Merkel pro-communiste et pro-RDA jusqu’au bout. Nouveau livre choc !

Merkel était-elle pour la sortie du communisme et pour la réunification ? C’est l’image habituelle qu’on a d’elle, mais 2 grands journalistes ont mené l’enquête, et le résultat est détonnant.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Merkel pro-communiste et pro-RDA jusqu’au bout. Nouveau livre choc !

Publié le 10 mai 2013
- A +

Merkel était-elle pour la sortie du communisme et pour la réunification ? C’est l’image habituelle qu’on a d’elle, mais deux grands journalistes ont mené l’enquête, et le résultat est détonnant.

Des infos de Die Welt.

L’image habituelle donnée à l’Allemagne et au monde, de la Chancelière Merkel, est qu’elle était favorable à la sortie du communisme et à la réunification. Et pourtant, elle l’avoue elle même, son nouveau pays, la RFA, ignore tout des premières années de sa vie. Pourquoi n’y a-t-il eu, jusqu’ici, aucune recherche sur cette première partie de sa vie ?

Cet oubli est désormais en partie réparé, puisque deux journalistes, et non des moindres, se sont enfin penchés sur la question : le rédacteur du Welt Jurgen Lachmann et celui du Bild, Rafl Georg Reuth, et ils nous livrent les résultats de leurs investigation dans un ouvrage, Das erste Leben der Angela M., la première vie d’Angela M.

Secrétaire à l’agitation et à la propagande.

En ce qui concerne son activité principale de physicienne, elle était pleinement intégrée aux structure de l’Etat soviétique SED (parti de l’unité socialiste) -le parti communiste de l’Allemagne de l’Est. Elle fut, par exemple, secrétaire à l’agitation et à la propagande de l’académie des sciences, en 1981.

Mais qu’en est-il de son combat pour le changement au moment de la chute du mur et de la réunification ? Contrairement à la version connue jusqu’ici, elle est restée jusqu’au bout en faveur d’une réforme du communisme à la Gorbatchev, et de la survie de la RDA. Ses ambitions de changement et de réunification ne sont, en fait, apparus qu’une fois les faits accomplis.

Un autre mystère qui interpelle, au vu de ces nouvelles données est, comment a-t-elle donc a-t-elle pu se retrouver au gouvernement fédéral de Helmut Kohl, seulement quelques mois après cette reconversion express de dernière minute ?

Cela serait dû au soutien de ses deux mentors, Wolfgang Schnurr, le dernier chef de gouvernement de la RDA, et Lothar de Maizière, de la CDU de l’Est de l’Allemagne. Tous deux étaient, à la StaSi, des collaborateurs officieux.

« La chancelière doit s’expliquer. »

Au vu de ces nouvelles révélations sur la chancelière, le principal parti d’opposition, le SPD, a déclaré, en la personne de Ralf Stegner, que Mme Merkel devrait s’exprimer à ce sujet.

Lire l’article de Die Welt.

Voir les commentaires (20)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (20)
  • Il serait intéressant d’identifier POURQUOI, à la veille d’élection DE 2013, des journalistes-phares …. et les camarades socialistes du SPD (tiens-tiens ?), se mettent soudainement à fouiller les faits antérieurs de la vie RDA de Merckel !
    Il s’agirait tout autant de se questionner sur le rôle individuel joué par ces journalistes AVANT la réunification, non ? Rien à dire à ce propos ?

    • Naturellement. Rien ne sort jamais par hasard sur un politicien. Et pourquoi devrait-on, pour autant, ignorer les trop rares infos qui sortent ?

  • En même temps, quelles sont vos marges de manœuvres pour survivre dans un Etat totalitaire comme l’ex RDA, qui connaissait le régime communiste le plus dur de l’ancien bloc de l’Est ? Que les donneurs de leçons apportent une réponse à ma question.

  • N’oublions pas que la chute du mur a pris de court tout le monde. Helmut Kohl n’était pas si populaire en RDA. Il a pris une décision qui a surpris à l’époque. Merkel était quand même une réformatrice, autant qu’il était autorisé à l’être en RDA. Tout cela n’est qu’une manœuvre politique.

  • Pénible ! Que pouvait faire une physicienne si ce n’est oeuvrer dans un truc d’Etat ?

    Pouvait-elle, avant la chute du mur, être plus « libérale » que Gorbatchev ?

    Et si elle s’est retrouvée à un poste politique important dans l’Allemagne ré-unifiée, n’est-ce pas parce qu’elle avait le plus d’aptitude à se faire à une autre vision politique ? Il fallait évidemment des « gens de l’Est » dans la nouvelle Allemagne.

    Exposée aux pires dérives de la gauche dans sa jeunesse, elle a évidemment développé les anticorps nécessaires.

    Encore des pondeurs de copie complètement débiles

    • Ne pas être secrétaire à l’agitation et à la propagande ?

      Ah tiens ? De nombreux manifestants l’étaient, au péril de leur vie.

      Certes mais qui l’a mise là ?

      Pas compris l’histoire des anticorps.

      Ad hominem, signe de manque de confiance en vos positions, habituellement.

  • Au Goulag on lutte pour sa survie tous les jours, donc, on garantit que tous vont faire des choses immorales. Qu’est-ce que la vie de Merkel avait en commun avec le goulag, et donc, qu’est-ce qui justifie cette compraison ?

  • « Au vu de ces nouvelles révélations sur la chancelière, le principal parti d’opposition, le SPD, a déclaré, en la personne de Ralf Stegner, que Mme Merkel devrait s’exprimer à ce sujet. »

    J’imagine qu’ils veulent qu’elle s’explique sur le fait qu’elle ait été au CDU, car pour eux, on ne peut qu’être « socialiste un jour, socialiste toujours » ?

  • J’aurais tendance à dire qu’il est important que l’on sache quelques événements marquants du passé de nos politiciens ; mais au final, je juge plus important encore leur action présente.

    Je suis certes mal renseigné sur la politique menée par Mme. MERKEL aujourd’hui, mais j’ai malgré tout le sentiment qu’elle est moins pire que celle de Hollande (vous me direz, c’est pas difficile…).

    • Regrettable, je ne sais pas. Ce que je pense, en revanche, c’est que ça aurait en fait été très classe de sa part et je suis persuadé en fait que ça l’aurait renforcée politiquement parlant aux yeux du peuple allemand.

  • Oui oh.. bon, admettons, tu es conditionné. L’important c’est ce qu’elle est devenue et ce qu’elle est quand elle est au pouvoir.

  • Pascal Avot

    « L’info qui me frappe le plus dans cette news passionnante, c’est que Merkel refuse de s’exprimer sur son cas. C’est vraiment regrettable  »

    Mais pourquoi serait-il regrettable ? pourquoi ce devoir de pénitence ?
    Mme Merkel est née dans un pays socialiste (pas sa faute) et était obligée, comme tout le monde, de s’intégrer au système pour vivre (et survivre) et de « collaborer » un peu avec ce système pour réussir à sortir de la pauvreté générale de la population est-allemande.

    Les manies du mea culpa, de l’autocritique, de l’autodénigrement et de la pénitence qui les suit faisaient partie des habitudes de ces pays sous le joug socialiste. Toute la population a participé plus ou moins au système parce qu’elle n’avait pas le choix (sauf à risquer la vie en essayant de traverser la frontière).
    Mme Merkel a d’autres soucis que faire le mea culpa ; elle doit être plus tournée vers le présent et l’avenir de son pays que vers le passé.
    Je crois que les Allemands acceptent et assument leur passé totalitaire socialiste des années 30 jusqu’en 1989 et se soucient plutôt de l’avenir.
    Ceci contrairement aux français que grâce à l’inspiration divine du Grand Charles sont passés de colabos à résistants du jour au lendemain une fois qu’il n’avait plus de troupes allemandes en France.
    Ceci contrairement aux demandes de réparation financière des escrocs soi-disant descendants des esclaves d’autrefois qui veulent extorquer de l’argent au contribuable français.
    Ceci contrairement au derniers Présidents français qui ont demandé pardon pour la colonisation française et soutiennent des républiques bananières en Afrique.

    Bon, ça m’a donné envie de relire « La tyrannie de la pénitence » de Pascal Bruckner…

  • La chute du mur et la fin de tout un monde (il n’y a pas que l’Allemagne qui est concernée, la chute de l’empire soviétique concerne le monde entier) n’a pus avoir lieu que grâce au peuple, qui sera toujours plus fort que n’importe quel état tant qu’il en a le courage. Ce n’est pas des politique qu’il faut attendre ce genre de révolution. Ce n’est pas d’eux qu’il faut attendre une attitude morale…

  • Pour avoir correspondu avec des dizaines d’est-allemands avant et après la chute du mur, ceux-ci étant assez avides de contacts, le jeu d’échecs par correspondance étant un des rares moyens tolérés, je dois avouer que es conditions qui leurs étaient faites n’étaient pas simple, comme dans tout système totalitaire et avec l’efficacité allemande, les prémisses nationaux-socialistes. Ils étaient effectivement tous peu ou prou obligés d’adhérer à des organisations qui les encadraient de l’enfance à la retraite ne serait-ce que pour pouvoir avoir un emploi (chantage permanent et à tous les étages, sur vous et sur vos proches,…). Et la demande se fait plus en plus insistante au fur et à mesure que vous montrez des dispositions (voir le cas d’Eltsine, bourgeois et ennemi de classe mais brillant, récupéré par le système mais toujours surveillé (pas sans raison à l’évidence), explication possible de son alcoolisme). Je passe sur ceux de mes amis passés à tabac par les Jeunesses H. euh non communistes dans les semaines avant la chute (ils récidiveront après, les mêmes individus devenus skinheads). Après cette chute du mur, il a fallu plus de 6 mois pour que progressivement les langues se délient et commencent à raconter l’indicible, tellement il ne leur était pas ni naturel, ni réellement possible de se raconter.

  • Merkel n’est que la face visible de l’iceberg. On sait tous que cette réunification sans douleur n’a pas été facile. Mais l’Allemagne ne fait pas beaucoup de publicité de ses problèmes internes, comme dans les années noires de l’avant-guerre.
    Une grosse cachottière peut être être au centre d’une europe ?

    • Il vaut mieux sans doute d’éviter de se référer trop à des vues « nationales » de la politique: Incriminer la différence de gouvernance France-Allemagne est un exercice trop complexe pour être honnête. Merkel dirige un Etat fédéral avec des difficultés et un héritage bien spécifiques. Sa discrétion en font une figure efficace, mais l’inspiration qu’elle suscite chez ses admirateurs est de nature plutôt sociale qu’économique. Merkel est à ce titre, aux yeux d’historiens libéraux de renom comme Hülsmann, une piètre Chancelière d’ailleurs. Aussi il faudrait prier Contrepoints de intéresser davantage au passé de Schauble sans doute…

      • Vers quelles sources pouvez-vous nous pointer ?

        • Hülsmann a soutenu largement l’opinion négative de Bagus sur l’Euro (au contraire de Soto) et s’oppose à ce titre à Merkel, mais il est économiste et elle est sur le terrain… impossible de condamner toute son action au gouvernement aussi radicalement, je conviens:

          Bagus is particularly scathing about the political gnomes and bureaucratic dwarves of the various exploitative tax-eating classes, who are currently trying to rescue their own miserable political careers by wrecking the economic futures of their exploited tax-paying classes. For instance, he has a lot to say about that quisling betrayer of the German people, Angela Dorothea Merkel:

          “Merkel herself stated that: ‘If the Euro fails, the idea of European integration fails.’ Her argument is a non sequitur. Naturally, one can have open borders, free trade and an integrated Europe without a common central bank. Here Merkel showed herself to be a defender of the socialist version of Europe.”

          En cherchant un peu on ne trouve que ceci pour l’antagonisme (encore modéré) de la lettre ouverte critique de l’ESM dont Hülsmann était signataire:
          http://zoelibat.blogspot.fr/2012/06/buerger-brandbrief-angela-merkel.html

          Quant à Schäuble, il est bel et bien un des artisans de la solution de confiscation des économies privées Chypriotes… qui ne demande qu’à faire école dans le reste de l’Europe (vu le levier qui pose sur le capital de la DB, CASA, Natixis etc)

  • En tout cas, les internautes ont depuis longtemps révélés une information capitale sur le drame qui est arrivé à Merkel à force d’être confrontée au milieu de la chimie en RDA :

    http://www.gigaviral.com/images/original/superglue_1330605099.jpg

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
législatives 2022
4
Sauvegarder cet article

Lorsqu’ils ont visité Kiev la semaine dernière, les dirigeants européens Emmanuel Macron, Mario Draghi, et Olaf Scholz connaissaient parfaitement la situation militairement compliquée dans laquelle se trouve l’Ukraine. Selon un fonctionnaire ukrainien, leurs victimes militaires (morts ou blessés) se comptent maintenant au rythme de 30 000 par mois : une énorme tragédie.

Comme beaucoup d’experts militaires occidentaux retraités confirment depuis plusieurs mois, et comme l’a reconnu le général Twitty (aussi retraité) dans un débat organi... Poursuivre la lecture

Le gouvernement se félicite à juste titre du rebond de l’économie française après la crise liée au covid et juste avant la guerre en Ukraine. Le chômage continue de baisser, ce qui est bien ; il n’en reste pas moins que la comparaison avec nos voisins allemands et hollandais est beaucoup moins flatteuse puisqu’ils ont des niveaux de chômage moitié moindre du nôtre sans parler de la Suisse où il est négatif.

Cet écart date depuis longtemps et si on cherche le moment où la France avait moins de chômage que l’Allemagne il faut revenir au ... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Depuis la parution de mon analyse prospective de la trajectoire politique wallonne « Du fédéralisme au communisme », on ne cesse de m’interroger : s’agit-il d’un pronostic ? L’arrivée du communisme en Wallonie est-elle pensable ? N’y a-t-il pas là une sorte d’exagération, de la licence pamphlétaire, comme on parle de licence littéraire ?

Ces questions, bien légitimes, me font sourire. La gauche wallonne occupe l’intégralité du spectre politique parlementaire — à l’exception d’un parti, le MR, qui représente 20 % des électeurs. ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles