La crise était finie

N’en déplaise à notre Président, la crise de l’euro vient de repasser devant lui et l’instabilité politique en Italie pourrait remettre le feu aux poudres à la rentrée.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2228 crise

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La crise était finie

Publié le 11 décembre 2012
- A +

N’en déplaise à notre Président, la crise de l’Europe vient de repasser devant lui et l’instabilité politique en Italie pourrait remettre le feu aux poudres à la rentrée.

Par Charles Sannat.

Vous vous souvenez certainement des dernières déclarations de François Hollande nous indiquant que la crise de l’euro était derrière nous et que le pire était passé. C’était sans compter les derniers revirements de ce week-end en Europe.

D’un côté, on apprend que l’Irlande ne pourrait pas rembourser comme prévu les aides européennes de 85 milliards d’euros perçues en 2010 pour leur « Banquothon » national. Oui, n’oubliez pas que globalement les pays ne vont pas forcément si mal que ça, s’ils ne devaient pas payer les pertes de leurs banquiers… mais c’est un autre débat dans lequel il est formellement interdit d’entrer sous peine d’être immédiatement qualifié de « populiste ». Donc l’Irlande ne pourra pas rembourser ses crédits conformément à l’échéancier prévu au « contrat de prêt ». En langage clair, cela s’appelle faire un défaut de paiement. Et de un.

Pour le « et de deux », c’est l’Italie : la troisième économie de la zone euro, celle qui avait failli embraser l’Europe entière il y a quelques mois et faire exploser la monnaie unique en vol. Figurez-vous que là-bas c’est la crise politique. Mario Monti, désigné d’office par Angela et Nicolas comme délégué de la classe italienne suite à un « coup d’État » qui n’avait pas grand-chose de démocratique, a décidé qu’il allait présenter sa démission. Cela dit, c’est sans doute une très mauvaise nouvelle pour l’euro, surtout que Berlusconi (celui qui s’était fait sortir de façon très démocratique par Angela et Nicolas) a décidé de se représenter. Et là, le problème, ce sont les Italiens. Vous savez qu’ils n’ont pas vraiment le moral, et franchement je les comprends. Déjà que Jean-Marc Ayrault je ne le trouve pas très drôle, mais à côté de Mario Monti, notre Jean-Marc c’est un joyeux drille. Pour se remonter le moral les Italiens pourraient voter pour la liste « bunga-bunga » (les espèces de parties fines de jambes en l’air de l’ère Berlusconi). C’est tellement plus léger comme ambiance. Ça donne envie de consommer et cela me redonne foi dans l’avenir radieux de la dépense publique et des déficits éternels…

Alors au moment où j’écris ces quelques lignes, l’Europe est dans la situation suivante.

Allemagne : s’en sort à peu près tant que ses voisins européens peuvent encore lui acheter quelques BM ou Mercedes. Ne devrait pas tenir longtemps dans la mesure où ses partenaires commerciaux, qui représentent 60% de son PIB, sont en train de s’effondrer, et que ces mêmes partenaires commerciaux essaient désespérément de faire les poches d’Angela…

France : pays en voie de sous-développement, surendetté, incapable de réformer et de faire des choix difficiles. La dette grossit de jour en jour sans que rien ni personne ne souhaite l’arrêter. Devrait s’en sortir quand même à peu près dans la mesure où l’État (de droite comme de gauche) va « mobiliser » l’épargne des ménages. En clair : on va tous donner à l’ÉtatThon que l’on soit volontaire ou pas, et notre épargne finira « réquisitionnée ».

Italie : pouvait espérer s’en sortir grâce à la « magie » du docteur Mario Monti… Hélas, Silvio B. ayant besoin d’une immunité, il faut qu’il se fasse réélire. Ce ne sera sans doute pas sur les thèmes de la rigueur et de l’austérité à la Mario Monti si vous voyez ce que je veux dire. Donc le pays devrait repartir à la dérive mais…. Avec le moral !

Espagne : « Banquothon » international en cours pour renflouer des dizaines de banques qui ont tout raté sauf la bouffonnade des « stress tests ». Vous vous souvenez des « stress tests » ? On avait bien rigolé à ce moment-là. Résultat : un peuple saigné à blanc, et un pays dont vous assistez en direct à l’effondrement de type grec…

Portugal : un cocktail d’Espagne, d’Irlande et de Grèce. À transférer en soins palliatifs. Il n’y a plus rien à faire.

Grèce : encéphalogramme plat. Mort clinique constatée. Débrancher le patient. Heure du décès ?

Europe : ensemble hétérogène de pays n’avançant pas au même rythme et dans des directions opposées et tentant par tous les moyens de faire croire en leur capacité à concilier des choses inconciliables et réussissant à se mettre d’accord sur la date de la prochaine réunion… et encore.

Monnaie unique : l’euro est la monnaie utilisée dans cet ensemble brinquebalant n’en ayant plus pour longtemps. La question qui se pose est de savoir si l’euro va exploser à cause de l’explosion de l’Europe ou si l’explosion de l’euro entraînera celle de l’Europe…

N’en déplaise à notre Président, fort sympathique au demeurant, la crise de l’euro vient de repasser devant lui et l’instabilité politique en Italie pourrait remettre le feu aux poudres à la rentrée. Alors je le dis, je le redis, et le crie encore haut et fort alors que l’écrasante majorité des gens préfère rester dans le déni pour des raisons de confort psychologique aisément compréhensibles : il n’y aura pas de moyens faciles de s’en sortir ! Ce sera douloureux quelle que soit la stratégie. C’est une crise d’endettement de tous les acteurs, avec une crise de croissance, un ajustement mondial en cours et une crise environnementale… Alors, dans ces cas, on fait ce que fait tout bon marin, on affale les voiles, on ferme les écoutilles, tout le monde à son poste et on affronte les éléments déchaînés.

Pour votre patrimoine, c’est pareil. Le patrimoine financier sera beaucoup plus facilement saisissable que votre maison ! Que voulez-vous que l’État fasse de votre maison ! Alors que de votre livret A, il sait tout de suite quoi en faire. Encore une fois, débancarisez, ayez le minimum d’actifs financiers, migrez vers les actifs tangibles au maximum de vos possibilités. Diversifiez au maximum vos actifs tangibles : or, argent, terres, forêts, maison de campagne avec grand jardin etc. N’oubliez pas non plus de vous faire plaisir. Tout ce qui est pris ne sera plus à prendre… par l’État !

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • le dessin est génial

  • C’est certain que cela va nous coûter très cher. Inutile de se leurrer, de se mettre la tête dans le sable. Je partage aussi l’avis que l’on ira puiser l’argent là où il se trouve : dans l’épargne privée qui est importante en France. C’est aussi simple que cela.

  • En plein accord avec l’analyse et la conclusion !!!!

  • Désormais, ceux qui critiqueront les positions de notre petit président omnipotent et omniscient verront leurs jours se terminés dans un camp de redressement intellectuel au fin fond de cette magnifique Corrèze !

  • Sympa !
    Sauf si l on est un bon ministre bien grasouillet…la ça reste la regle des 3 p….pour savoir demander à dsk la traduction.

  • Comment peut dont faire autant d’étude pour débité autant d’ânerie anti europe , l’euro ce matin valait 1.3 dollars et toutes le bourse de l’euro sont en vert ?????????, et l’Europe tourne et reste la première puissance économique mondiale . Vous avez la fibre euroseptic britannique sans leur talent a débité des contre vérité ?

    • jadere06: « l’euro ce matin valait 1.3 dollars et toutes le bourse de l’euro sont en vert ???????? »

      Et ?

      Le Lundi précédant son arrestation Ponzi allait très bien aussi.
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Ponzi

      Les états continuent à dépenser et emprunter comme si l’argent pleuvait et ils sont pourris de dettes qu’ils n’arrivent déjà plus à rembourser.

  • Ah l’euro, cette chance, des prix plus bas, des nouvelles possibilités d’investissement, plus de stabilité dans un monde incertain,… souvenez vous du discours de Jacques Chirac….

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En janvier 2022 j’attirais l’attention sur la posture pour le moins surprenante adoptée par quelques sénateurs français vis-à-vis des approches du gouvernement chinois durant la crise que nous avons traversée (traversons). Dans un rapport prospectif ils se montraient ostensiblement admiratifs du solutionnisme technologique chinois.

Dans ce même rapport, ils ne manquaient pas de vanter - sans ambages - tous les mérites des méthodes de l’empire du Milieu, sans omettre de valoriser certaines de ses approches les plus coercitives…

S... Poursuivre la lecture

Par Lawrence W. Reed.

 

Un seul pays au monde peut se vanter d'avoir davantage de voitures que d'habitants à l'intérieur de ses frontières - une augmentation stupéfiante de 25 %, selon les statistiques les plus récentes.

Pouvez-vous deviner de quel pays il s'agit ? Je vais vous donner quelques indices supplémentaires...

Le PIB par habitant de cette fascinante enclave est l'un des plus élevés de la planète, presque aussi élevé que celui des États-Unis. Elle prétend, de manière crédible, abriter le plus ancien É... Poursuivre la lecture

Valérie Pécresse
1
Sauvegarder cet article

La campagne de Valérie Pécresse semble piétiner, après que sa victoire au congrès des Républicains a fait remonter sa cote. Mais celle-ci est depuis un peu retombée, elle est maintenant au coude-à-coude avec Marine Le Pen et Éric Zemmour.

Il est évident que la candidature d’Éric Ciotti a été un catalyseur pour LR et les a encouragés à un programme davantage axé sur la sécurité.

Mais il manque à cette campagne une autre priorité : l’économie.

Les choix étranges de LR

Pour des raisons qui restent obscures LR a tout fait pou... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles