Réduire la pauvreté ? Les mauvaises mesures d’Ayrault

Les mesures prises par le gouvernement pour lutter contre la pauvreté confinent au déni de réalité.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2309 pauvreté

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Réduire la pauvreté ? Les mauvaises mesures d’Ayrault

Publié le 8 janvier 2013
- A +

Les mesures prises par le gouvernement pour lutter contre la pauvreté confinent au déni de réalité.

Par Philippe Robert.

Les dernières annonces du gouvernement socialiste concernant la pauvreté qui s’étend inexorablement en France, avec à ce jour 8,6 millions de pauvres recensés, montrent à quel point l’exécutif se vautre sans vergogne dans le déni de toute réalité.

Car la pauvreté ne relève pas d’une fatalité ordinaire qui n’exigerait, de la part du pouvoir, qu’un traitement à la marge et à fonds perdus comme s’y emploie, selon le bon vieux principe du cautère sur une jambe de bois, l’inopérant Jean-Marc Ayrault.

Comme l’écrit Thierry Desjardins : “Le Premier ministre vient d’annoncer, au cours d’un raout médiatique dont nos gouvernants ont le secret, la politique qu’il comptait mener pour lutter contre la pauvreté qui s’accroît d’une manière dramatique à travers le pays.

“Tout le monde sait que la pauvreté c’est le chômage et rien d’autre et que, pour lutter contre le chômage et donc la pauvreté, il faut simplement relancer l’économie, c’est-à-dire libérer les entreprises du poids des charges et des réglementations et permettre une reprise de la consommation.

“Or, que propose Jean-Marc Ayrault pour lutter contre la pauvreté ? Une augmentation des allocations versées aux plus défavorisés. Au lieu de financer l’emploi, il subventionne le chômage !”

Que l’on me permette, pour conclure provisoirement sur ce thème honni de la pauvreté, de citer l’excellent Jean-Patrick Grumberg, réagissant d’un « pauvre mec » à la phrase d’Ayrault : “Ceux qui s’exilent à l’étranger, ce ne sont pas ceux qui ont peur de devenir pauvres. C’est parce qu’ils voudraient devenir encore plus riches”.*

Ce dernier jugement péremptoire et lapidaire a été émis, s’agissant de l’exil de Gérard Depardieu, par le Premier ministre en exercice dont tout un chacun pourra alors mesurer le haut degré de perversité de la pensée politique. Le pire reste encore à venir…

 

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • Ce qui s’exile à l’étranger ne sont pas forcément riches, mais nombre voudrait tout simpement réussir, une opportunité que n’offre plus le sol français, voir européen.

  • Pour paraphraser Nicolas, ceux qui s’en vont en ont surtout assez de voir que l’on casse leurs efforts.

  • « 8,6 millions de pauvres recensés » : il s’agit de la pauvreté après redistribution.

    Mais la réalité est encore pire. Avant redistribution, la pauvreté concerne 45% de la population française (http://appsso.eurostat.ec.europa.eu/nui/show.do?dataset=ilc_li09&lang=fr). Le problème est d’ailleurs identique dans toutes les social-démocraties : la pauvreté généralisée est consubstantielle des social-démocraties.

    Quand la fuite en avant dans la dette aura pris fin, les dégâts seront considérables.

    • Confusion. ce tableau ne parle pas de pauvreté, mais de « taux de risque de pauvreté ». Dont eurostat dit que « ce revenu n’implique toutefois pas forcément un niveau de vie moindre. « . J’ignore à quoi cet « indicateur » peut servir ; en fait, je le soupçonne de ne servir à rien (à part enfumer le peuple)

  • Les? Il n’y a qu’une seule mesure dans l’article, et vu de chez vos voisins cette mesure « provisoire » semble positive, chez nous les allocations diminuent, les exclusions s’enchainent et pourtant l’emploi n’augmente quand même pas…

  • C’est hélas la vérité. Pessimiste mais lucide. Comment se débarrasser de cette clique de nullissimes ????

  • Ces mesures pour lutter contre la pauvreté sont du foutage de gueule, c’est la politique ultra-libérale menée par un gouvernement soi-disant socialiste dans la continuité du précédent qui est responsable de la pauvreté.

    • Franchement, tu ne devrais pas prendre le clavier après un alcool un peu fort, relis ce que tu écris, c’est consternant de n’importe quoi en gelée.

      • Le nombre de pauvres est déterminé par rapport au revenu médian, avec tous les riches qui vont se barrer , le revenu médian va baisser et donc le nombre de pauvres aussi mathématiquement, ils sont trop forts ces socialos !

  • Qui vote pour eux ? => tout le package des assistés c.a.d fonctionnaires et assimilés, politicards plus ou moins hauts, pauvres etc., en faisant tout pour en augmenter le nombre (60.000 fonctionnaires de +, les pauvres vont grimper vite et haut etc.) ils s’assurent un avenir confortable et radieux, ils sont forts

  • Vraiment tant que l’on ne considéra pas la question du revenu universel sous forme d’impôt négatif alors la pauvreté ne fera qu’augmenter!

  • Une recette pour attirer plus de chômeur. On voit bien que les industries n’ont plus qu’à se plier aux critères Chinois de l’emploi.

    Or ensuite c’est l’état qui disparaitra…

  • On peut aussi se demander comment on comptabiilise les pauvres..
    Dans un pays où la moitié de la population gagnerait 1 milliard d’euros, les « pauvres » seraient ceux qui gagnent moins de 400 millions !

    Des pauvres, j’en ai vu. Des vrais. Mais jamais en France … Quand on peut de loger, se soigner, se nourrir, s’éduquer sans même lever le petit doigt, on n’est pas pauvre, on est rentier !

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

« Il y a des professionnels du malheur et une conjuration des esprits tristes auxquels nous devons faire face », a déclaré ce mercredi matin Emmanuel Macron en Conseil des ministres. La phrase est importante : elle mérite qu’on l’étudie à la loupe.

Que nous dit-elle ? Qu’il existe un complot des Français de mauvaise humeur. Qu’ils se sont ligués contre le pouvoir. Qu’ils sont dangereux et doivent être stoppés dans leur élan pervers.

 

La pauvreté sur le banc des accusés

Mais qui sont donc ces pessimistes secrètement ... Poursuivre la lecture

Par Samuel Gregg.

Si l’on veut être cohérent dans notre lutte contre la pauvreté, nos préoccupations ne peuvent pas être enracinées dans des récits émotionnels ou relativistes sur ce que sont les êtres humains. Elles doivent être fondées sur la reconnaissance de la liberté, de la rationalité et de la dignité de chaque personne.

En 2012, le financier George Soros et Fazle Hasan Abed, qui est à la tête de l’une des plus importantes ONG anti-pauvreté, remarquaient dans le Financial Times que malgré la Grande Récession, le nombre de... Poursuivre la lecture

Chères lectrices, chers lecteurs, à la suite de mes quelques lectures des livres de l'économiste Thomas Sowell, m'est venue l'envie de vous faire un petit résumé de ces quelques clichés de gauche que nous avons l'habitude d'entendre un peu partout dans nos médias, et que Sowell aborde abondamment dans ces différents ouvrages.

 

Il faut se dépêcher d’agir

C’est probablement un slogan très à la mode depuis deux ans, souvent associé avec celui consistant à ajouter « si cela peut sauver ne serait-ce qu'une seule vie. »

L... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles