Déficit commercial : pourquoi l’Euro n’est pas coupable

La responsabilité de l’euro dans le déficit commercial de la France ne résiste pas à l’analyse des échanges français avec ses partenaires de l’Union Monétaire

La responsabilité de l’euro dans le déficit commercial de la France ne résiste pas à l’analyse des échanges français avec ses partenaires de l’Union Monétaire : 60% du déficit commercial de la France provient de l’intérieur de la zone euro !

Par Acrithène.

La politique et les faits, cela fait deux. Pour montrer le rôle de l’euro dans la piètre performance commerciale de la France, une bonne chose est de regarder les échanges commerciaux à l’intérieur même de l’Union Monétaire. A priori, ces échanges sont immaculés de tout effet négatif attribuable aux taux de change.

Voici quelques chiffres qui font réfléchir sur les 67 milliards de notre déficit commercial :

  • En 2012, la Zone Euro dans son ensemble a enregistré un solde positif de sa balance commerciale, pour plus de 80 milliards d’Euros.
  • Parmi les 16 autres pays membres de la zone euro, la France n’est parvenu à établir un solde positif de son commerce extérieur uniquement avec la Grèce, le Luxembourg, Chypre, Malte et l’Estonie. Voir la carte qui suit et les données dans le tableau ci-contre.
  • Sur l’ensemble de son commerce à l’intérieur de la zone euro, la France a enregistré un solde négatif de 41 milliards d’euros, ce qui représente plus de 60% du total de son déficit.
  • Et n’oublions pas qu’une grande part du reste du déficit étant attribuable aux importations énergétiques, elle est réduite par un euro fort.

 

À lire également sur la question du déficit de la balance commerciale :