L’Allemagne rapatrie son or : un signal d’alarme pour le système monétaire

Simple principe de précaution ou franchissement d’un cran supérieur dans la crise ?
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Lingots d'or (Crédits : Agnico-Eagle Mines Limited/Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Allemagne rapatrie son or : un signal d’alarme pour le système monétaire

Publié le 18 janvier 2013
- A +

Simple principe de précaution ou franchissement d’un cran supérieur dans la crise ?

Par Charles Sannat.

La nouvelle a été confirmée mercredi. La Banque centrale allemande prévoit de rapatrier son or entreposé en France et une partie de celui aux États-Unis d’ici 2020. La décision de la Bundesbank a été justifiée par l’absence de possibilité de change. Mais au-delà de cette explication, ce retrait peut être perçu comme annonciateur. Simple principe de précaution ou franchissement d’un cran supérieur dans la crise ?

Pourquoi l’Allemagne rappelle son or ?

« La Banque de France est un important partenaire, que nous remercions d’avoir gardé notre or et qui garde toute notre confiance. » Carl-Ludwig Thiele, membre du directoire de la Bundesbank, l’a assuré mercredi 16 janvier lors d’une conférence de presse, selon Le Monde. Pourquoi la « BuBa » a donc rappelé son or ? Toujours selon Le Monde et Carl-Ludwig Thiele, ce rappel ne présente « aucun problème diplomatique. » Il faut donc en chercher les raisons ailleurs. La Bundesbank le justifie par l’absence de possibilité de change entre les deux pays : la France et l’Allemagne partagent l’Euro. Mais ce n’est pas le cas des États-Unis. Or, la Bundesbank va également rappeler une partie de l’or entreposé outre-Atlantique. Et ce n’est pas non plus le cas de l’Angleterre. Alors que depuis 2000, les Allemands ont rapatrié quelques 900 tonnes de la banque d’Angleterre.

Il faut donc y voir un scepticisme allemand envers l’état de ses stocks d’or. Qui fait suite à la demande de la Cour des comptes allemande de procéder à un inventaire physique des stocks.

Les Allemands attachés à l’or physique

En Allemagne, la Bundesbank est garante de la stabilité monétaire. L’histoire du pays fait aussi que la banque a pour rôle d’empêcher toute manipulation de la monnaie par les politiques. Symbole de cet équilibre, l’or prend donc une importance particulière.

Les particuliers allemands investissent d’ailleurs largement. Les réserves de la Bundesbank sont de 3.193 tonnes. Celles des particuliers, pratiquement 8.000 tonnes. À titre de comparaison, les réserves américaines à Fort Knox sont de 8.133 tonnes d’or… Une véritable fortune donc, qui met en évidence l’importance de l’investissement des ménages. Un mouvement fort depuis 2007.

Un sondage réalisé par le fondeur Heraeus et l’université Steinbeis de Berlin montre les raisons de cette détention. La plupart investissent pour se protéger « contre l’expropriation monétaire (liée à l’inflation et à la dépréciation monétaire) », évoque un article sur Atlantico.fr.

Ce que ce rappel annonce

Ce qui apparaît comme une tendance nette chez les ménages allemands est visible ailleurs. C’est aussi le cas de la Chine, la Russie ou le Brésil qui cherchent à augmenter leurs réserves d’or.

En 1999, une étude du Fonds monétaire international montrait que « 80 % des banques centrales avaient loué 15 % de leurs réserves d’or à des prestataires extérieurs ».  C’est également le cas en France, ce qui risque de poser un problème quand il faudra le rendre aux Allemands. Et ce qui risque de poser un problème, à moyen terme, quand la France devra compter sur ses réserves pour assurer sa stabilité financière.


Sur le web.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Modération : le § a été supprimé.

    • Pourquoi le § a t’il été supprimé?
      J’ai simplement repris des éléments déjà présents sur cette page et ai fait le lien clair entre eux. D’ailleurs je constate que le texte a été modifié depuis ce matin.
      Pour rappel, Charles Sannat, auteur de cet article est aussi parti prenante au sein d’aucoffre.com (« intègre la Direction de la Recherche Économique d’AuCoffre.com »). Je constate d’ailleurs que ce site internet apparaît dans les bandeaux publicitaires de « contrepoints ».
      Enfin, avant que le texte soit modifié, il y avait clairement une incitation à l’achat d’or par les français.
      Des faits, rien que des faits.
      Contrepoints le libéral ne le serait il pas tant que ça?

      MESSAGE MODERATION : Suite à votre commentaire, le paragraphe de l’article qui pouvait effectivement porter à confusion, et qui avait échappé à la rédaction, a été supprimé. Raison pour laquelle, ça a été ensuite signalé en lieu et place de votre commentaire. Contrepoints pratique les bandeaux publicitaires comme source de revenus mais ne fait pas de publireportage comme vous l’insinuiez.

      • Parce que dire aux français qu’il faut acheter de l’or n’est pas un bon conseil ? Sa valeur n’a pas monté en flêche depuis 5 ans et ne va pas encore monter avec le flot de cache continue et la crise mondiale ?

  • « 80 % des banques centrales avaient loué 15 % de leurs réserves d’or à des prestataires extérieurs ».???Je comprend louer une bagnole une pute…mais la ?

    • C’est un pret de capital « sur ».

      • Et donc, dans l’autre sens c’est une vente de risque. La Banque centrale achète du risque à un prix négatif.

        Je reformule pour bien faire apparaître le problème: le garant de la stabilité monétaire d’un continent entier, dont les statuts sont taillés pour limiter au maximum sa prise de risque financier… se charge du risque financier d’autres gens pour gratter des sous. En plaine crise du risque financier (banques, assurances, et mêmes états-nations entiers font défaut ou sont sur le point de le faire), c’est-à-dire exactement quand il ne faut pas.

  • ouais bien sur j’suis con

    • Il semble bien me rappeler quamd j’ai travaille dans la bijouterie que l’or qu’on utilisait etait « emprunte ». Ce qui m’avait etonne.

  • Quand je pense a Sarkozy qui a vendu 600 tonnes d’or juste quand sa valeur allait être multiplié par 4, incognito. Jamais on ne devrait vendre notre or mais plutôt en acheter.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Ben Krishna. Un article de The Conversation.

La question de savoir si les virus sont vivants reste controversée. Cependant, comme tous les êtres vivants, ils évoluent. Ce fait est apparu très clairement au cours de la pandémie de SARS-CoV-2, le coronavirus responsable du Covid-19 : de nouveaux variants préoccupants ont émergé régulièrement, venant bousculer l’actualité.

Certains de ces variants se sont révélés plus efficaces que les précédentes versions du SARS-CoV-2 pour se propager d’une personne à l’autre et ont fini par ... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay et Dominique Finon.

Duplicité et effets d’annonces sont à la manœuvre dans l’Union européenne pour saborder discrètement le nucléaire dans les faits.

Paradoxe et duplicité

La Commission européenne a publié le 31 décembre 2021 un document appelé « taxonomie » sur les critères de classement des technologies pouvant donner lieu à financement privilégié par les fonds verts. Le nucléaire y figure ainsi que les centrales électriques à gaz très émettrices de CO2 (plus de 400 gCO2eq/kWh), sous le prétexte de faciliter la ... Poursuivre la lecture

Par Philippe Aurain.

Les économistes sont très forts pour prédire les crises économiques. La preuve, ils ont prédit dix des trois dernières. La boutade ramène l'économiste à ce qu'il est : un prévisionniste (quelqu'un qui détecte et prolonge des tendances) et non un devin. C'est dommage.

La prédiction (annonce des ruptures spontanées) serait plus utile. Elle permettrait d'anticiper les crises. Mais ce faisant, elle les empêcherait. Une fois une crise prédite, des mesures peuvent être prises pour l'empêcher. Nous aurions vendu le... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles