La lutte contre l’esclavage demande moins de CRAN

Le CRAN demande réparation à la CDC pour avoir financièrement tiré profit de l'esclavage. Mais qui offrira réparation aux esclaves d'aujourd'hui ?
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
logo-cran (Tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La lutte contre l’esclavage demande moins de CRAN

Publié le 12 mai 2013
- A +

Le CRAN demande réparation à la CDC pour avoir financièrement tiré profit de l’esclavage. Mais qui offrira réparation aux esclaves d’aujourd’hui ?

Par Baptiste Créteur.

Le CRAN, Conseil Représentatif des Associations Noires, a demandé réparation financière à la CDC, qui aurait bénéficié de l’esclavage en « empochant les sommes versées par Haïti en contrepartie de son indépendance ».

Lors des débats sur l’abolition de l’esclavage, les gouvernements des pays esclavagistes demandaient en effet des compensations pour les bénéficiaires de l’esclavage – principalement pour des raisons politiques, c’est-à-dire pour rendre l’abolition de l’esclavage « acceptable » – alors que le bon sens voudrait (et les libéraux, déjà, demandaient) que soient indemnisés non les esclavagistes, mais les esclaves.

Pour un libéral, la propriété privée est inaliénable, et la première d’entre elle est la propriété de chaque individu sur lui-même. Ce qui est aujourd’hui une évidence ne l’était apparemment pas à l’époque, mais quelle que soit sa couleur, sa religion ou son sexe, tout individu est propriétaire de lui-même, de son propre corps et des fruits de son travail.

Quand le CRAN demande réparation, il n’a donc pas complétement tort. Les esclaves auraient dû être indemnisés, bien que le mot soit faible ; il est impossible d’estimer la valeur du consentement d’un individu, et, dans la même logique, on ne peut pas « indemniser » une victime de viol. En revanche, demander réparation aujourd’hui revient à faire payer l’État – donc, les contribuables français.

Or, dans quelle mesure les contribuables français sont-ils responsables de l’esclavage ? À titre personnel, je ne suis responsable ni de la colonisation, ni de l’esclavage, ni des nombreuses folies décidées par des gouvernements à travers l’histoire, quand bien même ils l’auraient fait en mon nom ; la responsabilité collective n’existe pas, encore moins sur plusieurs générations. Donc, chers amis du CRAN, je trouve votre demande illégitime : non pas parce que les esclaves ne devraient pas être indemnisés, mais parce que vous demandez réparation aux mauvaises personnes.

Ceux qui devraient indemniser les esclaves, ce ne sont pas les contribuables français qui, à titre collectif, ne doivent rien aux esclaves – le titre collectif n’existant pas – et, à titre individuel, sont rares à leur devoir quoi que ce soit. Si vous parvenez à identifier des descendants d’esclaves et les descendants de leurs propriétaires, vous pourrez légitimement demander réparation.

Mais, si vous êtes sensibles à la question de l’esclavage, et qu’on considère un esclave comme un individu privé de tout ou partie des fruits de son travail, alors vous avez sans doute un combat plus ample à mener : les contribuables, aujourd’hui, sont privés d’une partie considérable des fruits de leur travail. Les prélèvements de l’État représentent près de la moitié du PIB, donc de la richesse créée par les individus (bien que le PIB en soit un mauvais indicateur).

Les contribuables créent de la richesse, et la moitié de celle-ci est prélevée par l’État. Ils sont donc, si on s’en tient à la définition donnée plus haut, des esclaves [1]. Les fruits de leur travail dont ils ne peuvent pas jouir servent à financer le train de vie de l’État, de madame Trierweiller et de tous les Français auxquels l’État offre des garanties économiques.

Dans la mesure où les choses dont l’homme a besoin pour survivre doivent être produites, et où la nature ne garantit le succès d’aucune entreprise humaine, il n’y a pas et il ne peut pas y avoir de garantie d’une sécurité économique. L’employeur qui vous donne un emploi n’a aucune garantie que son entreprise va rester en activité, que ses clients vont continuer à acheter ses produits ou services. Les clients n’ont aucune garantie qu’ils auront toujours la capacité et l’envie d’échanger avec lui, aucune garantie de ce que leur besoins, choix et revenus seront dans le futur. Si vous vous retirez dans une ferme autonome, vous n’avez aucune garantie vous protégeant des conséquences d’une inondation ou d’un ouragan sur vos terres et vos cultures. Si vous laissez tout aux mains du gouvernement et lui donnez tout pouvoir pour planifier l’économie dans son ensemble, cela ne garantira aucunement votre sécurité économique, mais garantira l’abaissement de la nation entière à un niveau de pauvreté misérable – le résultat pratique que toutes les économies totalitaires, communistes ou fascistes, ont démontré.

Moralement, la promesse d’un impossible « droit » à la stabilité économique est une infâme tentative d’abrogation du concept de droits. Elle ne peut signifier et ne signifie qu’une seule chose : la promesse de réduire en esclavage tous les hommes qui produisent au bénéfice de ceux qui ne travaillent pas. « Si certains hommes ont le droit de bénéficier des fruits du travail des autres, cela signifie que ces autres sont privés de droits et condamnés à travailler en esclaves. »* Il ne peut y avoir de droit de réduire en esclavage, i.e. de droit de détruire les droits.

Ayn Rand, « The Ayn Rand Letter » ; *Ayn Rand, « Capitalism: The Unknown Ideal ».

Je vous encourage donc, chers membres du Conseil Représentatif des Associations Noires, à lutter contre l’esclavage aujourd’hui. Il semble désormais admis en France que la traite des noirs était une abomination ; mais que les citoyens sont esclaves de l’État est bien moins compris, et la condition d’esclave prévaudra tant que l’individu sera considéré comme le gardien de son frère plutôt que comme son égal.

Luttons ensemble pour libérer l’homme de ses chaînes. Défendons ensemble les idéaux de liberté. Combattons l’esclavage. Mais avant cela, essayons d’être crédibles. Contrepoints ne reçoit aucune subvention et n’en recevra jamais ; si vous prétendez défendre la liberté, chers amis du CRAN, renoncez-y également. Sinon, vous ne ferez que perpétuer l’esclavage dont vous prétendez défendre la mémoire.

  1. Bien que la définition donnée semble difficilement contestable, on pourrait en donner une autre : « Individu soumis à un pouvoir arbitraire ». La condition d’esclave serait alors autrement plus répandue.
Voir les commentaires (42)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (42)
  • Vu que ces populations sont très métissées, beaucoup ont probablement à la fois des ancêtres esclaves et des ancêtres esclavagistes et d’autant que les africains eux mêmes participaient au commerce triangulaire en vendant leurs prisonniers aux européens. Donc le CRAN devrait aussi aller voir aussi du côté des pays africains.

    Par ailleurs, demander réparation pour un préjudice qu’ils n’ont pas subit me parait insensé.

    • Effectivement la traite occidentale des Noirs a 3 particularités qui, sans l’excuser, en font la moins infâme:
      1 – Pas de chasse aux esclaves, mais achat d’esclaves
      2 – Pas destinée aux pays Européens, mais à leurs colonies lointaines et sauvages, bien loin du peuple européen
      3 – Lequel peuple y a néanmoins mis un terme assez vite, au regard de l’Histoire.

      Ce sont trois distinctions avec les deux autres traites de Noirs, africaine et arabo-musulmane, plus importante en nombre, et particulièrement atroce pour la seconde, puisque les hommes étaient castrés.

      Condamner les Blancs actuels à payer pour cela ouvre donc bien des perspectives qui déplairont au CRAN – du moins si esprit critique et rigueur intellectuelle étaient de mise, ce qui serait très étonnant.

  • Les italiens ne nous ont toujours pas indemnisé depuis la Guerre des Gaules, et les gaulois déportés de gré ou de force. En fait, ils songent à nous réclamer le paiement de leurs dizaines de milliers de kms de bonnes routes, d’aqueducs, etc.

    Pour l’esclavagisme, il était endémique en Afrique, organisé par des tribus rivales et surtout par des raids prédateurs arabes. Les esclaves achetés par les occidentaux ont en fait tiré le gros lot : il n’est que de constater l’essor démographique des noirs en Amérique, alors qu’un nombre égal est parti pour le Moyen Orient, dont il n’en reste pas un exemplaire !

    Dernière remarque : lorsque l’occident s’est lancé dans l’expansion coloniale, son premier soin a été de lutter contre l’esclavagisme déjà aboli chez nous, mais qui battait son plein côté arabe … et existe toujours !

    Marre de l’autoflagellation, de la repentance, et de l’ignorance crasse de l’Histoire.

    • Des esclaves noirs parti au moyen orient?
      Une source? C’est la premiere fois que j’entends ça…

      • Rien que par Zanzibar, il est passé plus de 700 000 esclaves noirs en quelques dizaines d’années, selon une comptabilité très précise tenue par les services du sultan; ceci, sans compter la contrebande. La traite des esclaves par les musulmans s’est prolongée sur des siècles, seulement les hommes étaient castrés, ce qui équivaut à un véritable génocide. Un sénégalais dont j’ai oublié le nom a écrit un ouvrage très documenté à ce sujet.

      • Christophe Garcia
        12 mai 2013 at 11 h 53 min

        Suffit de googler « traite arabe »

      • révolte des esclaves noirs à Bagdad (révolte des Zendj, 880-894).
        les mamelouks étaient aussi des esclaves
        sinon, bibliographie:
        « Le génocide voilé » Tidiane n’Diaye
        « L’esclavage dans le monde arabe » Murray Gordon
        « Les négriers en terre d’Islam » Jacques Heers
        et sur la traite barbaresque (1,5 à 2 millions d’européens quand même
        « Esclaves chrétiens, maitres musulmans » Robert C. Davis

      • un universitaire musulman a écrit un livre très intérréssant sur le sujet :

        http://www.dreuz.info/2013/05/lesclavage-des-africains-revu-par-un-universitaire-senegalais/

      • @Benoui: Les noirs etaient presque systematiquement chatrés quand ils étaient amenés sur place. Il y avaient des usines a castrer les esclaves. C’est pour ca que ca a pas laisse de traces. Il va de sois que les enfants de femmes noires violées par leur maitres etaient aussi castrés… Une autre conception de l’esclavage…

    • Bien vu De même que mes ancêtres pris esclavage par les barbaresques et je vais donc demander réparation aux Algériens Tout ceci est Taubiresque

    • Il n’y a pas de noirs au Moyen Orient?

      Ben faites un tour au Yemen et en Arabie Saoudite (dans certaines régions) et à Oman. Et non ils n’ont pas débarqués au XXeme siècle. Pareil les populations des Comores et du Zanzíbar sont encore bien présentes.

      • il y en a aussi au maroc: une partie de la population marocaine, particulièrement hallée, descent d’esclave enlevé au sahel, il y a quelques siecles.

  • A l’occasion de cette journée j’ai pu relever une nouvelle bourde socialo-hollandaise.
    Le Cran dépose plainte et s’adresse donc à la justice considérée dans les textes comme un pouvoir.
    Qui dit « Pouvoir » dit indépendance entre ces pouvoirs. Il appartient donc au juge d’instruction d’instruire ou de classer et non à un Président du pouvoir exécutif de déclarer « qu’il n’y aura pas d’indemnisation ».
    Ceci dit, les noirs pratiquaient l’esclavage alimentaire, une razzia chez le voisin et des morceaux de prisonniers étaient vendus aux ménagères noires de moins de 50 ans, celles de plus de 50 ans n’ayant plus de dents… Cependant je n’ai rien contre les anthropophages, nous-mêmes étant des merdophages.

  • C’est tellement énorme cette histoire.

    Le CRAN qui est une des assocs les moins crédibles qui s’attaque comme par hasard a la CDC, un des rares bousins en France encore bien gras de plein d’Euros à prendre.

    J’ais cru à un poisson d’avril au début…

    Triste France

  • Pas vraiment doués les descendants d’esclave pour mener un pays. Faire avaler à la France le mariage homo, c’est vraiment la méconnaître.
    « Il ne sied pas à un insensé de vivre dans les délices ; Combien moins à un esclave de dominer sur les princes ! » (Proverbes 19 :10)
    « Trois choses font trembler la terre, Et il en est quatre qu’elle ne peut supporter:
    Un esclave qui vient à régner, Un insensé qui est rassasié de pain,
    Une femme dédaignée qui se marie, Et une servante qui hérite de sa maîtresse. » (proverbes 30 :21-23)

  • Et cela ne vous choque pas, que nous ne pourrions pas créer le  » CRAB  », dans notre soit disant démocratie ? Qu’aux Antilles en Guyane, il n’a jamais eu de colonisation ? Christophe Colomb, blanc nous semble-t-il, a trouvé sur place les Caraïbes, (il n’ existe plus qu’une petite communauté, en Dominique, entre la Martinique, et la Guadeloupe) qui eux-mêmes avaient ‘’génocidés’’ les Arawaks premiers habitants connus. Puis, comme nous le savons tous, sauf les gens de gauche, surtout s’ils sont agrégés d’histoire, se sont installés les blancs, qui effectivement ont amené des noirs venus d’Afrique. Où est le colonialisme ? que nous rabâchent tous ces gens ? Personne pour dire qu’esclavage et colonialisme sont antinomiques ? Taubira, d’ailleurs ne se vante pas qu’en Guyane, les indiens amérindiens, traitent les noirs de colonialistes car eux aussi, effectivement étaient là avant eux.
    De toute façon, à l’échelle des civilisations, tout le monde est le colonisateur ou le colonisé, de quelqu’un. Qu’ils arrêtent leur rengaine malsaine, qui in fine aggrave de façon dangereuse les rapports dans les DOM, en France, entre les différentes ethnies.
    Autre point mensonger et bidouillé : L ‘ île de Gorée, au Sénégal : ‘’ Haut lieu de la traite négriére par lequel ont transités, des centaines de millier d’esclaves ‘’. L’habitation fut construire en 1780 par une métis de Saint Louis époque à laquelle il n’y avait plus de traite négriére dans ce secteur. C’est l’association fondée par Danielle Mitterrand, France Terre d’asile, qui finança, les travaux de rénovations ! Vous me direz, avec ces 44 millions d’euros de subventions et dotations, nos impôts donc, ils avaient de quoi tronquer l’histoire, pour nous auto flageller à notre tour, même à tort.
    Tout cela pue des pieds, à vouloir trop en faire, ils poussent des personnes aux extrêmes, l’exact contraire du but recherché, mais là aussi si la gauche, réfléchissait aux conséquences de lses actes, lois, voire mensonges éhontés, elle ne seraient plus de gauche, justement.
    :http://www.fdesouche.com/370961-jean-francois-cope-evoque-la-maison-aux-esclaves-de-goree
    http://www.fdesouche.com/370649-france-terre-dasile-extrait-du-rapport-financier-2010

    • « …à vouloir trop en faire, ils poussent des personnes aux extrêmes, l’exact contraire du but recherché… »

      Pas si sûr ! Diviser pour mieux régner, dit-on…

      • Le CRAN, se réfère d’Haïti pour indemnisation de l’esclavage. Là aussi vaste fumisterie. Dés que Napoléon enferma dans le château de Joux, dans le Jura Toussaint Louverture, (mercenaire, qui auparavant travailla pour les anglais, mais comme c’est une icône, c’est interdit de le dire;  » c’est celui qui permit l’émergence de la première nation noire ». Son bras droit, mit en place une royauté d’opérette, et rétablit l’esclavage pour construire la citadelle La Ferriére, de peur que les français ne reviennent, ainsi que ses nombreux châteaux et ses maisons secondaires.
        Aimé Césaire, autre icone, dans son livre ‘’ La Tragédie du roi Christophe’’, lui aussi ne se vantait pas de cela.
        Esclavage qui dure et perdure sur place. En créole, ils sont appelés, les ‘’ Là pour çà ‘’ ou les ‘’ Rest-avec ’’ : les gens ayant les moyens se font un point d’honneur, pour afficher leur réussite, d’acheter des enfants employés dans les pires conditions, avec sévices compris. http://videos.tf1.fr/sept-a-huit/haiti-qui-sont-ces-enfants-esclaves-6970373.html
        Quand, on sort de son hôtel, et qu’une haïtienne famélique, vous tend son enfant mourant en vous disant ‘’ S’il vous plait monsieur le français, prenez le, et ‘’ reprenez ‘’ nous, nous n’en pouvons plus de cette misère, c’est une image que n’oublie jamais ! en ayant une réaction quelle que peu épidermique, envers tous ces gens indépendantistes Taubira en tête, quand on voit les conséquences. Haïti depuis son indépendance fait partie des pays les plus pauvres du monde. Pour ‘’ peaufiner ‘’ la journée, je suis allé sortir les containers de la société, et j’ai vu, un cargo entier de riz, donnez par une OGM française, pourrir sur place, car les douaniers, exigeaient, leurs ‘’ prébendes’’ ! pour le décharger, n’en démordaient pas, or que des gens crevaient de faim au sens propre, aux portes du port.
        Non décidément tous ces guignols, sont dangereux, et m’horripilent au plus haut point et bien plus.

        • Bien d’accord avec la description d’Haïti !

          Autre élément sur l’esclavagisme : personne ne s’est jamais demandé comment avaient fait une poignée d’espagnols pur anéantir le puissant empire aztèque. En fait, ce sont des milliers de tribus subalternes, réduites en esclavage par le puissant empire, qui ont marché comme un seul homme pour détruire leurs tyrans , les espagnols n’ont eu qu’à les encourager !

          En matière d’esclavagisme, même si on ne cite que l’occident, il fait en réalité piètre figure 🙂

          • exact.
            les empires aztèques et inca, etaient des constructions recentes ( 1 siècle ) et branlantes, qui ne tenaient que par la violence et la terreur.Cortés et Pizarro on surtout su jouer a merveille des dissension qui les traversaient.
            les sociétés natives, sont toujours presenté dans les medias, sous un jour idealisé, souvent tres loins de la realité. bien sur que  » danse avec les loups  » est un merveilleux film. bien sur, que debarquer sur un nouveau continent avec des armes pour imposer sa loi, est immorale. mais dans l’autre camp, tout etait-il aussi rose que les ideologue anti occidentaux voudraient nous le faire croire ?
            dans  » little big man  » l’indien a  » cinq juments  » , c’est un pro, autant que le blanc est un pro de la machine a vapeur. pourtant, la plupart des indiens maitrisaient mal l’elevage du cheval, qu’ils avaient recuperré auprés des espagnols , et avaient des pertes abominables durant les hivers rigoureux. cela, aucun film ne vous le dira jamais.

        • Toussaint Louverture dans le Jura… n’importe quoi – Petit-fils de Michelet, arrête de raconter des conneries

          • pour les  »inculturés » , il existe Wikipédia, ou les livres, mais là, c’est peut être trop ?

          • c’est exact. toussaint louverture, est mort au fort de joux, en captivité, vers 1804. je suppose qu’il y est enterré.

        • Maintenant il serait mort au fort de Joux, LOL, alors qu’il n’a jamais quitté son île ! Pourquoi se borner à lire les livres d’histoire-réponses républicaines ?

        • Toussaint n’a jamais vu la France – mes archives…
          Cet exemple me semble significatif ! Toussaint Louverture :
          « Tordre le cou à la vérité historique au nom de la vraisemblance idéologique »…
          Voici comment le réalisateur Philippe Niang justifie son parti pris mensonger par la nécessité d’édification politique: « Toussaint Louverture fait partie de ces icônes, quitte à tordre le cou à la vérité historique, au nom de la vraisemblance idéologique… C’est pourquoi j’ai mis en scène des épisodes qui pour n’être pas tangibles n’en sont pas moins crédibles comme l’assassinat par noyade du père de Toussaint. »
          Un point de vue chaleureusement approuvé par le supplément télévision du Monde des 19/20 février 2012. Sous le titre « fiction d’utilité publique », l’éditorial souligne que les auteurs du documentaire « ont eu raison […] de s’accorder quelques entorses [à la vérité historique] au nom de la dramaturgie et de la nécessité – osons le mot- de séduire – […] En touchant plus de trois millions et demi de téléspectateurs, Toussaint Louverture […] a récompensé France 2 d’avoir été à la hauteur de sa mission de service public ». Vous avez bien lu : pour Le Monde, le mensonge fait partie des exigences du service public !
          Des mensonges qui ont été récompensés, dès le 20 février, par les trois prix les plus prestigieux du festival du Panamerican/Panafrican Film de Los Angeles.
          Voici comment on façonne l’opinion ! Précisons que le débat qui a suivi la projection du film n’a précisé à aucun moment que la fiction présentée a déformé la vérité historique. Le journaliste Benoist Duquesne n’osant pas poser une question qui aurait pu fâcher Lilian Thuram.

          • Je fouillerai, afin de vous répondre, pour le moment trop de boulot, mais vous avouerez avec moi, qu’il n’était pas nécessaire d’insulter sans argumenter dans un premier temps ? Ce qui est l’antithèse d’un forum, et que nous, libéraux, ne sont pas assez nombreux ! pour nous diviser !

        • @Tea Party
          Moi aussi j’ai d’autres archives à rechercher sur Toussaint – Dire que vous racontez des conneries n’est pas une insulte mais une constatation, désolé, mais pointilleux sur l’histoire sans cesse bafouée

  • le probleme des litiges sur plusieurs generations et de l’indemnisation de ceux-ci, est vieux comme le monde, et a été largement resolu, a l’epoque des romains, par l’amnystie, qui evitait d’interminable vendeta, prejudiciable a la société toute entière.

    le problème de Tin, ideologue pro-homosexuel et anti-francais, est qu’il vient d’ obtenir gains de cause sur le mariage pour tous, alors il essait de pousser ses pions plus loins.

    les francais n’ont pratiquement rien recu pour les destructions tres importantes, lors des deux guerres mondiales, ainsi que pour la spoliation de l’occupation. ramener ca maintenant n’aurai aucun sens. le passé, c’est le passé, et le ressasser sans fin, est l’attitude des gens negatifs. il faut savoir aller de l’avant, et faire un trait sur le passé. bientot, dans l’histoire, on sera tous mort !!

    les noirs ont certe souffert de l’esclavage, plus que d’autre race. mais en quoi, les francais d’aujourd’hui sont ils responsable de cela.
    en ex-indochine, les vietnamiens, ont subit durant un siecle, des spoliation importante a cause du système colonial, et des prejudice extrème lors de la guerre francaise 1945 1954, et surtout de la guerre americaine: 1964 – 1975. pourtant, ils semblent avoir peu de rancune anvers les occidentaux, americains compris. ils comprennent bien, que leurs presences, est source d’enrichissement et d’emulation. et ils ont envie d’aller de l’avant.

    si les antillais, ne sont pas content de leur sort, qu’on leur donne leur indepandance,ainsi, contrairement au vietnamiens, ils n’auront mème pas besoin de se battre pour l’obtenir.
    mais ils sont comme les grecques, ils preferent le pognon a la liberté !

  • L’esclavage existe depuis des millénaires et elle a fleuri en Afrique bien avant l’arrivé de l’affreux homme blanc. Les arabes et les noirs pratiquaient systématiquement l’esclavage entre eux. Pendant des siècles les navires de l’Afrique du nord faisaient des razzias en Europe méditerranéenne pour capturer des hommes et des femmes blancs destinés à être vendus sur les marchés africains d’esclaves.
    Dans la « chaine de production » de la traite négrière à partir du XVI siècle, les européens ne faisaient que accoster leurs navires sur les côtes africaines et acheter les esclaves qui leur étaient vendus par les commerçants d’esclaves noirs et arabes. Sont ces derniers qui capturaient les hommes et les femmes destinés à l’esclavage au fond du continent africain, pas les blancs. Si maintenant le CRAN veut du pognon il devrait commencer par le demander aux premiers « producteurs » dans la chaine de production : les noirs et les arabes.

  • Le CRAN comme d’autres associations appliquent une logique sur le fil du rasoir.
    Ils veulent se différencier de nous et créer de la culpabilité, mais sans aller quand même trop loin, c’est à dire au point de rupture du « vivre-ensemble de forcé ».
    En effet, à force de pousser le bouchon trop loin, cela va se terminer par un apartheid généralisé: chacun chez soi, chacun subventionne son groupe ethnique ou religieux, chacun ses écoles et systèmes de santé.
    L’Etat Providence s’est surtout développé dans les zones mono-ethniques (la France d’avant). Dans les pays d’Amériques c’est la communauté religieuse qui remplace l’Etat nounou.
    L’apartheid est-il la solution pour se débarrasser d’une État envahissant sur nos vies?

  • Magistral.

  • ON ne peut pas avoir la liberté d’acheter et la garantie d’emploi.

    ON aimerait voir le CRAN demander dédommagement aux pays musulmans pour la traite arabo-musulmane, commencée bien plus tôt et achevée bien plus tard, sous la pression européenne. Il sera difficile de chercher les ayant-droit, puisque dans cette trait-là, les Noirs étaient castrés.
    ON aimerait aussi le voir s’intéresser à l’esclavage de Noirs par des Noirs – et admettre que le racisme n’est pas le propres des Blancs, ce qui est une affirmation proprement raciste.

  • j’ai regardé une émission sur l’esclavage dans les iles nottament ; il était bien dit que le premier vendeur d’esclave était le roi ( le dirigeant donc ) car il fallait son accord , aprés tractation bien sur , pour que les jeunes gens , 20 ans en général , et en bonne santé , soient considéres et vendus comme esclaves ; sans l’accord de cet individu , ce commerce ne pouvait pas se faire sauf à employer la force ; donc , les population d’esclaves étaient vendus par leur propre chef ; que le cran s’en prenne aux vrais fautifs ou plutôt à leur descendants ;

  • Des livres anciens sur la marine, retracent la traite négriére : ils n’ont plus rien à voir, avec tous les récents. Nul ne peut aimer l’esclavage, mais partout maintenant dans les ouvrages, les films, ne sont dépeint que des horribles propriétaires-négriers, sanguinaires, cruels, sadiques. Le dernier Tarantino, ‘’Django’’, n’échappe pas à la règle, mais si, certes ces derniers existaient, la plupart, quel que soit leurs surfaces financières, payaient cher un esclave, et n’avait aucun intérêt à le maltraiter par plaisir pour le voir mourir et se pénaliser par un manque de main d’œuvre utile, et nécessaire.
    Là, où les punitions étaient hard, c’était uniquement en cas de fuite, (nég marron en créole) pour l’exemple, mais la plupart, ne passaient pas leur temps à les maltraiter, par plaisir, comme cela est insinué de nos jours, même si l’esclavage ne peut pas être acceptable.
    Sur un aller-retour, quasiment la moitié de l’équipage mourrait en moyenne. Malnutrition, scorbut, accident, pénibilité, cela ne coûtait rien à l’armateur, qui organisait des rapines dans les bars louches, pour les enrôler de force. Bien sûr, en fond de cale, enchaînès, ce n’était pas une position enviable, mais, eux représentaient le futur bénéfice. C’est horrible de parler de marchandise, quand il s’agit d’êtres humains, mais c’était le cas, ils valaient plus que les gens sur le pont, ou dans les bastingages.

  • Si, parlant de l’Afrique, on tachait de remettre l’église au milieu du village…
    plutôt que d’y avoir construit des mosquées ?

    *** L’esclavage des Africains revu par un universitaire sénégalais ***
    13 mai 2013 | Classé dans: Islam,Reste du Monde | Posté par: Abbé Alain Arbez

    « L’esclavage des Noirs, c’est l’Occident ! Il n’y a pas que les banlieues pour l’affirmer, les médias répercutent abondamment ce raccourci politiquement correct. Madame Taubira y a rajouté sa touche personnelle… »

    Le volet volontairement occulté de l’esclavagisme arabo-musulman, de Mahomet à nos jours

    http://www.dreuz.info/2013/05/lesclavage-des-africains-revu-par-un-universitaire-senegalais/

  • Ajoutez-y SVP cet autre article très documenté (et illustré) ?

    *** Esclavage,
    Taubira accuse les blancs pendant que les musulmans pratiquent la traite des noirs ***

    12 mai 2013 | Posté par: Jean-Patrick Grumberg

    « «Il y a eu une confiscation des terres ce qui fait que, d’une façon générale, les descendants d’esclaves n’ont guère accès au foncier», explique aujourd’hui 12 mai au Journal du Dimanche Christiane Taubira, déjà à l’origine de la loi de 2001 qui reconnaît l’esclavage comme un crime contre l’humanité – mais « oublie » de s’élever contre les esclavagistes, dans les pays musulmans…

    Christiane Taubira » il ne faut pas trop évoquer la traite négrière arabo-musulmane pour que les « jeunes Arabes… ne portent pas sur leur dos tout le poids de l’héritage des méfaits des Arabes ».

    Et les jeunes esclaves noirs des musulmans blancs Madame Taubira, qui les porte sur le dos ?

    Rien ne change en terre d’islam, et ce n’est pas parce que les médias ne parlent pas de l’esclavage contemporain qu’il n’existe pas.

    L’on entend beaucoup des Tarik Ramadan, des ONG pro-islamistes, se plaindre de la nature néo-colonialiste de la France. Ils connaissent chaque ligne du présent dossier.

    Le 15 Avril 2010, Human Rights Watch publie un rapport sur l’esclavage des enfants dans les écoles coraniques du Sénégal, dont le réseau appartient aux frères musulmans. »

    http://www.dreuz.info/2013/05/esclavage-taubira-accuse-les-blancs-pendant-que-les-musulmans-pratiquent-la-traite-des-noirs/

  • Quand Chistiane Taubira décide carrément  » Qu’il ne faut pas trop évoquer la traite négrière arabo-musulmane.

  • l’esclavage, jusqu’à une période récente à l’échelle de l’Histoire, constitua l’une des pratiques les plus universelles pratiquées par l’humanité, sur les cinq continents et probablement depuis que cette humanité existe. Les paléontologues mirent récemment en évidence des traces d’esclavage à l’ère paléolithique, c’est-à-dire 6000 ans avant JC. toutes les civilisations ont pratiqué l’esclavage, la première a l’avoir abloi c’est la civilisation occdentale. l’esclavage fut aboli dans les royaumes chrétiens d’Europe occidentale dès le XIII ème siècle. Ainsi Louis XIV déclarait-il « tout esclave posant les pieds en mon royaume sera immédiatement un homme libre ». L’Occident chrétien fut, pendant plusieurs siècles, la seule civilisation à avoir banni l’esclavage sur son sol. La quasi-totalité de l’humanité le pratiquait alors.

  • lisez l’Histoire des traites négrières de l’historien Olivier Pétré-Grenouilleau, spécialiste de l’histoire de l’esclavage. il y a eu 11 millions d’Africains victimes du trafic occidental, 14 millions pour la traite inter-africaine, 17 millions pour la traite orientale. on ne peut pas accuser celui ci de vouloir faire de la repentance

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Michel Albouy.

Nourris à l’idée que la domination blanche impose ses règles de fonctionnement dans tous les domaines de la vie (de l’économie à la cuisine en passant par le code vestimentaire) aux populations dominées, ils estiment dans la lignée de l’approche marxiste que les populations souffrant de la domination blanche que l’économie de marché et le capitalisme ne sont que des instruments de pouvoir pour les asservir.

Au passage, certains économistes n’hésitent pas à affirmer que la richesse des pays occidentaux s’est co... Poursuivre la lecture

Par Elie Blanc.

Dans la grande clairvoyance qui caractérise actuellement la recherche en sciences sociales, le CNRS a récemment publié une étude qui permet de retracer les propriétaires d’esclaves ayant reçu une indemnité de l’État après son abolition, et donc de savoir si vous êtes le descendant d’un propriétaire d’esclave.

La démarche de cette étude, dans la continuité de celles qui évaluent le « coût de la virilité », interroge particulièrement. On se demande en effet quel est le but de telles recherches, si ce n’est pointer ... Poursuivre la lecture

Par Pierre-Guy Veer.

Non contents de torturer le langage à faire pâlir d’envie Isabelle de Castille, les wokes passent leur temps à se flageller afin de s'excuser de leur blanchité.

Pour remédier à ce péché originel, plusieurs proposent que le gouvernement – et donc, les contribuables – paient un tribut aux descendants d’esclaves en compensation des désavantages subis. L’administration Biden considère même la proposition ouvertement.

Le racisme institutionnel américain est évident pour quiconque ne porte pas d’œillères. A... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles