À qui appartient notre cerveau ?

Selon le décret loi 302 qui régule aussi les voyages de professionnels à l’étranger, mon propre cerveau, comme celui des autres diplômés de l’université, ne m’appartient pas.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
cerveau

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À qui appartient notre cerveau ?

Publié le 11 novembre 2012
- A +

Selon le décret loi 302 qui régule aussi les voyages de professionnels à l’étranger, mon propre cerveau, comme celui des autres diplômés de l’université, ne m’appartient pas.

Par Yoani Sánchez, depuis La Havane, Cuba.

Pendant que le Grand Coupable
S’abrite derrière la sage protection du front.
« Défense du myocarde innocent »

Rubén Martínez Villena

Ma famille revendique cette masse de neurones, renforcée des soins qu’elle m’a prodigués étant petite. La maîtresse qui m’a appris à lire exige son crédit pour ces connexions qui ont aidé à unir pensée et langage. Chacun de mes amis pourrait aussi demander sa part, son morceau de tel ou tel lobe, pour les satisfactions ou les contrariétés qu’ils ont inscrites sur ses fragiles circonvolutions. Même l’enfant dont j’ai croisé le regard une courte seconde aurait droit à une portion de mon cortex cérébral, puisqu’à son passage il a gravé un petit souvenir dans ma mémoire.

Tous les livres que j’ai lus, les glaces que j’ai mangées, les baisers donnés avec indifférence ou avec passion, les films que j’ai vus, le café du matin et les cris des voisins… c’est à eux qu’appartient une portion de cette masse grise que j’ai derrière mon front. Le chat qui ronronne et enfonce ses griffes, le policier qui veille et souffle dans son sifflet, la fonctionnaire qui ajuste son uniforme militaire pour dire « non », le professeur médiocre qui écrit « geographie » sans accent, et le conférencier brillant dont les mots semblent pousser des portes et ouvrir des fenêtres. C’est à eux que je devrais les attribuer, une à une, mes cellules cérébrales, puisque sur elles ils ont pu mettre des marques indélébiles. Mes axones, je devrais les répartir entre des millions de personnes vivantes ou mortes, celles que j’ai connues ou simplement écoutées sur un air de musique ou à travers un poème.

Eh bien, selon le décret loi 302 qui régule aussi les voyages de professionnels à l’étranger, mon propre cerveau, comme celui des autres diplômés de l’université, ne m’appartient pas. Selon la nouvelle législation, les plis et les replis de cet organe sont propriété d’un système éducatif, qui se prévaut de sa gratuité pour ensuite récupérer la propriété de notre intellect. Les autorités qui régulent la possibilité de sortir de cette île croient qu’un citoyen éduqué est un simple conglomérat de matière encéphalique « formée » par l’État. Mais prétendre au droit d’usage d’un esprit humain, c’est comme vouloir mettre des portes à la mer… des fers à chaque neurone.

—-
Sur le web.
Traduction : Jean-Claude Marouby.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

 

« Le privé est politique » expliquait récemment la candidate malheureuse à la primaire des écologistes Sandrine Rousseau au micro du web-magazine féminin-féministe Madmoizelle, « privé » signifiant ici vie privée, vie personnelle. En vertu de quoi elle voudrait voir reconnaître un délit de non-partage des tâches domestiques au sein des couples, écoféminisme de combat oblige.

La nouvelle idée de Sandrine Rousseau

On pourrait évidemment se dire que la propension de Sandrine Rousseau à proférer des âneries pour se faire rema... Poursuivre la lecture

port d'arme
4
Sauvegarder cet article

"L'ordre n'est pas mère mais fille de la liberté." Pierre-Joseph Proudhon

Lorsqu'on dit que l'on souhaite libéraliser le port d'arme, une réaction haineuse est automatiquement exprimée envers l'émetteur de l'idée, même parmi ceux qui s’évertuent à défendre les droits naturels de chacun. Pourquoi donc ?

Quelques chiffres clés en rappel : chaque année aux États-Unis, il y a 30 000 morts par arme à feu. Sur ce nombre de morts, deux-tiers sont des suicides, donc 10 000 meurtres par armes à feu.

Combien d'usages défensifs d'ar... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Ça y est, ça le reprend ! Comme lors de son hommage à Samuel Paty, cet enseignant décapité pour avoir utilisé des caricatures du prophète Mahomet lors d'un cours sur la liberté d’expression, Emmanuel Macron nous refait le coup du grand Président de la République totalement commis à la promotion de l'esprit des Lumières et à la défense de la liberté qu'il place volontiers "au-dessus de tout" dans ses discours :

"C'est notre choix, depuis plusieurs siècles, de mettre la dignité humaine, la paix, le respect d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles