Les vertus d’une monnaie forte

Pour le pouvoir confronté à la crise et au chômage, il faut un bouc émissaire. Il est tout trouvé dans la fausse théorie de l’euro fort.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Euro fort (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les vertus d’une monnaie forte

Publié le 13 février 2013
- A +

Pour le pouvoir confronté à la crise et au chômage, il faut un bouc émissaire. Il est tout trouvé dans la fausse théorie de l’euro fort.

Par Michel de Poncins.

De nouveau, revoici sur le devant de la scène la bataille des idées et des faits sur le front des monnaies. Les journaux et médias bruissent à l’envi de calculs et de courbes montrant que l’euro serait trop fort et détruirait nos capacités exportatrices. Évidemment cela se prolongerait dans le chômage, dans les fermetures accélérées de sites industriels et dans la panne de croissance.

Le débat est international et envahit l’Europe. C’est le moment où la Chancelière allemande, Angela Merkel, vient de donner vertement une leçon au  Président Hollande. Ce fut très exactement le 6 février au stade de France où ils se rencontraient pour un match de football France-Allemagne que nous avons perdu ! Hollande ayant plaidé pour une quasi dévaluation de l’euro, elle a fait savoir avant son arrivée qu’il ne pouvait en être question.

Son hostilité à toute manipulation de ce genre s’explique par l’histoire. Les Allemands ont tellement souffert de l’hyper-inflation de la république de Weimar qu’ils en sont vaccinés de génération en génération. C’est pour cette même raison que le siège de la BCE fut fixé à Francfort. S’ajoutait aussi dans le désaveu assez humiliant imposé à la France la preuve par les faits. La prospérité coutumière, malgré des ratés, de l’industrie germanique s’explique certes par certaines causes comme des choix stratégiques heureux, mais ce sont des causes secondes ; l’existence  régulière d’une monnaie forte est largement explicative.

Le détail des vertus

Venons en à détailler les vertus d’une monnaie forte, ce qui va directement à l’encontre de  la vulgate officielle. Plaider en effet pour une monnaie forte et, encore mieux, réputée pour telle sur la longue durée, est une entreprise difficile et nécessaire tant l’idée erronée des dévaluations réputées compétitives est ancrée dans les esprits par une propagande incessante.

Un pays, la Suisse encore une fois, vient à notre secours. Un des facteurs principaux du succès suisse est l’existence d’une monnaie forte. Depuis des lustres et très régulièrement, le franc suisse se trouve réévalué dans les faits par rapport aux autres monnaies et ceci pour le bien de la richesse nationale. Cela n’empêche pas, d’ailleurs, de temps à autres des industriels suisses de protester contre une nouvelle appréciation du franc : personne ne leur reprochera de céder aux difficultés du court terme.

L’intérêt d’une monnaie forte est double. D’abord, dans la compétition mondiale, que la Suisse ne refuse pas bien au contraire, les  entrepreneurs sont conduits à l’excellence à la fois dans les décisions et dans les investissements : c’est cette course à l’excellence qui crée la vraie richesse. Le petit pays déborde largement le cadre bancaire et est à l’origine d’entreprises tout à fait considérables dans le domaine pharmaceutique, dans la haute technologie ou dans d’autres domaines : ce n’est pas un hasard.

Un autre avantage est de donner aux acteurs économiques la possibilité de réaliser des investissements à l’étranger dans des conditions perpétuellement favorables étant donnée la force de la monnaie nationale. Là aussi, la compétitivité issue de la liberté joue un rôle et permet justement aux entreprises suisses de devenir des géants mondiaux sans payer trop cher la place à conquérir. Ce point est essentiel car la richesse d’une nation repose largement sur des investissements en capital bien conduits – comme expliqué dans le livre Tous capitalistes ou la réponse au socialisme.

Les dévaluations inefficaces

Il faut ajouter un point essentiel et que personne ne met en lumière. Les dévaluations pratiquées par le pouvoir politique sont immorales. Il y a bien longtemps, Moïse reçut sur le Mont Sinaï les commandements de Dieu, dont le célèbre : « Tu ne voleras pas ». Depuis ce fait historique, toutes les législations ont imposé, à la fois aux croyants et aux incroyants, le respect des contrats privés et de la propriété. Or, la dévaluation imposée par les pouvoirs politiques est une rupture de contrat et une atteinte à la propriété. Comme l’exemple de la Suisse le montre, elle est inopérante ; ceci est une conséquence de cela et ce n’est donc pas non plus un hasard. Le capitalisme réussit par ses qualités intrinsèques et aussi parce qu’il est moral, reposant sur la fiabilité des contrats.

En outre, la dévaluation revient à donner la clé de la monnaie aux politiques et c’est donc ouvrir la boite de Pandore, ceux-ci agissant selon leur bon plaisir momentané et changeant, avec toutes les combines possibles.

Enfin, la dévaluation un jour dans un pays pousse les autres pays à riposter souvent par du protectionnisme et la course ne s’arrête ainsi jamais.

Pourquoi ce charivari ?

Le pouvoir tourne en rond sur le plan économique gérant une crise et un chômage dont il est largement responsable. Il refuse par idéologie et par intérêt les solutions que les économistes connaissent bien. Sur le plan de la communication, il lui faut un bouc émissaire et il est trouvé dans la fausse théorie de l’euro fort.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Le dernier paragraphe suffisait.

  • D’accord sur le fond.

    Mais attention: La faiblesse de la monnaie est le résultat, et non la cause, de l’incurie des politiciens.

    La création monétaire peut prendre bien des aspects: La crise de l’immobilier aux USA a résulté d’interventions politiques au travers de lois, de pressions sur les banques, et surtout de Fanny Mae et Freddie Mac.

    La force de la monnaie n’est pas la cause mais la conséquence de la vertu.

    J’en profite pour resoumettre l’idée que la démocratie directe est un bon moyen de garantir la vertu, en imposant à l’oligarchie le contrôle du peuple, bien plus raisonnable.
    Le France suisse valait un Franc français en 1914 (fin du Franc-or) et 425 anciens Francs 1999 !
    C’est une solution supérieure à l’étalon-or, car ce dernier est révocable par les politiciens – qui n’ont de cesse de le supprimer pour laisser libre-cours à leur mégalomanie inconséquente.

  • J’ajoute que le maintien de la France dans l’Euro est à mon avis une erreur, justement parce que l’incurie passée est incompatible avec une monnaie forte.

    Nous devons revenir à la raison, pour ensuite jouir des fruits de notre bonne gestion à travers une monnaie stable.

    Tous les pays qui ont tourné le dos au socialisme pour revenir à la raison (Pays-Bas, Suède…) ont traversé une phase de forte dépréciation de leur monnaie, ce qui nous est interdit par l’Euro.
    Et si ce ne l’était pas, si l’Euro fondait, il serait inadapté à l’Allemagne.

    Il faut en sortir, il nous faut revenir au Franc – sans nécessairement supprimer l’Euro. Il faut gagner notre monnaie forte par la vertu, et non contrer notre vice avec une monnaie trop forte pour nous.

  • Une maniere de faire des stock sur le dos du travailleurs.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Guillaume Nicoulaud.

Je voudrais revenir ici sur quelques-unes des inepties qui émaillent le programme économique et les discours de Madame Le Pen (mais aussi ceux de l'extrême gauche).

Avant l’euro, la France était libre de faire ce qu’elle voulait du franc

Ça n’est que très partiellement exact. Depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, la parité du franc face aux autres devises a toujours été encadrée par des accords internationaux. Au début, c’était ceux de Bretton Woods, du 26 décembre 1945 au 19 mars 1973, puis le se... Poursuivre la lecture

entreprises
0
Sauvegarder cet article

Par Jacques Garello.

Les dévaluations reviennent en force dans le débat économique. Au niveau théorique, tout a été dit par Pascal Salin dans son récent ouvrage Les systèmes monétaires. L’actualité a provoqué de nouvelles interrogations : avec le Brexit, les variations du couple dollar/euro et la renaissance de l’inflation, et les projets de sortie de l’euro. Parmi ces interrogations : doit-on préférer la dévaluation interne à la classique dévaluation externe ? En fait, on en revient toujours à la même conclusion : la dévaluation est u... Poursuivre la lecture

Par Guillaume Nicoulaud.

[caption id="attachment_281384" align="aligncenter" width="500"] By: Umberto Salvagnin - CC BY 2.0[/caption]

Prenez le cas d’une entreprise française qui exporte, par exemple, du vin aux États-Unis à 10 euros la bouteille et supposez que l’euro (ci-après EUR) vaut exactement un dollar US (ci-après USD). Dans ces conditions, chaque bouteille coûte 10 USD aux acheteurs américains.

Supposez maintenant que l’euro soit dévalué de 20% face au dollar. C’est-à-dire que maintenant, l’euro ne vaut plus 1 US... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles