Affaire Cahuzac : le mensonge érigé en mode de gouvernement

Les mensonges de Jérôme Cahuzac ne font que confirmer la règle, selon laquelle il faut conserver le pouvoir une fois conquis, à tout prix.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Cahuzac-les-yeux-au-ciel

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Affaire Cahuzac : le mensonge érigé en mode de gouvernement

Publié le 4 avril 2013
- A +

Les mensonges de Jérôme Cahuzac ne font que confirmer la règle, selon laquelle il faut conserver le pouvoir une fois conquis, à tout prix.

Par Francis Richard, depuis la Suisse.

Jérôme Cahuzac est à la une de tous les médias de France et de Navarre. Quelle consécration ! Évidemment ce n’est pas très glorieux d’être à la une après avoir été mis en examen mardi soir pour blanchiments. Et pas n’importe quels blanchiments :  « Blanchiment de fraude fiscale et blanchiment de fonds provenant d’avantages procurés par une entreprise dont les services et produits sont pris en charge par la Sécurité sociale ». Mais c’est tout de même une consécration. Le couronnement d’une carrière de dignitaire socialiste qui fait la chasse aux riches, mais s’en met plein les poches, à la faveur de fraudes fiscale et sociale.

Peu me chaut que le sieur Cahuzac ait eu un compte en Suisse – à l’UBS Genève jusqu’en 2000, puis chez Reyl et Cie jusqu’en 2010 – puis un compte à Singapour chez Reyl et Cie. Quand un pays devient un enfer fiscal, charité bien ordonnée commence par soi-même. Il vaut mieux s’en évader que de se faire plumer. Mais l’origine des fonds étant douteuse, c’est une tout autre affaire. La justice est saisie. C’est maintenant son problème et, surtout, celui de l’ex-Ministre du Budget. Dans d’autres circonstances, que Jérôme Cahuzac ait menti ne serait pas bien, mais pas trop grave. Car il y a de pieux mensonges, quand la survie est en jeu.

Seulement, en France, le mensonge est érigé depuis longtemps en mode de gouvernement, particulièrement depuis le 6 mai 2012. Alors, les mensonges de Jérôme Cahuzac ne font que confirmer la règle, selon laquelle il faut conserver le pouvoir une fois conquis, à tout prix, le mensonge étant le moindre.

Pas plus tard qu’au soir du 24 mars dernier, le pouvoir, tétanisé par le désaveu populaire, a ainsi minimisé outrageusement le nombre de manifestants contre le mariage gay (le ridicule ne tue plus depuis longtemps), alors que, hormis lors de la manifestation du 24 juin 1984 pour la défense de l’école libre, il n’y a pas eu, depuis la libération, autant de manifestants dans les rues de Paris que ce jour-là.

Le 12 mars 2013 une demande d’entraide judiciaire internationale a été adressée par le Parquet de Paris au Ministère public genevois. Très vite les résultats sont tombés, car, en Suisse, le secret bancaire est levé dès qu’il est question de blanchiment avéré (contrairement aux idées reçues). En dépit de ses précédentes dénégations Jérôme Cahuzac a détenu, et détient encore, un compte bancaire non déclaré à l’étranger, sur lequel il a déposé des fonds douteux. C’est pourquoi le 19 mars 2013, le sieur Cahuzac ayant été pris la main dans le sac, une information judiciaire a été ouverte contre lui. Hier, parce qu’il était vain (et dangereux juridiquement pour lui) désormais de nier, il est passé aux aveux et a été mis en examen.

Il semble peu probable que François Holande et son homme lige, Jean-Marc Ayrault, n’aient pas été au courant des résultats des investigations menées en Suisse. La séparation des pouvoirs en France est un vain mot et il faudrait même plutôt parler de porosité. Dans l’hypothèse où les deux compères n’étaient pas au courant, ils mériteraient d’autant plus le qualificatif de simplets…

Le plus choquant dans cette histoire de régime pourrissant par la tête, c’est encore la duplicité de Jérôme Cahuzac. Répondant le 13 septembre 2012, au Sénat, à une question au gouvernement d’Éric Bocquet, sénateur communiste du Nord, lui le fraudeur fiscal patenté justifiait en ces termes le matraquage fiscal dont il était l’ordonnateur :

Au moment où l’on s’apprête à demander un effort vigoureux au pays, il n’est évidemment pas acceptable que cet effort soit considéré comme injuste. Il ne le serait pas davantage si d’autres estimaient pouvoir s’affranchir de l’effort que tous presque vont consentir. La lutte contre l’évasion et plus généralement contre la fraude fiscale ou la fraude sociale sont donc des luttes évidemment d’actualité.

Cette justification du matraquage fiscal était faite au nom de la morale, bien entendu.


Sur le web.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Il faudrait que tous les contribuables, en mai, fasse un chèque de 10€ au trésor, pour éviter les pénalités et demander l’apurement de la classe politique avant de régler le solde. Große bordel : implosion de l’État…

    Autre suggestion : toute personne obtenant un mandat de l’État devrait verser une caution sur un compte bloqué…

  • Ce Cahuzac c’est le Barère de la Convention, rien n’a changé sous les ors de la ripoublique. Les Français portent une part de responsabilité car enfin son pif ne ressemble-t-il pas à celui de Pinocchio ?

    • « car enfin son pif ne ressemble-t-il pas à celui de Pinocchio ? »
      Les mesures pifométriques n’ont jamais été très précises 😉

  • Tant les quatre commentaires que l’article sont EXCELLENTS, merci 🙂

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le 6 août 2014, je publiais un article sur La neutralité de la Suisse et la guerre en Ukraine. J'y rappelais que la neutralité de la Suisse trouvait son origine dans la défaite de Marignan (1515) à partir de laquelle fut mis fin à la politique d'expansion des Confédérés.

Après une courte période, entre 1798 et 1815, la neutralité de la Suisse a toujours été effective, jusqu'en 1989. Elle est devenue de plus en plus relative notamment à la suite de son adhésion à l'ONU en 2002, bien que deux articles de la Constitution suisse énoncent q... Poursuivre la lecture

À l’époque où très nombreux sont ceux qui se posent des questions sur le fonctionnement de notre démocratie on peut suggérer de regarder comment elle fonctionne ailleurs… même si cette approche va se briser sur l’argument très connu « À quoi bon ? Chez nous c’est différent ! »

C’est bien dommage car l'une des façons les plus simples de réfléchir c’est d’aller voir les pays où ça fonctionne, exercice d’autant plus facile que l'un de ceux qui marche le mieux au monde a des frontières communes avec le nôtre. Il s’agit de la Suisse.

La... Poursuivre la lecture

L’expatriation est un phénomène de plus en plus courant dans un environnement mondialisé. Cette tendance est particulièrement présente chez les jeunes générations. Dans le cas de la France, ce sont plus de 2,5 millions de Français qui vivent à l’étranger.

Quelles sont les raisons de cette expatriation ? Où vont-ils ? Quels sont leurs profils ?

Si les profils des expatriés français sont variés, on constate que certaines tendances se dessinent.

Des expatriés français réputés pour le travail

Selon le site internations : « 56... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles