Pigeons : mise au point pour Audrey Pulvar

Dans son dernier éditorial des Inrocks, Audrey Pulvar s’en prend aux 70 000 entrepreneurs réunis sur la page facebook des Pigeons, et prend à partie Pierre Chappaz. Voici sa réponse.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints930 Pulvar

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pigeons : mise au point pour Audrey Pulvar

Publié le 19 octobre 2012
- A +

Dans son dernier éditorial des Inrocks, Audrey Pulvar s’en prend aux 70 000 entrepreneurs réunis sur la page facebook des Pigeons, et prend à partie Pierre Chappaz. Voici sa réponse.

Par Pierre Chappaz.

Pendant des années, j’ai assisté à l’étatisation de la société française sans exprimer ce que j’en pensais. Peu à peu, j’ai voté avec mes pieds, choisissant d’habiter dans un pays plus en accord avec mes valeurs : j’ai expliqué ici mon choix de vie.

Quand je me suis engagé en politique, lors des dernières législatives françaises pour la circonscription de Suisse, je savais que je prenais le risque d’être critiqué, attaqué. C’est la norme en politique, et je suis une cible plutôt tentante ! Pensez-vous, un entrepreneur qui a réussi dans l’Internet, libéral de surcroît, et qui habite en Suisse. Comment puis-je oser participer au débat politique ?

Dans son dernier éditorial des Inrocks, Audrey Pulvar s’en prend aux 70 000 entrepreneurs réunis sur la page facebook des Pigeons, et pointe deux soi-disant représentants du mouvement : Marc Simoncini et moi, coupables d’être multimillionnaires. Elle sous-entend que j’ai gagné 475 millions d’euros lors de la vente de Kelkoo à Yahoo! en 2004, ce qui est totalement faux.

S’agit-il de la part d’Audrey Pulvar d’incompétence ou de cynisme ? Je vous laisse juge. Elle peut du reste montrer sa bonne foi en publiant ma mise au point dans son journal en papier.

Ainsi pour Audrey Pulvar, si je vends une société que j’ai fondée et que je dirige pour la somme de 475 millions d’euros, cela signifie que j’ai une fortune de 475 millions… Elle ignore le fait que nous étions cinq fondateurs et que nous avons été extrêmement dilués par 7 fusions successives avec d’autres sociétés européennes, ainsi que par les actionnaires financiers qui furent les grands gagnants dans l’aventure ; ce qui ne me choque pas, ils nous ont fait confiance dans un marché ou 9 sur 10 de nos concurrents sont allés dans le mur. Je dois aussi préciser ici qu’un nombre significatif des 400 salariés de Kelkoo possédaient des stocks-options qui leur ont permis d’être récompensés de leurs longues années d’efforts.

Grâce à toute l’équipe, Kelkoo a été l’une des plus grandes réussites de l’Internet européen. Vous pouvez télécharger gratuitement le livre de Julien Codorniou et Cyrille de Lasteyrie qui raconte cette histoire, une passionnante histoire humaine avant tout.

Il ne me restait que 3 % de l’entreprise lors de la vente à Yahoo! Je vous laisse faire le calcul du montant qui m’est revenu, c’est beaucoup bien sûr, c’est même exceptionnel, mais très très différent du chiffre brandi par Audrey Pulvar. J’ai réinvesti une grande partie de cet argent depuis, dans ma nouvelle entreprise Ebuzzing (200 emplois créés en Europe), et pour soutenir d’autres jeunes entrepreneurs qui se lançaient.

Concernant le mouvement des Pigeons, bien que n’étant pas concerné personnellement par les plans du nouveau gouvernement français, j’ai réagi au projet démentiel de taxation des entrepreneurs, par un billet qui a certes connu un certain retentissement.

Je me suis limité à cela et à quelques tweets.

C’est aux entrepreneurs qui vivent en France de se défendre, ils ont toute ma sympathie et celle des nombreux créateurs de société qui sont partis au cours des dernières années.

Comme tous ces entrepreneurs qui ont choisi de vivre dans le vaste monde, je continue d’aimer mon pays natal. Et je regrette qu’il se laisse mener par le bout du nez par des idéologues d’un autre siècle.

—-
Sur le web.

Lire aussi : Une excellente réponse de Patrick Robin à Audrey Pulvar.

Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • Et oui chez les socialistes on aimerait bien pulvariser les pigeons. Il y a surement la une nostalgie de la lutte des classes, agrémentée d’une bonne dose de populisme et/ou de démagogie.

  • On l’appelle aussi « monture sécu ».

  • En même temps elle se fait démolir par tous les commentaires….Mais quelle conne!!

  • Excellente réponse ; votre ton calme et mesuré tranche avec l’agaçante prétention de Mme Pulvar, et vous fait honneur.

  • Afin d’avoir une information complète, il serait utile de mettre en ligne :
    1. le projet du gouvernement
    2. le texte des « pigeons »
    3. l’édito de Mme Pulvar

  • En tout cas je n’ai pas vu un seul message de soutien à Pulvar pour le moment. Et les commentaires suite à son édito de divers lecteurs montraient particulièrement la grogne à son encontre. Quant aux inrocks, les ventes baissent. Le boulet se rapproche pour celle qui a bénéficié des accointances de son mari avec le banquier d’Hollande.

  • qui finance son journal? Certainement pas ses lecteurs en nombre insuffisant pour lui verser un salaire assez conséquent pour qu’elle puisse s’acheter une paire de lunettes en écailles de tortue à 12000E.
    Une fois de plus elle aurait mieux fait de la fermer.

  • M Chappaz, vous avez tout mon soutien et toute ma sympathie. Pour ce que vous avez accompli, je vous félicite. Si tout le monde faisait comme vous, il n’y aurait pas de chômage en France et nous serions tous plus riches. Chapeau!

  • elle a vraiment la coiffure afro rebelle …certainement une nécessité pour pouvoir diriger ce torchon…pardon journal culturel

    • Non. Elle a depuis récupéré sa coiffure lisse. L’afro c’était pour cacher le lifting et détourner l’attention du gogo moyen.

  • C’est l’histoire de la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le boeuf …..

    Il va falloir qu’elle se dégonfle sinon comme la grenouille elle va éclater par sa suffisance et son arogance.

  • Même ses réponses aux commentaire sont d’une bêtise affligeante.

    Comment à fait un pays pour que la voix de la connerie la plus crasse soit aussi prépondérante ?

  • Cher Pierre, joli parcours et vous meritez tout notre respect. Et même si vous aviez fait kelkoo tout seul, vous auriez le droit de partir avec 475 millions. C’est la loi du business. Bien sûr vous êtez un créateur de richesse et bien sûr vous pouvez agir comme un venture capitaliste. C’est tout á votre honneur. En Suéde, j’ai eu l’occasion de m’entretenir avec un des fondateurs de Pricerunner qui depuis a vendu sa companie et fait fructifier son argent dans d’autres aventures. C’est aussi l’histoire de Bill Joy, co-fondateur de Sun Microsystem et l’un des « venture capitalist » de la silicon valley le plus pointu dans le domaine des nouvelles technologies. Alors nous devons conclure: Pulvar va braire avec les chêvres, puisque ce c’est á peu prêt le niveau de ta connaissance des rouages de la création de richesse du capitalisme.

  • C’est vrai que Madame Pulvar a été bercée depuis sa tendre enfance par la musique douce de la lutte des classes….Donc du marxisme léninisme ! Et c’est grâce à cette idéologie très encrée en France qu’elle continue de profiter de ses largesses. Nomenklatura oblige ! On pourrait appeler cela du parasitisme ! Ne serais ce pas de la jalousie…ou bien peut-être de la méchanceté…..Qui sait !

  • Audrey a raison. Ce mouvement poujadiste d’ultra-libéraux m’agace profondément. Non mais !

  • Wow, ce qui est fascinant c’est pas tellement l’édito en lui-même (c’est un concentré de conneries, mais on s’y attendait), mais les réponses aux commentaires de « jepostuledoncjesuis » (il s’agit manifestement de Pulvar, qui a semble-t-il la désagréable habitude de parler d’elle-même à la 3e personne). Pas UNE de ses réponses n’avance le moindre argument, elles sont systématiquement à côté de la plaque et se contentent d’attaquer en une ligne son lecteur sur un détail insignifiant (une faute d’orthographe ou son pseudo). Je savais qu’elle était méprisante et hautaine, mais là ça dépasse l’entendement, elle s’adresse quand même à ses lecteurs, dont certains font un effort d’argumentation bien supérieur à son torchon !

    Petit best-of, là j’en peux plus :
    (A un jeune entrepreneur qu dit ne pas se payer depuis deux ans) Deux ans et demi que vous n’avez pas de salaire ? Mais il faut faire une demande de RSA, mon brave !
    Ne vous inquiétez pas pour la société, elle pourra toujours opter pour la décroissance.
    Parce que cela s’oppose naturellement. L’argent n’aime ni la culture, ni l’éducation, ni la solidarité. L’argent n’aime que l’argent.
    A quand un patron qui écrit sans faute ???
    Ce que vous oubliez, c’est que Mme Pulvar n’est pas dans le circuit économique, elle est journaliste.

    • Tout à fait d’accord avec vous ! « jepostuledoncjesuis » est certainement Audrey Pulvar ! j’ai également lu les commentaires et j’ai eu la même réflexion : Rarement vu un tel concentré de bêtises arrogantes.

    • Sûre qu’elle est Poissons pour faire semblant de répondre sans répondre tout en répondant au pauvre gars qui, au final, ne se souvient même plus de la question qu’il a posé ou du sujet du post initial ! Je vais aller vérifier.

  • Nous assistons depuis l’arrivée de HOLLANDE à une résurgence violente de la lutte des classes, initié par quelques journaleux portes paroles d’une gauche radicale, plutôt LO que PC, prêt à déstabiliser le pouvoir trop à droite pour eux, en s’appuyant sur des syndicats prêts à toute surenchère pour se garantir une médiatisation permanente.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jinia Mukerjee. Un article de The Conversation

Imaginez la scène : c’est la fin de l’après-midi. Une maman participe à une réunion Zoom dans la cuisine tout en essayant de préparer le dîner pour un enfant (affamé) qui va bientôt arriver de l’école. Pendant ce temps, son époux court vers l’école primaire pour récupérer leur fils, juste après une importante réunion de travail. Dans une heure, il reprendra ses tâches à la maison tandis que la mère, qui viendra de terminer sa réunion sur Zoom, s’occupera de l’enfant.

Cette scène... Poursuivre la lecture

C’est désespérant de constater une fois de plus cette démagogie électorale de notre ex-futur président de la République. La France croule sous les dettes, l’inflation explose, le déficit se creuse et nos super politiques ne trouvent rien de mieux à proposer que de taper sur les entrepreneurs. Ces cochons de payeurs, pour peu qu’ils arrivent à faire des résultats, sont priés de les distribuer aux pauvres salariés-exploités-damnés de la Terre.

J’ai connu des périodes difficiles avec huissier devant la porte et vente forcée de ma maison. ... Poursuivre la lecture

Par Jacques Clouteau.

Depuis des décennies, et encore plus au moment des campagnes électorales, je trouve que les discours des hommes politiques, qu'ils soient de droite ou de gauche, les compte-rendus des journalistes et les avis des économistes sont d'une exaspérante vacuité lorsqu'ils se mettent à évoquer l'économie du pays.

Je note toujours avec amusement que ces économistes sont en fait des professeurs d'économie dans une quelconque école, ce qui en dit long sur leur contact avec l'économie réelle que nous autres, entrepren... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles