Êtes-vous de parti pris ?

La conjoncture politique nous amène à réfléchir au rôle des partis dans une démocratie en général, et en France en particulier.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
programmes politiques (Crédits : Sabine Nourrit/Aleps, tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Êtes-vous de parti pris ?

Publié le 4 décembre 2012
- A +

La conjoncture politique nous amène à réfléchir au rôle des partis dans une démocratie en général, et en France en particulier.

Par Jacques Garello.

Avez-vous en poche votre carte de l’UMP, de l’UDI, du PS, du MRG ou du FN ? Bien que ma question soit innocente, je soupçonne un certain nombre d’entre vous d’avoir fui tout militantisme partisan. Mais, de grâce, ne vous désintéressez pas pour autant du débat politique !

La conjoncture politique nous amène simplement à réfléchir une fois de plus au rôle des partis politiques dans une démocratie en général, et en France en particulier.

Les partis ont accompagné les premiers pas de la démocratie moderne. Avec le système parlementaire anglais apparaissent deux partis : les Whigs, opposés au despotisme royal et attachés à la liberté économique, et les Tories, moins ouverts aux idées de la Grande Révolution.

Ainsi, d’entrée de jeu, les partis ont été introduits dans la vie politique comme les liens naturels entre un choix de société (libéral chez les Whigs, conservateur chez les Tories) et une représentation électorale. Après la création en 1920 du Labour party, issu des syndicats ouvriers, les Whigs disparaîtront, car il n’y a que peu de place pour trois partis dans le scrutin uninominal à un tour pratiqué par les Anglais.

Aux États-Unis, bien qu’il y ait entre les deux partis une opposition traditionnelle sur l’étendue du pouvoir fédéral (les démocrates en veulent plus, les républicains en souhaitent moins), l’importance de la vie politique locale fait en sorte que le rôle des partis n’est guère apparent aujourd’hui que pour les élections au Congrès et à la Maison Blanche.

Par contraste avec les Anglo-Saxons dans l’ensemble bi-partistes, l’échiquier politique européen est plus complexe à cause de scrutins de liste, ou de scrutins proportionnels, ou de scrutins à deux tours.

Donc, dans les contours et la vie des partis politiques, deux éléments sont déterminants :

  • la doctrine, le choix de société ;
  • les mécanismes électoraux.

La France fait-elle exception à ce constat ? Le XIXème siècle sera dominé par le clivage entre républicains et monarchistes, et chez les monarchistes légitimistes et orléanistes, mais aussi par la permanence du bonapartisme, qui brouille singulièrement les cartes. Avec la IIIème République les partis affirment leurs spécificités : conservateurs « de droite », radicaux et socialistes (congrès de Tours de 1920 créant la SFIO). La deuxième guerre fait voler les partis en éclats, mais ils reviennent nombreux après la Libération. Seul le gaullisme fait exception, il se veut rassemblement du peuple français autour de l’homme providentiel.

Les mécanismes électoraux de la IVème République conduisent à l’essaimage et à l’instabilité, le régime d’assemblée trouve vite ses limites. D’inspiration gaulliste la Vème République inverse la tendance, les partis sont amenés à se regrouper pour faire élire leur chef. À gauche, le regroupement se fait autour du Programme Commun, plus solide dans l’opposition qu’au pouvoir. À droite, la mollesse doctrinale du centrisme, obnubilée par la « troisième voie », ainsi que le refus de doctrine du gaullisme conduiront les partis à ne plus être que les points de passage obligés vers les joutes électorales.

Aujourd’hui, à gauche comme à droite, les considérations électorales l’emportent sur toute autre. La pensée politique s’installe dans le vide. D’ailleurs il faut être très perspicace pour percevoir de véritables alternances dans les politiques menées : par exemple la Sécurité Sociale, l’Éducation Nationale, les entreprises publiques, la construction européenne ont traversé l’histoire française depuis plus d’un demi-siècle sans prendre une seule ride.

Y a-t-il quelque chance d’un renouvellement des partis français ? Elles me paraissent minimes.

D’une part (et conformément aux analyses du « public choice »), la logique électorale veut que l’on aille chercher les voix chez les adversaires et concurrents. Les discours et les programmes (quand ils existent) se font de moins en moins discriminants. On confectionne des patchworks électoraux, chacun des éléments ayant pour objectif de séduire une catégorie spécifique d’électeurs. Nos partis ne sont pas des fanatiques de la précision ni de la cohésion.

D’autre part, le financement des partis (loi Balladur) ne peut provenir que de l’État (exemple unique dans les démocraties occidentales !), qui ne subventionne que ceux qui peuvent se prévaloir de candidats élus. Difficile de mener des campagnes électorales face aux moyens fastueux des grands partis existants, et obligation pour les petits de se plier aux désirs des grands.

Donc, globalement, nos partis ne sont devenus que des centrales électorales, permettant d’avoir les investitures en temps voulu, et les moyens financiers suffisants. Voilà aussi pourquoi les hommes politiques ont tant de mal à affirmer quelque vue indépendante car le moment venu il faudra bien avoir l’aval du parti.

De la sorte, les partis ne peuvent intéresser que ceux qui ont en vue une carrière électorale, et qui de plus acceptent une discipline de bon aloi. J’en tire une conclusion qui ne vous surprendra pas. Puisqu’une démocratie repose sur un choix de société, qui lui-même implique des valeurs de référence et des programmes cohérents, il faut ou bien remettre le débat d’idées au cœur des partis – ce qui n’est pas pour demain – ou bien demander à la société civile de mener ce débat d’idées pour qu’il prenne un jour valeur électorale, de nature à intéresser enfin les partis politiques. « C’est maintenant ou jamais ».

—-
Sur le web.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
crises État subsidiarité élections utilitarisme covid
0
Sauvegarder cet article

Par François Lainée.

Les élections récentes ont vu monter un phénomène qui semble là pour durer : l’abstention est en hausse vertigineuse, les candidats décrochent, quelle que soit leur couleur, le peuple ne croit plus que voter soit utile.

Malgré cela la mécanique du pouvoir remplit sa fonction ; elle désigne des gens pour faire tourner les rouages dont il a besoin. Et cette attribution se fait en imprimant une étiquette de qualité contrôlée sur ces serviteurs du système : légitimité.

Mais c’est oublier que ces élus devr... Poursuivre la lecture

Cet article doit se lire - j'insiste - comme la suite de "Manuel Valls : com’, ambition et coups de menton", portrait que j'avais écrit en décembre 2016 alors que l'ex-ministre de l'Intérieur puis Premier ministre de François Hollande venait de quitter Matignon pour participer à la primaire de gauche en vue de l'élection présidentielle de 2017.

Depuis son monumental plantage face à Benoît Hamon lors de la primaire de gauche de 2017, on le voit chercher fébrilement le parachutage politique en vue qui rendrait enfin justice à l'immense e... Poursuivre la lecture

Par Claude Robert.

Tandis que la gauche allemande a fait son Bad Godesberg en 1959 et que l’italienne a fait son aggiornamento quelques décennies plus tard, chez nous, fin 2020, François Hollande se demande s’il ne faut pas renommer le PS.

Le doux confort d’une réalité parallèle

Tout n’est pourtant pas rose pour le socialisme franchouillard. D’une part, la tornade LREM a complètement siphonné un PS qui était déjà mal en point.

D’autre part, de nombreux leaders de la droite républicaine et du centre se sont convertis à son... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles