La France s’enfonce dans la dette, encore et encore

À la fin du quatrième trimestre 2012, la dette publique s’établit à 1.833,8 milliards d’euros.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France s’enfonce dans la dette, encore et encore

Publié le 4 avril 2013
- A +

À la fin du quatrième trimestre 2012, la dette publique s’établit à 1.833,8 milliards d’euros.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

L’INSEE a récemment publié les chiffres définitifs de la dette de la France pour 2012.

La dette publique augmente de 15,8 milliards d’euros entre le 3e et le 4e trimestre 2012…

À la fin du quatrième trimestre 2012, la dette publique au sens de Maastricht, s’établit à 1.833,8 Mds€, en hausse de 15,8 Mds€ par rapport au trimestre précédent.

Exprimée en pourcentage du PIB, elle se situe à 90,2%, en augmentation de 0,3 point par rapport au trimestre précédent.

Exprimée en pourcentage des recettes, elle se situe à 243,60% des recettes publiques : 284,4Mds€ de recettes inscrites au budget général + 110Mds€ de recettes de la fiscalité (impôts et taxes) locale.

… sous l’effet d’une augmentation de l’endettement de l’État et des administrations publiques locales

La contribution de l’État à la dette augmente fortement au quatrième trimestre (+18,7 Mds€). L’accroissement de l’endettement obligataire (+16,4 Mds€ dont 12,5 Mds€ de BTAN) est partiellement compensé par des remboursements importants de titres court terme (BTF) ce trimestre (-10,7 Mds€). Ceci est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle. Une bonne, car les taux auxquels la France souscrit actuellement sont incroyablement bas et il n’est pas stupide d’en profiter. Une mauvaise nouvelle, car cela veut dire que la France s’endette de plus en plus loin. Pas plus tard que mardi dernier, la France a placé 4,5 milliards d’euros à 30 ans au taux historiquement bas de 3,26%. D’accord, 3,26%, c’est pas cher, mais 30 ans ! Cela veut clairement dire que vos enfants et les enfants de vos enfants rembourseront les dettes que l’État est en train de contracter pour… son fonctionnement de 2013 !

Les emprunts à long terme souscrits en contrepartie des prêts accordés aux États en difficulté de la zone euro dans le cadre du FESF augmentent de 7,7 Mds€. C’est fou, non ? D’un côté, le gouvernement nous dit qu’ il lui faut faire 10Mds€ d’économies sur le budget, et de l’autre on est obligé d’emprunter des sommes astronomiques pour renflouer les plantages successifs des pays insolvables de la zone Euro.

Les dépôts au Trésor augmentent de 5,4 Mds€.

La contribution des administrations publiques locales augmente de +11,7 Mds€. En fin d’année, à l’approche de la clôture des comptes, les collectivités locales ont contracté des montants importants de crédits à long terme (+12,6 Mds€). Voilà qui est intéressant, n’est-ce pas ? À l’approche des élections de 2014, nos élus locaux, plutôt que de réduire les dépenses des collectivités ont préféré en maintenir la progression. Afin de ne pas se présenter devant leurs électeurs avec une augmentation de la pression fiscale, ils ont délibérément choisi la voie de la lâcheté, l’emprunt. Le débat public en prendra-t-il compte ? Espérons-le.


Sur le web.

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Je suis pour afficher sur un ballon au dessus de Paris la valeur de la dette de manière à ce que ce nombre soit vu par tous.

  • Comment arrivez vous à 243.6% ???
    (1833.8/(284.4+110))*100) = 465% !!!!
    Qu’est-ce que je n’ai pas compris ??

    • Rien, je devais encore être en train de faire deux choses en même temps… Merci de votre attention et excusez ma non relecture,
      Cordialement,
      Thibault

  • Non compris la dette sociale. Helas. Et c’est un sacré morceau
    On distribue pour 250 milliards de pensions de retraite chaque année, c’est dire 5 fois (!) de ce que l’état français paye (50 milliards) comme d’intérêt d’emprunt. Pour l’Etat cela correspond à un stock de dette de 1 400 milliards. Pour les organismes de retraites, en supposant une gestion équivalente à celle de l’état, cela signifie qu’ils ont une dette de ….
    7000 milliards d’euro
    [NB : cette analyse est sommaire mais elle tient compte du fait que, comme l’état , le stock de dette reste constant parce qu’il « roule » (ne se rembourse jamais), parce que de nouveaux retraités remplacent constamment les anciens qui cassent leur pipe ; cela tient donc compte à la fois de l’amortissement de la dette du fait des décès, et de ce que le système doit à ceux qui ne sont pas encore retraité].
    350 % du PIB. Paf.

    La dette publique française est, au minimum, d’environ 450 % du PIB ; ou encore les 900 % des recettes des administrations publiques de toute nature

    Alors on peut rire des japonais …

    • 250 milliards de pensions de retraite ça vous parait scandaleux ?

      mais à combien d’individus et combien cela représente finalement par personne et par mois ?
      pas grand-chose.

  • cela devient une dette  » corezienne  » !

  • Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

  • Comme beaucoup de Français , je n’attendais rien de FH ! Il a tout promis aux électeurs , qui l’ont cru , dans le seul but d’être élu ! Il est maintenant élu , et ce serait à lui d’exercer vraiment son pouvoir par un ensemble de mesures complètes et non par des mesurettes …efficaces , dit-il mais pour plus tard . ! Il faudrait , certes , changer de politiques , la démocratie représentative n’étant qu’un leurre : ce sont surtout les médias , en réalité qui nous orientent Seulement FH est tellement (? ) sûr d’avoir raison ,surtout si c’est l’opposition qui le lui conseille !,

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hourra, nous n’allons plus payer la redevance télé !

Génial : 138 euros de plus par an, cela va considérablement augmenter le pouvoir d’achat des Français en cette période d’inflation. À titre de comparaison, l’effet de l’inflation sur un salaire médian en France, c’est 1323 euros de pertes annuelles (un mois de SMIC), mais ce calcul ne frappe que le salaire, aucunement les pertes de valeur de l’épargne et des liquidités.

Mais cessons de nous plaindre ! Enfin un pas qui va dans le bon sens : la diminution de la pression fiscale ... Poursuivre la lecture

Le 20 mai dernier, Élisabeth Borne nommait son premier gouvernement. Le second gouvernement Borne, nommé dans la foulée des résultats des élections législatives de mi-juin, s’est révélé n’être en fait qu’un remaniement, sanctionnant les ministres défaits, en difficultés politiques ou nommés à d’autres fonctions. Aussi, les décrets d’attribution des ministères pris le 1er juin 2022 et 8 juin 2022 restent-ils en vigueur. Car les décrets d’attribution des ministres en disent plus sur la politique qui va être menée par le président de la Républiq... Poursuivre la lecture

Je reprends ce que je disais il y a quelques articles à propos de l’inflation qu’on voit repartir gaillardement à la hausse aujourd’hui : s’il ne s’agissait que d’un contretemps purement conjoncturel, résultant uniquement des goulots d’étranglement qui se sont formés dans la chaîne de l’offre consécutivement au redémarrage brutal des activités après la pandémie de covid et maintenant du fait de la guerre russe en Ukraine et des confinements en Chine, les banques centrales n’auraient nullement besoin de s’en préoccuper.

Or elles s’en pr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles