Tiens, encore du pétrole et du gaz !

Les malthusiens vont encore rager, mais décidément, l’humanité ne va pas manquer d’énergie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Puit de pétrole (Crédits : Flcelloguy, GFDL)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Tiens, encore du pétrole et du gaz !

Publié le 23 janvier 2013
- A +

La France a trouvé la parade à tous ses problèmes : elle se surtaxe tant qu’elle peut pour sortir de la crise, et se tient aussi éloignée que possible de toute solution énergétique viable. Pendant ce temps, côté énergie justement, la situation mondiale continue d’évoluer de façon assez spectaculaire…

En effet, les équilibres mondiaux sont en train de changer à mesure que les principaux pays développés et les pays émergents changent leurs méthodes d’approvisionnement en énergie. Ainsi, j’avais déjà parlé dans une précédente brève du fait assez remarquable que les États-Unis, en matière de production de gaz et de pétrole, talonnent voire dépassent l’Arabie Saoudite, longtemps premier producteur mondial.

Ici, il faut bien comprendre que plusieurs phénomènes entrent en jeu. D’une part, et c’est assez largement médiatisé, les États-Unis se sont massivement lancés dans l’exploitation des gaz de schiste. D’autre part, l’augmentation assez régulière du prix du baril de pétrole rend l’exploitation du pétrole traditionnel plus facilement rentable dans le pays, et permet d’amortir les coûts de mise en exploitation qui n’ont pas cessé de grimper notamment à cause des normes environnementales de plus en plus draconiennes sur le territoire américain. Il ne faut pas oublier que les États-Unis restent le pays disposant des plus grandes ressources de charbon, de gaz et de pétrole, comme le rappelle la petite vidéo suivante.

Il n’est alors plus très étonnant de lire que certains experts envisagent sérieusement l’indépendance énergétique des USA dans quelques décennies. Des économistes de BP pensent ainsi que les Américains seront auto-suffisants d’ici à 2030, rejoignant en cela les prévisions d’autres experts, de l’Agence Internationale de l’Énergie, qui voient les États-Unis devenir dès 2017 le premier pays producteur mondial de pétrole brut, devant l’Arabie Saoudite. Dans le même temps, si les tendances observées actuellement persistent (ce qui semble relativement raisonnable), les pays émergents comme la Chine et l’Inde vont devenir de plus en plus dépendants de leurs importations énergétiques, et devraient recourir encore davantage au charbon.

Pour la Russie, on sait déjà depuis des années que certaines formations géologiques de Sibérie, comme celle de Bazhenov, sont extrêmement prometteuses puisqu’elles sont estimées à 126.000 milliards de barils équivalent pétrole.

bazhenov oil

Du reste, en ce début d’année 2013, Gazprom va commencer à forer aux alentours et s’apprête à le faire en 2014 pour le bassin de Bazhenov. Shell est d’ailleurs de la partie, ainsi que pour l’exploitation du champ gazier de Yuzivske en Ukraine dans ce qui semble être le plus grand investissement dans l’histoire de ce pays.

Et pendant que des accords se nouent en Ukraine et en Russie, les perspectives d’exploitation s’étendent aux États-Unis avec la découverte récente de gisements importants en Californie estimés pour le moment à quelque chose comme 400 milliards de barils, ce qui représente à peu près la moitié de ce qui existe dans toute l’Arabie Saoudite (en pétrole conventionnel) – pour donner un ordre de grandeur, les États-Unis consomment environ 19 millions de barils par jour.

shale gas in California

Le gaz de schiste, l’huile de schiste et les sables bitumeux sont, très manifestement, promus à un bel avenir. Il serait cependant un peu rapide de conclure seulement sur ce constat. En effet, au fur et à mesure que les puits se forent et que les explorations découvrent de nouveaux gisements, plusieurs personnes (géologues, professionnels de l’industrie pétrolière par exemple) ont émis des remarques, plutôt argumentées, sur la rentabilité globale des exploitations actuelles.

On trouve par exemple des articles comme celui-ci cherchant à savoir si l’exploitation du gaz de schiste par les moyens actuels est rentable ou non. Selon l’auteur, avec un prix du gaz actuellement autour de 3.7$ MBTU, les puits ne sont pas rentables ou ne permettraient pas d’arriver à l’équilibre financier. C’est peut-être vrai (sa conclusion dépend grandement des hypothèses qu’il expose dans son papier), et cela corroborerait la situation économique équivoque de certaines entreprises d’exploitation gazière ; en effet, le gaz de schistes, aux USA, est massivement exploité par des entreprises de taille plus modeste que les grandes compagnies pétrolières mondiales comme Total, Shell ou BP.

Cependant, le fait même que ces entreprises ont commencé à investir dans la recherche et l’exploitation des gaz et pétroles non conventionnels indique de façon assez claire qu’il y a bien de l’argent à se faire. Du reste, en Europe, l’actuel prix du gaz (au dessus de 11$ MBTU) modifie de façon sensible le seuil de rentabilité des opérations, ce qui explique le positionnement de Total. Il est très intéressant de constater comment les propos à ce sujet de Margerie, le PDG du groupe pétrolier, ont été repris dans les différents sites d’information (ou de propagande, c’est selon) : ce dernier explique de façon claire qu’à 6$ MBTU et au-delà, l’exploitation était envisagée, mais plus à 3.5. Les écologistes et habituels contempteurs de toute nouvelle technologie ont fait leur miel de cette remarque, mais ont fort opportunément oublié le reste des explications du pétrolier :

Les productions redémarreront quand les prix du gaz repasseront au-dessus du prix de revient. Nous allons en revanche continuer nos investissements dans d’autres pays où les marchés sont porteurs, comme la Chine, la Pologne et le Danemark, où nous devrions commencer un forage d’exploration cette année.

On voit mal le groupe se lancer dans ce genre d’aventure si la tentative était définitivement vouée à l’échec. On voit mal Shell investir assez lourdement en Ukraine et dans la Sibérie russe sans espoir de récupérer largement leur mise. Et on comprend que, de façon mécanique, le gaz actuellement sur-produit aux Etats-Unis va reprendre progressivement un prix de marché où la rentabilité des opérations sera assurée.

En tout état de cause, l’énergie disponible pour aller forer et exploiter ces gisements existe : on dispose de centaines d’années de charbon directement exploitable, d’uranium, de thorium. Les techniques de fracturation hydraulique, de forages profonds ou en haute mer sont encore améliorables et automatisables. Le prix même des ressources retirées de ces gisements peut encore largement évoluer favorablement pour leur exploitation ; et si l’on n’oublie pas que la plus grosse partie du prix des carburants utilisés dans les transports sont des taxes et ne sont pas liées au produit, à son traitement ou à son acheminement, on comprend toute la latitude qui existe vis-à-vis du consommateur pour que l’ensemble des opérations soit très largement rentables, économiquement, énergétiquement et écologiquement parlant.

Peut-être les jours du pétrole facilement exploitable et extractibles sont finis. Quand on voit où sont situés les puits pour ces pétroles-là, la perte d’influence qui s’accompagnerait d’une diminution de leur production ne semble pas, géopolitiquement parlant, une grande perte. De plus, on peine à trouver dommage que les prochaines nations riches d’hydrocarbures soient les démocraties occidentales.

Quoi qu’il en soit, et cela fera certainement rager les malthusiens, l’Humanité n’est pas près de manquer d’énergie.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • Bien dit, h16 ! Le seul endroit où on peut trouver concrètement le peak oil, c’est dans le fondement des écolos.

  • Dans votre vidéo, 2ème minute, ce monsieur compare les réserves prouvées (exploitables) de l’Arabie Saoudite aux ressources (exploitables + inexploitables) des USA, pour le pétrole.

    C’est un procédé de marchand de tapis, pas de scientifique.

    • Lol. Manifestement, tu ne comprends pas très bien ce qu’il dit.
      Et le fait est que la vidéo date un peu et que les USA ont à présent une production comparable à celle de l’Arabie Séoudite, ce qui fait que tu es tout mécontent et froissé. Bah. Tu t’en remettras.

      Le fait que les US disposent de vastes ressources en pétrole, gaz et charbon n’est pas discuté ni discutable.

    • sauf qu’il le dit clairement, donc ce n’est pas malhonnête

  • Merci h16.

    « Quand on voit où sont situés les puits pour ces pétroles-là, la perte d’influence qui s’accompagnerait d’une diminution de leur production ne semble pas, géopolitiquement parlant, une grande perte »

    J’etais petit mais je me souviens encore de la crise de 73, de la flambee des cours en 79 (revolution iranienne) …Et puis toute l’agitation exportee depuis les 80s par d’influents « nouveaux riches »
    On parle d’independance energetique pour les USA, c’est une tres bonne nouvelle et je n’imaginais pas vivre un tel revirement.

    Malheur a ceux qui n’ont pas developpe des industries diversifiees et de pointe, Et vous avez raison ce ne sera pas une grande perte.

    La conclusion c’est: « vive le genie humain et les libertes economiques. Et toutes les libertes. Pour que le genie puisse s’exprimer et se developper »

    Stephane
    du Canada

  • Pas de peak oil et même pas de fin du monde.

    Tout fout le camp décidément.

  • Catastrophistes : boussoles qui indiquent sans exception le sud. C’est pas de chance pour eux, mais bien pratique pour les autres. Et merci H16 pour cet article factuel.

  • 126.000 milliards de barils équivalent pétrole : vous êtes sur de vos chiffres. Le monde consomme actuellement env. 30 milliards de barils/an. Où est-ce les arbres qui montent au ciel ?

    • Ce sont les chiffres de l’article linké. A vous d’aller voir. Mais vu la taille des gisements, non, ce n’est pas invraisemblable.

    • En fait, ce chiffre vient d’une conversion assez bizarre de la masse de biomasse présente dans la formation en équivalent baril de pétrole, dans l’article cité par H16. D’ou sort le facteur de conversion, aucune idée.

      Plus loin dans l’article est repris une estimation de 140 à 210 milliards de barils récupérables, nuancée par le fait qu’elle date (de 2000), et que de 95 à 2012, les estimations de réserves récupérables dans la formation de bakken, qui semble être comparable, ont été multipliées par 9.
      Dans tous les cas, ça fait beaucoup de pétrole. Mais il faut voir les couts d’investissement et d’exploitation qu’il y a derrière pour extraire et transporter tout ca à partir de la sibérie …

    • Les réserves de pétrole conventionnel sont évaluées à 1500 milliards de barils selon les estimations les plus pessimistes, soit 50 ans de consommation au rythme actuel. Ces nouvelles réserves, si elle sont vérifiées, provoquerait un changement d’échelle drastique du pétrole potentiellement disponible (en gros x100 : 5000 ans de consommation). Ca laisse songeur.

  • Bravo et merci , j’adore le dernier paragraphe , quel retour de baton pour certains pays qui ne sont in fine , que de simples pilleurs de ressources naturelles !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nous pensions ces dictateurs inébranlables. Ils gouvernent la Chine, l’Iran, la Russie et bien d’autres pays mais il semblerait bien qu'ils soient des géants aux pieds d’argile.

Leur règne peut durer très longtemps et peut être ébranlé par un évènement banal a priori banal mais pouvant conduire au chaos.

 

La Chine

Les différents dirigeants et particulièrement l’actuel Xi Jinping, ont proposé à la population chinoise un deal simple : lui garantir une meilleure qualité de vie en échange du pouvoir absolu.

Ce pr... Poursuivre la lecture

Le 1er décembre 1991 s’est tenu le référendum d’indépendance de l’Ukraine vis-à-vis de l’Union soviétique. Avec un taux de participation de 82 %, 92 % des votants ont approuvé la déclaration d’indépendance.

Ce référendum reste un évènement important compte tenu de la situation actuelle, d’autant plus que les résultats sont révélateurs des disparités entre les régions malgré une tendance à l’unité nationale.

 

L’ouest plus favorable à l’indépendance que l’est

Dans toutes les régions de l’Ukraine, la majorité a voté en... Poursuivre la lecture

tableau de Staline
2
Sauvegarder cet article

Holodomor. Le mot est enfin entré dans l’usage courant en Occident. La question est maintenant : doit-il faire l’objet de la même attention que Shoah ?

Holodomor signifie « la famine ». Il est le nom de la catastrophe survenue en Ukraine en 1932 et 1933. Six millions d’innocents perdent la vie dans des conditions cauchemardesques. Cette catastrophe n’est pas le produit de conditions météorologiques défavorables. Elle n’est pas non plus le simple fruit d’une politique agricole aberrante. Elle est un crime totalitaire parfait. L’assassin... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles