Enfin un Haut Conseil des Finances Publiques !

Un vrai défi à la logique économique et à la démocratie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Haut Conseil des Finances (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Enfin un Haut Conseil des Finances Publiques !

Publié le 27 septembre 2012
- A +

Un vrai défi à la logique économique et à la démocratie.

Un article de l’aleps.

Les socialistes n’hésitent pas à employer les grands moyens. La prochaine loi de Finances instaurera un Haut Conseil des Finances Publiques.

Haut par l’éminence de ses membres : sous l’autorité du Président de la Cour des Comptes, quatre magistrats de ladite Cour, renforcés par quatre personnalités nommées par le Sénat et l’Assemblée Nationale, donnent à la composition de ce Conseil fière allure.

Mais surtout Haut par ses attributions : d’abord vérifier que les hypothèses économiques sur lesquelles sont bâtis les budgets sont correctes, ensuite mesurer l’écart des résultats aux prévisions et s’assurer que la tendance est bien à la réduction des déficits, enfin alerter le Parlement en cas de dérive. Voilà sans doute de quoi rassurer les marchés financiers, ainsi que les Européens attachés à la règle d’or.

Le problème c’est que la prévision conjoncturelle est un art difficile, et pour tout dire prétentieux, car les prévisions sont faites à partir de modèles macro-économiques qui n’ont aucune réalité. Les vices fondamentaux de la planification s’y retrouvent : nul expert n’a d’information sur des événements dont il ne connaît même pas l’existence. Le Haut Conseil va-t-il dès sa naissance demander au Parlement de corriger le budget 2013 bâti sur une hypothèse de croissance de 0,8% alors même que les prévisionnistes (qui peuvent se tromper, comme on l’a dit) pensent à une croissance nulle voire à une récession ?

D’autre part, que signifie le vote de l’impôt et des dépenses publiques par le peuple, dès lors qu’il est mis sous bonne garde d’un Conseil, si éminent soit-il ? Nous ne bénéficions pas en France de démocratie directe comme en Suisse ni de referendum fiscal (comme aux États-Unis). La seule expression populaire est celle du Parlement, dont la représentativité est déjà très approximative. Si on met à son tour le Parlement sous tutelle, il ne restera rien de la démocratie, dont l’origine a été précisément le vote de l’impôt par les contribuables.

Fort heureusement, ce Haut Conseil sera une façade, comme la Cour des Comptes d’ailleurs. Mais une façade fâcheuse et coûteuse. Le Conseil tombera de Haut.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Votre Marianne ressemble à une péripathéticienne…

    • Tant que l’état se comporte comme un proxénéte de la république, Marianne effectivement ressemblera aux péripathéticiennes. Le jour où l’état sera au service des contribuables de la France (ce qui demande un refonte totale du systeme politique francais et évidemment un changement de personnel qui va avec) alors je serais le premier á demander au dessinateur Honzec de dessiner une femme fiére et confiante en l’avenir.

  • Et un « Conseil » de plus pour placer les copains et enfants de copains de l’ENA avec des revenus et avantages très intéressants et qui comme les autres ne servira à rien.
    Combien de fils « de » vivent aux crochets de nos impôts et de la dette ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En cette période charnière pour l’avenir de la France, nous ne demandons pas à un Président d’être intelligeant, charismatique ou empathique mais tout simplement d’être courageux !

Le mal français est bien identifié

Ce n’est pas la peine de refaire un état des lieux à chaque nouveau quinquennat. Nous connaissons tous les travers de notre pays et ceci depuis plus de 20 ans :

Un pays hyper-endetté

Au début des années 2000, l'endettement était encore conforme aux critères de Maastricht qui l'exigeait en dessous de 60 % du PI... Poursuivre la lecture

Fin octobre, dans la version révisée de son Projet de loi de finances pour 2022, le gouvernement annonçait les chiffres suivants pour 2021 : croissance à 6,25 %, déficit public à 8,1 % du PIB et dette publique à 115,3 % du PIB. Alors forcément, quand l’Insee a publié la semaine dernière sa première évaluation des comptes nationaux 2021, c’était la joie à Bercy. Croissance ? Un immense 7 %. Déficit ? Un tout petit 6,5 %. Dette publique ? Ramenée à 112,9 %. Du mieux partout, partout, partout !

 

Bonne nou... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Le dernier-né des rapports régulièrement consacrés à la question de l’audiovisuel public nous vient du Sénat. Il n’échappe pas à la règle propre à ce type d’exercices : comme ses (trop) nombreux prédécesseurs, ce document constate la gestion défaillante des sociétés de l’audiovisuel public, et propose comme d’habitude une augmentation du financement public et une nouvelle version du mécano institutionnel. Sans oublier, bien sûr, de prévoir la création de plusieurs  commissions et autres missions de préfiguration chargées de donner suite à ses... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles