Les Iraniens vendraient-ils leur gaz contre un actif en pleine bulle ?

L’Iran déjoue les sanctions imposées par les pays occidentaux en vendant à la Turquie du gaz et du pétrole contre l’achat d’or.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les Iraniens vendraient-ils leur gaz contre un actif en pleine bulle ?

Publié le 29 novembre 2012
- A +

L’Iran déjoue les sanctions imposées par les pays occidentaux en vendant à la Turquie du gaz et du pétrole contre l’achat d’or.

Par Fabrice Drouin Ristori.

Le Premier ministre turc Tayyip Erdogan et le Président iranien Mahmoud Ahmadinejad.

La Turquie a reconnu vendredi dernier (23 novembre 2012) que l’augmentation récente de ses exportations d’or correspond en réalité au paiement du gaz importé d’Iran.

L’Iran déjoue ainsi les sanctions imposées par les pays Occidentaux en liaison à son programme nucléaire. Sanctions qui visent à isoler l’Iran du système bancaire international les empêchant ainsi d’échanger avec ses partenaires commerciaux.

L’Iran fournit respectivement 18% et 51% du gaz naturel et pétrole consommé par la Turquie. La Turquie a vendu pour 6,4 Milliards de dollars d’or à l’Iran durant les neuf premiers mois de 2012. L’Iran représente 60% des exportations d’or réalisées par la Turquie en 2012. La Turquie ne peut se passer d’un fournisseur comme l’Iran et a donc recours à l’or comme monnaie d’échange.

Dans les faits, la Turquie paie l’Iran en lire Turque, ce qui permet ensuite à l’Iran d’acheter l’or à la Turquie. La lire Turque n’ayant pas de réel intérêt à l’international, c’est bien l’acquisition d’or qui est visée par l’Iran.

Implications :

Outre les tensions à prévoir entre la Turquie et les pays Occidentaux pour non respect des sanctions imposées à l’Iran, c’est le rôle du dollar comme monnaie de réserve internationale qui est une fois de plus remis en cause.

Le fait que de très nombreuses matières premières essentielles comme le pétrole et le gaz soient échangées en dollars crée automatiquement une demande qui permet de soutenir le cours du dollar et donc la confiance dans cette monnaie. Pour rappel, il faut nécessairement acheter des dollars pour pouvoir ensuite acheter du pétrole ou du gaz. On le voit depuis maintenant quelques mois, de nombreux pays (principalement les BRICS) se passent du dollar comme monnaie d’échange dans le règlement de leurs échanges commerciaux, non sans tension avec les USA.

On peut comprendre pourquoi, étant donné que le dollar, monnaie de réserve internationale, ne joue plus son rôle de maintien de valeur à mesure que la banque centrale Américaine (Fed.) en imprime par milliards tous les mois (40 Milliards par mois depuis l’annonce du QE3).

En réalité depuis le début du 20ème siècle, le dollar a perdu 98% de son pouvoir d’achat, le phénomène ne date donc pas d’hier, il s’accélère simplement depuis 2008. C’est donc l’or qui regagne progressivement son statut de monnaie d’échange internationale puisque de fait l’or n’est lié à aucun intérêt gouvernemental particulier, et prouve depuis des millénaires sa capacité à préserver sa valeur.

On peut logiquement se demander si l’Iran accepterait de recevoir en échange de son gaz naturel un actif (l’or) constamment présenté dans les médias grand public comme en pleine phase de bulle ? On trouve rapidement une réponse à cette question en observant le comportement de la Chine, du Brésil et de la Russie ces dernières années. La « relique barbare » fait son retour en force sur la scène financière internationale depuis plusieurs mois dans un silence médiatique total.

Protégez votre patrimoine en conséquence car l’effondrement du dollar a des effets désastreux sur la valeur de toutes les autres monnaies-papiers en circulation. Les « réserves » détenues par tous les pays de la planète sont majoritairement détenues sous forme de dollars… mais progressivement remplacées par l’or et l’argent physique. L’or n’augmente pas, c’est la valeur des monnaies-papiers qui s’effondre.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Merci pour ce papier très chiffré.

    Le Dollar comme monnaie de référence permet aux US d’acheter leur pétrole gratuitement… Il leur suffit d’émettre autant de Dollars, et ce sont les détenteurs de Dollars qui leur paient, en réalité, leur pétrole.

    Mais ils ne sont jamais resté sans réagir, assez durement parfois, contre les pays qui voulaient autre chose que des USD en échange de leur pétrole.

    Affaire à suivre de près, donc.

  • Un actif en pleine bulle ! ?
    ah ah ah ah
    bientôt le réveil avec le QE4 5 6 7 etc….

    • Il n’y aura pas de QE4, 5, 6 etc… depuis que Bernanke a décidé un easing permanent (aussi appellé QEternity par les taquins).
      Maintenant, ce ne sont plus les QE qui déclencheront quoi que ce soit. La machine étant déjà en branle sans aucun effet visible.

      Par contre, le réveil se fera au moment où on se rendra compte que la grande blague de la « trappe à liquidité » est une illusion et que l’argent accumulé sous forme d’actifs financiers se répendra dans l’économie physique.

  • Xenos : « Mais ils ne sont jamais resté sans réagir, assez durement parfois, contre les pays qui voulaient autre chose que des USD en échange de leur pétrole. »
    ———————————-
    Le pétrole s’échange en $ sur les places financières mais plus du tiers s’échange déjà au gré à gré, donc sous la forme qui convient aux partenaires, souvent, sous forme de troc : la Chine construit l’infrastructure au Soudan en échange de telle quantité de pétrole. Hors dollar, il n’y a donc pas que l’or pour faire le commerce du pétrole. Ces gens font déjà un doigt d’honneur à Uncle Sam et à son $ sans qu’il puisse faire quoi que ce soit, encore heureux !

    A noter qu’ici, l’or n’est pas thésaurisé, il sert juste à fluidifier les échanges : l’Iran vend du pétrole, récupère les pièces d’or (et d’argent, faut-il préciser) et envoie des porteurs de ces pièces les dépenser aux Emirats pour pouvoir importer des denrées. C’est quand même cher comme monnaie d’échange par rapport à une transaction électronique !

  • Sauf à vénérer un archaïsme plus que désuet, (pardon pour la tautologie) je ne vois pas pourquoi l’or serait la monnaie de référence, à moins d’invoquer quelque religion métallique.
    L’or a probablement été monnaie de référence parce que produite par qui avait la technologie pour affiner le métal, et ce, en dehors des propriétés (sans jeu de mot) intrinsèque de l’or.
    L’or est destiné à servir de contacts, (dans les connecteurs électriques) pas à être arboré en pendentifs par des primitifs de toutes cultures.

    • Eh bien Hyppolyte, tout simplement parce que l’or est la monnaie idéale.

      C’est une matière qui a toutes les propriétés nécessaires pour servir de monnaie d’échange et de réserve de valeur.

      – Inaltérable
      – Divisible presque à l’infini
      – impossible à produire en quantités indéfinies
      – Infalsifiable
      – facile à transporter
      – Indépendant d’un gouvernement ou d’un régime politique.

      C’est la monnaie des hommes libres par excellence… C’est bien pour cela que les États et les banques essaient de lui donner mauvaise réputation, tout en ne manquant pas à en constituer des réserves, pour le jour où ils auront besoin d’émettre une monnaie fiable.

    • L’or n’est destiné à rien, il est utilisé par les hommes à leur convenance.
      Il n’y a que les primitifs qui prêtent à un métal un destin.
      L’or a été utilisé comme monnaie de manière ininterrompue depuis que l’on sait l’extraire et le raffiner. Vous valez mieux que 10000 ans de civilisation ? Tant mieux pour vous, mais vous allez vous sentir seul …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Daniel Lacalle.

Les mots les plus dangereux en matière de politique monétaire et d'économie sont "cette fois-ci est différente". La grande erreur des politiciens argentins est de croire que l'inflation est multicausale et que tout se résout avec des doses croissantes d'interventionnisme.

L'indice des prix à la consommation en Argentine a connu une hausse de 58 % en glissement annuel en avril 2022, soit 2,9 points de pourcentage de plus que la variation enregistrée en mars dernier. Une véritable catastrophe. L'inflation en Ar... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay et Jean-Jacques Nieuviaert.

 

La crise énergétique européenne de ce début 2022 est d’une gravité qui n’avait plus été connue depuis les chocs pétroliers des années 1970.

Mais contrairement à ce que la Commission Européenne tente de nous faire croire, les causes de cette crise ne sont pas principalement externes à l’Europe, et le conflit russo-ukrainien est loin d’en être la cause déterminante.

Depuis plus de 10 ans la Commission européenne n’a aucune stratégie ni aucune vision pour assurer à la ... Poursuivre la lecture

Les prix élevés pour les métaux ?

Un analyste de l’Agence internationale de l’énergie, cité par l’AFP, donne la solution : « investir dans des nouveaux projets miniers. »

Mais où ? Avec quel argent ?

Cela ne risque-t-il pas de vous mettre à dos les écolos ?

Qui a envie d’investir ?

Les métaux ont chuté à travers le plancher en début de 2020, en raison de la fermeture des usines. Si des restrictions bloquent à nouveau les économies, les sociétés vont à nouveau essuyer des pertes.

L’opérateur d’une mine... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles