Fuite des talents : la vague ne faiblit pas (vidéo)

Comme l’exil fiscal, la fuite des talents ne faiblit pas face à la folie taxatoire et aux blocages du modèle social français.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
La fuite des cerveaux, chassés par la vague fiscale ?

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fuite des talents : la vague ne faiblit pas (vidéo)

Publié le 11 mars 2013
- A +

Comme l’exil fiscal, la fuite des talents ne faiblit pas face à la folie taxatoire et aux blocages du modèle social français.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Nous le savons, nous le rappelons régulièrement, les Français, en particulier les jeunes diplômés, promotions entières d’HEC, de l’ESCP, de plus en plus de polytechniciens, partent immédiatement à l’étranger, Grande Bretagne, Chine, USA où ils trouvent des postes plus intéressants et beaucoup mieux rémunérés qu’en France. Dernièrement, nous évoquions le Canada dont un responsable déclarait avoir accueilli sur les six derniers mois de 2012 autant d’immigrants français que sur les deux années précédentes. Il s’agissait, concernant cette émigration, d’entrepreneurs, artisans, professions libérales qui déclaraient rechercher un endroit où pouvoir travailler beaucoup et profiter des fruits de leur travail.

Voici aujourd’hui une autre destination d’émigration pour des Français. Cette destination semble attirer des jeunes au niveau de formation moins élevé, preuve, s’il en fallait, que le départ des forces vives de la Nation s’opère à tous les échelons. Il s’agit de l’Australie. Et, curieusement, c’est la télévision officielle française qui en parle ! Chaque année, l’Australie accueille 20 000 Français, c’est trois fois plus qu’il y a cinq ans. « J’ai eu plus d’entretiens en deux semaines en Australie qu’en un an en France » raconte Juliette, consultante en marketing à Melbourne, payée le double de ce qu’elle aurait pu espérer en France… Au bout de trois mois, Thomas s’est vu confier la gestion d’un restaurant. Il gagne aujourd’hui entre 1 200 et 1 300 dollars par semaine contre 1 300 euros par mois à Paris, où il était cuisinier. Surtout, il suit une formation pour devenir préparateur physique, un métier encore plus lucratif qui pourrait lui permettre de décrocher un visa permanent. « On gagne plus, on vit mieux et en plus on travaille moins »…

Que les langues de bois du modèle français regardent et réfléchissent. Notre modèle social d’assistés, nos charges qui mangent la moitié du salaire avant qu’il ne soit touché, notre fiscalité qui pénalise ceux qui travaillent plus n’attirent plus que ceux qui veulent en profiter. Ceux qui ont l’esprit dynamique et entrepreneurial vont forcément voir ailleurs. C’est le triomphe de la liberté sur la pseudo égalité qui n’est en réalité qu’uniformité. Il ne faudrait pas grand chose pour que toutes ces énergies se développent au profit de la France.


Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Je rebondis sur cet article pour remercier Flanby de permettre à mon fiston et à son amie de partir pour les antipodes, et malheureusement, s’ils partent ce n’est pas pour fuir leurs parents.

  • Dans le même reportage (diffusé par france 2: compléments d’enquête, si je ne me trompe pas) , on voit aussi un couple de clandestins sans papiers en Australie (une française et un italien) qui arrive à générer des revenus de 5000 €/mois….

    Même en étant illégal, en Australie, on peut, sans diplôme et sans papier, générer des revenus confortables.

  • Glaçant, le socialisme à la française. A envoyer à Normal 1er en espérant qu’il comprenne (j’ai des doutes).

  • Bravo les jeunes. Sachez que les cadres et dirigeants qui ont 15 à 20 ans d’expérience en bavent un MAX pour tirer la charrue et faire avancer les boites. C’est SUPER DUR. Pourquoi ? A Paris, rien n’avance facilement. Dès que les pouvoirs publics se mettent à s’occuper d’un sujet, il est enfoui ! mort !
    R A S L E B O L
    Tant qu’on ne donnera pas ENVIE aux entrepreneurs et patrons, tant qu’on ne convaincra pas les gens qu’ils sont positifs, capables de se bouger…. rien ne se passera.
    FAITES VOTRE EXPERIENCE AILLEURS, NOUS NOUS ALLONS FAIRE SAUTER LA BARAQUE ET VOUS DONNER LES CLES BIENTOT

  • Ce mal francais n’est pas nouveau mais endemique. J’ai quitte la France il y a plus de 15 ans pour fonder une societe high tech en Suisse, le climat est favorable a l’entrepreneuriat et la reussite pas honteuse.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans une tribune publiée dans le Financial Times, Janan Ganesh estime que les démocraties occidentales ont un grave problème de personnel. Ce ne sont pas les électeurs qui préfèrent des troisièmes couteaux aux véritables hommes d’État disponibles, mais une classe politique qui peine à recruter : « (d)es personnes aptes, de tendance libérale ou modérée, [qui] ne sont pas assez nombreuses à se lancer en politique ».

L’auteur de la tribune a en tête la succession de Boris Johnson en tant que Premier ministre du Royaume-Uni. Il est facile ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Johan Rivalland.

Je l’avais un peu oublié ce petit livre, et cet auteur qui reste pour moi à explorer… Acheté il y a quelques années en format audio – une première - j'ai alors découvert un auteur intéressant dont je ne connaissais jusque-là à peine que le nom.

Ce récit émouvant est celui de l'autobiographie d'Agota Kristof, ici opportunément lu par Marthe Keller, dont la voix aux accents étrangers et à la douceur empreinte de sérénité permet de parfaitement restituer le ton du livre, avec toute la simplicité et pudeur qui l... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP.

Au Venezuela, l'exil de la population pour sa survie continue, enterrant à jamais les rêves du pays du socialisme. L’Europe n’est pas la seule à devoir faire face à une lourde crise migratoire. D’après le quotidien colombien El Espectador, 550 000 migrants vénézuéliens ont été enregistrés en Colombie en 2017. Le Venezuela connaît-il la guerre et le terrorisme comme la Syrie ou l’Irak ? Manque-t-il de ressources ? Non. Il connaît juste l’inéluctable descente aux enfers politique, économique et sociale du socialisme réel... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles