Pigeons : la fronde patronale ira-t-elle plus loin ?

La fronde patronale des pigeons ne se réfère pas aux idées libérales. Le devrait-elle, pour attaquer la source des errements actuels, à savoir l’hypertrophie de l’Etat ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
pigeons

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pigeons : la fronde patronale ira-t-elle plus loin ?

Publié le 18 octobre 2012
- A +

La fronde patronale des pigeons ne se réfère pas aux idées libérales. Le devrait-elle, pour attaquer la source des errements actuels, à savoir l’hypertrophie de l’État ?

Article publié en collaboration avec l’Aleps.

Les « chefs d’entreprises » se sont donc mobilisés contre certaines dispositions prévues dans le budget 2013, en particulier contre la taxation des plus values nées de la cession d’entreprises. Le FigÉco (jeudi 11) titre « une fronde patronale unique contre le budget ».

Le front unique est d’autant plus remarquable qu’il rassemble des entrepreneurs créateurs de leurs propres entreprises, et des « managers » dont la mission est de gérer des entreprises qu’ils n’ont pas souvent créées. Ceux-ci sont en général moins pugnaces que ceux-là.

Le gouvernement a eu l’habileté de désamorcer une partie des mécontentements en édulcorant les dispositions concernant les cessions : elles ne concerneraient que les cessions réalisées par des actionnaires ou gérants très minoritaires (moins de 10% du capital), et parmi ces minoritaires, nombreux seraient exonérés sous condition de ressources. Mais le Parlement ne s’est pas encore prononcé sur ce que l’aile gauche appelle une « reculade ».

Parce qu’ils se défendent à juste titre de toute appartenance ou ingérence partisane, les patrons ne veulent pas aller au-delà d’une démarche professionnelle et économique, qui prend peut-être aux yeux de certains une allure corporatiste. Peut-on souhaiter les voir aller plus loin, et se référer à l’intérêt général aussi bien qu’à leurs légitimes intérêts personnels ? Ils devraient alors rejoindre les rangs des militants de la société civile qui, au delà de la fiscalité et de la compétitivité, veulent attaquer à leur source les errements actuels : l’hypertrophie de l’État, de ses finances et de ses réglementations. Ils devraient rejoindre la croisade libérale, ce qu’ils n’ont plus fait depuis la publication du Programme Commun de la Gauche… en 1973.


Sur le web

Lire aussi le reste de notre dossier sur le mouvement des « pigeons ».

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Personnellement, Je suis patron, j’ai 3 enfants, je n’ai pas le temps de faire autre chose.
    Et si je me mets en gréve, mon concurrent en profite.
    on est tous dans ce cas là.

    La messe est dite!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jinia Mukerjee. Un article de The Conversation

Imaginez la scène : c’est la fin de l’après-midi. Une maman participe à une réunion Zoom dans la cuisine tout en essayant de préparer le dîner pour un enfant (affamé) qui va bientôt arriver de l’école. Pendant ce temps, son époux court vers l’école primaire pour récupérer leur fils, juste après une importante réunion de travail. Dans une heure, il reprendra ses tâches à la maison tandis que la mère, qui viendra de terminer sa réunion sur Zoom, s’occupera de l’enfant.

Cette scène... Poursuivre la lecture

C’est désespérant de constater une fois de plus cette démagogie électorale de notre ex-futur président de la République. La France croule sous les dettes, l’inflation explose, le déficit se creuse et nos super politiques ne trouvent rien de mieux à proposer que de taper sur les entrepreneurs. Ces cochons de payeurs, pour peu qu’ils arrivent à faire des résultats, sont priés de les distribuer aux pauvres salariés-exploités-damnés de la Terre.

J’ai connu des périodes difficiles avec huissier devant la porte et vente forcée de ma maison. ... Poursuivre la lecture

Par Jacques Clouteau.

Depuis des décennies, et encore plus au moment des campagnes électorales, je trouve que les discours des hommes politiques, qu'ils soient de droite ou de gauche, les compte-rendus des journalistes et les avis des économistes sont d'une exaspérante vacuité lorsqu'ils se mettent à évoquer l'économie du pays.

Je note toujours avec amusement que ces économistes sont en fait des professeurs d'économie dans une quelconque école, ce qui en dit long sur leur contact avec l'économie réelle que nous autres, entrepren... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles