Comment la Sécurité Sociale déstabilise l’Europe

La jeunesse des pays fragilisés migre vers les pays sains. Ce faisant elle aggrave durablement les déséquilibres générationnels de la pyramide des âges des pays endettés au profit des pays sains.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints302 - retraite par répartition

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment la Sécurité Sociale déstabilise l’Europe

Publié le 6 mars 2013
- A +

La jeunesse des pays fragilisés migre vers les pays sains. Ce faisant elle aggrave durablement les déséquilibres générationnels de la pyramide des âges des pays endettés au profit des pays sains. L’équilibre budgétaire de la Sécurité Sociale des pays en crise s’en trouve d’autant plus dégradé à long terme.

Par Acrithène.

Dans de nombreux billets sur Contrepoints ou sur mon blog, je vous ai expliqué qu’une des clés de la compréhension de la crise de la dette publique européenne se trouvait dans la structure démographique de sa population et davantage dans l’avenir des dépenses publiques que dans la réduction des dettes déjà contractées. L’incapacité des gouvernements à réguler la dette publique existante n’est qu’un signe particulièrement inquiétant quant à leur capacité à réformer l’État de sorte qu’il puisse gérer le défi démographique des prochaines décennies.

Rappelons rapidement ces problèmes en prenant le cas français :

  • En sommant les déficits prévus d’ici 2050 par le Comité d’Orientation des Retraites (COR), et en prenant l’hypothèse d’une croissance économique de 2%, le déséquilibre de la retraite par répartition ajoutera entre 90 et 130 points de PIB à la dette publique (article détaillé).
  • Du côté de l’assurance maladie, l’explosion de la population des plus de 65 ans et de leurs frais médicaux pourrait faire passer la cotisation annuelle moyenne par actif de moins de 5 000€ en moyenne à plus de 20 000 €, hors inflation (article détaillé).

Corroborant ce scénario impossible, la Banque des Règlements Internationaux (BRI – la banque des banques centrales) s’amusait à calculer l’évolution de la dette publique dans la situation de statu quo politique. Le « baseline scenario » de la BRI, n’incluant pas de réforme de la Sécu, propulsait la dette publique française à 400% du PIB en 2040. Similairement, divers organismes dont la BCE estimaient les dettes implicites (droits à la retraite déjà « acquis » à payer dans le futur) de la France à 350% du PIB en France en 2007, 320% pour l’Allemagne et l’Italie, et globalement 330% pour la zone euro. Cette dette implicite existe déjà mais ne fait pas l’objet d’un enregistrement comptable car son remboursement est contingent. Comprendre : l’État ne s’est en rien contractuellement engagé à payer les pensions futures des cotisants actuels. Cette dette politique n’a aucune existence légale, et donc pas non plus d’existence comptable.

Évidemment, ces chiffres tiennent pour grande partie de la science-fiction, dans la mesure où personne ne prêtera ces sommes astronomiques à des pays peuplés de vieux. Mais cela pose en des termes brutaux le fait que la crise actuelle n’est qu’une anticipation par le marché des déséquilibres futurs et de la capacité des gouvernants de les anticiper.

Devant cette situation, tous les pays européens ne sont pas égaux. En fait, la France est très loin d’être dans la pire situation, et ce grâce à sa culture nataliste. La jeunesse semble une ressource fiscale bien maigre à court terme – surtout si elle est au chômage – mais elle est la ressource principale de la stabilité financière des États à long terme. C’est sur elle que pèse durablement la dette publique. Dans la vie des agents privés, les parents se portent caution de leurs enfants emprunteurs. Dans la vie politique, les parents mettent leurs enfants en hypothèque. D’où se pose la question de l’impact déstabilisant d’un système de sécurité sociale défaillant dans un monde où la jeunesse peut migrer.

En effet, les pays qui se trouvent en difficulté aujourd’hui car leur situation financière de long terme est compromise, notamment à cause des déséquilibres de la sécurité sociale, subissent une montée dramatique du chômage des jeunes et donc pâtissent d’un bouleversement des flux migratoires de travailleurs. Plus un pays a un avenir financier compromis, plus sa jeunesse le fuit, et plus sa situation financière est dégradée à long terme. Un effet déstabilisateur circulaire auquel ne sont pas soumis les systèmes capitalistes traditionnels. En effet une assurance maladie privée ne fait pas payer les jeunes pour les vieux, mais mutualise à l’intérieur de chaque tranche d’âge. Quant au système de retraite par capitalisation, lorsque le capital passe de l’Espagne à l’Allemagne, il ne change pas de propriétaire. Au contraire le jeune espagnol qui migre payera les retraités de son pays d’accueil, et non de son pays d’origine : sa cotisation change de « propriétaire ». Il devient l’hypothèque de la finance publique allemande.

Ce qui est très pervers dans ces migrations, c’est que lorsqu’un jeune Espagnol quitte son pays pour l’Allemagne, il accroît la charge sociale moyenne des salariés restés en Espagne, et diminue celle des salariés allemands. Les déséquilibres compétitifs sont donc alors auto-aggravants.

Le petit schéma qui suit vous synthétise comment la sécurité sociale, via le nombre d’actifs par retraité, joue un rôle auto-déstabilisateur dans un monde où les travailleurs migrent.

Mais revenons désormais à cette crise européenne qui nous préoccupe et au rapport qu’elle entretient avec les déséquilibres profonds du système de retraite qui frapperont l’Europe dans une ou deux décennies. Le graphique qui suit présente le solde migratoire des PIGS (Portugal, Irlande, Grèce et Espagne) ces dix dernières années. On y constate un important plongeon pour deux des pays qui avaient parmi les plus importants soldes migratoires d’Europe : l’Espagne et la Grèce.

Depuis le début de la décennie, l’Espagne accueillait chaque année environ 1,5 immigrés (net des émigrants) pour 100 habitants. Comme l’Espagne a une population de 47 millions d’habitants, cela correspondait à un accroissement de 700 000 personnes par an, essentiellement des personnes entre 0 et 40 ans. Cela fait désormais 4 ans que ce solde est devenu nul ou négatif. Cela signifie que vis-à-vis du scénario d’avant crise, l’Espagne a subi un choc démographique d’environ 2,5 millions d’individus en moins, et qui seraient pour beaucoup venus s’ajouter à la population active de 2030. Leur contribution est désormais devenue très hypothétique.

Dans la projection démographique médiane de l’ONU, l’Espagne devait maintenir une population active (20-65 ans) de 29 millions de personnes entre 2011 et 2030. De son côté, le nombre de retraités devait passer de 8 millions à 11,5 millions. Le nombre de retraités par actifs, appelé ratio de dépendance, progressait donc de 0,27 à 0,40. Le graphique qui suit résume l’évolution de la pyramide des âges sur les deux périodes : 2011 à gauche en bleu, 2030 en orange à droite. Le graphique d’à côté représente la variation par tranche d’âge entre les deux périodes. On y voit à quel point la structure par âge de l’Espagne se déséquilibrait malgré la forte immigration. Il faut dire que l’Espagne a un taux de fécondité bien inférieur à 2 depuis les années 1980, environ 1,4 enfant par femme.

Désormais, si on soustrait nos 2,5 millions de personnes « perdues », dont la plupart seront actives en 2030, ce ratio de dépendance passe à 0,44. Cette hausse de 10% du ratio de dépendance implique une hausse de 10% des cotisations pesant sur les actifs en 2030 par rapport à ce qu’on pouvait espérer avant crise (ou une diminution égale des pensions). Une hausse de 10% qui s’ajoute à celle de 47% qui était de toutes manières prévisible avant crise. J’explique dans un précédent billet pourquoi pensions et cotisations sont proportionnellement liées au ratio de dépendance. Que représente une perte de 10% de la base des actifs pour l’avenir des finances publiques espagnoles ? Avec un PIB par habitant de 30 000€ et un taux de prélèvement moyen de 35%, on arrive à 26 milliards par an, donc des centaines de milliards d’euro de manque à gagner fiscal.

Les choses s’arrêtent-elles ici ? Bien sûr que non. Avec un taux de chômage des jeunes à 50%, il est assuré que le basculement de la situation migratoire de l’Espagne se prolonge encore quelques années. Cette prolongation réduit la chance des retours dans la mère patrie à l’issue de la crise, et fera monter le manque à gagner démographique à probablement au moins 5 millions de personnes, peut-être davantage. Je n’ai pas les chiffres définitifs pour 2012, mais sur les 6 premiers mois, le solde migratoire était dans le rouge de plus de 90 000 personnes. En base annuelle, cela signifie une perte de 180 000, soit un manque à gagner annuel d’environ 900 000 personnes par rapport à la situation d’avant crise. Donc rien qu’en ajoutant 2012, notre total s’élèverait déjà à environ 3,5 millions de personnes. Et au-delà des simples chiffres, il faudrait s’interroger sur le profil économique de ses migrants : il n’est pas certain que ce soit les moins bons qui partent. Généralement, les populations les plus mobiles sont les plus diplômées.

Qui profitent de ces changements migratoires ? Pour une grande partie, les populations soit renoncent à immigrer vers l’Europe et restent extra-européennes, soit des populations européennes migrent vers le reste du monde (Amérique latine par exemple, pour les espagnols). Mais on observe aussi des mouvements migratoires au sein de l’Europe. Le dernier graphique présente le taux du solde migratoire pour l’Allemagne, le Royaume-Uni et les Pays-Bas (et non, la France n’attire pas). Si les changements sont moins brutaux que dans le cas des PIGS, l’équilibre de la pyramide des âges, et donc des systèmes sociaux, profiteront à long terme de ses mouvements.


Sur le web.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Très sympa ton blog. J’aime beaucoup le tableau en arrière page.

  • « l’État ne s’est en rien contractuellement engagé à payer les pensions futures des cotisants actuels. »
    Malheureusement si, l’Etat est contractuellement engagés : En France les citoyens sont OBLIGES par l’Etat à cotiser à une caisse. Ce qui signifie que l’Etat est donc garant des cotisations déposés.
    Cette dette « virtuelle » des retraites (au même titre que celle des agents de l’Etat financées directement sur le budget) existe belle et bien. Car que se passerait-il si l’Etat venait à annoncer que les retraites ne seraient plus versées dans quelles années (faute d’argent)??? La première réaction des employés serait de ne plus cotiser. Ce qui bloqueraient immédiatement le versement des pensions en cours. La deuxième réaction, plus grave et totalement légitime, serait une demande de remboursement des cotisations déjà versées. Ce qui impliquerait de trouver de l’argent… Exactement comme si on versait les pensions.

    Donc l’Etat est bel et bien contractuellement engagé à payer les pensions retraites : il a mis le système en place, à allumer la mèche et maintenant il se bat pour retarder l’explosion !!!

    • Tu as un contrat disant que tu as droit à quoi que ce soit ?

      • Tu une loi qui t’oblige à cotiser … Non ??
        L’Etat t’oblige à cotiser, donc tu demandes que l’Etat respecte ses engagements de version des pensions.
        Une obligation législative vaut contrat.

        Enfin, tu es une fiche de paie avec tes prélèvements sécu et assurance vieillesse. Hors pour la loi française la fiche de paie équivaut à un contrat.

        Donc oui il y a un contrat entre l’état et les cotisants !!!

        • Effectivement, ta fiche de paye t’oblige à payer.
          Sur ma fiche de paye, rien n’écrit que je paye pour quelque chose 🙂
          L’état n’est pas un partenaire contractuel comme un autre : il n’est pas stricto sensu au dessus de la loi, mais il fait la loi.
          Tu n’as donc qu’une promesse de pension, et lesp romesse n’engagent que ceux qui les écoutent

  • En réalité comme pour l’assurance maladie (voir le feuilleton de Contrepoints à ce sujet) on n’est pas obligé de cotiser à une assurance vieillesse étatique dont le caractère obligatoire n’est pas plus légal que celui de la sécurité sociale. Ces monopoles datant du programme (communiste) du conseil national de la résistance doivent être mis à plat afin de redonner à chacun la liberté – au delà d’un strict minimum garanti par l’Etat – de financer comme il l’entend sa retraite, avec une fiscalité attractive. J’ai pour ma part cotisé à une retraite complémentaire et les cotisations étaient déductibles en partie de mes revenus imposables. Il s’agissait d’une démarche volontaire et heureusement que j’ai fait ça car ma retraite complémentaire représente aujourd’hui plus de 60 % de mon revenu !!!

    • @ Daniel
      Je m’étais intéressé à ces histoire de retraite dans les années 90 avec les premiers mouvements comme SOS RETRAITE SANTE. Je me souviens que certains soulevaient des arguments semblables au votre. Une procédure judiciaire avait été initiée à l’époque par des syndicats bancaires en raison d’une modification de la valeur des points retraite. Si mes souvenirs sont bons, c’était allé jusqu’en cassation qui avait validé le fait qu’il n’existait aucun engagement autre que celui du versement d’une prestation correspondant à la valeur du point qui elle ne pouvait être garantie. Dans les faits, il n’y a ni contrat ni garantie financière dans le ponzi de la répartition. Je n’ai malheureusement aucun lien ou référence à donner, ce ne sont que des souvenirs.

  • Acrithène, toujours passionnant.

    « La jeunesse […] est la ressource principale de la stabilité financière des États à long terme »

    Attention: Le productivité comparativement aux autres pays et la cohésion sociale sont aussi des facteurs essentiels.
    Bien des pays sont pauvres malgré une population jeune, à cause de luttes intestines entre groupes antagonistes, et/ou d’une culture illibérale.

    Les calculs d’Acrithène marchent lorsque la démographie résulte d’une natalité saine; mais l’immigration n’est pas une solution. Elle le serait si les immigrants s’intégraient, ce qui n’est pas le cas.
    Il faudrait pouvoir les choisir sur des critères d’assimilabilité principalement religieux, ce que le conformisme actuel interdit.

    La guerre civile est plus à craindre que l’effondrement de la sécurité sociale.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nicolas Marques. Un article de l’Institut économique Molinari

Comment se comparent les rendements de la répartition et de la capitalisation ?

Pour répondre à cette question, le concept de taxation « pure » ou « implicite » est utile. Il repose sur une comparaison entre le rendement de la répartition et celui de la capitalisation.

À prestation égale, la capitalisation permet au futur retraité de cotiser moins qu’en répartition pure puisque les versements produiront des intérêts permettant de bonifier les retraites.

... Poursuivre la lecture

Poser la question c’est y répondre : il n'en reste rien ou presque après 40 ans !

Mais quelles étaient ces grandes réformes structurelles du premier Président de gauche de la Ve République élu en 1981 ? Quatre réformes nous semblent emblématiques :

Les nationalisations des entreprises et des banques La retraite à 60 ans La réduction du temps de travail L’impôt sur les grandes fortunes (IGF)

 

Nous passons volontairement sur les réformes économiques conjoncturelles comme l’augmentation du SMIC de 10 %, le premier bl... Poursuivre la lecture

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles