Les fonctionnaires massivement surreprésentés au Parlement

44 % de nos parlementaires sont issus de la fonction publique, contre moins de 5 % de chefs d’entreprises. Un cas unique dans les pays développés.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les fonctionnaires massivement surreprésentés au Parlement

Publié le 9 février 2013
- A +

44 % de nos parlementaires sont issus de la fonction publique, contre moins de 5 % de chefs d’entreprises. Un cas unique dans les pays développés.

Un article de l’Aleps.

Les fonctionnaires qui se sont mis en grève de peur de perdre leurs privilèges peuvent être rassurés : ils échapperont à l’austérité parce que leurs intérêts sont bien défendus au Parlement. Une étude de l’IREF (Institut de Recherches Economiques et Fiscales) a été reprise par L’Express du 30 janvier, et donne les résultats suivants :

44 % des députés et 43 % des sénateurs sont issus de la fonction publique, tandis que les entrepreneurs et hommes d’affaires représentent 3 % des membres de l’Assemblée et 6 % du Sénat.

Seule la Chambre des Représentants actuelle au Congrès Américain a une telle densité de fonctionnaires (39 %), mais les entrepreneurs y sont 43 %. Le contraste le plus frappant est avec l’Angleterre : il n’y a que 9 % de fonctionnaires à la Chambre des Communes, contre 25 % d’entrepreneurs. Il est vrai qu’un fonctionnaire doit démissionner de ses fonctions avant de se présenter à des élections. En Suède, il y a un tiers de fonctionnaires à la Chambre, mais les fonctionnaires suédois ont un statut de droit privé…

Dans ces conditions, il n’est pas surprenant que la France ait choisi la voie de l’étatisme et que les dépenses publiques soient avant tout faites de rémunérations de fonctionnaires, alors que les investissements publics sont comparativement faibles. Le produit non marchand représente dans notre pays plus de la moitié. « Quand on plante des fonctionnaires il pousse des impôts » : formule prêtée à Clémenceau.

Pas surprenant non plus qu’en France l’entreprise soit l’objet de toutes les tracasseries fiscales, réglementaires et sociales. Mais qu’attendent donc les pigeons pour se révolter ? Les entrepreneurs sont prisonniers de l’administration, parfois parce qu’ils en dépendent (subventions, marchés publics), toujours parce que la gestion de l’entreprise absorbe tout le temps des entrepreneurs dans une économie administrée.

Sur le web

Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • Bonjour le Scoop les mecs !!! MDR .. Le vrai scoop c’est qu’ils viennent de passer au dessous des 50% !!!! Donc le titre devrait être : enfin moins de fonctionnaires à l’assemblée !!! lol

  • Le constat de l’Aleps est factuel et accablant. Néanmoins, il ne faut pas désespérer car ce système est non viable économiquement, l’alourdissement permanent des impôts, des charges et de dettes qu’il nécessite précipitent la société entière vers l’abîme d’une manière inexorable et maintenant hors de contrôle. Donc, comme l’on dit en arboriculture fruitière, le fruit va être bientôt mûr et viendra bientôt la saison des récoltes, car il va choir à terre, ramenant cette f(r)ange de la population à ce qu’elle est, le néant, au niveau utile terrestre qui est le sien, celui des parasites. Car il y a une règle en parasitologie, quand le support meurt, le parasite succombe. C’est dans l’ordre des choses. Nombreux serons nous alors ce jour, qui n’appartiennent pas à cette caste, que dis-je à cette nomenclature, quand l’Etat français dispendieux et totalitaire sera à terre après la faillite inéluctable, à sortir dans les rues avec moults drapeaux, oriflammes, pelles et pioches, comme au jours merveilleux de la Libération et de la chute du mur de Berlin. Le temps d’attente sera peut-être encore long, mais la pente est fatale, comme pour tous les systèmes dictatoriaux. Bêtes à foin ces noms abjects comme autant de symboles charnels de la perversité du régime nous ferons disparaître alors des tables d’honneur de notre pays, comme ailleurs il fallut gratter les marbres pour occulter l’abjection subie par le peuple. Archives de celui-ci seront comme ailleurs désormais disponibles pour nommer l’horreur subie, afin que chaque survivant, s’il n’a pas fui auparavant en terres de liberté, puisse mettre un terme à sa douleur et à son calvaire.

    • Ce que vous dites implique que l’hôte meurt avant le parasite…çà n’est pas très rassurant pour tous ceux qui financent cette gabegie (la classe moyenne du secteur privé).

      De plus ils vont très certainement utiliser le joker gaz de schiste dans les années qui viennent qui leur permettra de continuer à financer cette oligarchie constituée de l’Etat et de ses favoris au détriment du reste de la population.

      L’adage qui veut qu’une richesse en matières première puisse être une malédiction pour un pays prendra alors tout son sens chez nous…

      • « il y a une règle en parasitologie, quand le support meurt, le parasite succombe. »
        @ JS : Effectivement, pas très rassurant !

        Une petite réflexion :

        Si l’on part du principe que nous devons respecter la liberté de chacun, que les collectivistes ne peuvent pas imposer leur vision de la société à ceux qui n’y adhèrent pas, que les libéraux ne peuvent pas imposer aux collectivistes de ne pas se regrouper en passant par l’Etat, il faut alors :
        – maintenir le système de l’Etat ;
        – ne pas obliger les individus à payer des impôts lorsqu’ils n’adhèrent pas à l’utilisation des fonds (le plus souvent, rien en dehors de la justice, la sécurité, et la défense) ;
        – ne pas obliger les individus à payer la sécurité sociale ;
        – mettre le prix des transports publics à leur vrai coût : i.e., probablement plus cher (dans un 1er temps) que ce qu’il est actuellement, mais dans le même temps, supprimer le code du travail, les privilèges corporatistes (taxi…), privilèges mercantilistes, on verra alors ce qui sera viable.

        La liste est longue, mais je ne donne pas cher du support.

      • Vous avez raison, la richesse en matières premières fait le lit de la tyrannie : Vénézuéla, Algérie, Iran … Et le contre exemple parfait : Le pays qui n’a rien, une immigration galopante, une concurrence sociale de proximité la plus forte possible et qui n’a pour seule ressource que la Liberté : Hong Kong.

  • Même souci pour les mandats locaux: je vois par exemple, des maires de communes, salariés de collectivités territoriales! Je me dis que ça ne peut pas marcher longtemps.

  • On a les communistes qui générations après générations depuis 150 ans attendent la chute  » inéluctable  » du capitalisme… et les libéraux qui attendent la fin de l’ Etat depuis autant de temps, et qui feraient bien de prendre des cours de patience parceque ça va durer comme ça encore un bon moment ! Nous autres libéraux on doit peser un bon 1,5% de la population du pays, alors les lendemains qui chantent… Le capitalisme est un gros moteur diesel qui a été conçu pour fonctionner avec un boitier d’ injection libéral. Certes depuis des décennies nos mécanos socialos de gauche et de droite tous pays confondus trifouillent dedans avec leurs gros doigts boudinés à tort et à travers, ça fume noir grave et on est loin du rendement optimal, mais celui qui le fera caler n’ est pas né… Je suis toujours surpris de constater que c’ est sur les blogs libéraux qu’ on est le plus pessimiste sur l’ avenir du système et si j’ avais des amis communistes je leur en conseillerais la lecture, histoire de leur remonter le moral. Depuis le début de la crise on lit les mêmes choses » vous allez voir, ça va être l’ hyper inflation, euh non, la déflation peut- être, tirez vos sous les banques vont s’ effondrer,l’ euro aura disparu a la fin de l’ année, je vous le dis, on aura pas de retraite, l’ Europe va exploser… » Bref demain c’ est Armageddon et après Hayek revient sur terre et rétablit le libéralisme… et bien rèvez les gars ! Je prend les paris que dans cinq ans ( et dix..) on sera toujours dans la même merdouille molassonne et exaspérante, à lire la prose d’ H16 pour se faire plaisir en attendant que le système s’ effondre …demain, et ce coup ci c’ est sûr!

    • Vous n’êtes pas très optimiste, vous non plus. Bien venu au club 😉
      Il existe pourtant des pays qui ont bien viré de bord pour le bonheur de leur population. Pas le « Grand Soir », bien sur, mais de vrais réformes dans un sens libéral : Suède, Canada, Nouvelle-Zélande

    • Vous êtes pessimiste. L’état et ses sbires maintiennent le moribond bourré de métastases socialistes en vie mais nous sommes dans les zones de compétence de la médecine palliative. Ça fait longtemps qu’en France, on a oublié les principes préventifs et curatifs du libéralisme.

      Ce n’est simplement pas possible que cela tienne. Il n’y a plus compétitivité en France, plus d’industrie. Il n’y aura bientôt plus d’innovation (le vrai signal de la présidence d’Hollande, c’est que la France ne veut plus de ses entrepreneurs ou de ses jeunes cerveaux qui préfèrent partir). Il reste encore un peu de capital; la richesse des français couvre la dette de la France et c’est sur ce seul fait que tient encore la France. Les politiques font et vont faire tout ce qu’ils peuvent pour mobiliser à leurs profits cette épargne (consommation, taxes et impôts). Quand cette dernière phase sera terminée, ce sera fini.

      Sans capital, sans innovation et sans compétitivité, il n’y a pas d’économie.

    • Il est vrai que l’URSS a bien tenu 74 ans comme ça.

    • Tu sais mon p’tit gars hazère-tyuillope, avec ton humour cynique à la con et ton intelligence au-dessus de la moyenne genre Spo ou Bac+17,5 ès «le roi des cons sur son trône…», j’ai plus de 50 ans et j’ai déjà créé 4 entreprises en France, c’est non-viable, crois-moi, parole de vieux con libéral, mais j’ai encore 20 à 30 ans de carrière professionnelle car je fais un métier libéral que j’aime plus que tout en ayant connu depuis 1981 pendant ma carrière professionnelle ici que le système de merde socialo-communiste-étatiste (j’avais plus de 30 ans quand le mur est tombé, petit, donc j’ai connu le vrai communisme totalitaire à la Marchais, tu vois mon gars, avec le « Taisez-vous, Elkabbach ! » tout droit des modes de pression des tuyaux de la place Félix Dzerjinski, ex système Beria, Vyshinsky, Lysenko), donc j’ai vocation à vivre dans un pays libéral. Alors ton discours d’attente moraliste et pas très au courant du vécu en 30 ans de la vie d’une entreprise libérale sous ce type de régime, tu as peut-être raison sur le temps qui passe, mais j’attendrai pas 25 ans que ce système de merde se réforme ou tombe comme le fruit pourri qu’il est. Tu as peut-être du background que je n’ai pas dans ton vécu estudiantin novice, mais on avait aussi des p’tits comiques comme toi en 1981 qui disaient que le système communiste soviétique ne se casserait jamais la gueule, parce qu’il était trop fort et trop puissant… Je n’ai pas non plus l’intention de rester français car je pense aussi à mes enfants, à qui déjà je ne veux pas apprendre le cynisme comme le tien pour survivre dans ce type de régime, je veux leur apprendre l’honnêteté et la réussite sous un régime démocratique par le travail et non par le népotisme soviétiforme de la nomenklatura française. Tu vois, petit, des enfants à qui je ne veux pas imposer une société mafieuse de type post-URSS ! Quant aux guignols socialistes qui se marreraient des blogs libéraux, je suis content qu’ils aient un motif de rigolade maintenant et qu’ils en profitent de toutes leurs forces car je suis pas certain que le système étatiste socialo-communiste garantisse leurs salaires et leurs retraites plein pots longtemps comme ça. « Rira bien qui rira le dernier » comme dit l’adage populaire !

      • Tu sais mon p’ tit gars Fraserve, j’ ai 56 ans ( estudiantin novice !!!) et 30 ans d’ activité artisanale derrière moi, donc je sais ce que gagner sa vie en indépendant veut dire, et à la différence de toi, je ne me permettrais pas d’ émettre de suppositions sur ton niveau intellectuel ou ton honnèteté Je constate simplement que tu semble manquer du plus élémentaire sens de l’ humour, ça pourrait t’ aider pourtant à adoucir l’ aigreur que je sens dans tes propos ( je te tutoies aussi puisque tu en a pris l’ initiative) y’ a un truc qui s’ appelle le second degré vois-tu ?A part ça, tu ne fais que répéter comme moi qu’ on vit sous un système socialiste -on est d’ accord- qui décourage l’ esprit d’ entreprise- on est encore d’ accord- et qui vit au dessus de ses moyens- on est toujours d’ accord… bref. Mais pour ce qui est de l’ effondrement du système, l’ Europe est riche et avant que nos « élites » aient fini de dilapider l’ héritage des générations passées, on sera morts tous les deux, « mon p’ tit gars »,

        • Je n’ai pas choisi de mourir en France, si je peux te rassurer. Quant à la date, 50 ans de plus me suffiront et il me sera assez aisé de constater la pertinence de mon choix. 56 ans, c’est pas loin de la retraite en France. Dans les pays anglosaxons, en amérique du sud et en Asie, on s’éclate jusqu’à 80 ans, tu vois… Grosse différence en terme de mentalité !

    • Si le prophétisme libéral est d’une telle nullité, c’est que ses fondements intellectuels ne sont pas scientifiques. C’est plutôt café du Commerce comme université.

      • Si les résultats socialistes, nul besoin d’en faire une liste exhaustive, sont d’une si universelle nullité, c’est que leurs théories sont uniquement scientifiques, au même titre qu’il y a des chercheurs qui cherchent et des chercheurs qui trouvent. Partout autour du monde, les peuples choisissent le capitalisme et le libéralisme, inexorablement, car il est plus dur d’être pauvre dans les régimes socialistes que dans les systèmes libéraux et capitalistes. Le socialisme vit sa dernière phase, ici comme ailleurs, celle du déclin, courbe de Gauss à l’appui. Un constat que chacun peut faire aisément. Le socialisme n’a qu’une qualité, le scientisme, c’est une religion donc une sphère intellectuelle sans fondement, basée sur l’invention théorique, alors que le libéralisme et le capitalisme n’ont qu’une réalité, une l’efficacité universellement démontrée, hors théorie, car ce ne sont que des pratiques qui ont partout fait leurs preuves, je me passerai de faire la liste des ratios du capitalisme que se doit de connaître tout praticien (pas les théoriciens, j’ai bien dit les praticiens, ceux qui pratiquent l’économie de marché par l’échange de valeurs). Café du commerce ou pas, quant à choisir, il vaut mieux l’efficacité du café du commerce que la bêtise des bulles universitaires. Restez dans les espaces clos de vos clergés et de vos sacristies, le monde est décidément trop dur pour vous. Vous crachez sur le monde irréel de Disney, le vôtre n’est pas moins rempli d’illusions. Mais il est pire et moins rigolo car c’est de la bêtise en barre, alors qu’il se prend pour la dernière religion révélée, les humoristes et artistes de gauche en plus.

  • pour les élus près de 50% de fonctionnaires qui sont de fait en situation de conflit d’intérêts dans la mesure où ils ont un parachute de retour
    mais pour les ministres c’est pire….
    on devrait obliger les fonctionnaires élus à démissionner ça ferait baisser les vocations, on devrait exiger la même chose des ministres et du Président de la République

  • Relire l’indispensable « Les fonctionnaires contre l’Etat : Le grand sabotage » (http://www.amazon.fr/Les-fonctionnaires-contre-lEtat-sabotage/dp/2226219242)

  • si les fonctionnaires (pas les petites categories ) sont surrepresentées, il n’en est pas de meme pour les ouvriers…
    voir : http://2ccr.unblog.fr/2012/07/03/assemblee-nationale-pas-un-seul-ouvrier/

  • Et avec la parité homme-femme j’ose pas imaginer le surplus que cela donne.

  • Je n’ai rien attendu du tout, j’ai pris mon baluchon et suis parti.

    Si vous venez en Irlande, passez me dire bonjour 🙂

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
nupes
0
Sauvegarder cet article

Le régime est-il enfin en voie de reparlementarisation ? Avec une Assemblée élue au scrutin majoritaire mais qui donne l’image d’une élection à la proportionnelle, l’absence de majorité absolue du parti présidentiel a sonné comme un coup de tonnerre. Le Rassemblement national sort en position de force en parvenant à faire entrer un nombre de députés inimaginable pour une élection au scrutin majoritaire. Pourtant, c’est désormais vers Les Républicains que tous les regards se tournent. Après 10 ans dans l’opposition, la droite républicaine se r... Poursuivre la lecture

53,7 % de Français ont refusé de participer au second tour des législatives. Le message est on ne peut plus clair et limpide : 53,7 % des Français ne s’intéressent pas à la désignation du pouvoir.

On pouvait donc penser que le message soit entendu, que le pouvoir fasse preuve d’humilité, réfléchisse, se remette en question… Que nenni ! À peine le chiffre a-t-il été constaté qu’aussitôt, la fureur politicienne a repris le haut de l’affiche.

Il vient pourtant de se prendre une sacré claque, le « en même temps », le « dire une chos... Poursuivre la lecture

Pendant cinq ans le Président Emmanuel Macron a décidé seul de tout, avec une majorité de députés dociles. Il a été le Président Absolu de la République pour reprendre l'expression et le titre du dernier livre de Philippe Fabry.

Emmanuel Macron est donc le responsable au premier chef de la situation catastrophique dans laquelle se trouve le pays et qui a été occultée par les épouvantails Zemmour puis Le Pen pendant la campagne des présidentielles.

Après cinq ans de surdité, il a prétendu mercredi soir avoir entendu les Français.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles