Petroplus, c’est le flop final…

470 salariés qui avaient cru aux élucubrations ministérielles vont être licenciés. On appelle ça le « redressement productif » !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Raffinerie Petroplus

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Petroplus, c’est le flop final…

Publié le 23 avril 2013
- A +

470 salariés qui avaient cru aux élucubrations ministérielles vont être licenciés. On appelle ça le « redressement productif » !

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Raffinerie PetroplusLe tribunal de commerce de Rouen n’a retenu aucune offre de reprise

Comme nous vous le narrions dans un article le mois dernier, depuis le dépôt de bilan, le 24 janvier 2012, de nombreux candidats se sont penchés sur le sort de la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne près de Rouen en Seine-Maritime. Après bien des atermoiements, fausses bonnes nouvelles, pas en avant et retours en arrière, des dossiers farfelus et des dossiers politiquement incorrects, le Ministre du « redressement productif » s’en est mêlé et annonça aux salariés que les deux repreneurs restant en lice et jugés recevables par les administrateurs judiciaires représentaient des solutions « sérieuses et financées ». Résultat ? Comme dans un dossier précédent, comme dans tant d’autres dossiers précédents… Flop.

Le tribunal en a jugé autrement. Il a sonné le glas de la plus vieille raffinerie française (créée en 1929). D’après les administrateurs judiciaires, il a jugé « qu’aucune des offres examinées […] ne présentait les capacités financières et techniques suffisantes pour assurer la reprise pérenne de Petroplus ». À croire que ni le ministre du « redressement productif » ni les membres de son cabinet ni ses 20 « commissaires » ne savent lire un dossier.

Bien évidemment, cette décision « entraîne donc la cessation définitive d’activité […] et, malheureusement, le déclenchement dans les jours prochains de la procédure de licenciement collectif des salariés ».

Cacophonie gouvernementale

Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg et son collègue du Travail Michel Sapin ont pris acte de la décision du tribunal qui « clôt la période de recherche de repreneurs ».  Au moins eux, ils ont compris que les carottes étaient cuites, ce qui ne semblait pas être le cas du premier ministre qui, lui, continuait à dire sur France Inter que le gouvernement chercherait un repreneur crédible « jusqu’au bout »… avant de se rendre compte de l’incongruité de ses propos et d’ajouter, penaud : « Mais ce repreneur crédible, le tribunal de commerce malheureusement vient de le dire, il n’existe pas. » Discours totalement incohérent uniquement fait de verbe et d’incantations.

Un lourd échec socialiste

Cet échec est clairement celui de la politique gouvernementale. Non pas que le gouvernement soit responsable de la fermeture d’un site industriel polluant situé dans un secteur aujourd’hui devenu urbain, aux équipements un tantinet obsolètes et dont la rentabilisation semble communément problématique, non, mais l’idéologie marxiste de ce gouvernement qui veut faire croire que le politique peut tout, que le politique est prééminent sur l’économique, crée des espoirs chez les salariés qui espèrent, qui veulent croire que l’État tout puissant pourra les sauver de l’implacable logique imposée par l’effroyable démon du « marché ». Souvenez vous de François Hollande, en janvier 2012, alors candidat à la présidence de la république. Il venait rendre visite aux salariés de Petroplus et s’exclamait : « Où est l’État, où est le gouvernement, où est le président de la République ? » Ben oui, tiens, 15 mois plus tard la question peut lui être posée… Il avait alors appelé l’État à prendre ses responsabilités en se mettant en quête d’un repreneur. Toujours dans la même logique, c’est Montebourg qui négocie en personne avec des Libyens et assure les employés de la solidité de leur offre. Résultat, 470 déçus, 470 cocus du socialisme qui ont cru dans des discours démagogiques et qui se retrouvent aujourd’hui bec dans l’eau.

Il y avait probablement d’autres pistes à explorer

Mais, allez-vous me dire, qu’aurait-il fallu faire ? Comme toujours, « créer un contexte ». En l’occurrence, on ne peut pas taper sur les méchants carburants fossiles et pleurer quand on ferme des raffineries dont la vocation est le marché local. On ne peut pas espérer alimenter de nouveaux marchés quand on se trouve à perpète du terminal pétrolier avec des infrastructures oléoduc inexistantes, des structures ferroviaires qui fonctionnent au rythme syndical et des structures routières qui obligent à traverser des zones urbaines. Bien sûr qu’il y a un savoir-faire dans la région, bien sûr qu’un transfert d’activité plus en aval, sur la zone du Havre était envisageable, bien sûr que le site de Petroplus pouvait évoluer vers d’autres activités comme le GPL ou l’agro carburant que l’un comme l’autre, nous continuons d’importer alors qu’ils sont infiniment moins polluants… Mais pour cela, il faut cesser de croire que parce qu’on est ministre on a la science infuse et, avec humilité, discuter avec les investisseurs, les accompagner en aplanissant les obstacles et admettre que ce sont eux qui prennent les risques et que donc leurs avis sont primordiaux.

Quelques centaines de millions pour dépolluer

En tous cas, maintenant, en plus des personnels qu’il va falloir indemniser, le gouvernement va devoir également assumer le coût de la dépollution du site qui pourrait représenter plusieurs centaines de millions d’euros. Tant qu’on y est, le contribuable n’est plus à ça près…


Sur le web.

Les « Petroplus » victimes des assauts haineux de l’Etat

Petroplus, ou un nouvel exemple de la « méthode Montebourg »

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Pourquoi la CGT et les ouvriers n’investissent pas leur argent pour reprendre la boite ???
    Après tout, ils ont tellement craché sur les « salops de patrons » qu’ils sont réellement responsable de la fermeture.
    Alors qu’ils prennent leur courage et assument leur idéologie « on peut se passer des patrons » !!!!

    Ben non tient !!!
    Il faut investir son argent à soi … Pas fou !!!
    On prend des risques de tout perdre … C’est sur qu’il vaut mieux que se soit un autre qui prenne les risques !!!

    Allez un peu de courage les communistes : mettez en adéquation vos idées et vos actes. Vous avez pas besoin de patrons. Alors investissez votre argent pour reprendre PétroPlus !!!

    • Mettre leur propre argent dans la boîte, mais vous n’y pensez pas, en faisant cela, ils ne seraient plus du tout socialistes, puisque le principe du socialisme c’est de piquer le pognon des autres.

  • « Quelques centaines de millions pour dépolluer »

    Je suis curieux de savoir quelles entrprises vont toucher le gros lot de cette dépollution massive du site, après un échec si bien calculé, les liens pourraient être intéressants

  • Je pense surtout que la politique économique et monétaire de ce « gouvernement » est de plus en plus risible et caricaturale!Nous avons une monnaie inadaptée ( l’euro) et une économie encore fortement socialiste.Et ce malgré la perestroïka de holandbachev!!!A quand l’effondrement total?

  • Soit la bande d’amateurs jacassants et dogmatiques ne sait vraiment pas où elle met les pieds
    Soit, comme dans la pêche au gros, ils ont laissé les syndicats se fatiguer au bout de la ligne, avant de remonter le poisson.
    Le pire, c’est d’éternellement voir gruger les gens avec des bafouillages électoralistes et de clore les débats avec des « c’est la faute au turbo capitalisme » .
    Marine Le Pen ajoutera que c’est par manque de protectionnisme, et la farce sera complète !

  • Bravo pour l’illustration de René le Honzec.:)

  • Une chose est sure : je serais investisseur (étranger ou non) potentiel, en voyant le bor…el que représente la CGT et autres syndicats, il ne me viendrait pas à l’idée une seule seconde de faire une quelconque proposition de reprise ! À moins d’être un débile profond mais j’aurais alors probablement un CA qui s’y opposerait farouchement.
    CQFD

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Anne Hidalgo gauche française
0
Sauvegarder cet article

Par Olivier Maurice.

Y a-t-il encore une gauche en France ? On peut se poser la question : les derniers sondages indiquent que la somme des intentions de vote en faveur de candidats de gauche déclarés est à peine créditée d’un quart au premier tour de la prochaine élection présidentielle.

Alors bien sûr, un sondage à plusieurs mois de l’échéance électorale ne présume en rien de la réalité des opinions ou des décisions de votes qui seront finalement prises, mais le symbole est d’importance.

Où est passée la gauche triompha... Poursuivre la lecture

Par Pierre Robert.

En 1957, alors que sévissait l’inflation, Guy Mollet, président du Conseil, prétendait l’éradiquer en bloquant les prix. La droite qui s’opposait à cette politique de gribouille fut alors qualifiée de « droite la plus bête du monde » par un chef du gouvernement manifestement ignorant des réalités économiques les plus élémentaires : on ne fait pas baisser la température (la hausse des coûts) en cassant le thermomètre (l’indice des prix).

Un scénario du même type se rejoue aujourd’hui. La CGT, la FSU et d’autres... Poursuivre la lecture

Par Alain Goetzmann.

Ces dernières semaines une vidéo d’Arnaud Montebourg, interviewé par Xerfi Canal, fait le buzz sur les réseaux sociaux. Ex-ministre de l’Économie, du redressement productif et du numérique, auparavant avocat et leader politique régional, il avait déjà surpris lorsqu’évincé du gouvernement, il décidait de suivre l’Advanced Management Program de l’INSEAD, dont l’objectif affiché est de transformer les cadres supérieurs en dirigeants d’exception.

Dans cette vidéo, il livre une sorte de rapport d’étonnement sur ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles