Le développement durable, qu’on le veuille ou non

Pour les écologistes comme Pascal Canfin, ministre délégué au développement, peu importe la méthode : ce qui compte, c’est que nos comportements correspondent à sa vision.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Pascal Canfin ministre délégué au développement

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le développement durable, qu’on le veuille ou non

Publié le 4 octobre 2012
- A +

Pour les écologistes comme Pascal Canfin, ministre délégué au développement, peu importe la méthode : ce qui compte, c’est que nos comportements correspondent à sa vision.

Par Baptiste Créteur.

Pascal Canfin, ministre délégué au développement.

Le rêve écologiste de faire de la vie en harmonie avec la nature la priorité de tous les individus peut se faire de deux façons : on peut les sensibiliser et tenter de déclencher une prise de conscience et un changement consenti des comportements, et on peut procéder autrement. Pour les écologistes comme Pascal Canfin, ministre délégué au développement, peu importe la méthode : ce qui compte, c’est que nos comportements correspondent à sa vision.

Par exemple, si les individus ne veulent pas financer les ONG, il faut leur prendre leur argent pour le faire à leur place. Ainsi déclare-t-il dans les colonnes du Monde :

Le montant dont [les ONG] recevront la responsabilité augmentera dès 2013 et passera de 45 millions à 90 millions d’euros d’ici à la fin du quinquennat.

Il faut également aider les habitants de tous les pays à trouver leur voie. Ce n’est « pas la priorité » pour les uns, les autres « ne veulent pas se faire imposer de modèle » et les mieux lotis ont jusque là « le plus grand mal à s’engager dans la voie d’une transition écologique et à financer celle-ci ». En clair, personne n’a l’air d’adhérer à la vision écologiste, mais quand on est écologiste, on n’a pas vraiment à s’en soucier : c’est bon pour la planète, c’est bon pour les gens, on ne va quand même pas les laisser décider de ce qui est bon pour eux et de comment ils veulent vivre leur vie.

Pour les pays pauvres, [l’économie verte] n’est pas la priorité. Les pays émergents ne veulent pas se faire imposer de modèle. Quant aux pays riches, ils éprouvent le plus grand mal à s’engager dans la voie d’une transition écologique et à financer celle-ci.

Faisons ce grand bon en avant vers la transition écologique pour protéger « le bien public mondial qu’est le climat ». C’est sur le fondement d’une nature appartenant à tous que les écologistes souhaitent façonner le monde à l’image qu’ils s’en font, en créant de toute pièce une nature intacte.

Pourquoi n’y aurait-il pas d’autres biens publics mondiaux, comme la richesse, la culture et la recette de la pâte à crêpes ? Pascal a tranché : c’est le climat qu’il faut protéger contre tous ceux qui auraient d’autres priorités, comme de manger à leur faim ou habiter une maison confortable.

Et il veut aller plus loin :

Autrefois, développement économique et développement durable étaient deux notions distinctes. Il faut les fusionner.

Jusque-là, on mesurait le développement sur la base de critères comme le niveau de vie, l’espérance de vie et le nombre d’enfants qui vivent assez longtemps pour apprendre à lire. Bientôt, il faudra y ajouter la croissance harmonieuse des arbres et le volume sonore des oiseaux au petit matin…

Plutôt que prôner des solutions simples comme la propriété privée, les écologistes préfèrent se faire peur et faire peur aux enfants pour mieux décider à la place des autres.

Vous constaterez que dans toute la propagande écologiste, à part leurs appels à la nature et leurs plaidoyer en faveur de l' »harmonie avec la nature », il n’y a aucune mention des besoins de l’homme et des conditions nécessaires à sa survie. L’homme est traité comme s’il était un phénomène non naturel. L’homme ne peut pas survivre dans le genre d’état de nature que les écologistes envisagent, c’est-à-dire au niveau des oursins ou des ours polaires…

Pour survivre, l’homme doit découvrir et produire tout ce dont il a besoin, ce qui signifie qu’il doit transformer son environnement et l’adapter à ses besoins. La nature ne l’a pas équipé pour s’adapter à son environnement comme les animaux. Des cultures les plus primitives aux civilisations les plus avancées, l’homme a dû fabriquer des choses ; son bien-être dépend de sa capacité à produire. Même la tribu la moins avancée ne peut pas survivre sans cette soi-disant source de pollution : le feu. Ce n’est pas seulement un symbole que le feu ait été la propriété des dieux que Prométhée a apporté à l’homme. Les écologistes sont les nouveaux vautours qui s’agglutinent pour éteindre ce feu. (Ayn Rand,  » Return of the Primitive: The Anti-Industrial Revolution »)

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • L’écologie est une autre façon de présenter le communisme, lequel a montré, grâce à sa centaine de millions de victimes, qu’il était parfaitement apte à faire le bonheur de l’humanité.

    Il semble que l’écologisme a déjà, sur ce plan, bien avancé : la suppression du DDT a causé la mort de 500 millions de personnes depuis les années 60.

    Encore un petit effort, et il ne restera plus que 2 millions d’écolos sur Terre.

  • Le concept d’ONG financé par le gouvernement est juste … débile. par définition, une ONG subventionnée, ce n’est plus une ONG, c’est une agence para-gouvernementale

    • « Le concept d’ONG financé par le gouvernement est juste … débile. par définition, une ONG subventionnée, ce n’est plus une ONG, c’est une agence para-gouvernementale »

      Ça colle parfaitement avec le nouveau vocabulaire comme « rigueur » « économie », « juste », « relance ».

      Si la réalité ne colle pas il suffit de changer les mots.

  •  » les écologistes souhaitent façonner le monde à l’image qu’ils s’en font »

    ….ce qui est la caractéristique d’une psychose….

  • Il est amusant de constater que, tout en étant les premiers à démasquer les hommes de paille quand ils vont sont confrontés, vous êtes tout aussi prompts à en faire, cher Baptiste.

    Penser que le patrimoine mondial peut être naturel, n’exclut pas qu’il est aussi humain. La pâte à crêpe pourrait très bien en faire partie. D’ailleurs, ce n’est pas sur Terra Eco ou Le Journal de l’Environnement que l’on lit que la France devrait sortir de l’UNESCO … Donc question patrimoine mondial … Vous pouvez remercier M. de Poncins : http://www.contrepoints.org/2011/11/09/54627-faut-il-sortir-de-lunesco

    Et encore une fois, l’écologie est une science, les écologistes des scientifiques. Les partisans d’une protection des ressources naturelles sont des environnementalistes.

  • Bonjour,
    Oui c’est vrai, dans les pays pauvres, l’économie verte n’est pas une priorité!c’est la faim qui contrôle la politique.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

J'ai trop souvent prévenu que la richesse et la prospérité de l'Occident pouvaient disparaître en un clin d'œil à cause de politiques irrationnelles. L'Europe a pillé les dividendes de la paix de l'après-guerre froide, emprunté à la génération suivante et est maintenant confrontée à un hiver long et froid, sans autre choix que la misère. Tout cela en se pliant à une idéologie verte qu'elle ne peut plus se permettre économiquement et qu'elle semble incapable d'abandonner politiquement.

Après un départ émotionnellement brutal de ma carri... Poursuivre la lecture

Gloria Alvarez, la passionaria libérale, dit tout et c’est dans Contrepoints ! Elle s’exprime pour la première fois en France, et c’est dans Contrepoints.

Gloria Alvarez est une jeune femme influente. Auteur de trois livres, conférencière très sollicitée, en Amérique Latine en Espagne ou aux USA, hyper active sur les médias sociaux avec 377 000 followers sur Twitter et 242 000 sur Instagram, elle est sans doute l'influenceuse libérale féminine numéro un dans le monde ! Elle prône le libéralisme dans tous les domaines. Liberté, frontièr... Poursuivre la lecture

La future sobriété annoncée dans les principaux médias serait contrainte par la situation générale (covid et guerre en Ukraine).

Ces privations forcées (heureuses ?) deviendraient-elles aujourd’hui l’autre nom du rationnement que les Français ont connu pendant la guerre entre 1940 et 1945 ?

La cause est-elle à rechercher dans « la conjoncture » internationale, ou est-ce le résultat de l’impéritie et de l’incompétence des gouvernements successifs depuis au moins 15 ans ?

 

La sobriété serait vertueuse ?

Il est ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles