Le canard coquin et la Constitution

Le propriétaire du magasin qui avait été condamné en février dernier pour avoir vendu des sex toys à proximité d’un établissement d’enseignement a choisi de faire appel.

Le propriétaire d’un magasin qui avait été condamné en février dernier pour avoir vendu des sex toys à proximité d’un établissement d’enseignement a choisi de faire appel.

Par Roseline Letteron.

Au milieu des graves sujets de société, il est des questions en apparence plus futiles, mais qui, finalement, mettent parfaitement en lumière les tensions actuelles entre le libéralisme le plus largement entendu et le retour à un certain ordre moral. On se souvient que, le 29 février 2012, deux associations catholiques ont obtenu du tribunal correctionnel de Paris la condamnation du responsable d’un magasin proche du Centre Pompidou. Son magasin était spécialisé dans la vente de sex toys, et la loi sur la protection de l’enfance, punit d’une peine de deux années d’emprisonnement et de 30 000 € d’amende le fait de vendre des objets pornographiques à moins de deux cents mètres d’un établissement d’enseignement.

En l’espèce, le propriétaire du magasin a été condamné, mais dispensé de peine. En revanche, sa condamnation l’a contraint à la fermeture, et il a donc choisi de faire appel, joignant à cette procédure une QPC portant sur la constitutionnalité des dispositions qui constituent le fondement de sa condamnation.

Pour le moment, la procédure ne fait que commencer, mais la QPC a déjà franchi la première étape, celle du juge du fond qui a transmis, le 17 octobre 2012, le dossier à la Cour de cassation. Celle-ci doit encore accepter la transmission au Conseil constitutionnel, pour que les moyens d’inconstitutionnalité soient examinés. Les requérants soulèveront probablement deux moyens essentiels, d’une part la clarté et l’intelligibilité de la loi, d’autre part l’atteinte qu’elle porte à la liberté d’entreprendre.

Clarté et intelligibilité de la loi

Devant les juges du fond, le débat porte sur la question de savoir si un sex toy constitue, ou non, un « objet pornographique » au sens de la loi. Devant le juge constitutionnel, le débat pourrait porter sur le défaut de clarté et d’intelligibilité de la loi, dès lors que cette notion d' »objet pornographique » n’est pas explicitée par le législateur. La Cour européenne, depuis sa décision Sunday Times du 26 avril 1979, exige qu’une loi qui pose des restrictions à l’exercice d’une liberté, en l’espèce la liberté d’entreprendre, soit précise et prévisible. Le Conseil constitutionnel adopte une position très proche, avec une décision du 16 décembre 1999 qui érige le « principe d’accessibilité et d’intelligibilité » en « objectif à valeur constitutionnelle ». En matière de liberté d’entreprendre précisément, le Conseil a ainsi censuré sur ce fondement les dispositions trop imprécises d’une loi d’orientation sur l’outre mer (décision du 7 décembre 2000). Ce principe s’applique de manière particulièrement rigoureuse en matière pénale, dès lors qu’il a pour fonction de garantir le respect du principe de sûreté. En effet, la Cour de cassation n’hésite pas à annuler une condamnation au motif que « le texte d’incrimination est entaché d’équivoque et d’imprécision ».

Il n’est évidemment pas certain que les requérants obtiennent gain de cause sur ce fondement. Le Conseil pourrait cependant s’interroger sur cette notion d' »objet pornographique » qui repose non pas sur des données objectives mais sur une appréciation très largement subjective. Il pourrait également être sensible au fait que ces objets sont désormais vendus dans des grandes surfaces, voire chez Sonia Rykiel. Enfin, il pourrait aussi s’interroger sur l’imprécision de la notion d' »établissement d’enseignement » contenue dans la loi. En effet, la vente de sex toys n’a sans doute pas un impact identique à proximité d’une école élémentaire ou d’un lycée.

Atteinte à la liberté d’entreprendre

Le propriétaire du magasin, dès lors qu’il était condamné par le juge pénal, s’est vu contraint à la fermeture, et les trois employés qui travaillaient avec lui ont été licenciés. Il invoquera donc nécessairement l’atteinte à la liberté d’entreprise entrainée par les dispositions de la loi sur la protection de l’enfance.

La liberté d’entreprendre peut être définie très simplement comme le droit d’exercer l’activité de son choix, et par conséquent de créer ou d’acquérir une entreprise. Le Conseil constitutionnel l’a mentionnée pour la première fois dans sa décision du 16 janvier 1982 sur les nationalisations : « La liberté qui, aux termes de l’article 4 de la Déclaration de 1789, consiste à faire tout ce qui ne nuit pas à autrui, ne saurait être elle-même préservée si des restrictions arbitraires ou abusives étaient apportées à la liberté d’entreprendre« . Peu à peu, le juge constitutionnel a d’ailleurs associé la liberté d’entreprendre au droit de propriété, par exemple lorsqu’il annule, dans une décision du 7 décembre 2000, des dispositions législatives permettant de soumettre à autorisation administrative le changement de destination d’un local commercial.

Comme dans bien d’autres domaines, le Conseil constitutionnel exerce donc un contrôle de proportionnalité, examinant très attentivement si les dispositions législatives contestées portent une atteinte excessive à la liberté d’entreprise. Dans l’examen de la loi sur la protection de l’enfance, celle-là même qui a conduit à la condamnation de notre vendeur de sex toys, le Conseil pourrait estimer que la liberté d’entreprendre subit une atteinte particulièrement grave. L’interdiction de vendre de tels objets à moins de deux cents mètres d’un établissement scolaire, quel qu’il soit,  public ou confessionnel, école maternelle ou lycée, conduit en effet à limiter considérablement la possibilité d’installation de ce type de commerce, alors même qu’il n’est pas formellement prohibé par le législateur.

Le problème de constitutionnalité existe bel et bien, et on ne peut qu’espérer que la Cour de cassation transmettra la QPC au Conseil constitutionnel. Peut-être trouvera-t-il quelque inspiration dans la jurisprudence du Conseil d’État ? Souvenons-nous que le juge administratif, saisi d’un recours contre une décision du préfet maritime, gouverneur de Toulon, interdisant aux « filles publiques » d’arpenter les trottoirs et de fréquenter les débits de boisson situés à proximité de la base maritime, a prononcé l’annulation. Il se fondait sur la liberté d’aller et de venir de ces dames, et sur la liberté du commerce et de l’industrie pour les tenants de ces débits de boisson. C’était le célèbre arrêt dame Dol et Laurent, le 28 février 1919.

—-
Sur le web.