Ce que peut provoquer la crise de Chypre

S’il advenait que Chypre fasse faillite ou sorte de l’Euro, la crise prendrait une tournure très novatrice, aux implications plus profondes que la faillite de Lehman Brothers.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
les-dirigeants-chypriotes-qui-ont-abandonne_d86acff61779ccc7260d48c703fd5e06

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ce que peut provoquer la crise de Chypre

Publié le 26 mars 2013
- A +

S’il advenait que Chypre fasse faillite ou sorte de l’Euro, la crise prendrait une tournure très novatrice, aux implications plus profondes que la faillite de Lehman Brothers.

Par l’auteur du site Bobo libéral.

Alors que l’on croyait le plus dur derrière nous (du moins c’est ce que nous répétaient sans relâche les médias mainstream), Chypre nous a rappelé à tous que la crise, et particulièrement en Europe, était loin d’être résolue. Au contraire, ce rebondissement a révélé les coriaces fragilités de l’Eurosystème.

Il n’est pas dans mon intention de me lancer dans une analyse pertinente de cette mésaventure financière, l’excellent article de l’Institut Turgot rédigé par Vincent Bénard pourra donner à tous lecteurs curieux un éclairage sans pareil.

J’aimerais plutôt me focaliser sur une éventualité que cet accident, digne d’un Cygne Noir, a rendu possible et qui fut évoquée : la sortie de Chypre de l’Euro, pire sa faillite.

Il faut d’abord rappeler la similitude que cet épisode a avec l’élément déclencheur de la crise dite des « subprimes« , c’est-à-dire la faillite de Lehman Brothers. En fait il faudrait faire remonter les origines de la crise au rattrapage de Bear Sterns, comme l’expliquait encore une fois Vincent Benard en 2009. Ce secours porté par les autorités américaines avait clairement envoyé un mauvais signal au monde financier, faisant croire que tout un chacun serait à l’abri et pourrait bénéficier des largesses de la Fed.

Ainsi la panique qui a suivi la faillite de Lehman Brothers n’a pas été que liée à la découverte des crédits toxiques que furent les subprimes et des risques qu’ils faisaient courir à ses détenteurs mais aussi par les agissements contradictoires de la Fed, qui du jour au lendemain, sans crier gare et en opposition avec ses décisions passées a laissé la banque couler. En fait il n’y avait aucune règle claire, et en particulier aucune établie quant à la faillite des banques. L’anarchie régnait en quelque sorte et cela sous l’égide d’une autorité étatique et pléthorique.

Il en est de même aujourd’hui avec Chypre. N’oublions pas que la Grèce a bénéficié des aides de l’Europe et la sortie du pays de l’Euro était inenvisageable. L’Europe, ce projet en perpétuel construction, ne pouvait souffrir d’une telle éventualité ! Son adhésion se doit d’être éternelle pour le salut de tous.

Ce qui a fait à croire à Chypre, du moins à certains de ses résidents banquiers, d’être à l’abri de toutes catastrophes. Et voila que l’Europe menace de couper les vivres aux systèmes bancaires, pouvant alors provoquer une faillite et dans ces ultimes conséquences la sortie du pays de l’Euro.

Chose qui était impensable !

Mais ce qui différencie cet épisode avec celui de Lehman Brothers est que sa faillite était  envisageable ; une banque, en effet, peut faire faillite. Mais un État ?

Car la sortie de Chypre de l’Euro et l’écroulement de son secteur financier aurait pour conséquence la faillite de son État.

Mais un État peut-il faire faillite ? Si l’on se place du point de vue économique, la réponse est clairement oui. L’État n’est qu’un agent comme un autre, qui tire ses ressources de la spoliation légale qu’est l’impôt. Il ne peut échapper aux lois de l’économie.

Mais peut-il s’affranchir de celles de la politique et surtout de l’esprit de notre temps qui veut que l’État soit l’horizon indépassable de notre existence. Un État, d’après la doxa actuelle, ne peut pas faire faillite. En dehors de l’État, point de réalité. Ce sans État est un territoire qui n’est cartographié nulle part, qui n’a pas d’existence propre, que l’on ne peut pas nommer proprement. C’est une Zone du dehors, en reprenant le titre du roman d’Alain Damasio (clairement à gauche !), qui dénomme le territoire en dehors de la ville et qui n’a pas de nom car il ne peut pas exister selon les autorités.

S’il advenait que Chypre fasse faillite, ou du moins sorte de l’Euro (ce qui serait une mini faillite pour ce processus de concentration étatique qu’est l’Europe), la crise prendrait une tournure très novatrice, aux implications plus profondes que la faillite de Lehman Brothers.

Un paradigme pourrait s’évanouir ; la permanence des États. Et on réaliserait qu’ils n’ont dû leur existence qu’à cette immense bulle obligataire qui n’a cessé de gonfler ces dernières années et qui comme toutes les bulles va un jour éclater. Une bulle d’ailleurs en partie alimentée par cette croyance dans le pouvoir salvateur de l’État.

Cela provoquerait une rupture idéologique majeure. Et nous serions vraiment, pour le coup, en crise.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • coquille:
    « Une bulle d’ailleurs en partie alimenter par cette croyance dans le pouvoir salvateur de l’État. »
    aliment-ée

    Contrepoints >> Effectivement, vilaine faute. Corrigée.

  • Contrepoints >> Merci.

  • Mes connaissances en économie sont tellement faibles que je ne peux avoir un avis assez pertinent sur ce qui se passe à Chypre En étudiant pourtant l’ avis donné par l’Institut Turgot ( M. Vincent Bénard , ) je crois ne pas être totalement ignare , à la différence de ceux qui sont censés diriger l’Europe ,et qui , de surcroit ,se moquent de ce qui s’y passe , et dédouanent ,à priori , les institutions européennes , telles la BCE etc etc Il me semble que , de toute façon , les contribuables devront payer encore , pour répare les erreurs commises par d’autres Je rappelle quand même que le retour aux monnaies nationales est possible – et pas si catastrophique qu’on veut nous le faire croire !!

    • et qu’est ce que ca change que l’on revienne au monnaies nationnales, si c’est pour qu’elles soient gèrées aussi mal ? quand on voit qu’en france, on n’a pas equilibré un budget depuis bientot 40 ans, je ne donne pas chère du franc ! tant mieux, me direz-vous ? les produits francais seront plus competitifs ! encore faut-il qu’il en reste, des produits francais, on ne remonte pas des usines aussi vite que l’on instruit des dossier RSA.

  • Ceux qui disent que le retour au Franc est impossible sont souvent les memes qui vous vendent la solidite de l’Euro : vaste niaiserie,… verifiee malheureusement chaque semaine depuis des annees. Il est si faible de convaincre le peuple (stupide) a vos idees, surtout qund vous les teintez de peur et de menaces de catastrophe.
    Comparons alors avec les pays europeens qui ont gardes leur monnaie, sont-ils en situation de faillite ? exemple : Royaume-Uni, Suisse et Liechtenstein, Norvege, Danemark, Suede,….

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par l'Iref-Europe.

Geopolitical Intelligence Service (GIS) et l'Institut de Recherches Économiques et Fiscales (IREF) proposent un webinar en français ce mercredi 28 octobre à 16 heures avec comme orateurs le Prince Michael de Lichtenstein et le professeur Enrico Colombatto (responsable de l'IREF).

Le panel s'exprimera pendant une quarantaine de minutes et les questions et commentaires des participants suivront.

Après la crise financière et la crise de l'euro, la crise sanitaire est venue aggraver la dépendance de nombre ... Poursuivre la lecture

Par Antonis Giannakopoulos. Un article de Mises.org

Dans le sillage des fermetures économiques désastreuses liées au covid-19, la classe politique a désespérément tenté de sauver le système de l'euro en faillite. Le 21 juillet, les dirigeants européens se sont mis d'accord sur ce qu'ils ont nommé un accord historique. Il ne s'agissait rien de plus qu'un plan de relance de plusieurs billions d'euros.

Toutefois, il est plus probable que le fonds de relance retarde toute chance de voir se réaliser une restructuration économique bie... Poursuivre la lecture

Par Guillaume Nicoulaud.

Je voudrais revenir ici sur quelques-unes des inepties qui émaillent le programme économique et les discours de Madame Le Pen (mais aussi ceux de l'extrême gauche).

Avant l’euro, la France était libre de faire ce qu’elle voulait du franc

Ça n’est que très partiellement exact. Depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, la parité du franc face aux autres devises a toujours été encadrée par des accords internationaux. Au début, c’était ceux de Bretton Woods, du 26 décembre 1945 au 19 mars 1973, puis le se... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles