Pigeons : la fronde patronale ira-t-elle plus loin ?

La fronde des pigeons ne se réfère pas aux idées libérales. Le devrait-elle, pour attaquer la source du problème, l'hypertrophie de l'Etat ?
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
pigeons

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pigeons : la fronde patronale ira-t-elle plus loin ?

Publié le 18 octobre 2012
- A +

La fronde patronale des pigeons ne se réfère pas aux idées libérales. Le devrait-elle, pour attaquer la source des errements actuels, à savoir l’hypertrophie de l’État ?

Article publié en collaboration avec l’Aleps.

Les « chefs d’entreprises » se sont donc mobilisés contre certaines dispositions prévues dans le budget 2013, en particulier contre la taxation des plus values nées de la cession d’entreprises. Le FigÉco (jeudi 11) titre « une fronde patronale unique contre le budget ».

Le front unique est d’autant plus remarquable qu’il rassemble des entrepreneurs créateurs de leurs propres entreprises, et des « managers » dont la mission est de gérer des entreprises qu’ils n’ont pas souvent créées. Ceux-ci sont en général moins pugnaces que ceux-là.

Le gouvernement a eu l’habileté de désamorcer une partie des mécontentements en édulcorant les dispositions concernant les cessions : elles ne concerneraient que les cessions réalisées par des actionnaires ou gérants très minoritaires (moins de 10% du capital), et parmi ces minoritaires, nombreux seraient exonérés sous condition de ressources. Mais le Parlement ne s’est pas encore prononcé sur ce que l’aile gauche appelle une « reculade ».

Parce qu’ils se défendent à juste titre de toute appartenance ou ingérence partisane, les patrons ne veulent pas aller au-delà d’une démarche professionnelle et économique, qui prend peut-être aux yeux de certains une allure corporatiste. Peut-on souhaiter les voir aller plus loin, et se référer à l’intérêt général aussi bien qu’à leurs légitimes intérêts personnels ? Ils devraient alors rejoindre les rangs des militants de la société civile qui, au delà de la fiscalité et de la compétitivité, veulent attaquer à leur source les errements actuels : l’hypertrophie de l’État, de ses finances et de ses réglementations. Ils devraient rejoindre la croisade libérale, ce qu’ils n’ont plus fait depuis la publication du Programme Commun de la Gauche… en 1973.


Sur le web

Lire aussi le reste de notre dossier sur le mouvement des « pigeons ».

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Personnellement, Je suis patron, j’ai 3 enfants, je n’ai pas le temps de faire autre chose.
    Et si je me mets en gréve, mon concurrent en profite.
    on est tous dans ce cas là.

    La messe est dite!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Eddie Willers.

Lorsque je discute avec des amis, revient souvient la réflexion que les riches peuvent rester riches parce que l’argent rapporte naturellement. Malheureusement la valeur ne se crée pas par magie, elle résulte de certains mécanismes qu’il est nécessaire de bien appréhender afin de comprendre pourquoi on gagne ou l’on perd de l’argent.

Dans un monde de déflation, l’argent, entendu comme l’épargne, rapporterait puisqu’avec une même quantité de monnaie vous pourriez acheter davantage de biens ou services. Dans un ... Poursuivre la lecture

Cet article est disponible en podcast ici.

Le 29 novembre dernier, Jack Dorsey demissionnait de son poste de patron de Twitter. Il rejoint ainsi la longue liste des entreprises de la Tech ayant perdu leur patron fondateur telles Microsoft, Amazon, Google, Alibaba, Uber, WeWork, etc.

Il fut pourtant un temps, où les fondateurs restaient jusqu’au bout comme Dassault, Renault ou L’Oréal. Pourquoi une telle épidémie de démissions et pour quelle raison ?

Pression des investisseurs

Pour Jack Dorsey, il faut se rappeler son préc... Poursuivre la lecture

Par Claude Sicard.

La presse nous apprend qu’Emmanuel Macron vient de donner son accord à la proposition qui lui était faite de faire entrer au Panthéon la fameuse meneuse de revue des Folies Bergères dans les années 1930, Joséphine Baker.

Cette artiste de music-hall franco-américaine a été une figure de la résistance aux envahisseurs nazis durant la Seconde Guerre mondiale. Elle a été active aux côtés  du pasteur Martin Luther King dans la lutte pour les droits civiques des Afro-américains.

Une pétition qui avait recueil... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles