Xénophobie et islamophobie : le collectivisme a encore frappé

Xénophobie et islamophobie progressent en France. Les causes sont à chercher dans le collectivisme et le constructivisme.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Xénophobie et islamophobie : le collectivisme a encore frappé

Publié le 23 mars 2013
- A +

Le racisme et la xénophobie augmentent en France, de façon d’autant plus inquiétante que les évolutions ne vont pas dans le bon sens.

Dans « un contexte de hausse du chômage et de fermeture d’usines », la commission souligne « une dangereuse banalisation des propos racistes ». […] 69% des personnes déclarent qu' »il y a trop d’immigrés aujourd’hui en France », soit +10 points par rapport à 2011 et +22 points par rapport à 2009.


Le discours malthusien des hommes politiques aura donc fini par porter ses fruits. À force de ressasser aux Français que le partage du temps de travail était une solution – avec le succès qu’on sait – à la hausse du chômage, ils en sont désormais convaincus, et perçoivent l’immigration comme une menace pour l’emploi.

Le rapport souligne […] « un rejet croissant des étrangers, perçus de plus en plus comme des parasites, voire comme une menace ». […] Mais la CNCDH distingue « le racisme », en « relative stabilité » (+2%) du « racisme anti musulman » (+30%) et de « l’antisémitisme » (+58%).

La distinction est très éclairante ; le racisme progresse, et les étrangers, nouveaux entrants sur le marché du travail, sont perçus comme des parasites, voire comme une menace. Mais il ne progresse pas autant que le rejet des communautés musulmane et juive, que le rapport distingue.

Si les réponses sont si différentes, c’est que le rejet d’une population en raison de son origine et en raison de sa religion n’ont pas les mêmes causes ; là où le premier est une conséquence d’une opinion économique, le second est une conséquence d’une opinion sociale.

Le rapport souligne une « augmentation toujours plus marquée de la méfiance à l’égard des musulmans »[…]. 55% des personnes interrogées estiment en effet que les musulmans forment un groupe à part dans la société (+4 points par rapport à 2011 et +11 points par rapport à 2009). « Il y a une mauvaise perception de la religion musulmane qui menacerait un modèle social en difficulté et la laïcité comme élément de l’identité française », analyse Emmanuel Rivière, directeur d’opinion de TNS-SOFRES qui a réalisé une enquête approfondie auprès de 38 personnes pour ce rapport.

Ce n’est pas le communautarisme ou la volonté de vivre selon des rites différents de ceux des autres qui sont la cause d’une méfiance à l’égard des adeptes d’une religion, mais au contraire la volonté d’obliger tous les individus à vivre selon des règles fixées pour eux. L’idée même de regrouper les individus selon une ou plusieurs caractéristiques religieuses ou ethniques participe d’un raisonnement collectiviste, qui voit l’individu comme une partie d’un groupe plutôt que comme un individu en tant que tel. Par essence, un individualiste ne peut être raciste.

L’emprise croissante du collectivisme en France génère le besoin d’affirmer certains principes comme nécessaires au « vivre ensemble ». Une affaire récente, celle de la crèche Baby Loup, a vu la cour de cassation trancher en faveur de la liberté religieuse tandis que la cour d’appel avait tranché en faveur de la laïcité. Dans les deux cas, la justice affirme qu’il faut accepter systématiquement ou refuser systématiquement le port d’un symbole religieux, empêchant systématiquement l’expression des préférences individuelles.

L’idée dominante en France est que les individus doivent se plier à la volonté de la majorité et y conformer leurs rites. Le modèle du mariage monogame hétérosexuel, et désormais du mariage monogame hétérosexuel ou homosexuel, devrait s’appliquer à tous ; le menu des cantines devrait, ou ne devrait pas, être halal ; à aucun moment il n’est envisagé de laisser les individus décider librement, entre eux, de ce qu’ils souhaitent.

L’islam et les musulmans sont donc perçus comme une menace pour le « vivre ensemble », pour le modèle républicain, pour les traditions et la culture françaises. Si on considère qu’ils doivent aller à la messe le dimanche plutôt qu’à la prière le vendredi, manger du saucisson et boire du vin rouge plutôt que manger halal, ou, moins caricaturalement, qu’ils doivent se plier dans « l’espace public » à la laïcité la plus stricte, ils le sont, et le sont d’autant plus que se dessine de plus en plus précisément ce qui est permis et interdit dans l’espace public et les lieux publics.

Ce qui est en cause, ce n’est pas l’intolérance des Français, mais l’idée de plus en plus présente chez eux que la société est un ensemble plus important que la juxtaposition des individus qui la composent et qu’en faire partie est à la fois obligatoire et contraignant. C’est l’idée que l’individu doit avant tout se soumettre, dans les endroits qui n’appartiennent à personne ou sur une propriété privée, aux lois imposées par l’État. C’est l’idée que le véritable propriétaire de l’individu et de toute propriété est la société, par l’intermédiaire de l’État. C’est le collectivisme.

La réponse à la montée de l’intolérance, du rejet ou de la haine à l’égard des adeptes d’une religion n’est pas d’exiger de tous qu’ils se conforment aux mêmes rites, ou d’empêcher ceux qui le souhaitent de se conformer aux rites qu’ils souhaitent, ce qui ne peut se faire sans exercer la contrainte et la coercition. La seule réponse efficace – en plus d’être la seule réponse légitime – est de réaffirmer les seuls principes permettant aux individus de vivre ensemble harmonieusement : libre consentement des individus et libertés individuelles.

Le droit de propriété ne doit pas admettre d’exceptions. Aujourd’hui, le propriétaire n’a pas tous les droits sur sa propriété – l’État en détenant une partie. Le propriétaire d’un restaurant doit pouvoir choisir si ses employés et clients peuvent ou ne peuvent pas fumer au sein de son établissement, les employés doivent avoir la possibilité d’accepter ou refuser de travailler pour lui et les clients doivent avoir la possibilité de le fréquenter ou non. De la même façon, le propriétaire d’une crèche doit pouvoir définir lui-même le contenu de son règlement intérieur, les employés et les clients ayant le choix de travailler avec lui ou non.

Dès lors, les individus ne seraient plus une contrainte les uns pour les autres, puisque leurs interactions se fonderaient uniquement sur le libre consentement. Ce ne sont aujourd’hui pas les musulmans qui imposent des règles nouvelles aux autres, mais l’État qui les impose en leur nom, donnant aux Français le sentiment que les musulmans et l’islam sont une menace pour leur modèle social. La vraie menace pour l’harmonie sociale, c’est l’idée qu’un modèle unique s’impose à l’ensemble des individus ; elle se traduit ici par des règles positives ou négatives spécifiquement destinées aux musulmans et s’appliquant à l’ensemble de la société, donnant l’impression que les musulmans forme un groupe à part qui impose ses revendications au reste de la société.

Le respect des droits individuels évite ainsi deux écueils : celui de ne pas permettre le libre exercice de la religion et celui de contraindre tous les individus à adopter les règles d’une religion pour permettre à ses adeptes de l’exercer. Il n’y a pas de sens à obliger les enfants à manger halal dans les cantines, ni à les en empêcher ; il faut laisser le choix libre aux individus, et ce choix ne peut que passer par le marché.

Le renforcement du champ de la propriété privée et de son application sont la seule voie possible pour que l’ensemble des Français cohabitent en bonne harmonie. Mais aujourd’hui, la principale menace qui pèse sur la propriété est l’État. Comme souvent – si ce n’est toujours – son action a l’effet contraire de celui qu’il recherche. En voulant favoriser l’harmonie sociale par le respect de règles communes, il contraint les individus à adopter des règles qu’ils n’ont pas choisies et se développent alors des réactions de plus en plus extrêmes chez des individus ne demandant en dernière analyse qu’à vivre selon les règles qu’ils choisissent. Le combat à mener n’est pas celui de la religion contre la laïcité, ou celui de l’immigration contre l’identité nationale ; le combat à mener est celui de l’individu contre le collectif, de l’individu par et pour lui-même. Le combat à mener est celui de la liberté.

À lire aussi :

Voir les commentaires (45)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (45)
  • Le discours liberal demagogique vis-à vis de l’immigration clandestine ne passe plus du tout aux yeux de l’opinion.
    Si quelques libéraux espérait,, à une époque, trouver dans l’immigré un allié de poids pour faire s’effondrer le système dans lequel nous vivons.
    Notamment en matière de dérégulation.
    Aujourd’hui, il s’agit plus d’un jeu dangereux.

  • « Le combat à mener n’est pas celui de la religion contre la laïcité, ou celui de l’immigration contre l’identité nationale ; le combat à mener est celui de l’individu contre le collectif, de l’individu par et pour lui-même. » Excellent, un vrai slogan politique !

    • Le combat de l’individu mais pas n’importe quel individu.
      Les mentalités des pays du sud de l’Europe…… très peu pour moi.

    • L’individu, le collectif… Questions de vision de l’homme.
      Or qu’est-ce qu’une religion, sinon une anthropologie ?

      Promouvoir une anthropologie, c’est précisément l’objet de la religion.

      D’autre part la laïcité n’a de sens que dans un contexte chrétien, où Dieu et César sont distincts. C’est un terme chrétien dévoyé par des athées nihilistes, qui en ont fait cette absurdité vouée à détruire la condition même de son existence.

      BC doit encore approfondir le sujet…

  • Tout à fait d’accord avec l’article.

    Mais à la base si l’Etat ne s’était pas mêlé de « politique d’immigration » depuis 30 ans, il n’y aurait pratiquement aucun problème de ce côté là aujourd’hui en France…

  • « Le combat a mené est celui de la liberté »
    Je partage votre philosophie de la liberté individuelle et vois comme vous la menace que l’Etat fait peser sur nos libertés. Mais cette idée de liberté est totalement absente de l’Islam qui n’est pas seulement une religion mais un code civil. Un musulman est un théocrate, il est d’abord musulman avant toute chose et a une conception holiste de la société. Il réclamera plus d’Etat et il ne vous a pas échappé que 90% de musulman on voté Hollande.
    Le problème que nous avons aujourd’hui avec cette immigration sous-qualifiée, c’est la difficulté à la faire adhérer à notre idée de la liberté. Difficulté à lui faire admettre qu’il faut séparer le religieux du politique,et c’est une raison qui la pousse a demandé des droits spécifiques pour respecter les règles du Coran, et pour qui l’omniprésence de l’Etat est une solution à tous ses problèmes et en particuliers économiques. Cet Etat-Providence leur convient fort bien car il est charitable, et la charité est une vertu essentielle pour l’Islam.
    Pour finir les français ne sont pas racistes mais ils voient que l’Etat distribue sans compter des aides massives a cette population qui est assistée, mais au lieu de vouloir mettre un terme à cette politique collectiviste ils veulent en réalité pouvoir jouir seuls de tous ses « avantages ». C’est bien sur cette idée que le FN ne cesse de grossir ses rangs.
    La France échoue pour le moment a changé l’esprit de nos jeunes musulmans qui défendent leur culture contre la nôtre parce qu’ elle valorise par le biais de l’EN le collectivisme qui convient fort bien à une religion qui a mis en place des théocraties et aux français qui sont dans leur majorité attachés à leur  » modèle social » anti-libéral.

    • Une faute : s à 90% de musulmans.

      • Pas qu’une : relis tes participes passés.
        Corr :  » c’est une raison qui la pousse à demander »
        « la France échoue à changer »

    • « Il réclamera plus d’Etat et il ne vous a pas échappé que 90% de musulman on voté Hollande. »

      Ce chiffre (probablement exagéré) ne s’explique pas particulièrement par l’Islam. Les Latinos américains votent majoritairement démocrates, et les noirs chrétiens d’origine africaine votent majoritairement PS en France (probablement en tout cas, ce genre de donnée n’est pas facilement accessible). La charité n’est pas une vertu essentielle que pour l’Islam et si l’État providence leur convient fort bien c’est parce qu’ils en profitent immédiatement et qu’ils n’en comprennent pas les effets indirects.

      Il vous a échappé qu’aucun musulman n’a voté pour un candidat islamistes (il n’y en avait même pas). Aucune mairie n’est dirigé par des islamistes en France (même là où ils sont largement majoritaire). Je ne parle même pas d’un islamisme radical mais de quelque chose qui serait l’équivalent français de l’AKP. C’est étrange si tous les musulmans sont des théocrates et si nous sommes envahis par eux !

      • Que tous ceux qui ont besoin d’aides votent majoritairement pour les partis qui les leur promettent est bien « normal ». Mais ce qu’il y a d’étrange c’est – et ce sont les sondages qui ont donné ce pourcentage hallucinant- que quasiment unanimement ils votent à gauche. C’est bien que cette population vit , pour une grande majorité d’entre eux, des subsides de l’Etat,et qu’il sera difficile de les faire adhérer aux idées libérales sur le plan économique mais aussi sociétal, dans la mesure où l’Islam est une religion qui commande toute la vie de la communauté des croyants.La loi de Dieu est au-dessus de la loi des hommes.
        Vous êtes bien d’accord avec moi puisque vous écrivez : « l’Etat-Providence leur convient fort bien etc… »
        Votre deuxième argument est indigent . Quant à l’AKP c’est un parti qui fait disparaître la figure de Mustapha Kemal et les libéraux turcs n’y sont pas favorables du fait de la menace qu’il constitue pour les libertés individuelles et les droits des femmes. Le libéralisme est à la fois économique et politique ou il n’est pas.

        • Vous n’avez manifestement pas compris ce que j’ai écrit.
          1)Je ne suis pas d’accord avec vous puisque je dis justement que si il vote à gauche ce n’est pas parce qu’ils sont musulmans. De la différence entre corrélation et causalité.
          2)Mon argument est peut-être indigent mais vous ne l’avez manifestement pas compris. Il ne s’agissait pas de défendre l’AKP (totalement hors-sujet). Il s’agissait simplement de dire que l’Islam ne représentait pas une force politique en France. Si vraiment les musulmans votaient en fonction de critères religieux ils voteraient pour des partis officieusement islamistes, au moins aux élections locales dans les villes où ils sont majoritaires, or ce n’est pas le cas. Ils votent majoritairement pour le PS et le PC, des partis laïcistes. Leurs votes est déterminés par des considérations économiques et sociales, et par le clientélisme, non par la religion.

    • exactement.
      dans le monde moderne, aucun etat musulman n’a reussi a ateindre un stade de prospérité, sans la rente petrolière. c’est dire si leur système de pensée fonctionne economiquement parlant. quand les francais se sont retirés du magrhèbe ( 1962 ) on a vu: une société d’ancien regime – le maroc – roi et religion main dans la main, une socièté islamo-socialiste – l’algerie du FLN – entrainant pauvreté , violence et emmigration, et une société kemaliste – la tunisie – un modernisme forcé par une dictature parce que la masse ne le comprennait pas .
      pour moi, tous ca est la negation du liberalisme, ou alors, je n’y comprends rien.

    • Voilà ce que je voulais dire, c’est fait, parfait merci

  • Merci encore pour ce très bon article. Effectivement aujourd’hui on sent que sur ces question là il n’y à aucun débat de fond mais une démagogie totale pour servir la soupe à l’électorat.

  • Excellent article. Le racisme que l’on voit poindre chez certains se déclarant « libéraux » trahit leur malhonneteté. Certains « libéraux » sont surtout de droite, voire d’extrême-droite, et il est rassurant que des auteurs comme l’auteur de cet article rappellent qu’UN INDIVIDUALISTE NE PEUT ÊTRE RACISTE. Le racisme, ou toute opinion sociale apparentée qui viserait un groupe d’individus en particulier est une attitude ANTI-LIBERALE. Donc soit on est libéral, soit on ne l’est pas, mais que les libéraux s’affranchissent d’une droite extrême détestable !

    • « Le racisme que l’on voit poindre chez certains se déclarant libéraux » : ce n’est pas parce qu’un gars vient déposer un commentaire sur ce site qu’il est pour autant un libéral. Les libéraux n’ont pas besoin de s’affranchir de quoi que ce soit. Votre message cautionne l’assimilation libéral – extrême droite rabâchée sans fin par les socialistes, dans leur désir malsain de disqualifier toute opposition à leur idéologie totalitaire.

  • Bof bof bof… Piètre citoyen qui tourne en rond avec sa vision étriquée de l’humanité qu’il cherche à projeter sur les libéraux. Piètre citoyen, qui en bon idéologue, voit des idéologues partout.

    La réalité de notre époque, c’est que l’espace public, qu’il soit territorial, économique ou social, est trop important.

    C’est dans cet espace public hypertrophié qu’on retrouve l’essentiel de l’immigration légale ou illégale rejetée par certains de nos compatriotes désespérés, victimes des attaques du socialisme antipatriotique contre leur prospérité et de l’illusion des discours politiques stigmatisant des boucs émissaires imaginaires, discours confondant le symptôme (l’immigration incontrôlable) et la maladie (le socialisme). Jusqu’à preuve du contraire, les mouvements migratoires dans l’espace privé, du simple touriste au migrant définitif, ne posent de problèmes à personne, excepté à quelques bas du front, dès lors que ces mouvements résultent d’échanges volontaires entre individus.

    La réalité de notre époque, c’est l’échec du socialisme, y compris bien évidemment en matière d’immigration. L’avenir de notre époque est à la réduction massive des espaces publics, donc à la fin du socialisme. La fin du socialisme est la condition préalable à la dissipation du faux problème migratoire.

    • ne pensez vous pas que l’empire chinois, durand des millenaires, est tombé sous la coupe des jurchens, des mongols, puis des mandchous, a cause  » d’une reduction massive des espaces publiques  » ou du moins des impots pour entretenir la grande muraille ?

      • L’espace public (et non « publique ») se rétrécit avec la hausse des impôts, tout aussi inutiles et vains que la grande muraille. Cette dernière n’a empêché aucune invasion mais sa construction a permis de soumettre tout un peuple à un délire tyrannique, avec une bonne dizaine de millions de morts à la clé.

      • Non. Sun Tzu et Machivel expliquent tres bien comment un empire geant tombe sous la coupe d’un groupe armé étranger. La reduction de l espace public n y joue aucun role. Par contre limpot trop lourd et la reduction des habitants a une place de serviteurs (de letat) …

  • Excellent article sur l’individualisme vs les contraintes étatiques source de tensions. Il n’y a pas que la religion, l’origine, mais aussi la catégorisation entre « riches » et « pauvres » est aussi la source potentielle d’importants dégâts.
    Toute catégorisation des individus est potentiellement dangereuse.

  • Encore, faudrait il reconnaitre que l’humain n’est qu’un animal, que les races n’existent pas et que la religion est un tissu de conneries pour rassembler les individus sous sont pouvoir. Mais l’humain, se croyant autre chose, rêve de se comparer à une entité ou une Déité et se place sous la gouverne des hommes de pouvoir ou de religion. Ainsi, sa vie est beaucoup plus simple et confortable. Libérons, l’animal qui est en nous !

  • Comme d’habitude j’adore votre démonstration. L’individu et la liberté, c’est vrai.
    Un seul point à préciser cependant : le racisme n’augmente pas comme d’habitude car les immigrants qui arrivent ne souhaitent pas travailler : l’immigration depuis 30 ans est en majorité une immigration de regroupement familial (voulu par Mitterrand) et ne représente qu’une trentaine de pour cent pour l’immigration de travail.
    La méfiance et l’insécurité des Français par rapport à l’immigration sont provoquées plutôt par les musulmans et l’islam. Pourquoi ? parce que ces musulmans arrivent par dizaines (hors nous sommes en crise), sont IMMEDIATEMENT logés, nourris, pris en charge, soignés aux frais de l’Etat (c’est à dire NOUS). En contrepartie, ils refusent de parler Français, ils refusent nos lois et nos règles de vie, ils se regroupent entre eux, ils nous imposent le voile et la burqa, les mosquées, le halal, les muezzin et les robes des hommes, ils revendiquent la suppression du porc dans les cantines (scolaires ou hospitalières), la suppression de tous nos signes un tant soit peu religieux (les croix de cimetière, la fête de Noël) même si cela va à l’encontre de nos lois (la loi de 1905, la liberté d’expression, la déclaration des droits de l’homme) et à l’encontre de notre culture, de nos traditions, de notre mode de vie, ils créent des sociétés parallèles criminelles ouvertement hostiles (les banlieues, Marseille, ouverture d’écoles coraniques (normalement interdites) où les enfants sont endoctrinés dès 3 ans et n’apprennent que le Coran et le Jihad). C’est une provocation continuelle, violente chez les incultes, mensongère et hypocrite chez les « intellectuelles » (Ramadan, les imams Chaghmaoui ou Ouru). Et le pire est qu’ils agissent de même dans toutes les nations européennes (Belgique, Angleterre, Norvège, Suède) , au Canada, en Australie. Nous refusons cette islamisation qui n’est pas une religion mais une dictature sectaire et agressive qui se cache derrière des sourates guerrières et haineuses.
    Je vis dans la région Rhône-Alpes très « envahie », une étape sur les réseaux musulmans Français (Lille-Paris-Lyon-Marseille). Nous subissons chaque jour le racisme anti-français qui soi- disant n’existe pas. Et OUI, nous devenons racistes envers ces musulmans qui prennent tout et veulent tout mais gâchent tout.
    Quant à l’antisémitisme qui augmente, qui, croyez-vous, sont les agresseurs, si ce ne sont ces mêmes musulmans pour qui les ennemis principaux (selon leur « prophète ») sont les Juifs et les Chrétiens.
    Des milliers de maghrébins sont devenus Français et travaillent dans la fonction publique, dans les banques, etc… Ils suivent les règles de la loi musulmane qui impose de vivre à l’étranger comme les étrangers. Ils travaillent, cotisent, vivent comme nous. Pas de racisme envers eux. Il ne faut pas faire l’amalgame entre ces immigrés (je n’irai pas jusqu’à dire « voulus ») acceptés et ces parasites que sont les maghrébins intégristes et extrémistes qui ne veulent pas vivre ici mais anéantir tout ce qui n’est pas l’islam.
    Enfin, le rapport annuel sur le Racisme, l’Antisémitisme et la Xénophobie : tous les ans, ce rapport signale le mal-être, les inquiétudes des Français sur cette immigration intolérable depuis 30 ans et jamais rien de significatif n’est fait pour améliorer cet état d’esprit. Il serait temps que les INDIVIDUS FRANCAIS reprennent leur vie en main et stoppent cette immigration parasite et liberticide.

    • En effet, la seule et unique solution est d’abolir l’immense majorité des aides sociales. Ce qui d’un coup de baguette magique fera disparaître la notion même de parasites.
      SI VIS PACEM PARA BELLUM

      • AlainLib: « En effet, la seule et unique solution est d’abolir l’immense majorité des aides sociales. Ce qui d’un coup de baguette magique fera disparaître la notion même de parasites. »

        +1

        On peut parfaitement vivre ensemble mais quand on force les gens à le faire en tordant les libertés des un ou des autres ça ne peut pas marcher.

        Aides, lois, logements sociaux, personne n’est content de vivre ensemble parce que c’est imposé et subis, c’est l’échec complet.

      • Oui c’est la solution en effet, mais les français n’en veulent pas et trouvent un bouc émissaire : l’immigration et la finance.
        Il est pourtant parfaitement rationnel que des gens vivant dans la misère viennent dans des pays riches pour mieux vivre et si ces pays leur permettent de vivre grâce à des aides diverses il est logique d’en profiter. Il est parfaitement logique que ceux qui en profitaient jusque là commence à s’énerver en voyant que cette immigration profite elle aussi des largesses de l’Etat. Ces tensions sont inévitables en temps de crise. Mais la solution courageuse qui est de s’attaquer aux déficits de l’Etat et à toutes les aides abusives n’est pas à l’ordre du jour. Le problème est donc celui d’une société qui refuse de voir que nous vivons à crédit et que nous allons dans le mur; qui a laissé faire parce qu’elle profitait de l’Etat nounou; qui adhère aux discours populistes anti-riches et anti-patrons ; qui refuse les réformes structurelles dont le pays a besoin. S’ajoute à cela une classe politique incompétente : cerise sur le gâteau.

    • « une immigration de regroupement familial (voulu par Mitterrand) » : non, la politique de regroupement familial a été voulue, décidée et imposée par le couple Giscard et Chirac (au même moment que les premiers budgets déficitaires, d’ailleurs).

      • non seulement par le couple giscard – chirac , mais au momment ou le chomage s’installait durablement dans l’hexagone, ce qui etait intelligent.

        • Le chômage a commencé à dépasser le seuil du chômage frictionnel à partir de 1969-70 (quelle coïncidence, juste après 68 !), soit un peu avant la présidence de Giscard, mais surtout avant les chocs pétroliers qu’on accuse à tort de tous les maux. En réalité, la période charnière de 69-70 est le début de la deuxième grande vague d’inflation des impôts, de la bureaucratie et des réglementations ubuesques qui n’a jamais cessé d’étreindre la France depuis (le première vague a eu lieu entre 1914 et la libération).

    • Bravo ! C’est exactement ce que je vois aussi !!! N’en déplaise aux racistes qui se préoccupent plus des africains que des européens !!!

  • Excusez-moi, dans mon commentaire j’ai fait une « horrible » faute d’accord ! Il faut lire « chez les « intellectuels » bien sûr.

    • ma pauvre amie, avec de telles idées, vous allez bientot vous faire excommunier de ce site: si vous n’ accepter pas l’islam, religion de tolerance, dans toute sa splendeur,et sa pureté anticommuniste, c’est que vous etes une irrrecuperable collectiviste, qui ne comprend pas qu’un  » individualiste, ne peut etre raciste  » ( sacré racourci )

  • Si ces aides sociales n’avaient pas existé croyez-vous que les « indésirables » auraient la capacité économique de s’installer à 15 min de chez vous et d’y rester polluer vos promenades ?

    Tout ça m’énerve. Mon grand père ne s’était pas battu que contre une invasion militaire, mais contre le national socialisme. Maintenant quand je regarde la France, je ne voit que ça, sans les drapeaux. Et toute les problèmes qui en résultent, ne sont que le début de votre pire cauchemars qui ne font qu’à peine commencer. La France et ses habitants vont payer cher leurs choix politiques du passé. Hollande, ça fait à peine un an. Vous n’avez donc vu qu’à peine un cinquième de l’horreur et le fond de la fosse sceptique. Vous êtes dans la jungle d’Apocalypse Now et vous allez comprendre ce qu’est l’Horreur dans sa forme la plus développée. Bon courage.

  • Imitons l’algérie en 62 – après tout l’onu n’a rien dit… Les grecs et les arméniens se sont faits virer de turquie sans problèmes ? Et comment vivent les esclaves chrétiens dans la péninsule arabique ? Les noirs du sud soudan dans le nord soudan ?

    Arrêtez de ne pas voir la REALITE à force d’être des idiots utiles égalitaires !!! Où sont les prix nobel musulmans ?! Où sont les promoteurs de la liberté d’expression musulmans ?! Où sont les créateurs musulmans ?! A part incendier Israel où sont les Ron Paul musulman ?!

    • Et si vous croyez que je vais me laisser égorger comme Daniel Pearl par vos aliens…
      Et venez pas chercher mon aide plus tard si vous me crachez dessus aujourd’hui… Mon modèle c’est Churchill vs hitler, bastiat, smith, etc… on verra après… Dernier avertissement…

    • Je n’osais pas le dire mais c’est vrai. Regardons un peu le fruit des peuples en rapport avec leur culture ! Le meilleurs moyen de conserver un système qui se vaut est déjà de le protéger. Et le meilleurs moyen d’améliorer un système pourri ne consiste surtout pas à le pourrir encore plus avec ce qui pourrait y porter un frein. La société est constituée de la somme des individus qui la compose. Je pense donc qu’il est important de savoir qui nous faisons entrer sur le territoire. Car chacun aura un impact direct sur la forme du système de demain.

      Et je pense que tant que nous vivrons sous la forme actuelle du pouvoir, celui de la République française, son aura de puanteur liberticide ne fera qu’attirer des individus à son image : des gens assistés et qui n’aiment pas trop la liberté. Donc des gens pauvres et peu éduqués (car disons le tout simplement, faut être ignorant de pas mal de faits économiques pour être un bon umpisite ou socialiste), et qui ne veulent pas trop en faire pour sortir de leurs conditions.

      La France possède un système qui est un formidable incitatif économique à tous les gueux ingrats du monde entier pour s’y installer pondre leurs œufs. C’est comme ça que font les mouches à m. De fait, bien au-delà d’une question de racisme mais sur un plan purement individuel (la somme d’individus distincts), la France est un filtre à double sens. Un filtre qui laisse partir toute son énergie, ses cerveaux, son capital et sa créativité vers l’extérieur pour y laisser tout le substrat de fosse sceptique en son centre. Et de l’autre sens, vue depuis l’extérieur, elle fait fuir tout ce qui pourrait être positif pour ne laisser passer dans son maillon que la quintessence de la sénescence humaine. Nous nous retrouvons avec une marmite de l’horreur qui vous fouette le nez tous les matins.

      La France est presque comme une boule puante qui ne grossit qu’en ramassant de la m***** sur la pente de son déclin. A vouloir choisir la sécurité au détriment de la liberté, elle finira par y perdre les 2. FUYEZ pauvres fous ! tant qu’il est encore temps.
      Ceci n’est que le début de la fin d’une époque qui a fait son temps et qui est révolu. On en parlera dans les livres d’histoire et peut être que les gens en tireront un enseignement. Mais pour le moment je ne vois que de sombres présages.

      Le cynisme m’a frappé. BOUM

  • Quelle aubaine pur les associations qui vont pouvoir demander un renfort de subsides !
    Non, il n’y a pas de « racisme anti musulman », puisque les médecins, journalistes, physiciens, pilotes de ligne ou informaticiens d’origine musulmane sont parfaitement bien acceptés.
    Idem d’ailleurs avec les travailleurs manuels de qualité.

    Le « racisme » se manifeste essentiellement contre les allocataires immigrés, ce qui est compréhensible vu leur nombre et leur coût en période de difficultés budgétaires majeures, encore qu’on se trompe d’ennemi : ce sont nos Etats crétins qui les ont laissés s’installer.

  • La solution passe sûrement par un reequilibrage de la position relative de l’etat et de l’individu, mais ou aura lieu le débat qui promouvra cette idée? Des politiciens? Allons donc: les politiciens de droite ont peut être une vague idée que la liberté de l’individu n’est pas une si mauvaise chose, mais leur formatage, leur éducation et leur peur de l’électeur font qu’ils ont des réflexes étatistes des qu’un problème se pose. Les socialistes sont terrifiés par la liberté individuelle, la haïssent donc et font tout pour la détruire, et les extrêmes, communistes, FN et apparentés, n’en parlons même pas. Dans la presse? Rions un peu. À l’université? Ou sont les intellectuels libéraux visibles?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
2
Sauvegarder cet article

Aujourd’hui, le terme croisade est passé dans le langage courant pour désigner une action militante : croisade contre le tabagisme, contre l’installation d’un champ d’éoliennes, pour une alimentation bio dans les cantines scolaires… En Occident, la référence religieuse aux croisades, l’histoire de ces croisés du Moyen-Âge partis libérer la Terre sainte, est oubliée ou enfouie dans nos manuels scolaires.

Mais pas dans l’imaginaire musulman ! Et pas seulement chez les islamistes radicaux, chez qui le souvenir des croisades est sans cesse... Poursuivre la lecture

Récemment, les propos de M. Dupond-Moretti, qui attaque la gauche (NUPES) à l’Assemblée nationale pour un ensemble de raisons seulement apparemment reliées par des liens disparates avec ce que différentes personnes associent à ce qu’on appelait avant, à l’époque de Marx et de Sartre, « la question juive », suscitent une vague de nouveaux articles, qui se suivent et se ressemblent, sur la montée de l’antisémitisme.

On y explique que, si le nombre d’« actes antisémites » n’augmente pas, et diminue plutôt (modulo les problèmes que posent ... Poursuivre la lecture

Avant l’arrivée des vaccins, les gouvernements avaient pour ainsi dire fermé leurs frontières à double tour pour « protéger » le peuple. Mais maintenant que les pays relativement libéraux ont finalement abandonné la plupart de leurs restrictions internes, on pourrait croire qu’il serait plus facile de voyager et/ou d’émigrer. Oh mon tendre fils de l’été…

La levée des restrictions n’est qu’apparente. Au Japon par exemple, les touristes peuvent effectivement venir s’ils acceptent une surveillance digne de Big Brother. Si leur pays n’est ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles