Une redevance télé sur les résidences secondaires… au nom de la justice sociale !

Logo France télévisions (tous droits réservés)

La télévision publique coûte cher. L’an prochain, vous serez plus nombreux à payer et certains paieront plus cher !

La télévision publique coûte cher. L’an prochain, vous serez plus nombreux à payer et certains paieront plus cher !

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

La télévision publique coûte cher. Il y a deux moyens de pallier ce défaut. Soit reconsidérer le périmètre d’intervention de la télévision publique (parmi toutes les chaînes existantes, n’y en aurait-il pas deux ou trois dont le succès tout relatif justifierait la fermeture ? N’y en a-t-il pas deux ou trois qui se chevauchent ?) et son mode de gestion (rappelez-nous combien a coûté le passage de Christine Ockrent, compagne de M. Kouchner alors ministre des Affaires Étrangères, à la tête de France 24 et pour quel résultat…) ou augmenter la pression fiscale sur le redevable. Dans la logique qui semble être la sienne, devinez ce qu’a choisi le gouvernement.

Le président de la Commission culturelle de l’Assemblée nationale, Patrick Bloche, fait le show en annonçant qu’il va déposer une motion proposant la création d’une redevance télé sur le résidences secondaires. Son raisonnement est que les recettes de cette redevance doivent augmenter, mais, a-t-il déclaré  lors des assises de l’audiovisuel organisée par la Scam (Société civile des auteurs multimédias), s’il est « favorable à une augmentation du volume de la redevance« , il considère que « cet accroissement de la redevance doit se faire dans un souci de justice sociale et pourrait passer par la restauration de la redevance sur les résidences secondaires« .

Justice sociale, le mot est lâché. Tout le monde sait que les « riches », possesseurs de plusieurs maisons ont aussi le don d’ubiquité, qu’ils ont la capacité d’être à plusieurs endroits à la fois et que ce sont de grands consommateurs de programmes télévisuels publics. Il est agaçant ce verbiage gouvernemental ! Pourquoi ne pas assumer ses choix idéologiques ? Pourquoi se sentir obligé de déguiser ses choix de lutte de classe derrière une pseudo notion de « justice » ? Ça dévalorise complètement et le mot et le concept. La justice, c’est justement l’égalité des citoyens devant la loi. Fixer le coût d’une redevance à un service non en fonction du service mais en fonction des revenus du cotisants, c’est tout sauf de la « justice » ! Ou alors, il faut aller jusqu’au bout de son raisonnement et considérer qu’il s’agit d’un service public et à ce moment-là en fiscaliser le financement et l’intégrer dans le budget de l’État.

Ceci étant, le camarade Bloche fait l’artiste, mais la décision est déjà prise au ministère. Filippetti a tranché. La redevance des résidences secondaire sera de 50% de celle des résidences principales. Je suis donc en mesure de vous en annoncer les montants : la redevance 2013 s’élèvera à 128€ pour votre résidence principale et 64€ pour votre résidence secondaire.

Mais ce n’est pas tout, le projet, que nous avions déjà évoqué, de soumettre les résidences qui, bien que ne disposant pas de tuner, d’antenne ou de poste de télévision, sont équipées d’ordinateurs connectés est retenu. Dès l’an prochain, si vous possédez un ordinateur connecté, vous serez redevable, même si vous n’avez pas de télé. Le moyen de recoupement fiscal sera l’abonnement ADSL ou au câble. Bien évidemment, nous ne voyons pas comment l’administration peut recouper la possession d’une clef 3 (ou 4) G ni un ordinateur portable. Enfin, voilà, vous êtes prévenus, la redevance à l’audiovisuel public (c’est son nom officiel) ne va pas augmenter de manière faciale, mais va élargir son assiette aux ordinateurs et aux résidences secondaires.

—-
Sur le web.