À qui appartient notre cerveau ?

Selon le décret loi 302 qui régule aussi les voyages de professionnels à l’étranger, mon propre cerveau, comme celui des autres diplômés de l’université, ne m’appartient pas.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
cerveau

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

À qui appartient notre cerveau ?

Publié le 11 novembre 2012
- A +

Selon le décret loi 302 qui régule aussi les voyages de professionnels à l’étranger, mon propre cerveau, comme celui des autres diplômés de l’université, ne m’appartient pas.

Par Yoani Sánchez, depuis La Havane, Cuba.

Pendant que le Grand Coupable
S’abrite derrière la sage protection du front.
« Défense du myocarde innocent »

Rubén Martínez Villena

Ma famille revendique cette masse de neurones, renforcée des soins qu’elle m’a prodigués étant petite. La maîtresse qui m’a appris à lire exige son crédit pour ces connexions qui ont aidé à unir pensée et langage. Chacun de mes amis pourrait aussi demander sa part, son morceau de tel ou tel lobe, pour les satisfactions ou les contrariétés qu’ils ont inscrites sur ses fragiles circonvolutions. Même l’enfant dont j’ai croisé le regard une courte seconde aurait droit à une portion de mon cortex cérébral, puisqu’à son passage il a gravé un petit souvenir dans ma mémoire.

Tous les livres que j’ai lus, les glaces que j’ai mangées, les baisers donnés avec indifférence ou avec passion, les films que j’ai vus, le café du matin et les cris des voisins… c’est à eux qu’appartient une portion de cette masse grise que j’ai derrière mon front. Le chat qui ronronne et enfonce ses griffes, le policier qui veille et souffle dans son sifflet, la fonctionnaire qui ajuste son uniforme militaire pour dire « non », le professeur médiocre qui écrit « geographie » sans accent, et le conférencier brillant dont les mots semblent pousser des portes et ouvrir des fenêtres. C’est à eux que je devrais les attribuer, une à une, mes cellules cérébrales, puisque sur elles ils ont pu mettre des marques indélébiles. Mes axones, je devrais les répartir entre des millions de personnes vivantes ou mortes, celles que j’ai connues ou simplement écoutées sur un air de musique ou à travers un poème.

Eh bien, selon le décret loi 302 qui régule aussi les voyages de professionnels à l’étranger, mon propre cerveau, comme celui des autres diplômés de l’université, ne m’appartient pas. Selon la nouvelle législation, les plis et les replis de cet organe sont propriété d’un système éducatif, qui se prévaut de sa gratuité pour ensuite récupérer la propriété de notre intellect. Les autorités qui régulent la possibilité de sortir de cette île croient qu’un citoyen éduqué est un simple conglomérat de matière encéphalique « formée » par l’État. Mais prétendre au droit d’usage d’un esprit humain, c’est comme vouloir mettre des portes à la mer… des fers à chaque neurone.

—-
Sur le web.
Traduction : Jean-Claude Marouby.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Par Juan Diego Rodríguez et Olea Gallardo. Un article de 14ymedio

 

Il y a quelques années, à l'occasion d'une de ces divertissantes conférences TED qui se répandent comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux, Barry Schwartz a popularisé l'expression "le paradoxe du choix" qui peut se résumer ainsi : choisir entre trop d'options produit de la paralysie et de l'insatisfaction, ce qui peut provoquer une sorte de stress très négatif dans les sociétés industrielles modernes.

Rien de tout cela n'arrivera aux clie... Poursuivre la lecture

Je vous ai déjà parlé de mes conversations déprimantes sur le climat et la démocratie. En voici une troisième qui s'est tenue samedi dernier : mon interlocuteur, ingénieur, admet volontiers que la Terre a déjà connu des évolutions climatiques d'ampleur mais il considère que le contexte actuel des émissions anthropiques de CO2 va provoquer un changement à la fois si dramatique et si rapide, plus rapide que jamais auparavant, que l'Homme sera incapable de mettre en œuvre son génie technologique dans les temps pour s'adapter à la nouvelle donne.... Poursuivre la lecture

dames conduisant une voiture près de la mer
5
Sauvegarder cet article

D’article en article sur Contrepoints, de nombreux auteurs ont largement argumenté sur les dérives de  l'idéologie écologiste et comment elle dessine peu à peu les contours d’un avenir dystopique, comme on dit maintenant. Même aseptisé ce mot semble presque irréel, relevant d’un cinéma d’anticipation dont les cauchemars ne pourraient « bien évidemment » pas se réaliser, tentons-nous de nous convaincre pour nous rassurer.

Dimanche, longeant la mer sur la Côte d’Azur, par une belle et plutôt douce journée automnale, je pensais à tout ce ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles