Le sénat, Manuel Valls et les mouvements asociaux

Alors que le ministre de l’intérieur s’inquiète des implosions sociales, le Sénat prépare le terrain avec une amnistie des syndicalistes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Manifestations à Florange lors de la venue de François Hollande le 24 février 2012

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le sénat, Manuel Valls et les mouvements asociaux

Publié le 18 février 2013
- A +

Le 27 février 2013 se tiendra une intéressante lecture au Sénat d’une proposition de texte de loi comme il en fleurit parfois alors que l’actualité syndicale et sociale du pays devient plus tendue. On s’étonnera du peu de publicité reçue à ce projet, au contraire d’autres (comme le mariage homosexuel ou le vote des étrangers). Pourtant, on sent derrière ce projet une vraie volonté de faire progresser le débat social en France…

Magie de l’internet, le projet de loi est consultable en ligne à cette adresse. Le titre est assez évocateur et permet de bien situer l’action :

Proposition de loi portant amnistie des faits commis à l’occasion de mouvements sociaux et d’activités syndicales et revendicatives

Oui, vous avez bien lu et je l’espère bien compris : il s’agit d’un projet de loi déposé par les sénateurs visant à amnistier de façon assez large les exactions commises lors de mouvements sociaux, grèves, prises d’otages et séquestrations citoyennes de patrons, les mises à sac participatives d’entreprise, les détournements syndicaux engagés de matériel ou d’argent, bref, toutes ces petites péripéties amusantes qui règlent la vie syndicale et ouvrière en France.

Demaerd Bisounoursland Security - Division Gros CalinsIl faut bien comprendre que ce qui anime les auteurs d’une si aimable proposition est un humanisme dont les volutes parfumées au Zola en concentration industrielle permet de faire passer la pilule sans la moindre difficulté. C’est fort bien expliqué dans l’objet du texte, puisqu’ils explique ainsi que « trop de sanctions injustes ont été infligées qui ne visaient qu’à éteindre toute velléité de contestation ». Rendez-vous compte ! Des syndicalistes, des grévistes, de fiers salariés qui séquestrent leur patron en tout bien tout honneur sont parfois inquiétés par la Justice alors qu’en fait, ce n’est parfois qu’une « invitation à rester. » Selon nos sénateurs humanistes, ce serait parfois le simple affichage ou la gentille distribution de tracts mignons qui donnent lieu à des méchantes menaces ou de vilaines assignations judiciaires. La Justice française est cruelle pour le syndicaliste, tout le monde le sait. On se souvient des terribles condamnations à répétition, avec force bagne et moult peines de prison ferme pour les faucheurs volontaires, les multiples incarcérations longues et pénibles pour les syndicalistes de Molex ou de Caterpillar.

Bref : les braves sénateurs, estimant que l’action collective est « un droit inhérent à toute démocratie », se sont fendus d’un nouveau texte de loi histoire d’encadrer ces opérations syndicales revendicatives (mais bon enfant, hein), texte qui propose d’« amnistier les faits commis à l’occasion de mouvements sociaux et d’activités syndicales ou revendicatives ainsi qu’à l’amnistie des sanctions disciplinaires. » À partir de là, la distribution de bisous peut commencer.

Mais avant, penchons-nous rapidement sur le cas des deux sénatrices qui sont à l’origine de ce projet : il s’agit de Annie David et Éliane Assassi.

La première, Annie David, est une ancienne du Parti Communiste, et bien évidemment, fut délégué CGT chez Hewlett-Packard, ce qui montre de façon limpide que, contrairement à l’indication pourtant claire que ce genre de penchants politiques plus que douteux laisse sur l’intelligence de la personne, on peut très bien parvenir au poste de sénateur avec un tel passif. La seconde, Éliane Assassi, a elle aussi fricoté sans la moindre honte avec ce parti dont l’idéologie mortifère a provoqué directement la mort de millions d’individus, qui cautionne sans sourciller les agissements inhumains des dirigeants nord-coréens, adoube avec bonheur la dictature castriste, et envoie moult bisous humides vers un dirigeant vénézuélien qui ruine tous les jours un peu plus son pays.

Le dépôt d’un tel projet de loi par ces deux communistes patentées n’est évidemment pas une coïncidence : elles sont au courant, de façon directe ou indirecte, de la tendance générale qui se profile en France, celle qui consiste à des mouvements sociaux de plus en plus violents. Et pour le coup, ce n’est même pas moi et mon pessimisme habituel qui le dit, mais bien le ministre de l’Intérieur qui n’avait pas compris que, devant un gros micro mou, il faut toujours bien faire attention à ses déclarations.

On apprend en effet que Manuel Valls s’est très récemment inquiété des risques d’implosions ou explosions sociales et a même lâché, sans trop se faire prier, que ses services étaient mobilisés pour éviter tout débordement lors de mouvements sociaux. Si cela a le mérite d’être assez clair, cela montre aussi qu’au contraire de certains clowns parfaitement déconnectés de la réalité de cette France d’en-bas qu’ils ne fréquentent plus depuis longtemps, certaines personnes, au Ministère de l’Intérieur, ont bien compris qu’il ne faudrait probablement pas grand-chose pour que la situation générale dans les entreprises en difficulté échappe rapidement aux forces de l’ordre.

Ce qui, auparavant, était une impression, un sentiment de ras-le-bol, prend soudain corps avec la tirade d’un Valls un peu gêné de constater, finalement, que la réalité est encore moins bisou que ce qu’il imaginait :

« La colère sociale, avec les conséquences de la crise économique et financière, la précarité, le chômage, les plans de licenciements, elle est là, elle gronde depuis des années. »

En clair, les services de renseignement de la police ont récemment reçu comme instructions de suivre les entreprises en difficulté et d’anticiper l’éventuelle radicalisation (lire : départ en sucette) des mouvements sociaux. Évidemment, cette nouvelle a fait dresser quelques cheveux sur la tête de plus d’un syndicaliste prêt à en découdre contre le méchant capital, ce qui a obligé le pauvre Manuel à sortir de sa rêverie lucide qui l’avait amenée à cacher de telles informations, et à enrober ses dernières déclarations dans une bonne couche de xyloglotte qu’il maîtrise plus ou moins bien.

valls : c'est pas gagné

Mais si l’on couple cette information avec la précédente proposition de loi pour dédouaner généreusement les syndicalistes qui démonteront leurs outils de production avec tact et doigté (et dans l’exercice normal et démocratique de leur droit de grève), si l’on ajoute le désir de plus en plus ardent de traquer même les plus petits mouvements de fonds en liquide avec l’abaissement de la limite autorisée à 1000€, on commence à avoir une idée assez précise de ce qui se trame doucement dans la Socialie Française de 2013 / 2014, et ce n’est pas très joli à voir.

Bien sûr, le pire n’est pas inévitable. Mais à l’évidence, quelques uns se préparent déjà à des périodes tumultueuses, quand d’autres font tout pour y parvenir, certains de façon inconsciente, d’autres sciemment. Je ne sais pas si ces préparatifs serviront, ou si le chaos l’emportera. Je ne sais pas si les sénateurs ont bien conscience du néfaste blanc-seing qu’ils veulent ainsi signer, mais je sais que, quoi qu’il arrive et devant ces éléments qui s’accumulent, ce pays est foutu.

keep calm and less state, please
—-
Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • en suisse, ce sont les organisateurs des manifs qui payent si il a de la casse. donc ceux qui organisent une manif se donnent de vrais moyens pour vraiment limiter les débordements.
    d’ailleurs, à genêve, une votation vient même de renforcer les sanctions en cas de dégradations de biens publics ou privés.

  • Vals avertit-il de la réalité de ce que prépare le gouvernement ? Il faut traduire ce qu’il dit par « avec les mesures que vous préparez, ça va barder!!! Faites gaffe les copains »
    Le langage socialiste est à décrypter, en général, un petit mot, une petite phrase anodine contiennent plus d’information que le long discours lénifiant qui sert de rideau de fumée à ces informations.
    Une petite imposition des allocs annoncée au matin, comme cela, presque par erreur, une réduction des subventions aux communautés territoriales entourée de peut être, faut voir, on ne sait jamais, idem pour le 3%. Le summum de l’hypocrisie, la réforme des retraite annoncée dans le cadre d’une redistribution plus « juste », pour faire passer la pilule, alors que le système s’écroule etc etc…
    On va surement rentrer dans une période de dédits, de mensonges auxquels nous ont habitués ce brave PS et alliés.
    Après 9 mois de gestation, de quel monstre vont-ils accoucher?

  • J’avoue avoir regardé mon calendrier pour vérifier que nous n’étions pas le 1 avril…

  • ma lettre à la camarade sénatrice annie david…..

    Madame la Sénatrice,

    La proposition de loi portant amnistie des faits commis à l’occasion de mouvements sociaux et d’activités syndicales et revendicatives que vous proposez est un scandale. Il s’agit essentiellement de mettre les syndicalistes (vos amis) au dessus des lois de la République.

    Ceci est totalement irresponsable de votre part mais finalement pas étonnant. Vous représentez un parti soutenant une ideologie qui a directement tué des millions d’individus en URSS et partout où elle a été mise en pratique. Une idéologie qui cautionne les agissements inhumains des dirigeants nord-coréens, soutient la dictature castriste et la révolution chaviste qui ruine le Vénézuela un peu plus tous les jours.

    En lisant votre proposition qui semble directement tirée du Manifeste de Marx, je ne peux m’empêcher de penser au roman de George Orwell, la « ferme des animaux ». Ainsi selon vous les syndicalistes devraient être plus « égaux » que les autres…. Est-ce là votre vision de la démocratie française? Préparez vous la dictature de la CGT?

    Salutations libérales,

    • « Préparez vous la dictature de la CGT? »

      Elle existe déjà, avec des militants CGT grévistes qui empêchent les non-grévistes de travailler 🙁

  • … ou mieux :

    « DON’T PANIC ! »

    comme l’aurait écrit Douglas Adams. En plein non-sens, ça me paraît tout à fait approprié…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Elina Lemaire.

Remous provoqués par la scission de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) en quatre groupes politiques, interrogations autour de l’attribution aux groupes d’opposition de certains postes-clés à l’Assemblée nationale (vice-présidences, questures, présidence de la – très stratégique – commission des finances), réception des présidents des groupes par le président de la République au lendemain des élections, puis par la Première ministre à quelques jours de son discours de politique générale… La situ... Poursuivre la lecture

Par Eric Boehm.

L'annulation, la semaine dernière, de l'arrêt Roe v. Wade (1973) par la Cour suprême des États-Unis a été rendue possible, du moins en partie, par ce que le chef de la majorité au Sénat de l'époque, Harry Reid (démocrate du Nevada), a fait en novembre 2013.

À la recherche d'une victoire politique à court terme, Reid a mis en œuvre ce que les démocrates et les républicains avaient tour à tour menacé de faire pendant la majeure partie de la dernière décennie : abolir le filibuster (obstruction parlementaire corresp... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Candidat sous la casaque présidentielle, Manuel Valls a été éliminé dès le premier tour de la 5e circonscription des Français de l’étranger regroupant Monaco, Andorre, l'Espagne, et le Portugal. La claque l’a laissé sans voix : il a même décidé de fermer son compte Twitter.

🔴 Après sa défaite dès le premier tour des élections #Législatives, Manuel Valls supprime son compte Twitter. pic.twitter.com/pwNVKemzwx

— Élections 2022 🗳 (@2022Elections) June 5, 2022

La défaite de l’ancien Premier minist... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles