Le capitalisme aux États-Unis n’est pas du à l’esclavage

Le succès du capitalisme aux États-Unis ne repose pas sur l’esclavage, mais sur l’abolition de l’esclavage.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Slavery in chains By: Gustavo La Rotta Amaya - CC BY 2.0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le capitalisme aux États-Unis n’est pas du à l’esclavage

Publié le 30 janvier 2023
- A +

Il y a trois ans et demi, le New York Times Magazine publiait « The 1619 Project ».

Il y était affirmé que 1619, l’année où le premier navire négrier serait arrivé dans ce qui est aujourd’hui les États-Unis, était aussi fondamentale pour l’Amérique que l’année 1776, et que l’héritage de l’esclavage façonne toujours notre société. La créatrice du projet 1619, Nikole Hannah-Jones, a donné une interview au New York Times le 16 janvier, dans laquelle elle déclarait que « le capitalisme aux États-Unis a été largement façonné par l’esclavage ».

Mais le capitalisme américain est-il vraiment fondé sur l’esclavage ?

Après tout, l’esclavage est bien plus ancien que le capitalisme. Pendant 5000 ans, il a été un élément essentiel des systèmes économiques du monde entier. L’esclavage était particulièrement répandu dans la Grèce et la Rome antiques, mais il existait également en Inde, en Chine, en Corée et dans d’autres pays. En Chine, par exemple, l’esclavage existait déjà en 1800 avant Jésus-Christ.

L’économiste Thomas Sowell écrit que « 14 millions d’esclaves africains ont été emmenés à travers le désert du Sahara ou expédiés par le golfe Persique et d’autres voies navigables vers les nations d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient », contre quelque 11 millions d’Africains expédiés par l’Atlantique. La traite des esclaves existait principalement en Afrique : les Africains chassaient d’autres Africains et ce sont les Arabes qui organisaient la traite des esclaves.

Sur les quelque 11 millions d’esclaves emmenés vers le Nouveau Monde entre le XVe et le XIXe siècle 5,53 millions ont été expédiés au Brésil. 1,2 million d’Africains ont été vendus à la Jamaïque, 911 000 à Saint-Dominique (aujourd’hui Haïti), 890 000 à Cuba et 608 000 à la Barbade.

Un nombre bien moins important d’Africains ont été transportés aux États-Unis comme esclaves – environ 472 000. Beaucoup travaillaient dans les plantations de tabac et de riz.

Même l’anticapitaliste de gauche Ulrike Hermann concède dans son livre La fin du capitalisme :

« Aussi paradoxal que cela puisse paraître, l’exploitation ne vous rend pas riche. Telle a été l’expérience de toutes les colonies qui ont compté sur le travail des esclaves. Le Brésil est resté aussi arriéré que la Jamaïque ou l’État américain du Mississippi. Certains propriétaires de plantations sont devenus très riches, mais l’économie nationale dans son ensemble n’a pas progressé […] Ce n’est pas une coïncidence si seul le nord des États-Unis s’est industrialisé, là où il n’y avait pratiquement pas d’esclaves. »

Elle ajoute :

« La traite des esclaves était donc plutôt un phénomène économique marginal, aussi cynique que cela puisse paraître, et ne peut expliquer l’émergence du capitalisme. »

Benjamin Franklin, l’un des pères fondateurs des États-Unis, qui a participé à la rédaction de la Déclaration d’indépendance et en a été l’un des premiers signataires, a écrit que l’importation d’esclaves étrangers ne pouvait qu’affaiblir un État et son économie. David Hume et Adam Smith sont arrivés à des conclusions similaires dans leurs ouvrages majeurs. Les maîtres d’œuvre du capitalisme avaient critiqué l’esclavage non seulement avec des arguments moraux mais aussi économiques.

Adam Smith s’est opposé à l’esclavage dans son œuvre majeure, An Inquiry into the Nature and Causes of the Wealth of Nations, publiée en 1776. Ses attaques contre l’esclavage sont formulées en termes économiques et non moraux. Il estimait qu’il serait extrêmement difficile pour les esclavagistes d’éprouver un jour de la sympathie pour leurs esclaves car cela les obligerait à reconnaître leur propre méchanceté. Au lieu de cela, il s’est attaché à démontrer que l’esclavage était un système économiquement irréalisable, bien plus coûteux que l’utilisation d’une main-d’œuvre libre. Bien que le travail des esclaves semble être la forme de travail la moins chère parce qu’elle n’implique que l’entretien de base de l’existence physique de l’esclave, elle est en fait la forme de production la plus coûteuse, a soutenu Smith, probablement le plus connu des défenseurs du capitalisme. Car l’esclave doit nécessairement chercher à manger le plus possible et à travailler le moins possible. Les travailleurs libres qui reçoivent un salaire sont en fait beaucoup plus productifs que les esclaves.

Une autre thèse populaire parmi les anticapitalistes d’aujourd’hui est que le capitalisme est principalement enraciné dans le colonialisme. Les guerres coloniales sont imputées au capitalisme, alors que c’est précisément dans les pays les moins actifs en termes d’expansion coloniale que le capitalisme a connu le plus de succès. Pour reprendre le langage des critiques anticapitalistes du colonialisme, l’Amérique du Nord ou les États-Unis n’étaient pas des « coupables », ils étaient eux-mêmes initialement parmi les victimes du colonialisme. Leurs propres activités coloniales ont joué un rôle tout à fait subordonné pour les États-Unis et leur développement économique.

Le capitalisme et le succès des États-Unis ne trouvent donc pas leurs racines dans l’esclavage. C’est plutôt le contraire qui est vrai : l’esclavage, qui existait depuis 5000 ans, a pris fin avec l’émergence du capitalisme il y a environ 200 ans. Le succès du capitalisme aux États-Unis ne repose pas sur l’esclavage mais sur son abolition.

Rainer Zitelmann est historien et auteur de l’ouvrage In Defense of Capitalism

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • La mécanique des anticapitalistes consiste à prendre quelques situations ou cas particuliers pour en faire une loi générale. C’est comme prendre un pervers sexuel pour définir l’être humain ou pour citer Audiard : «les poissons volants ont sait que ça existe mais c’est pas la majorité du genre.»
    Me viendrait-il à l’idée en observant les anticapitalistes, de penser que tous les humains sont révolutionnaires !

    • Vous n’en êtes pas si loin, pour le pervers sexuel, regardez simplement les « productions » des chantre de la « déconstruction masculine »…

  • Quand on veut tuer son chien on dit qu’il a la rage. Tout est bon pour tuer le capitalisme. Mais le socialisme est paré de toutes les vertues.
    Silence sur les 30 millions de morts en URSS, sur les 40 millions de morts en Chine, sur le début d’éradication de la population cambodgienne, sur les rééducations au Viêtnam, sur la misère noire au Venezuela, etc, etc.
    Le tout avec la complicité des médias subventionnées.
    Bientôt, ce sera le tour de la France de sombrer dans la misère noire. Et ce sera encore la faute des riches capitalistes qui auront fuit le pays au lieu d’accepter de se faire tondre jusqu’à la peau.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le colonialisme est devenu un sujet brûlant ces dernières années. La haine dirigée contre Israël dans les universités américaines et européennes est idéologiquement basée sur la théorie « post-colonialiste », devenue une sorte de religion politique, en particulier parmi les anticapitalistes « réveillés ».

Mais dans quelle mesure la thèse selon laquelle le capitalisme est fondé sur le colonialisme est-elle vraie ? L'économiste germano-britannique Kristian Niemietz, du prestigieux London Institute of Economic Affairs, s'est penché sur ce... Poursuivre la lecture

On suppose généralement que le capitalisme a fleuri à la même époque que les Lumières, c'est-à-dire au XVIIIe siècle, et que, tout comme les Lumières, il a entraîné une diminution de la religion organisée. En fait, l'Église catholique du Moyen Âge a été le principal foyer des premières manifestations du capitalisme. Max Weber a situé l'origine du capitalisme dans les villes protestantes modernes, mais les historiens d'aujourd'hui trouvent le capitalisme bien plus tôt que cela dans les zones rurales, où les monastères, en particulier ceux des ... Poursuivre la lecture

La masse monétaire augmente à nouveau et la persistance de l'inflation des prix n'est pas une surprise. L'inflation des prix se produit lorsque la quantité de monnaie augmente de manière significative au-delà de la demande du secteur privé. Pour les investisseurs, la pire des décisions dans ce contexte de destruction monétaire est d'investir dans des obligations souveraines et de conserver des liquidités. La destruction du pouvoir d'achat de la monnaie par le gouvernement est une politique, pas une coïncidence.

Article original paru su... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles