Le projet de budget britannique pour 2013-2014

La politique de David Cameron est souvent présentée comme une politique d’austérité. C’est surprenant pour un gouvernement qui repose sur des déficits publics élevés et un accroissement des crédits.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le projet de budget britannique pour 2013-2014

Publié le 26 mars 2013
- A +

La politique de David Cameron est souvent présentée comme une politique d’austérité. C’est surprenant pour un gouvernement qui repose sur des déficits publics élevés et un accroissement des crédits.

Par Vladimir Vodarevski.

David Cameron

Le Chancelier de l’Échiquier britannique, George Osborne, a présenté le budget du gouvernement britannique pour l’exercice 2013-2014, qui débute le 1er avril 2013. Les caractéristiques de ce budget sont les suivantes. D’abord, c’est toujours un budget basé sur un déficit élevé. Ensuite, il vise à encourager l’activité des entreprises et de la population en âge de travailler. Enfin, il accentue la politique monétaire. Un bon résumé de ce budget est disponible sur le site de BBC News, Budget 2013 at a glance, et What does it mean for you.

La politique du gouvernement de David Cameron est généralement présentée comme une politique d’austérité. Ce qui est surprenant pour une politique qui mène à l’un des déficits publics les plus élevés de l’Union Européenne, et qui veut limiter les hausses d’impôts touchant la classe moyenne. C’est plutôt d’une politique de relance qu’il s’agit, comme cela a été expliqué dans l’article L’austérité au Royaume Uni. Le déficit prévu pour 2013-2014 s’élève ainsi à 7,4% du PIB, comparé à un déficit au cours de l’année 2012 de 3,7% prévu en France. Les chiffres de 2011 fourni par Eurostat sont aussi éloquents. Par ailleurs, la politique de la Banque d’Angleterre est très accommodante. Elle soutient l’économie par la création monétaire.

Malgré cette politique de déficits, le gouvernement diminue des budgets publics, plafonne des rémunérations. Ce qui est qualifié d’austérité. La vérité, c’est que l’économie britannique a été soutenue à la fois par les déficits, la dépense publique, et le crédit, sous les précédents gouvernements travaillistes. Elle a subi la crise de plein fouet. Le gouvernement de David Cameron a choisi de ne pas trop combattre le déficit, pour, selon lui, préserver la croissance. On ne peut pas vraiment appeler cela de l’austérité. Cependant, l’ampleur de la crise oblige à des efforts, bien que le déficit soit très élevé. En maintenant un déficit élevé, le gouvernement poursuit dans cette voix.

Pour relancer la croissance, le gouvernement britannique mise sur l’activité. L’activité des entreprises, par une diminution de l’impôt sur les sociétés, qui passe de 21% en 2014 à 20% en 2015, sachant que le taux était de 28% en 2010. Les cotisation sociales sont diminuées. Par ailleurs, le droit de timbre sur les transactions boursières est supprimé pour les actions des sociétés cotées sur le marché des entreprises de croissance, comme l’AIM de la bourse de Londres. C’est donc un budget qui veut favoriser les entreprises, l’embauche par les entreprises, et le développement de nouvelles entreprises.

Le budget veut aussi favoriser l’activité de la population active. Il augmente le plafond des réductions fiscales pour les couples avec enfants. C’est une réduction fiscale destinée aux couples qui travaillent (cf. le site du HMRC et cet article du Daily Mail).

Ces baisses de prélèvements sont financées par une baisse d’1% du budget de la plupart des ministères, l’éducation et la santé n’étant pas concernées. Une limitation à 1% des hausses de salaires dans la fonction publique, inférieure à l’inflation. Le taux de pension de retraite sera uniformisé. Le budget social verra aussi sa progression limitée.

Le second volet de la politique de George Osborne est un approfondissement de la politique monétaire accommodante. Le Chancelier de l’Échiquier veut ainsi garantir pour 130 milliards de livres de prêts immobilier, pour encourager l’achat immobilier. De plus, George Osborne veut modifier les attributions de la Banque d’Angleterre, pour la voir favoriser encore plus la croissance qu’elle ne le fait aujourd’hui, en utilisant des outils non conventionnels. Il s’agit donc de relancer la croissance par la création monétaire, c’est-à-dire le crédit.

Le projet de George Osborne est un beau mélange. D’un côté, il facilite l’entrepreneuriat, et le développement des entreprises. D’un autre, c’est une politique de relance, par les déficits et la monnaie. Ce dernier point est d’ailleurs inquiétant. En effet, la crise provient de l’excès de crédit. De l’excès de crédit dans l’immobilier notamment, aux USA, mais aussi en Grande Bretagne. Or, voici que cette dernière veut à nouveau soutenir l’économie par le crédit. Va-t-on vers une nouvelle bulle ? George Osborne prend un grand risque avec la politique monétaire. Il est vrai que son objectif ce sont les élections, dans deux ans. Le calendrier de l’État est le très court terme, tandis que celui de l’entreprise et de l’économie est plus dans le long terme.


Sur le web.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Suppression du stamp duty vs TTF de quoi motiver les derniers brokers continentaux à passer la Manche…

    Par contre, si j’ai bien compris, le budget GB prévoit de retenter l’expérience des subprimes. Dommage car on va encore nous présenter la GB comme l’exemple de l’austérité et du libéralisme pour démontrer que ça ne marche pas.
    En fait, on retombe dans les travers de la relance et des bulles dodues dans chaque recoin de l’économie, gonflée par les injections de liquidités massives.

  • La dépense publique est-elle en hausse ou en baisse dans ce budget ?

  • Oui, le mix semble bizarre…

    En Angleterre, on parle surtout de cette folie de construire, et de vendre à des fauchés, ce qui est au minimum keynésien, et risque de bien mauvaises surprises.

    Il y a aussi une pression folle des services sociaux sur les allocataires, y compris les handicapés. Dont le statut a disparu, et qui sont intégrés à la rubrique « demandeurs d’emploi », avec des contrôles aussi vains qu’humiliants.

    On a un peu l’impression de Bastiat et Krugman se sont réincarnés dans le même Osborne 🙂

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par John Blundell, depuis le Royaume-Uni[1. John Blundell fut directeur général de l’Institute of Economic Affairs, considéré comme le laboratoire d’idées le plus prestigieux au Royaume-Uni, de 1993 à 2009. Il a participé à la création et au développement de nombreux organismes de recherche aux quatre coins du monde. Cet article est la traduction du chapitre 26 du livre Margaret Thatcher : A Portrait of the Iron Lady. L’auteur de ce livre, M. John Blundell, a été décrit par Mme Thatcher elle-même comme l’une des personnes les plus efficaces d... Poursuivre la lecture

Par Jeffrey Tucker. Un article de l'American Institut for Economic research (AIER)

Le 12 mars 2020, un memorandum était rédigé par Carter Mecher, expert en bioterrorisme à destination du Département des Anciens combattants. Il a été envoyé aux responsables de la santé publique et à d'autres dans tout le pays.

Fermez les écoles. Agissez maintenant. Et c'est arrivé, et dans le même temps des libertés civiques que nous avons longtemps considérées comme acquises - la liberté de voyager, d'exploiter des entreprises, d'aller au ciném... Poursuivre la lecture

Par Johan Rivalland.

Il est fréquent de croire que le libéralisme s’assimile aux politiques d’austérité. C’est se méprendre à la fois sur le champ que couvre cette philosophie, nullement restreinte à l’économique, mais c’est – même sur le plan économique – en avoir une vision bien terne et restrictive, pour ne pas dire peu enthousiasmante qui ne correspond pas à son esprit.

Vingtième-troisième volet de notre série « Ce que le libéralisme n’est pas ».

Le libéralisme n’est pas qu’économique

Nous l’avons évoqué à de multiple... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles