De qui se moquent Cécile Duflot et Delphine Batho ?

Cécile Duflot et Delphine Batho clament que l’austérité tue leurs ministère, alors que leurs crédits augmentent de 2 à 20% !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Delphine Batho (Crédits Parti Socialiste, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

De qui se moquent Cécile Duflot et Delphine Batho ?

Publié le 25 février 2013
- A +

Cécile Duflot et Delphine Batho clament que l’austérité tue leur ministère alors que leurs crédits augmentent de 2 à 20 % !

Par Jeff Belmont.

Depuis la présentation du projet de loi de finance 2013, l’austérité budgétaire est tombée comme un couperet. Nos ministres ont dû se faire à l’idée terrible que les dépenses de l’État n’augmenteraient que de 6 pauvres milliards d’euros entre 2012 et 2013, ne passant que de 368,6 à 374,6 milliards d’euros.

Depuis, le spectacle est bien triste à voir : les ministères ressemblent à de véritables champs de ruines. Des ministres en guenilles observent avec désespoir le déclin de leur administration, repensant aux riches heures du passé où l’austérité ne limitait pas encore à un nombre si ridicule de milliards les augmentations de dépenses.

Comment accepter que l’État fasse l’effort de n’augmenter ses dépenses que de 6 milliards ? Pendant que les contribuables font la fête avec des impôts et taxes qui n’augmentent que de 28 milliards !

C’est pourquoi certains, ou plutôt certaines, de ces ministres ont pris leur courage à deux mains.

Tel l’Abbé Pierre un jour de février 1954, la ministre de l’Écologie et du développement durable et de l’Énergie Delphine Batho a lancé un cri de désespoir médiatique :

« On est au maximum de ce qu’on peut faire en termes d’économie et de réduction des dépenses. Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a pris des dispositions extrêmement sérieuses, on le voit dans tous les départements ministériels et nous ne voulons pas sacrifier les investissements d’avenir. »

Il faut dire que son ministère a été particulièrement touché par l’austérité. On ne lui a autorisé une augmentation de ses dépenses que de 420 millions d’euros entre 2012 et 2013 soit seulement une augmentation de 2 %… C’est un émouvant cri de détresse de la part de la ministre qui est elle-même probablement à la rue depuis qu’elle a été expulsée au printemps dernier de son logement social insalubre de 108 m² seulement.

Et en parlant de logement, c’est de sa collègue ministre de l’Égalité des territoires et du logement, Cécile Duflot, à qui on doit le deuxième cri de désespoir de la semaine. Étranglée par une hausse de seulement 20 % des crédits de son ministère entre 2012 et 2013, c’est la voix tremblante face à l’injustice de ce monde que Madame Duflot a crié que « personne ne peut croire que de l’austérité naîtra le retour des temps meilleurs ».

Puisse-t-elle être entendue afin qu’à l’avenir, cette belle et si efficace politique de logement croisse de bien plus que 20 % par an.


Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Philippe Charlez.

Depuis leurs élections remarquées à plusieurs grandes municipalités françaises, les nouveaux maires écologistes avaient à la fois fait rire et pleurer. Grégory Doucet, maire de Lyon, s’était attaqué au Tour de France, Pierre Humic maire de Bordeaux aux arbres de Noël et Léonore Moncond’huy maire de Poitiers… aux rêves des enfants.

La primaire EELV prévue en septembre devrait donner lieu à une surenchère de propositions délirantes sauf peut-être de la part du raisonnable Yannick Jadot dont on comprend de moi... Poursuivre la lecture

Par Benoît Rittaud.

Les projets de dictature écologiste avancent désormais à visage découvert, et les garde-fous sociétaux n’opèrent plus : impossible d’éviter ce constat en lisant le titre de l’interview du climatologue François-Marie Bréon dans Libération du 29/07 : « La lutte pour le climat est contraire aux libertés individuelles ».

Ce titre seul pourrait laisser croire à une grille de lecture de bon aloi pour évaluer tel ou tel projet de loi écologiquement punitif. Hélas, c’est tout le contraire : pour lutter contre l’évolu... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP.

[caption id="attachment_271378" align="aligncenter" width="640"] By: greens_climate - CC BY 2.0[/caption]

Maintenant que le suspense de la présidentielle américaine a livré son formidable résultat, maintenant qu’il ne fait plus de doute qu’une dynamique d’esprit Brexit, Trump, mélange de rejet des élites installées et de demande de protectionnisme, est à l’oeuvre en occident, il serait naïf de s’imaginer que le nuage de ce Tchernobyl politique va s’arrêter gentiment aux frontières de la France. 

C’est pou... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles