Chypre : fin de l’État de Droit financier, fin de la monnaie unique

Le hold-up organisé à Chypre montre que l’Euro n’est plus une monnaie unique et que l’Eurogroupe a décidé de passer outre le Droit.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Chypre : fin de l’État de Droit financier, fin de la monnaie unique

Publié le 18 mars 2013
- A +

Le hold-up organisé à Chypre montre que l’Euro n’est plus une monnaie unique et que l’Eurogroupe a décidé de passer outre le Droit.

Par Mathieu Morateur.

Si pour le moment, les tenants et aboutissants de l’affaire chypriote sont très difficiles à observer, puisque aucun élément technique précis n’avait été communiqué et que les sources discordaient sur le taux final de la fameuse taxe sur les dépôts et les seuils retenus, les annonces qui se sont succédées ce week-end permette d’établir avec certitude un premier bilan : l’Euro n’est plus une monnaie unique, et l’Eurogroupe a décidé de passer outre le Droit.

La première victime de ce plan est la séparation des pouvoirs. Par un subterfuge qui consiste à empêcher artificiellement la cessation de paiement par l’intervention de l’État chypriote, sponsorisé par les autres membres de la zone euro, il s’agit de soustraire les 2 principales banques du pays (Bank of Cyprus et Cyprus Popular Bank) au droit des faillites et à la justice commerciale. L’objectif est clair : les créanciers doivent être protégés.

Il faut savoir que, lorsqu’une perte est constatée, elle vient en premier lieu impacter les ressources propres, c’est à dire ce qui appartient aux actionnaires, puis une fois que ces ressources propres ont été épuisées, c’est vers les créanciers qu’on se tourne, pour en finir, dans le cas bancaire, avec les dépôts à vue, avoirs des clients (les dépôts à terme étant des créances). Or, dans notre cas, les actionnaires ne sont, à en croire les annonces, que dilués et non rincés, et les créanciers totalement épargnés, alors qu’on demande un effort non-négligeable aux clients ! Voilà une feuille de route bien curieuse, d’autant plus si compare la taille du plan de sauvetage (16 Mds, 10 d’aides et 6 de taxes) et le montant des fonds propres additionnés aux dettes des 2 banques qui étaient de 21 Mds au 30 septembre dernier.

Et la nature de l’effort est loin d’être anodine. Sur ce sujet, l’intervention opportune permet aux États européens de se soustraire à leur propre engagement : celui de garantir les dépôts en dessous du seuil de 100 000 euros. En effet, la première annonce du barème de la taxe prévoyait un taux de 6,75% en dessous de 100k€ et 9,9% au dessus. Une » jurisprudence » faisant peser le risque d’une perte dès le premier euro existe à présent.

Mais donc quelle justification de cette procédure l’Eurogroupe a-t-il bien pu avancer pour justifier cette procédure d’exception, qui pourrait ne pas le rester ? C’est le statut de paradis fiscal et réglementaire pour oligarque russe qui est retenu. D’ailleurs, il semblerait que le plan prévoit également une hausse du taux d’impôt sur les sociétés dans l’île.

Cet argument montre combien c’est l’État de Droit qui est remis en cause par ce plan. La taxe sur les déposants se justifie par la présence d’argent blanchi parmi les dépôts. Il s’agit donc d’une sanction pénale. Or, s’il est bien un domaine symptomatique de l’existence ou de l’absence d’un État de Droit, c’est celui de la sanction pénale, dans lequel tout arbitraire doit être écarté. En l’espèce, deux principes fondamentaux de fond sont méconnus, le principe de légalité des délits et des peines et le principe d’individualisation de la sanction, et bien entendu, aucune procédure n’étant suivie, tous les principes fondamentaux de forme, parmi lesquels le principe du contradictoire et les droits de la défense qui en découlent, dont la présomption d’innocence, et le droit à un procès équitable. Car voici tous les déposants condamnés sans procès à une amende qui ne dit pas son nom. Alors que la justice imposerait que l’argent blanchi soit intégralement confisqué, et les dépôts des honnêtes épargnants protégés.

On doit également cesser de parler de l’Euro comme monnaie commune après ce précédent. D’abord, le fait que l’État chypriote soit l’exécutant du plan montre qu’on considère que chaque État est garant de « ses » banques. C’est cette doctrine que les islandais avaient refusé. Il est d’autant plus étonnant de la voir resurgir avec autant d’acuité entre États qui sont censés partager la même monnaie. S’il est difficile d’en établir la cause, idéologique sous l’influence de la conception intergouvernementale de l’Union Européenne et de l’Eurogroupe, ou bien « pratique », car seul un État peut lever l’impôt nécessaire à la manipulation décrite plus haut, toujours est-il que les conséquences sont, elles, parfaitement identifiables : il existe autant de systèmes monétaires que d’États-membres, et un euro détenu dans une banque espagnole ou française n’a pas la même valeur qu’un euro détenu dans une banque allemande ou finlandaise. L’Euro peut-il fonctionner dans ces conditions ? On sait que la fuite des capitaux du sud vers le nord de la zone a conduit au bord de son explosion, et le plan chypriote contient de réelles incitations à reprendre massivement ces transferts qui avaient pourtant été endigués par des ajustements budgétaires très douloureux  On voudrait imposer des sacrifices supplémentaires aux pays latins, déclenchant ainsi des révoltes violentes, qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

C’est donc un coup très fort qu’a porté l’Eurogroupe, tant à la construction européenne qu’à l’idéal européen, qui supporte l’État de Droit comme seul régime et le promeut à travers le monde. Reste à espérer que le parlement chypriote refuse ce plan et force les gouvernements de la zone euro à revoir leur copie.

À lire aussi :

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Les bourses dévissent et  » Harpagon  » se l’a joue bullish. Wahoo,  » Aphrodite  » sent vraiment le soufre. Et si les espagnols ont vu dans le BankRun une échappatoire – en juillet 2012 – équivalant à un exode d’environ 7% du produit intérieur brut, je suis déjà curieux de savoir si les Chypriotes (ou Russes) vont battre ce record.

  • L’affaire chypriote émeut spécialement la France, éternellement solidaire des pays aussi mal gérés qu’elle 🙂

    Quoi de plus normal cependant, dans un pays qui ignore pratiquement les prélèvements fiscaux, de faire appel – comme dans de nombreuses associations ou copropriétés – à une « contribution exceptionnelle » pour faire face à une situation qui l’est tout autant ?

    Notons que ce prélèvement ne portera que sur les dépôts bancaires, c’est à dire la menue monnaie laissée en attente, à titre de petite cagnotte.

    Quel français ne rêverait pas d’être débarrassé de ISF, de la CGS, des impôts et autres prélèvements qui foisonnent, pour une retenue unique de 7 % sur son épargne en liquide ?

    On rigole, là !

    • toi pas savoir lire

      « dans de nombreuses associations ou copropriétés »

      Jusqu’à nouvel ordre les dépôts ne sont pas titre de propriété.

      « Or, dans notre cas, les actionnaires ne sont, à en croire les annonces, que dilués et non rincés, »

    • Et, donc, ça ne vous dérange pas trop que le principe fondamental de la démocratie (la séparation des pouvoirs) soit définitivement abattue au profit du droit du plus fort, c’est à dire l’Etat fut-ce aux ordres de l’UE ou que sais-je?

      Bien, c’est officiel: vous êtes mûr pour une dictature.

  • Les actionnaires doivent payer en premier mais représentent très peu malheureusement. Le reste n’est que financement de la BCE qui n’est rincée qu’après les épargnants.

    • Déjà, non, la BCE n’est forcément prioritaire sur les épargnants. De plus, au contraire, il semblerait que la BCE ne soit pas créancière de ces banques, et qu’ils s’agissent de banques russes et ukrainiennes.

  • Ne vous chamaillez pas, les hedge-funds ont fait déjà fait le ménage :

    http://www.facebook.com/photo.php?fbid=578815705462199&set=a.494040677273036.119357.482885751721862&type=1&theater

    Mais quand est-ce que les peuples réaliseront qu’ils se font saigner par la Haute-Finance (depuis des lustres) avec la complaisance (complicité devrais-je dire) des mandarins de bruxelles ? Indignez-vous, avant de vous retrouvez tous à la rue.

  • Analyse très pertinente

  • Excellent article. l’union européenne se prend pour l’union soviétique mais je pense que cette mesure est surtout destinée à couper l’herbe sous les pieds des russes et de gasprom (chypre détient de bonnes réserves de gaz Offshore) devant être exploitées par le géant russe. Ne serait-ce pas également une manière détournée de punir la Russie pour son soutien indéfectible à la Syrie ? quoi qu’il en soit nous ne sommes pas à l’abri d’une telle manoeuvre. soyons vigilants et protégeons nos petites épargnes ! et soyons vigilants à ce qui se passe chez nous puisque le Président semble vouloir gouverner par ordonnances !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Deutsche Bank
0
Sauvegarder cet article

Par Frédéric Duval. 

L’Allemagne est à mes yeux un colosse aux pieds d’argile !

Deux problèmes structurels la menacent :

1. Le secteur bancaire plombé par la crise de 2008

La Deutsche Bank est la plus grosse banque européenne, et l’une des plus importantes du monde). Elle représente 45 000 milliards de dollars de produits dérivés, soit près de 20 fois notre PIB !

Or cette banque a dû d’urgence faire un plan d’action extrêmement drastique pour se sauver d’une faillite inéluctable :

vague de licenciements gigan... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Perrin.

La France est considérée par les marchés comme un pays pilier de la Zone euro et bénéficie de taux d’intérêt ultra-bas. Jusqu’à quand ?

Le consensus au sujet de la croissance en Zone euro en 2019 est compris dans une fourchette entre 1,8 % (BCE) et 2,1 % (OCDE). Plusieurs éléments laissent cependant à penser que les prévisionnistes risquent d’être déçus.

Pour se faire une opinion sur les perspectives de croissance d’une zone économique, les institutions internationales prennent en compte plusieurs indi... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Simone Wapler.

Les marchés actions sont encore mal lunés.

Officiellement, les banques européennes, les marchés émergents et les actions chinoises sont entrés en territoire de marché baissier, a annoncé Reuters il y a quelques jours.

« L’hiver arrive à cause de la guerre commerciale, mais il neige déjà abondamment sur les marchés émergents. La marché baissier s’aggrave avec 1 000 Md$ de pertes sur les marché émergents jusque-là. » (Mike Dolan, Reuters)

Sur ce graphique figurent l’indice Stoxx Europe 600 Banks en... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles