Un an de présidence Hollande : La France, une belle au bois dormant

Un an après l’élection de François Hollande, la France a été anesthésiée par une inquiétante hostilité vis-à-vis des entrepreneurs et des créateurs et par la stigmatisation de la réussite.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un an de présidence Hollande : La France, une belle au bois dormant

Publié le 6 mai 2013
- A +

Un an après l’élection de François Hollande, la France a été anesthésiée par une inquiétante hostilité vis-à-vis des entrepreneurs et des créateurs et par la stigmatisation de la réussite.

Par Guillaume Cairou

Nous, entrepreneurs de France, avons une conviction : notre pays dispose d’atouts solides et uniques au monde : la vigueur de sa démographie, la productivité de sa main-d’oeuvre, l’importance de son épargne, la qualité de ses infrastructures, l’excellence de certains pôles publics et privés en situation de leadership mondial, un patrimoine, une culture et un mode de vie si prisés.

Nous, entrepreneurs de France, souhaitons faire de ces atouts le socle du redressement de l’offre nationale par nos entreprises parce que nous n’oublions pas ce que nous devons à notre pays.

Nous, entrepreneurs de France, ne nous reconnaissons pas dans les portraits stigmatisants et injustes que certains ont pu faire de l’entreprise en France. Loin de certains scandales médiatiques récents et de dérives caricaturales, nous avons plus que jamais conscience d’être d’utilité publique. Nous avons créé notre entreprise pour employer, innover, investir, créer et conquérir les marchés mondiaux et contribuer ainsi au prestige de la France.

Nous, entrepreneurs de France, sommes asphyxiés par les prélèvements obligatoires. Nous sommes inquiets car c’est notre survie qui se joue à chaque nouvelle taxe.

Nous, entrepreneurs de France, souhaitons faire de la France le pays de la création, de l’innovation, de l’entreprise ! Le sort de nos salariés dépend de notre compétitivité, de notre capacité à créer et à innover.

Nous, entrepreneurs de France, n’avons jamais été aussi inquiets pour notre avenir et celui de nos salariés.

Nous souhaitons pousser nos jeunes à entreprendre car nous ne souhaitons qu’une chose : attirer les talents et les faire réussir en France.

Nous, entrepreneurs de France, ne pouvons pas accepter le fait que créer une start-up ou investir massivement devienne bien moins intéressant que d’investir dans l’immobilier ou dans les DOM car cela n’est pas juste.

Nous, entrepreneurs de France, souhaitons empêcher ensemble que les capitaux nous fuient, que les potentiels nous quittent et que les talents s’exilent.

Nous, entrepreneurs de France, souhaitons réussir à faire en sorte que nos entreprises n’aient plus peur de grandir.

Fondateurs de start-up parmi les plus performantes d’Europe, nous créons chaque jour des emplois en France.

Nous ne sommes ni libéraux ni dogmatiques. Nous sommes simplement contraints de faire face à la réalité économique internationale brutale au quotidien. Nous ne sommes ni des spéculateurs ni des rentiers. Nous, chefs d’entreprise portons à bout de bras notre projet afin de développer notre activité, de conserver l’emploi de nos salariés, de maintenir l’attractivité d’un territoire.

Depuis un an, nos entreprises souffrent : arrêtons de les chahuter.

Nos entreprises ont besoin d’être accompagnées, pas fiscalement étouffées. Qu’attendons-nous pour soutenir les secteurs économiques à forte main d’oeuvre et préserver ainsi l’emploi. La France des entrepreneurs attend du Gouvernement qu’il baisse les charges asphyxiantes qui pèsent sur eux, qu’il incite autant que possible à l’investissement, qu’il pousse à l’innovation et attire les capitaux tout en empêchant la fuite des cerveaux de plus en plus préoccupante.

Dans un contexte où le niveau de prélèvements obligatoires est déjà très élevé, la voie de la réduction des dépenses publiques revêt un caractère primordial. Qu’attend le Gouvernement pour se pencher sur les exemples des pays qui ont précédemment réussi la réduction de leurs déficits publics sans perte de croissance ? (Canada, Finlande, Suède ou Danemark).

Je tiens à rappeler au Gouvernement, au nom des 18500 entrepreneurs que je représente, que plus la réduction des déficits est le fruit de la baisse de la dépense publique (et non de la hausse de la pression fiscale), moins elle est coûteuse en termes de croissance et plus elle est durablement efficace, l’oublie-t-on ?

Il y a une vérité simple : lorsque la réduction de déficit est réalisée par la réduction des dépenses publiques, les acteurs économiques anticipent une baisse future de la pression fiscale. Les ménages réduisent leur épargne et consomment ; les entreprises investissent ! La croissance retrouvée, nos jeunes et nos seniors pourront de nouveau croire en l’avenir.

Nos entreprises ont besoin de ne plus être empêchées d’investir et d’innover, et ainsi préparer l’avenir.

Nous devons favoriser la création d’entreprises. En stigmatisant et en attaquant le statut d’autoentrepreneur qui permettait  à tous les Français qui le souhaitent de créer leur propre entreprise simplement et rapidement, vous avez dissuadé de nombreux salariés, étudiants, retraités et chômeurs de la possibilité de compléter leurs revenus alors qu’il a connu un véritable engouement. Remettre en cause ce statut c’est mettre en difficulté 1 million de personne d’un complément de revenu déclaré, c’est priver 3 millions de chômeurs d’un outil de lutte contre la précarité.

Qu’une majorité de députés ait rejeté la proposition de deux parlementaires visant à l’instauration d’une option création d’entreprise au baccalauréat nous choque. A l’heure où Marck Zuckerberg créait Facebook, pensez-vous que le Gouvernement fédéral américain n’aurait pas tout fait pour l’encourager ?

Doivent sans attendre être simplifiées les démarches administratives pour nos entreprises. Nos entreprises ont besoin qu’un vaste mouvement de simplification de notre droit soit engagé pour faciliter leur quotidien.

Ce gouvernement a souhaité augmenter le coût du travail afin de renforcer la compétitivité des entreprises et créer davantage d’emplois dans les années qui viennent. C’est un paradoxe que nous ne comprenons pas. Pourquoi ne pas accompagner nos entreprises notamment à travers deux exonérations de charges sociales ciblées, la première sur les jeunes de moins de 26 ans, la seconde sur les demandeurs d’emploi de plus de 55 ans ?

Le maintien et le développement de l’activité de nos entreprises doivent être un souci constant du Gouvernement et de sa majorité parlementaire. C’est dans cet esprit que nous, entrepreneurs, souhaitons aborder les années qui viennent avec ce gouvernement.

Afin de garantir la sérénité dans nos entreprises et de nous donner les moyens de leur développement au service de notre économie, nous souhaitons qu’il apporte des réponses durables aux difficultés structurelles auxquelles nous sommes confrontés pour fonder un new deal social et entrepreneurial français.

Plus que jamais, nous sommes convaincus que le dialogue politique conditionnera notre équilibre sociétal mais réveillons-nous !

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Vous, entrepreneurs, n’avez pas écoute le Ir Sinistre, hier soir !

    L’Etat doit être, dans son esprit, l’alpha et l’omega de toute l’économie, et il est dommage que vous vous présentiez comme « non libéraux ».

    Vous allez donc continuer à devoir tout justifier, à crouler sous les contrôles et autorisations quitte à ne les obtenir que quand leur objet est dépassé, à vous faire fiscaliser à mort, et si par hasard vous dégagez la moindre plus-value, gare à vous !

    Par contre, le Présigland vous aime … Il va donc ponctionner 20 milliards de plus à l’économie pour distribuer des biscuits aux entreprises de son choix.

    Le bateau coule, mais l’orchestre joue toujours …

    •  » Le bateau coule, mais l’orchestre joue toujours  »

      Et pour couronner le tout, on a appris, hier, cette incroyable nouvelle d’un tir d’essai (top secret) de missile « nucléaire  » mer-terre à 120 millions d’euros pièce qui a lamentablement échoué.
      L »Etat , qui est censé nous protéger en cas de guerre, est défaillant
      Car on apprend que c’est 35% du budget de la défense qui est englouti par la dissuasion nucléaire et ça ne marche pas ! ! !.
      Or on frémit de penser qu’en cas d’attaque la France aurait répliqué par un tir de missile depuis un sous-marin (comme hier pour l’essai) mais que ce tir aurait eu des chances de lamenter foirer, voire de retomber sur les populations civiles proches du littoral où opérait le sous-marin ! ! !
      Ce pays à l’image de sa marine de guerre est en complète décomposition

      • En même temps, tu voudrais attaquer un pays en pleine déroute économique, toi ? T’as vraiment du pognon à foutre en l’air ! lol

  • Plus de chahut, dans nos petits souliers, cher Papa Noël !

    …bordel ?

  • « Pourquoi ne pas accompagner nos entreprises notamment à travers deux exonérations de charges sociales ciblées, la première sur les jeunes de moins de 26 ans, la seconde sur les demandeurs d’emploi de plus de 55 ans ? »

    Vous avez bien fait de dire que vous n’êtes pas libéraux, parce qu’avec cette phrase, vous perdiez toute crédibilité.
    Soyez heureux, vous qui

    • oula, entre le clic trop rapide et le doublon, ça fait du grand n’importe quoi…
      Donc, Soyez heureux, vous qui avez en 26 et 55 ans…

  • « Pourquoi ne pas accompagner nos entreprises notamment à travers deux exonérations de charges sociales ciblées, la première sur les jeunes de moins de 26 ans, la seconde sur les demandeurs d’emploi de plus de 55 ans ? »

    Vous avez bien fait de dire que vous n’êtes pas libéraux, parce qu’avec cette phrase, vous perdiez toute crédibilité : c’est typiquement le genre de truc et de bidule dont raffolent nos gouvernants.

  • On croirait lire un requiem de l’UMPS collectiviste : « moi président » devient « nous entrepreneurs de France».

    Heureusement la majorité des entrepreneurs n’est pas comme vous : vous, la France des entrepreneurs, représentez 18500 entrepreneurs sur 3,2 millions de PME !

    « La France des entrepreneurs attend du Gouvernement qu’il baisse les charges asphyxiantes qui pèsent sur eux… ». Certes.

    « …qu’il incite autant que possible à l’investissement… ». Bien sûr, quitte à avoir un Etat interventionniste, autant lui demander de favoriser une catégorie de personne au détriment des autres.

    « …qu’il pousse à l’innovation… ». Ça existe déjà : le Crédit d’Impôt Recherche. Les entreprises innovent pour pérenniser leur business, sans ce crédit d’impôt, elles le feraient quand même. En pratique, ce crédit d’impôt est quasiment systématiquement remis en cause par l’Administration fiscale qui prétexte que l’innovation effectuée par l’entreprise n’apporte rien à la science. Autrement dit, une fumisterie dont l’idée dégagée par les ignares travaillant pour le gouvernement, n’a d’autre but que de mettre les entreprises sous tutelle de l’Etat.

    « …attire les capitaux tout en empêchant la fuite des cerveaux de plus en plus préoccupante… » Ce sera difficile avec un Etat interventionniste !

    « Pourquoi ne pas accompagner nos entreprises notamment à travers deux exonérations de charges sociales ciblées, la première sur les jeunes de moins de 26 ans, la seconde sur les demandeurs d’emploi de plus de 55 ans ? ». Les autres peuvent crever, mais ils financeront les périodes de chômage des moins de 26 ans et les retraites des plus de 55 ans. C’est ça l’idée ?

    « Le maintien et le développement de l’activité de nos entreprises doivent être un souci constant du Gouvernement et de sa majorité parlementaire. ». Le souci de l’Etat devrait être d’assurer la défense et la sécurité des citoyens, ainsi que le respect des conventions entre les individus (consentement et exécution).

    Votre message n’est pas clair, parce qu’il est plein de contradictions ! Vous chialez auprès du gouvernement pour la liberté d’entreprendre, et dans le même temps vous demandez ouvertement à de continuer à intervenir dans les affaires des entrepreneurs. Vous vous plaignez de leur incompétence que vous appelez de vos vœux !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand les temps sont moroses, quand les perspectives semblent sombres, rien de tel qu’un peu de distraction sans prétention pour se changer les idées et rire un peu. En France, alors que les prix de l’énergie s’envolent et que la guerre en Ukraine nous désole, nous réalisons une fois de plus avec effroi que nous n’avons pas de pétrole et beaucoup trop d’impôts. Mais par chance, nous avons François Hollande pour nous dérider !

Ancien Président et héros improbable de virées amoureuses en scooter, il rêvait de rendosser l’habit de Capitai... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Jean-Philippe Feldman. Un article de l'IREF Europe.

Les supputations sont allées bon train après que François Hollande a récemment déclaré qu’« un ancien Président peut très bien être candidat à l’élection présidentielle ». Pourtant, la question essentielle n’a pas été posée : comment François Hollande peut-il encore exister en politique ?

L’exception française

Les commentateurs n’ont pas manqué de railler les ambitions présidentielles toujours vertes de l’ancien chef de l’État. On peut comprendre humainement que François Ho... Poursuivre la lecture

Suspense intenable ! François Hollande va-t-il bientôt nous annoncer sa candidature présidentielle ? Des propos habilement équivoques tenus récemment par l'ancien chef de l'État devant des lycéens relancent la machine à spéculation politico-médiatique : "pour l'instant", il n'est pas candidat. Mais comme "ça ne va pas bien" - sous-entendu, à gauche, vous l'aurez immédiatement compris - forcément, il s'interroge :

"Est-ce qu'une candidature de plus serait utile ? Je ne sais pas. Je ne le pense pas, d'ailleurs. J'ai les mêmes idées qu'av... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles