Laissons PSA Peugeot Citroën tranquille

La dépréciation d’actifs faite chez PSA est purement comptable mais les politiques jouent aux pompiers. Pyromanes ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Laissons PSA Peugeot Citroën tranquille

Publié le 10 février 2013
- A +

La dépréciation d’actifs faite chez PSA est purement comptable mais les politiques jouent aux pompiers. Pyromanes ?

Par Vladimir Vodarevski.

Le groupe PSA Peugeot Citroën a annoncé une dépréciation d’actif de 3,9 milliards d’euros, qui va affecter son résultat. Aussitôt les sphères ministérielles et médiatiques s’enflamment, allant jusqu’à envisager une nationalisation de la société. Pourtant, l’opération est juste technique, et ne change en rien la situation de PSA Peugeot Citroën, qui n’est ni pire ni meilleure après cette opération comptable.

PSA Peugeot Citroën ne fait que se conformer aux obligations comptables. Il y a 15 milliards de fonds propres inscrits au bilan. Ces 15 milliards, pour partie échangés en bourse, voient leur valeur varier quotidiennement. En fonction de quoi? En fonction des bénéfices anticipés. La bourse ne fonctionne pas sur le passé. Ce qui explique qu’une entreprise, comme Apple, peut faire des bénéfices extraordinaires, et voir son cours baisser, tandis qu’une autre, comme Amazon, voir son bénéfice baisser, ou même enregistrer une perte, et voir son cours monter. Ce sont les bénéfices espérés qui déterminent le cours d’une action.

Les règles comptables obligent les entreprises à tenir compte des rentrées d’argent espérées. Si ces rentrées diminuent, il faut diminuer la valeur inscrite au bilan, comme si les fonds étaient placés en bourse. C’est donc une simple opération comptable (impairment tests par exemple). Elle ne change en rien la situation de PSA Peugeot Citroën.

Telle est la comptabilité. Une entreprise peut très bien faire des pertes tout en étant en bonne santé, et inversement. Si un nouveau PDG est nommé, il peut déprécier des actifs. Ce qui crée des pertes. Mais le business de l’entreprise peut être sain. Et la trésorerie positive. Si les actifs sont trop dépréciés, cela peut obliger à une recapitalisation, mais PSA Peugeot Citroën n’indique rien de tel.

PSA Peugeot Citroën a annoncé beaucoup d’investissements ces derniers temps. L’industrialisation de la 208 au Brésil, voiture sortie depuis peu en Europe. L’annonce du 2008, du nouveau C4 Picasso. Une nouvelle technologie thermique-air comprimé. La marque DS est développée en Chine. Et une nouvelle plate-forme technique est lancée avec le C4 Picasso.

Ces investissements sont le remède et le problème. Le remède car ils doivent permettre à PSA Peugeot Citroën d’assurer sa pérennité. En montant en gamme, avec notamment la marque DS. En développant les ventes au Brésil, en Russie, et en Chine. En investissant de nouveaux segments, avec le mini cross over 2008.

Le problème, car tous ces investissements signifient des sorties d’argent. PSA Peugeot Citroën dépense plus qu’il ne gagne. C’est le problème, ce n’est pas nouveau, et rien n’a changé de ce point de vue. La société est engagée dans un programme d’investissement extraordinaire si on la compare à ses concurrents, comme FIAT par exemple: nouveaux modèles, nouveaux territoires. Tel est le défi de la société.

Il n’y a rien de nouveau, donc pas de raison de parler de nationalisation. Les infos à surveiller seront le chiffre d’affaires, le mix produit (si la société vend plus ou moins de produit à fortes marges), le chiffre d’affaires par zone géographique. La perte comptable sera considérable, mais ne signifiera pas grand chose, compte tenu des dépréciations. C’est là toute l’ambiguïté de la comptabilité. Mais, face à une entreprise dans une situation difficile, comme PSA Peugeot Citroën, on pourrait espérer plus de sang froid, au lieu d’affoler les marchés, et ce qui est plus embêtant, les clients.

Lire aussi :

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • la dépréciation d’actifs de nature comptable est quand même l’image d’une situation alarmante
    a mon avis les fabricants de voitures françaises ne pourront pas remonter la pente.. du fait de leur idiotie de ne pas s’être positionner sur le marché de la voiture de luxe …les consommateur délaissent les voitures de moyen de gamme pour acquérir de voitures de bas de gamme qu’on ne peut pas construire en France du fait du cout du travail ..le smic est trop élevé en France pour concurrencer le cout du travail dans d’autres pays
    il faut bien noter qu’il y a une erreur stratégique de ces groupes industriels de ne s’être pas positionner sur la voiture de luxe
    peut être si ils se positionne sur l’après pétrole .. ils pourront être encore présent sur le marché automobile
    bémol : pour la voiture de luxe ou voiture de haut gamme, un constructeur chinois vient de se lancer dans la voiture de haut gamme avec une première berline …

    • La responsabilité n’est pas le fait des seuls constructeurs automobiles Français.
      L’état est le grand responsable et le problème vient de très loin.
      Après la seconde guerre mondiale toujours pour des raisons fiscale l’état a détruit le luxe automobile français, obligeant les constructeurs à se positionner sur le bas de gamme..
      Certain comme Jean Daninos ont essayé de recreer une industrie du luxe automobile, lui à travers l’aventure Facel Vega, mais ont été obligés de jetter l’éponge.
      Le model Français de voiture bas et moyen de gamme pouvait marcher dans un monde fermé mais pas dans un monde mondialisé.
      Peugeot à surement fait des erreurs comme Renault, c’est toujours facile de le dire après coup, mais c’est sur que l’abandon du marché Us par Peugeot dans les années 80 du temps de Jacques Calvet à été une erreur alors que la marque commencait à avoir une certaine notoriétée.
      La seconde grande erreur de Peugeot à été de continuer à produire en France contre vents et marées.Que les constructeurs délocalisent pour des raisons économiques est justifié surtout si les français préfèrent acheter des voitures étrangères.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Philippe Alezard.

Après l’échec du rapprochement entre l’alliance Renault-Nissan et Fiat Chrysler, c’est PSA qui a annoncé le 30 novembre dernier son rapprochement avec le consortium italo-américain.

Ce nouvel ensemble devrait donner naissance au quatrième constructeur mondial avec 184 milliards d’euros de chiffre d’affaires et plus de 400 mille salariés. La course au gigantisme et à la survie dans le secteur automobile n’est pas nouvelle et elle est loin d’être finie.

Dans cette alliance entre Peugeot et Fiat Chrysle... Poursuivre la lecture

Par Frédéric Fréry. Un article de The Conversation

[caption id="attachment_245313" align="aligncenter" width="640"] Conférence de Carlos Ghosn crédits Ecole polytechnique Université de Saclay (CC BY-SA 2.0)[/caption]

Comme chaque printemps, avec la publication des documents de référence des entreprises cotées, la rémunération des grands patrons suscite des réactions indignées. Cette année, c’est la rémunération des dirigeants de l’industrie automobile qui monopolise l’attention. Alors que Carlos Ghosn, en tant que PDG de Renault... Poursuivre la lecture

Par Vladimir Vodarevski.

[caption id="attachment_161751" align="aligncenter" width="660"] Le Renault Captur et la Peugeot 2008.[/caption]

 

Le marché automobile en France reprend des couleurs en ce mois de mars, avec une augmentation de 8,9% pour les voitures particulières, et de 7,7% si on inclut les utilitaires légers, qui ont eux augmenté de 1,6%. Sur la période de janvier à mars l'augmentation est de 2,9% pour les voitures particulières.

Le fait marquant est la bonne performance des marques françaises. Cel... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles