Escargots brestois et détenus à vélo

Quel exemple donne cette société qui choisit, systématiquement, le malhonnête ou l'animal au dessus de l'Honnête homme ?
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
escargot

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Escargots brestois et détenus à vélo

Publié le 5 octobre 2012
- A +

Décidément, la vie est trop triste pour parler économie, politique ou François Hollande qui bafouille. Aujourd’hui, j’ai décidé de nous remonter le moral en vous parlant de vélos et d’escargots. Car comme chacun sait, le vélo est excellent pour la santé de ceux qui les regardent voltiger de loin, et les escargots aussi, mais c’est d’avantage une question de sauce.

Oui, je sais, ce n’est pas limpide expliqué ainsi. Mais je m’explique.

La société française a évolué sur les dernières décennies, plus vite sans doute que je n’aurais pu le croire. Grâce au travail remarquable d’une bande toujours plus nombreuse d’humanistes de combat, le pays a su, de façon subtile, progressive mais obstinée et finalement, définitive, inverser habilement les échelles de valeurs. Comme l’expliqueront nos fameux humanistes, il s’agit ici d’explorer le champ des possibles, et dans ces possibles, le placement de l’Homme Honnête et Travailleur en bas de l’échelle des priorités constitue une éventualité qu’il était urgent de mettre à l’essai. Pour voir.

Et c’est donc par un travail constant auprès de toutes les strates de la société, mais en particulier des politiciens, que nos humanistes de combat sont parvenus à bien remettre l’Homme Honnête Et Travailleur à cette place si particulière, coincé à mi-chemin entre le virus Ebola et l’escargot, et de toute façon en-dessous du détenu moyen. On avait appris il y a quelques mois que, déjà, les cantines des prisons vendaient du Nutella a prix négocié, ce qui mettait l’Homme Honnête et Travailleur, à commencer par le gardien de prison, dans la situation ubuesque de devoir payer le Nutella de son proverbial pain quotidien plus cher que des criminels, prix supérieur auquel s’ajoute l’agacement moral d’avoir à payer des impôts pour que ces prisons continuent leur office de dumping nutellesque.

Chemin pour véloOn découvre à présent que les détenus, outre des réductions substantielles sur les gâteries chocolatées, obtiennent à présent des stages de cyclisme, permettant ainsi de leur faire découvrir l’ouest du pays dans des conditions estivales et pédaleuses. En effet, dans un petit article de France 3 saupoudré d’une ou deux fautes d’orthographe habituelles de la presse française, on apprend que des détenus ont eu le plaisir de participer à une opération de pédalage festif, citoyen et pénitentiairement encadré leur permettant de réaliser le trajet St-Jean-De-Luz jusqu’à Canet Plage sur des vélos (qu’on ne supposera pas volés). Le soir, coureurs et accompagnants ont dormi dans des gîtes ; avec ou sans petit nounours pour éviter les peurs nocturnes, on n’en saura rien.

Pour participer, il leur fallait avoir été définitivement condamnés à une peine d’au moins sept mois, et réussir un examen médical complet ; il eut été dommage qu’un détenu clabote en pleine cambrousse, sur son vélo (par exemple après avoir abusé de dopants). Pour réussir pareil voyage et éviter, justement, claquages et autres mésaventures médicales en route, les autorités avaient prévu un entraînement régulier au travers de sorties cyclistes organisées chaque semaine ; les cyclistes à casier ont finalement parcouru 60.000 km cumulés lors de ces entraînements… C’est loin, décidément, Cayenne et son bagne : la prison, en 2012, c’est à la fois Nutella pas cher et vélo bucolique.

Ici, les humanistes de combat nous expliqueront que l’opération avait pour but « d’intégrer les notions de respect des règles, de confiance et de dépassement de soi » ; le dépassement des autres était prévu lors de la randonnée cycliste, je suppose. Pendant ce temps, l’Homme Honnête et Travailleur paye ses impôts. En conséquence, il doit faire une croix sur ses vacances. Il avait prévu d’aller faire du vélo, mais ce sera pour une autre année. Il lui faudra probablement faire un trois sept braquages pour atterrir en prison et commencer enfin une nouvelle vie.

aim high

Un peu au-dessus de l’Homme Honnête et travailleur, on trouve l’escargot. C’est mignon, un escargot, et, comme je le disais en introduction, avec une bonne sauce, cela peut faire une entrée décente. Pas en Bretagne, cependant, où l’Escargot de Quimper est intouchable : classé en tant qu’espèce protégée, ce joli mollusque habite les zones boisées de la Basse-Bretagne et de la cordillère Cantabrique, dont il proviendrait probablement. C’est d’ailleurs cette distribution particulièrement parcimonieuse qui lui vaut cette protection étendue dans toute l’Europe (des fois qu’il apparaisse en Pologne, à tout hasard).

Il s’est très bien adapté au climat breton pas trop sec, et y pullule joyeusement d’autant plus qu’il n’est guère chassé et qu’il est donc, comme je le disais, protégé. À tel point que, régulièrement, des projets immobiliers ou d’infrastructure doivent être arrêtés ou abandonnés s’ils dérangent le pachyderme crustacé gastéropode, ce qui donne lieu a de croustillants articles dans une presse régionale toujours aussi friande de rebondissement localo-animaliers.

Ce qui devient franchement tordant, c’est lorsque cet animal devient responsable d’une déroute financière notable au point que tout un article y soit consacré. En substance, le Stade Brestois devait investir 12 millions d’euros et faire participer une quarantaine d’entreprises à la réalisation d’un centre de formation. Heureusement, de fières associations écologistes qui protègent le David gastéropode contre le Goliath bétonneur ont réussi à mettre un terme à ce projet. Adieu, veau, vache, cochons, couvées, constructions et emplois à la clef : le petit escargot, même en temps de crise, est intouchable.

escargots de quimper intouchables

Merveilleux pays qui a, encore une fois, su insuffler le vrai sens des priorités et des valeurs à ses habitants : le contribuable peut être ponctionné pour subventionner les coups de pédales estivaux de détenus, et les investissements peuvent être stoppés pour éviter de déranger des escargots. Après tout, puisque ce pays est foutu, autant l’achever dans l’absurde : oui, certes, je sais bien que le but de mettre des détenus sur des petits vélos et de les faire pédaler est pétri d’un humanisme fort et bon qui sent la sueur, l’âpre combat de l’homme contre la bête en lui, contre l’avilissement que la prison suppose et la perte-de-lien-social que tout enfermement provoque et tout ça. Je sais bien que si on ne protège pas les escargots de Quimper, toute la faune et la flore verdoyante de la Bretagne va partir en sucette dès qu’elle en aura l’occasion, vendue qu’elle sera au règne des promoteurs immobiliers (forcément peu scrupuleux).

Mais quel est le prix à payer de ces démonstrations ? Quelle est la limite à la gentillesse pour les escargots et les détenus ? Quelle société peut ainsi offrir des vacances au soleil pour des criminels ? Laquelle peut se permettre de piétiner des entreprises et mettre plus haut que des emplois, du travail pour des familles, la sauvegarde d’un patrimoine qu’on formolise à coup de lois ?

Quel exemple donne cette société qui choisit, systématiquement, le malhonnête ou l’animal au dessus de l’Honnête homme ?
—-
Sur le web

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Heureusement que H16 n’est pas au gouvernement ! Sans quoi, ce seraient les conditions de vie indignes de XIX ème siècle qui reviendrait au galop pour les plus démunis !

    • Vous oubliez « les heures les plus sombres de notre histoire ». C’est un classique que vous auriez pu placer.
      Sinon, quel est le lien entre votre commentaire et l’article?

    • « Sans quoi, ce seraient les conditions de vie indignes de XIX ème siècle qui reviendrait au galop pour les plus démunis ! »

      Oh, vous avez eu tout ceux qu’il fallait depuis 38 ans et pourtant le pays va s’effondrer dans un grand braoum qui va laisser vos plus démunis avec juste des escargots à bouffer.

      Mais content d’avoir le programme du NPA:
      « Des repris de justices et des escargots » ça claque plus que « du pain et des jeux » et c’est beaucoup plus amusant (à lire en tout cas)

  • Pour NPA:Certains gouvernants aiment se présenter comme des « Robin des bois », sous prétexte qu’ils prennent aux riches pour donner aux pauvres. La réalité est que Robin des bois combattait l’oppression fiscale du Prince Jean, et avait pour ambition de reprendre à celui-ci le produit des impôts iniques dont il avait accablé injustement les contribuables. Il combattait l’État. Le système de répartition par l’impôt n’a pas de légitimité morale, mais repose exclusivement sur la force. On peut sans doute préférer que la force soit celle du nombre plutôt que celle d’un tyran. Mais cela reste une question de force, et non de justice. Rien de tel, en effet, que de convaincre le contribuable qu’il est obligé de se sacrifier, au profit de ceux qui bénéficient des largesses du pouvoir : selon cette morale millénaire, « il est immoral de vivre de son travail, mais moral de vivre du travail d’autrui ; immoral de consommer ce que l’on a produit, mais moral de consommer ce que les autres ont produit ; immoral de gagner quoi que ce soit, mais moral de voler. C’est mal de profiter de son accomplissement, mais bien de profiter du sacrifice d’autrui. C’est mal de construire son bonheur, mais bien d’en jouir au prix du sang des autres. Ayn Rand, op. cit., p. 1029 (Atlas Shrugged – La Grève), Il est clair que, notamment face à l’impôt, l’individu est voué au sacrifice. Et il l’est, non pas en vertu d’un principe de justice, mais par une simple règle d’autorité

  • Un escargot peut pondre 100 oeufs, et jusqu’à 1 fois par mois.

    Si les écolos sont si préoccupés par le sort de ces bêtes, ils n’ont cas les élever..

    • Grave erreur de votre part… Les escargots d’élevage ne remplaceront jamais les fiers escargots sauvages qui gambadent en troupeau dans les plaines bretonnes au son dernier album de Nolwenn… Alors vos méchants chiffres qui prouvent qu’on peut sauver cette espèce avec une dizaine de tupperwares et un appart de 20m2 c’est vraiment méchant, méchant, méchant…
      @NPA: je pense aussi que si H16 était président les escargots retrouveraient les conditions d’existence effroyables qui étaient les leur au XIX… Et ça fait peur. Luttons camarade!!! 😉

  • « ce qui donne lieu a de croustillants articles dans une presse régionale toujours aussi friande de rebondissement localo-animaliers.  » Excellent. Certains faits divers traités dans le ouest-france valent également le détour (le 2nd degré des correspondants locaux est une bouffée d’air frais)

  • À l’extrême opposé de tata Christiane, il y a Joe Arpaio: http://fr.wikipedia.org/wiki/Joe_Arpaio

     » Eh bien, si ça ne vous plaît pas, ne revenez pas.  »

    « Les criminels n’ont pas à vivre dans le luxe jusqu’au moment de leur libération, pour ensuite aller commettre de nouveaux délits afin de retourner en prison et d’y jouir, aux frais des contribuables, d’une qualité de vie au-dessus des moyens de beaucoup parmi ces derniers »

    •  » il y a Joe Arpaio: http://fr.wikipedia.org/wiki/Joe_Arpaio »

      Il est culte ce type 😆

      « De plus, il décide de mettre en place ces chaines pour les femmes également et déclare : « Pour les femmes je n’ai rien rétabli du tout puisque je suis le premier dans l’histoire de l’humanité à les enchaîner. Exactement comme si c’était des hommes. Et vous savez pourquoi ? Par pur souci d’égalité. »4

      Il décide de faire élever un immense mirador au sommet duquel clignotent de gros néons roses qui annoncent « Places disponibles »
      « 

  • Une étude du FMI démontrerait que la baisse des dépenses publiques n’est pas la solution pour un pays et un seul : la France. Je n’ai pas tout lu mais cela ne semble pas du tout tenir la route :

    http://www.challenges.fr/economie/20121005.CHA1653/reduction-des-depenses-ou-hausse-des-impots-comment-epargner-la-croissance-en-reduisant-dette-et-deficit.html

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Pierre-Guy Veer.

Jadis un phare pour la liberté, les États-Unis sont maintenant en concurrence avec les pays autoritaires pour emprisonner leur population.

En effet, l’Oncle Sam abrite, relativement et absolument, la plus grande population carcérale de la planète. Et les disparités raciales sont effarantes ; les Noirs comptent pour 13,4 % de la population totale mais 37,5 % de la population carcérale.

Oui, il existe une composante raciste dans le système carcéral, particulièrement à cause de l’infâme guerre contre la ... Poursuivre la lecture

Par Pierre Farge.

En parallèle du Projet de loi pour la confiance dans l’institution judiciaire réduisant la peine des détenus faisant preuve de bonne conduite en détention, le garde des Sceaux entend maintenant leur donner les moyens d’assurer leur réinsertion. Cette ambition tient notamment à une réforme du travail en prison.

Une peine privative de liberté concilie plusieurs objectifs :

la protection de la société, la sanction du condamné, la défense des intérêts de la victime, la réinsertion du détenu.

Ce dernier poi... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

par h16

La France n'a pas de pétrole, mais elle a des idées. Plein. Malheureusement, à mesure qu'elles s'accumulent, on se rend compte qu'une majorité d'entre elles sont... pourries.

Et quoi de mieux que la capitale du pays pour illustrer que l'enfer est pavé de bonnes intentions, qu'elles sont glissantes et qu'on y dérape donc facilement au point de se faire mal ?

Prenez l'idée lumineuse qui consiste à remplacer, de force et pas trop doucement, les voitures, les camions et autres camionnettes, par toute une cornucopie de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles