Et hop ! Une jolie usine à gaz sociale

Les mesures annoncées par Ayrault seront l'occasion de créer une splendide usine à gaz. S'agira-t-il d'un choc de compétitivité ou d'un choc de complexité ?
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Et hop ! Une jolie usine à gaz sociale

Publié le 8 novembre 2012
- A +

Les mesures annoncées par Ayrault seront l’occasion de créer une splendide usine à gaz. S’agira-t-il d’un choc de compétitivité ou d’un choc de complexité ?

Par Pierre Chappaz.

Résumé des annonces d’Ayrault sur la « baisse des charges »:

Comment baisser les charges sans baisser les charges, en baissant les impôts de 20 milliards, après les avoir augmentés de 20 milliards.

Vous n’avez pas tout compris ?

En décortiquant les annonces de mardi suite au rapport Gallois, on constate que le niveau des charges sociales restera inchangé. Simplement, une baisse d’impôt – égale à la hausse récente de 20 milliards – sera accordée aux entreprises.

Les mesures annoncées sont l’occasion de créer une splendide usine à gaz comme savent les fabriquer les créatifs de Bercy : les charges sociales resteront payées plein pot aux taux actuels, et une partie sera remboursée par la suite sous forme de « crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi » encore obscur. Les nouveaux effets de seuils pour le calcul des remboursements de charges vont égayer la vie des comptables dans les entreprises, impatients de connaître les formules de calcul du crédit d’impôt qui devrait être plus ou moins important jusqu’à 2,5 fois le smic (rien au-delà). S’agira-t-il d’un choc de compétitivité ou d’un choc de complexité ?

J’ai une suggestion pour le gouvernement français : créer un nouveau « crédit d’impôt pour financer l’embauche d’un énarque dans chaque PME ». Un énarque, ça doit pouvoir s’y retrouver dans les 3200 pages du Code du travail français, non ?

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Ceci fera le bonheur des avocats en tout genre : fiscaliste, spécialisés en droit social et ‘en passe. Décidément, j’ai bien peur que les mesures annoncées ne soient un choc de contre compétitivité !

  • Mais pourquoi diable ceci ne saute aux yeux de personne ? Le commun des commentateurs laisse penser que plus c’est compliqué, plus ça a été réfléchi, donc meilleurs seront les résultats. Quelle absurdité ! Je crois que cette complexité sert surtout à, comme disait Colbert, « plumer l’oie sans qu’elle ne criaille »…
    http://www.contrepoints.org/2012/08/12/93441-petrole-la-grande-hypocrisie-de-la-transparence

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le déclin des organisations s’étale souvent sur de longues périodes, ce qui contribue à rendre sa perception difficile. Mais il arrive qu’un événement particulier le rende évident aux yeux de tous. Cet événement n’est pas nécessairement important, mais sans qu’on sache vraiment pourquoi, il cristallise tout ce qui était en germe depuis longtemps. Pour le Parti socialiste, alors au pouvoir, il semble bien que cet événement soit la gestion calamiteuse de la décision par le groupe ArcelorMittal d’arrêter les hauts fourneaux de Florange en 2012.<... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Claude Goudron.

La France va mal et ce n’est pas uniquement de la faute du Covid. Depuis plus de vingt années maintenant elle traîne un système d’une lourdeur et d’une inefficacité qui se confirment chaque jour ; et en temps de crise comme celle que nous traversons aujourd’hui, le phénomène s’amplifie.

Après avoir perdu la moitié de sa part dans le PIB, le déclassement industriel du pays s’accélère d’une façon alarmante.

Sur une dizaine de freins que j’ai dénombrés je souhaite aborder en premier lieu celui qui m’a le ... Poursuivre la lecture

Par Adélaïde Hecquet. Un article de l'Iref-Europe

Un restaurateur du Doubs est à l’origine d’une vraie rébellion anti-Covid. Stéphane Turillon a lancé son restaurant le 12 octobre 2020, après deux ans de travaux, un demi-million d’euros d’investissement et 25 années de métier. Mais le second confinement a mis une fin brutale à ces efforts, et il a aujourd’hui perdu 400 000 euros.

Il risque la faillite, la perte de son restaurant, de sa maison, de sa voiture. Ce père de trois enfants estime n’avoir plus rien à perdre.

Il o... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles