L’EDF, un conte fantastique

Tour EDF à la Défense (Crédits Olivier Durand, licence Creative Commons)

La Cour des comptes a épinglé EDF dénonçant les avantages versés aux dirigeants et salariés sans lien avec la performance de l’entreprise.

La Cour des comptes a épinglé EDF dénonçant les avantages versés aux dirigeants et salariés sans lien avec la performance de l’entreprise.

Par Michel de Poncins.

Le siège d’EDF à Paris (CC, Tangopaso)

La Cour des Comptes vient de jeter tout tranquillement un pavé dans la mare à l’occasion de son rapport annuel paru le mardi 12 février. C’est la totale. L’EDF est théoriquement privée et cotée en bourse. Dans les faits, elle est jalousement gérée par l’État, lequel est rempli de camarades des dirigeants. Or le rapport est très critique sur les pratiques de ces dirigeants. Les salariés bénéficient de salaires et d’avantages très généreux sans lien évident avec la performance de l’entreprise. De ce fait et contrairement aux salariés du secteur privé, ils n’ont pas subi de ralentissement de la progression de leur rémunération globale depuis 2008 en dépit des résultats contrastés d’EDF. Parmi les heureux bénéficiaires de ce généreux mouvement, il est évident que le groupe des hauts dirigeants est amplement gâté. Il se trouve aussi que de proche en proche tout le personnel se trouve favorisé. Parmi les avantages divers se trouvent de fastueuses retraites. Parmi les coûts, ne pas oublier les niches confortables offertes à des camarades en panne dans leur carrière.

La Cour pousse son analyse dans le détail. Elle pointe de nombreux avantages pour les salariés comme des tarifs avantageux ou des abonnements gratuits. Espérons modestement que cette possibilité pour une dépense essentielle ne conduit pas certains agents particulièrement serviables et peu scrupuleux à faire bénéficier leurs gentils voisins de cette aubaine !

Les origines historiques

Le conte fantastique a des racines historiques profondes. Après la guerre, le premier acte fut une opération de banditisme d’État, par laquelle le pouvoir  politique nationalisa les diverses compagnies d’électricité qui remplissaient parfaitement leur office et auraient pu continuer ainsi à la satisfaction générale.

Malgré l’ambiance révolutionnaire de l’époque, une indemnisation des actionnaires fut prévue sous forme d’un titre donnant droit à 1% du chiffre d’affaires pendant de longues années. Le banditisme initial conduisait inévitablement à des problèmes, car on n’imagine pas facilement une entreprise rembourser ses actionnaires par un pourcentage sur le chiffre d’affaires tout en continuant son développement. Les titres spéciaux ont été considérés longtemps comme des placements de pères de famille atteignant des valeurs inattendues : pour certains, la rapine initiale fut une véritable chance !

Parallèlement, un autre 1% du chiffre d’affaires était dévié vers les syndicats sous couleur d’action sociale. Ces sommes énormes ont été captées, illico presto, par la CGT et ont servi clairement à l’enrichissement des syndicats et donc des chefs syndicalistes et de leur entourage. Le comité d’entreprise, plaque tournante de cet argent, avait été accroché durement pat la Cour des comptes en 1990 et 2007. La richesse du syndicat lui a permis d’acheter et d’entretenir plusieurs luxueux châteaux dans la France profonde. Les camarades qui dirigent ces demeures doivent bénéficier de jobs fort sympathiques !

Au premier acte de banditisme, il s’en est ajouté un deuxième par un prélèvement abusif de 2% du chiffre d’affaires. L’énormité des sommes a pesé pendant des années sur les utilisateurs du courant, donc sur toute la France : un calcul honnête devrait tenir compte des intérêts composés et des variations monétaires ; il est  impossible à faire mais il montrerait sur des décennies l’immense déperdition de richesse qui en est résulté. Un principe financier veut que les dégâts initiaux ne se réparent jamais. C’est comme si des paquets de billets avaient été déchirés.

Le monopole

De toute façon, la brutalité du monopole assurait les arrières. Bien sûr et, mensongèrement, la propagande dira que la France fut ainsi équipée et que sa technique était « enviée dans le monde entier ». L’information dans le cadre du monopole étant télécommandée par EDF, personne ne saura jamais la vérité.

Pendant des lustres, les pouvoirs successifs logèrent dans ce fromage très républicain leurs amis et connaissances. C’était la belle époque où, à l’échelon d’en-dessous, les fils d’EDF devenaient facilement EDF. Nous ignorons si ce système perdure.

Il faut rappeler le temps pas si lointain où les énarchos-socialos au pouvoir avaient imaginé investir en Amérique latine. L’idée géniale consistait à se rattraper sur  les populations de ces pays en leur faisant supporter la mauvaise gestion de l’EDF en France. Trois pays d’Amérique latine furent visés : Brésil, Mexique, Argentine. Il a fallu plier bagage après des milliards d’euros de pertes.

L’action EDF fut introduite à la cotation en novembre 2005 au cours de 25,54 et se retrouve aujourd’hui à 14,65. Si l’on tient compte de la dépréciation monétaire la chute est sévère.

Pour les économistes, une nationalisation ouvre dès le début la porte à diverses causes de ruine. Quand, plus tard, un autre pouvoir veut légitimement dénationaliser, la ruine s’inscrit dans les faits. Des exemples de ce type ont foisonné dans les pays de l’Est !

—-

Le CE d’EDF encore épinglé par la cour des comptes.

Le CE d’EDF trébuche en salto arrière. Encore.