On entend l’arbre tomber mais pas la forêt pousser

Non, il ne s’agit pas d’une crise mais d’une transition. Notre économie change et il faut s’adapter. Certains l’ont compris, d’autres pas. Ce sont les conclusions du dernier ouvrage de l’économiste Nicolas Bouzou.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
On entend l'arbre tomber mais pas la forêt pousser par Nicolas Bouzou (Crédits JC Lattès, tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

On entend l’arbre tomber mais pas la forêt pousser

Publié le 24 avril 2013
- A +

Non, il ne s’agit pas d’une crise mais d’une transition. Notre économie change et il faut s’adapter. Certains l’ont compris, d’autres pas. Ce sont les conclusions du dernier ouvrage de l’économiste Nicolas Bouzou.

Par Bogdan Calinescu.
Un article de l’aleps.

Le titre et le sous-titre (« Croire en l’économie de demain ») sont révélateurs. Notre pays met sur le dos de la crise tout changement. Surtout lorsqu’il est accompagné de transformations importantes qui l’obligent à s’adapter avec intelligence. Nous vivons une fois de plus la peur des Anciens face aux Modernes. Le tsunami du changement nous effraie même si la vague des innovations nous excite. Au lieu de nous plaindre de la crise, nous devrions regarder devant : les nanotechnologies, les énergies renouvelables, l’intelligence artificielle, la biologie vont changer notre vie plus que ne l’ont fait la machine à vapeur ou l’électricité. Il est vrai que certains en tireront profit, d’autres non. Mais peut-être pas ceux auxquels on s’attend le plus. Pour Bouzou, « les riches de demain seront les pauvres d’hier ». Très probable, à condition de saisir les opportunités qui s’annoncent… Il est néanmoins très clair que certains États, banques, grandes entreprises et autres organisations feront faillite… S’opposer aux bouleversements qui s’annoncent, c’est disparaître.

Pour donner un avant-goût de ce qui nous attend, l’auteur propose un retour dans le passé. Il décortique d’autres grandes transformations qui ont eu lieu dans l’Histoire. C’est par exemple la ville de Venise entre le XIVe et le XVIe siècle. Quelques îlots et plusieurs maisons sont devenus le centre du monde. Économie puissante, banques, commerce, mondialisation… La « cité miraculeuse », symbole de l’intelligence et des persévérances humaines a résisté à travers les siècles. Car la ville a été construite sur l’eau à partir du VIe siècle… Avec le temps, la ville est devenue un exemple même pour l’économie d’aujourd’hui. L’État assure sa sécurité, les banques son financement et l’épargne dirigée vers les investissements, son développement économique.

Non, la croissance n’est pas notre ennemie. Aussi inimaginable que cela puisse paraître, on est encore obligés de le rappeler… Nicolas Bouzou redonne les arguments. C’est la croissance et non pas la décroissance qui protège la planète. Pour sortir de la pauvreté, on a bien besoin d’une économie développée, c’est la raison pour laquelle certains pays du tiers-monde ne cessent de s’enrichir. Il est vrai, il faut des sacrifices. Il existe aussi des inégalités, certains s’en sortent mieux que les autres. Mais l’important c’est de donner la chance à chacun et de stimuler le progrès technique. C’est celui-ci la clé de notre développement. Mais l’innovation ne peut être efficace sans un cadre propice, sans les financements nécessaires à sa réussite. Excellent l’exemple de l’inventeur de l’imprimerie, Gutenberg, qui meurt ruiné et dont l’invention se développera plus rapidement en Italie (à Venise) qu’en Allemagne où les princes et les banques ont vite saisi l’importance de cette invention.

Nicolas Bouzou nous promène à travers des siècles. Pour renforcer sa démonstration, il cite Adam Smith, von Mises, Zweig, Hayek, Marx, Darwin et des dizaines d’autres écrivains, philosophes, économistes, juristes, mathématiciens, etc.. Il le fait avec justesse (sauf pour Marx auquel il accorde beaucoup trop de place) mais, finalement, toute cette démonstration ne devrait-elle pas tenir du simple bon sens ? Pourquoi sommes-nous obligés de défendre l’innovation, le progrès technique et la croissance économique ? C’est peut-être le sujet d’un autre livre…


Sur le web.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • En France, les socialistes n’entendent pas la forêt pourrir en silence.

    • vous ne croyez pas si bien dire, les forets francaises inadaptées au monde moderne, sont en train d’etre rayées de la cartes du monde forestier, et sont en train de devenir une immense friche ou vont prolifèrer les nuisibles et les incendies.
      les causes sont les suivantes:
      erreur techniques, euro trop fort, separation stupide d’avec l’agriculture, alors que c’est le mème metier. cout de la main d’oeuvre trop cher et disparition de la micro-industrie: le prix du bois servant de variable d’ajustement au sein de la filière.

  • Rien que el premier paragraphe laisse entendre que si nos gouvernants ont été mauvais jusqu’à présent, l’avenir sera encore pire puisqu’ils ne le préparent pas, et encore moins l’économie nationale et le tissus industriel.
    J’ai même le fort sentiement que ce sont leurs mesures de protection qui accèlèrent la fuite de l’industrie du pays, ils sont fortichent!

  • Mais si, il pousse de beaux bonsais en France. On coupe les racines, les feuilles et puis les branches. Bah; reste le tronc avec des petits bourgeons……hum, ceux là je vais me les faire aussi !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Scott Shackford. Un article de Reason

Un document de travail récemment publié prétend montrer que les vastes lois sur la confidentialité des technologies mises en œuvre par l'Union européenne en 2018 ont considérablement étouffé l'innovation des apps et potentiellement privé les consommateurs de produits utiles.

Le rapport a été publié par le National Bureau of Economic Research, et il tente de calculer les effets sur les consommateurs du Règlement général sur la protection des données (RGPD), une loi de l'Union européenn... Poursuivre la lecture

Par Alexander Hammond. Un article de HumanProgress

Voici le trente-troisième épisode d’une série d’articles intitulée « Les Héros du progrès ». Cette rubrique est une courte présentation des héros qui ont apporté une contribution extraordinaire au bien-être de l’humanité.

Nos héros de la semaine sont George Hitchings et Gertrude Elion, les deux scientifiques américains qui ont initié le développement de la conception rationnelle des médicaments.

Jusqu’alors, la méthode classique employée pour les découvrir reposait sur un... Poursuivre la lecture

Par Yannick Harrel.

Côté face, Elon Musk est un entrepreneur à succès avec SpaceX, Tesla, Neuralink et X.com (futur PayPal). Côté pile, Elon Musk est un trublion médiatique trop heureux de jouer avec les réseaux sociaux et les crédules. Irritant, séduisant, provocant, exaltant, il est peu dire que l’individu déclenche les appréciations les plus tranchées dans les discussions, les rédactions et les commissions d’enquête.

Devenu troisième fortune mondiale (115,4 milliards de dollars estimés) en 2021, l’entrepreneur américain d’ori... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles