terre est pleine, et il y a assez, et même en réserve ; oui, j’ai tout préparé et j’ai donné aux enfants des hommes d’agir par eux-mêmes.

Les gars, à mon humble avis, je pense qu’il y en a largement assez. Largement assez de nourriture… largement assez d’espace.

Ce n’est pas un problème de « manque » de ressources… c’est un problème de répartition de ressources. En ce moment même, les gens insistent pour que l’État prenne le contrôle de cette énorme responsabilité (le même État qui n’est pas capable de tenir un budget en équilibre ?) … et l’État échoue lamentablement.

Qui souhaite vraiment qu’un bureaucrate nous dicte quelle sorte de nourriture nous pouvons faire pousser ou produire ? Ou nous dise combien de fois nous pouvons tirer la chasse d’eau, ou quel type d’ampoule électrique nous devons utiliser ? Ou invente une nouvelle taxe fondée sur une présumée « empreinte » ?

Vraiment ?

Deux choix s’offrent à nous

1. Succomber à la paresse et demander à l’État de nous dicter chaque aspect de notre vie de tous les jours en nous taxant pour ce « service »…

2. Ou grandir et se prendre en main, agir de notre propre chef de manière responsable en tant qu’individus et peuples.

Personnellement, je préfère l’option 2. Et vous ? C’est votre vie… Êtes-vous assez grand pour décider par vous-même comment la vivre ?


Sur le web.
Traduction : Laurett pour Contrepoints.

Voir les commentaires (35)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (35)
  • Excellent article d’un sept zéro derrière la virgule.
    (0.000000014% – ce que représente un individu sur la planète – 1/7 000 000 000)
    Bientôt il nous faudra ajouter la superficie de la Lune et de Mars comme espace utile.

    • Ne craignez vous pas que les défenseurs des minéraux des roches et du monde non-vivant , ne vous empêchent de coloniser l’espace pour éviter de détruire des lieux sans vie ?

  • les prévisions catastrophiques ne se réalisent que très rarement car l’homme agit pour y échapper . l’inverse est vrai aussi , croire que tout demain sera magnifique entraine une insouciance faisant du paradis futur un enfer . un exemple avec le pétrole , magnifique avenir ….fait de smog , d’embouteillages et de guerres impitoyables 😉

    • 1) Une partie de ces prévisions étaient purement infondés, il n’y avait rien à faire pour y échapper puisqu’elles ne risquait pas de se produire (par exemple le refroidissement climatique à moyen terme).

      2) Les famines prédites auraient pu se produire… si on avait suivi les recommandations des écolos. Le plus souvent pour échapper aux catastrophes prédites par les écologistes il faut faire exactement le contraire de ce qu’ils proposent. L’énergie est un exemple typique où ils contribuent au problème qu’ils prétendent résoudre (par exemple en encourageant la consommations des ressources importantes dans des moulins à vent, et en s’opposant à tout le reste).

      Si nous suivons les écolos alors il y a effectivement lieu d’être sacrément pessimiste pour l’avenir.

      • comme diraient les ‘climatologues’ faire des prévisions a court terme , c’est de la météo et sur le long terme la probabilité de réalisation est nulle alors pourquoi se gêner ! .
        les écolos sont utiles , ils titillent notre intelligence avec leurs raisonnements absurdes mais l’intelligence finira par vaincre . qui eu cru que le solaire s’écroule ou que les éoliennes perdent leurs ailes en aussi peu de temps face a la réalité économique . bien sûr pas en France , nous avons uniquement des décideurs artistes en fraude financière et intellectuelle . ils sont capables de fermer une centrale rentable et mettre en même temps la France en récession , absurde .

  • « ère glaciaire »

    • Oooops, j’étais tellement occupée à ne pas écrire « glacière » au lieu de « glaciaire » que j’ai écrit « aire » au lieu de « ère »…

  • Quelques remarques:
    – les foucades des années 1970, elles mêmes héritières des mouvements » écolos » des années 1950 et surtout 1960 ( Ivan Illich et consorts) ont actuellement une descendance vigoureuse, au service des oppressions administratives,réglementaires, de santé dite « publique » etc..
    – ce type de discours a une très ancienne historicité.Retranscrit en termes d’époques antérieures, ce sont les habituels discours de type apocalyptique-millénariste
    – ces discours ont toujours été émis par des malades mentaux charismatiques, en période pré-mélancolique

    ……..il n’ y a pas grand chose à faire; en effet, la Raison est en général impuissante contre des discours délirants…

  • J’ai envie de dire, en fait ça sert à quoi un humain ? Il est utile à lui même et après, c’est quoi son but dans ce monde…. Pour moi, il n’a pas plus de choix qu’une autre bestiolle de cette planete. Il doit agir avec sa nature, et éviter de trop interagir avec les autres bestiolles. En fait, chaque chose à sa place !

    • Et c’est surement pas avec des politiques écobolchéviques qui nient la nature humaine qu’il agira avec sa nature.

      • Je suis à 100% d’accord. L’humain a crée cette merde de bolchevisme, le socialisme, etc… La raison, ne lui donne pas raison. Et pourtant, ça continue. Je m’interroge, et c’est légitime, au vu des circonstances, de la capacité humaine à évoluer. Mais, bon, faut rester positif. Je veux bien. Je garde ma liberté de pensé !

    • Ce qui m’inquiète le plus, c’est surtout de voir à quel points beaucoup de gens confondent la science et l’idéologie verte.
      Et pourtant, lier science et idéologie finit par détruire la science, et on finira par allumer les buchers.
      Cela aboutit toujours à prendre les assertions idéologiques pour de la science et les réfutations scientifiques pour de l’idéologie.

      Bizarrement, tous ces catastrophiques sont sensibles aux thèses de l’ultragauche…

      Bien sur, si on réfute leurs arguments, ils vous traitent de négationnistes, de déviants, de complotistes, d’être à la solde de lobbies… Un peu comme en URSS, lorsqu’on remettait en question la viabilité scientifique du socialisme…

      Leur argument suprême : ils vous culpabilisent en vous sortant le slogan des générations futures… argument dont le but est de vous faire passer pour un vil égoïste… Comme s’il valait croire altruistement en un mensonge que de chercher égoïstement la Vérité… Mais le slogan des générations futures, n’est pas tellement différent que le slogan des syndicats disant « c’est pour vous qu’on se bat »…
      Mais les générations futures, elles feront comme les autres depuis le début de l’humanité : elles s’adapteront.

      De plus, les idéologues étant prêts à sacrifier, non pas leur liberté, mais la liberté des autres au nom de leur « noble cause » — s’ils ne devaient sacrifier que leur liberté, cela ne serait pas un problème — est-ce vraiment altruiste ? J’en doute. Se sacrifier au nom de l’altruisme est altruiste, sacrifier les autres en son nom est égoïste. Et puis, les idéologues trouvent toujours des passe-droits au nom de la cause pour s’épargner les douleurs qu’ils infligent aux autres. Il suffit de voir les dignitaires communistes, les talibans…

    • A quoi ça sert un humain?
      Vous avez grosso modo deux réponses possibles:
      – le finalisme d’Aristote, l’humain existant comme une des finalités de la nature
      – l’atomisme d’Euripide et d’Epicure: il n’ ya que des atomes mus par des forces aveugles, qui se rencontrent pour former, entre autres, des humains; il n’ y a dans ce cas aucune finalité, seulement des « hasards nécessaires »

      • Il y a aussi quelques milliards de croyants qui « envisagent » la volonté divine. Mais je ne vais pas faire un cours qui dure depuis 2000 ans…

        • @René le honzec

          Oui, la « volonté divine » est précisément un concept finaliste.
          je livre à votre méditation les propos d’un très grand scientifique, qui justement , tente de trouver une « solution » à ce qui peut se présenter comme un dilemne

          «  »la recherche des causes finales dans la physique est justement la pratique de ce que je crois qu’on doit faire, et ceux qui les ont voulu bannir de leur philosophie, n’en ont pas assez considéré l’utilité.[…]
          C’est pour celà que j’ai coutume de dire qu’il ya, pour parler ainsi, deux règnes dans la nature corporelle même qui se pénètrent sans se confondre et sans s’empêcher: le règne de la puissance [divine], suivant lequel tout peut s’expliquer mécaniquement par les causes efficientes, lorsque nous en pénétrons l’intérieur; et aussi le règne de la sagesse[divine], selon lequel tout peut s’expliquer architectoniquement, pour ainsi dire, par les causes finales, lorsque nous en connaissons assez les usages.
          Et c’est ainsi que l’on peut dire, avec Lucrèce, que les animaux voient parce qu’ils ont des yeux; mais aussi que les yeux leur ont été donnés pour voir, quoique je sache que plisieurs n’admettent que le premier [règne] pour mieux faire les esprits forts »

          Leibniz in « Tentamen analogicum » ( 1694)

    • Je pense que chaque espèce est utile aux autres espèces qu’elle côtoie dans son environnement. Si on ne comprend pas l’utilité, cela ne veut pas dire qu’il n’y en a pas.
      Alors pourquoi cette idée qu’il faudrait que l’Homme reste de coté et évite d’interagir ? Puisque c’est dans sa nature de le faire, qu’il le fasse donc !

  • On pourrait être 1, 7, 14, 70 ou 140 milliards d’humains sur la Terre, ça n’a aucune espèce d’importance. Le problème fondamental reste la répartition des richesses créées par l’humanité, comme l’expose très bien l’article. Et cette répartition ne doit pas être confiée à l’Etat, même partiellement, même démocratiquement, car nous savons avec certitude que cette option, peu importe le dosage ou la méthode, entraîne des catastrophes bien plus terrifiantes que le pire des cataclysmes naturels.

  • Dommage que cet article oublie que les prévisions catastrophiques ont entrainé des changements de comportements (suppression de l’usage des CFC et fin du trou dans la couche d’Ozone sur les pôles, bien qu’actuellement existe celui au dessus de l’Australie), ainsi que les nombreuses augmentations d’affections en ville (asthme, cancers, etc.) dont on soupçonne la pollution d’être à l’origine, les famines existent déjà, surtout en Afrique, et les disparitions d’espèces animales qui semblent n’avoir jamais été si nombreuses que depuis ces deux derniers siècles. Enfin, la plupart des prévisions n’avaient pas pour terme 2013, ce qui rend invalide leur invalidation. Bref, pas très sérieux cet article…

    • « les famines existent déjà, surtout en Afrique » : eh oui, les gouvernements corrompus sévissent déjà un peu partout. Un seul exemple d’une famine « naturelle » récente qui n’aurait pas été provoquée volontairement par un gouvernement ? Allez, juste un seul !

    • Vous savez combien il y a eu d’espèces continentales qui ont disparu, au total, depuis le XVIème siècle ? Allez, dites un chiffre.

      http://www.contrepoints.org/2013/03/26/119497-matt-ridley-la-planete-devient-plus-verte

    • Fil: « Dommage que cet article oublie que les prévisions catastrophiques ont entrainé des changements de comportements »

      Pas vraiment non. Les gains d’efficacité énergétique, de sécurité et le désir de préserver l’environnement n’ont strictement rien à voir avec:

      ______________________________________________________
      « En 1995, entre 75% et 85% de toutes les espèces animales seront disparues” – Dr. S. Dillon Ripley April 1970 »
      ______________________________________________________

      Pour la pollution regardez une photo de smog de Londres dans les années 70, je suis quasi certain que le catastrophisme n’a rien à voir avec le désir des gens de ne plus le respirer.

      Par contre si l’évolution naturelle est à une plus grand efficacité et moins de pollution pour de simples raisons de bien-être, de praticité, de soucis de l’environnement et de pouvoir d’achat on peut se demander si les centaines de milliards claqués dans la lutte contre le CO2 (au nom d’un catastrophisme hystérique) n’auraient pas été bien mieux employés ailleurs. Et on peut faire une longue liste de fric claqué hystériquement et inefficacement.

      On ne lutte pas contre le risque d’incendie en hurlant « AU FEU » tous les jours dans la cage d’escalier. C’est idiot.

    • Toutes les études l’on démontré, c’est à la campagne qu’il y a le plus d’asthme. Le principal facteur étant les pollens et l’origine une trop grande hygiène de vie, celle-ci ne sollicitant pas suffisamment le système immunitaire, celui-ci se déclenche un peu à tord et à travers.

      Quand à l’augmentation du nombre de cancer, c’est pour une raison très simple. J’espère que vous admettrez, avec moi, qu’actuellement, personne n’est immortel. Donc 100% des gens meurent. Or, de nombreuses maladies, autrefois mortelles, sont actuellement bien soignées voire quasiment éradiquées (angine, tuberculose, variole, tétanos, typhoïde …) sans parler des infections qui se transformaient en septicémie mortelle, soit 90% des causes de mortalité hors accident, et 10% pour le cancer (ces chiffres sont totalement arbitraires mais ne doivent pas être très loin de la réalité).

      Et comme il faut bien mourir de quelque chose, il ne reste que les maladie cardio-vasculaire et le cancer, soit 55% et 35% (je vous laisse ces 10% pour d’autres causes de décès) respectivement. Ce qui, statistiquement donne plus trois fois plus de morts par cancer, mais cela n’est dû à aucune origine nouvelle. Il faut juste atteindre mathématiquement les 100%.

      Tout simplement, autrefois, les gens mourraient avant d’avoir pu déclencher de telles maladies (sans parler de celles qui n’étaient pas diagnostiquées).

    • Les famines sont plus rares aujourd’hui qu’à l’époque de ces prévisions. Et elles sont bien plus liées à des problèmes politiques (comme les guerres) qu’environnementaux.

      Autrement dit la prévision de famines massives dans les décennies suivant les années 70 et causées par des problèmes environnementaux ou de surpopulation ne s’est absolument pas réalisée. Et certainement pas parce qu’on a suivi les préconisations des écologistes (hormis peut-être la Chine sur le contrôle des naissances).

    • Fil : « suppression de l’usage des CFC et fin du trou dans la couche d’Ozone sur les pôles, bien qu’actuellement existe celui au dessus de l’Australie »
      ———————————-
      Le trou d’ozone est toujours là, il va et revient chaque année. L’interdiction des CFCs, qui a coûté des milliards et privé les gens d’un gaz réfrigérant totalement inoffensif et bon marché n’a strictement rien changement à la couche d’ozone, RIEN. C’est une hystérie pondue de toute pièce par l’escrologiste Paul Crutzen.

      Vos croyances sont basées sur du mensonge, encore et toujours des mensonges comme tout ce qui touche au catastrophisme écologiste.

      • En réalité l’interdiction des CFC a été montée de toute pièce par Dow pour pouvoir commercialiser son nouveau liquide réfrigérant moins fluoré de la famille des HFC en faisant un lobbying intense lors du protocole de Montréal. Quant au trou d’ozone, il n’a été découvert que grâce à l’usage de satellites au début des années 80. On est donc en présence d’une des plus grandes supercheries industrielles du XXe siècle !!!

  • H16 va aux fleurs ?

  • le fameux bug de l’an 2000 avait frappé quelques biologistes.

  • « La terre n’est PAS surpeuplée : il existe même très peu de pays dont les habitants font assez d’enfants pour les remplacer… »

    Source ? Car ceci me parait grossièrement faux.

    • J’ai une contresource corroborant l’intuition de FabriceM : http://www.statistiques-mondiales.com/taux_de_fecondite.htm (avec pour hypothèse de 2,1 enfant par femme en taux de fécondité nécessaire au renouvellement des générations, on est loin du « très peu de pays »).

      C’est du détail, mais c’est pour montrer que cet article fait dans l’approximatif et joue avec la haine envers les gouvernements (qui je le reconnais volontier font surtout des conneries) et les écologistes plutôt que d’établir un discours concret peut être moins cinglant, mais moins erroné.

      Tenez une info qui va dans votre sens : http://instagram.com/p/ZYChYfCNy4/

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Kat Dwyer.

Après la Journée de la Terre ce 22 avril, le pessimisme plane sur la communauté de la conservation : la guerre en Ukraine semble avoir fait obstacle à des solutions climatiques ambitieuses. La hausse des prix des carburants a mis en évidence notre dépendance actuelle et future à l'égard des combustibles fossiles. Et ici, en Occident, nous nous préparons à un nouvel été marqué par la sécheresse. Ces défis ne seront certainement pas faciles à relever. Toutefois, dans le contexte plus large de la conservation, il existe enc... Poursuivre la lecture

Dans la mythologie grecque, Cassandre était la prêtresse troyenne qui avait reçu la malédiction de prononcer de vraies prophéties, mais de ne jamais être crue.

L'environnementalisme idéologique comporte une cohorte de Cassandre inversées : ils font de fausses prophéties qui sont largement crues. Le biologiste de Stanford Paul Ehrlich, dans son classique de 1968, The Population Bomb, a prophétisé :

"La bataille pour nourrir toute l'humanité est terminée. Dans les années 1970, des centaines de millions de personnes mourront de fai... Poursuivre la lecture

Par Jean-Pierre Schaeken Willemaers.

Les verts en Belgique et, en particulier le parti Ecolo, accumulent contradictions et contrevérités. Leurs discours sont de plus en plus liberticides.

Les discours liberticides des écologistes

Parmi d’autres thuriféraires du parti, Georges Gilkinet en est une illustration patente, lorsqu’il  affirme :

« Il est raisonnable de fermer 5 réacteurs nucléaires sur sept. À la fin de la législature, il y aura davantage de renouvelable que de nucléaire dans le mix électrique. Notre objectif n’... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles