Toxicité des OGM : les charlatans sont de retour

Gilles-Eric Seralini et le CRIIGEN renouent avec leurs méthodes pour imposer leurs convictions anti-OGM. Jouer la peur contre le débat serein, c’est un manquement caractérisé à l’éthique scientifique, voire tout simplement du terrorisme intellectuel.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints725 OGM

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Toxicité des OGM : les charlatans sont de retour

Publié le 21 septembre 2012
- A +

Gilles-Éric Séralini et le CRIIGEN renouent avec leurs méthodes pour imposer leurs convictions anti-OGM. Jouer la peur contre le débat serein, c’est un manquement caractérisé à l’éthique scientifique, voire tout simplement du terrorisme intellectuel.

Par Anton Suwalki.

Initiée par l’AFP le 19 septembre [1], la nouvelle s’est répandue en quelques heures dans les médias, journaux , radios et télévisions. Une étude parue dans la revue Food and Chemical Toxicology [2], conduite par Gilles Éric Séralini que nos lecteurs connaissent bien, effectuée sur des rats nourris au maïs GM NK 603 serait selon le Nouvel Observateur« une bombe à fragmentation : scientifique, sanitaire, politique et industrielle. Elle pulvérise en effet une vérité officielle : l’innocuité du maïs génétiquement modifié ». Rien que ça !

On rappellera néanmoins qu’en matière scientifique et sanitaire, toutes les bombes lancées par le CRIIGEN se sont jusqu’à présent révélées être au mieux des pétards mouillés. Les journalistes ont visiblement un gros problème de mémoire. Par contre, la bombe médiatique a déjà fait de gros dégâts.

Des nombreuses critiques, que nous tâchons de compiler, affluent déjà [3], loin du show visiblement organisé de longue date. Le gouvernement a d’autre part saisi l’ANSES, l’agence nationale de sécurité sanitaire.

En attendant que les experts rendent leurs conclusions après une étude approfondie de la publication, nous nous permettrons quelques commentaires, sur la forme et sur le fond, pour essayer de mettre en évidence que les méthodes de Gilles-Éric Séralini et du CRIIGEN n’ont malheureusement pas changé.

1/ Mise en scène et manquements à l’éthique scientifique :

Si cette étude s’avérait être une bombe à fragmentation, en tout cas c’est une bombe prête de longue date, et le CRIIGEN a pris soin de confier des briquets aux journalistes pour en allumer la mèche. Alors même que l’étude était encore sous embargo, Christophe Malaurie du Nouvel Obs. en dévoilait complaisamment la teneur dans des termes pleins de nuances : « OGM, le scandale . EXCLUSIF. Oui, les OGM sont des poisons ! ». On y apprend , bien que les auteurs déclarent, comme toujours, n’avoir aucun conflit d’intérêt, que ces révélations choc sont l’occasion de promouvoir la sortie de 2 livres, l’un de Corinne Lepage, ex-présidente du CRIIGEN, l’autre de Séralini (« Tous Cobayes !»), et du film éponyme de Jean-Paul Jaud, ayatollah vert.

Pas de conflits d’intérêts, vraiment ?

Pour renforcer le sensationnel, rien ne nous aura été épargné, des images chocs, jusqu’à une mise en scène conspirationniste totalement grotesque : « Jusqu’en 2011, les chercheurs ont travaillé dans des conditions de quasi-clandestinité. Ils ont crypté leurs courriels comme au Pentagone, se sont interdit toute discussion téléphonique et ont même lancé une étude leurre tant ils craignaient un coup de Jarnac des multinationales de la semence. Le récit de l’opération – nom de code In Vivo – évoque la très difficile récupération de semences de maïs OGM NK 603, propriété brevetée de Monsanto, par le truchement d’un lycée agricole canadien. Puis la récolte et le rapatriement des « gros sacs de jute » sur le port du Havre fin 2007, avant la fabrication de croquettes dans le secret le plus total et la sélection de deux cents rats de laboratoires dits « Sprague Dawley » »

Mots chocs, images chocs, tout était prévu pour faire le buzz et tenter de répandre un véritable climat de terreur : « Sauf que, dans cette nouvelle confrontation, le débat ne pourra plus s’enliser comme par le passé. Dés le 26 septembre, chacun pourra voir au cinéma le film choc de Jean-Paul Jaud, « Tous Cobayes ? », adapté du livre de Gilles-Éric Séralini, et les terribles images des rats étouffant dans leurs tumeurs. Des images qui vont faire le tour de la planète et d’internet, puisqu’elles seront diffusées sur Canal+ (au « Grand Journal » du 19 septembre) et sur France 5 (le 16 octobre dans un documentaire). Pour les OGM, l’ère du doute s’achève. ».

Malaurie, complice actif de ce cirque orchestré, ose tout de même conclure : « Pour les OGM, l’ère du doute s’achève. Le temps de la vérité commence ».

Pour la vérité scientifique, ça paraît en tout cas mal parti. Déjà, il n’est question que d’un OGM ici, et non pas des OGM. Ensuite, cette campagne orchestrée autour de la publication d’une étude avant même que les scientifiques n’y aient accès, donc qu’il soit possible de discuter de sa qualité et de sa portée, est destinée à abuser l’opinion déjà longuement travaillée par plus d’une décennie de propagande, et à miner le terrain du débat scientifique, voire à le rendre impossible. Jouer la peur contre le débat serein, c’est un manquement caractérisé à l’éthique scientifique, voire tout simplement du terrorisme intellectuel.

2/ Sur le fond, une étude dont certains manquements méthodologiques ressemblent à s’y méprendre aux précédentes… Ou comment sortir du bruit statistique qu’on produit les chuchotements qui semblent raconter ce qu’on a envie d’entendre !

Suite à venir sur Contrepoints.

Sur le web

Notes:

  1. Lien
  2. Séralini, G.-E., et al., Long term toxicity of a Roundup herbicide and a Roundup-tolerant genetically modified maize. Food Chem. Toxicol. (2012), http://dx.doi.org/10.1016/j.fct.2012.08.005.
  3. Marcel Kuntz ou Science Media Centre
Voir les commentaires (60)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (60)
  • Je ne trouve pas trace de faits juridiques avérés dans votre article…
    À part un jugement partiel au propos qui frise l’insulte, votre prose ressemble exactement à ce que vous reprochez aux personnes ayant mené cette étude de faire : de la propagande!

    Votre article est inutile dans le débat.

    • Pardon, pas juridique mais scientifiques…

    • Je ne vois pas ce que vous voulez dire par faits juridiques, ni où est ma propagande. Est-ce de la propagande que de dire que d’ organiser cette mis en scène pour court-cuiter le débat scientifique est malhonnête et relève du terrorisme intellectuel ?

      • comme corrigé dans le 2ème post, je voulais dire scientifique, et non juridique (effectivement, rien à voir…)

        Je fais juste remarquer que la syntaxe et les arguments que vous employez relèvent plus du discours de propagande que de l’argumentaire objectif.

    • L’article montre déjà qu’on est loin du chercheur désintéressé.
      Et puis pour l’analyse scientifique il est indiqué : « Suite à venir sur Contrepoints ».
      Donc si vous le voulez bien, attendez la publication de cette suite pour revenir discuter de la pertinence des arguments scientifiques.

  • Vous apporteriez quelques arguments concrets et contradictoires sur des elements précis de l’étude, votre article serait interessant… Pour l’instant, désolé mais cela reste au niveau de la conversation de comptoir (pour ne pas dire plus…).
    Certes comme vous dites, il ne s’agit que d’un seul OGM. Le problème, c’est que la réglementation qui a valide celui-ci a la commercialisation est la même que pour tous les autres !!! Au mieux, on peut donc conclure que l’incertitude est la même sur tous les autres OGM..

  • Il faut attendre la toute fin de cette article pour vraiment trouver quelques arguments. Alors certes ces experiences sur l’effet des OGM on ete menees sur seulement quelques maïs OGM, cependant, les resultats sont desastreux. Si l’auteur en a choisi de publier les resultats avant que toute la communauté scientifique n’en ait acces, il y a une raison a cela, les lobbys sont tellement importants ( on ne compte pas en millions, mais milliards!! d’euros) , on peut facilement imaginer les « contre etudes » immédiates appuyees par les plus grandes entreprises.
    Enfin, il semble probable que si vous rendez une espece resitante au désherbant, c’est que vous en avez vraiment alteré sa nature, et qu’en plus de poser d’eventuels risques sanitaires, elle est un véritable danger (et la tout le monde est d’accord!) pour la biodiversité!

    • oui les lobbys sont important! comment expliquer alors que malgré la « puissance écrasante » des lobbys industriels et malgré le fait qu’aucune études jusqu’à maintenant n’est démontré la moindre nocivité des OGM (et cette étude, lorsqu’on prend la peine de la consulter est contestable à plus d’un titre) les OGM soit toujours interdit en France? oui les lobbys sont très forts, les lobbys anti GOM en tout cas le sont….

  • Votre article ne vaut pas mieux que les méthodes que vous dénoncez … Phrases choques diffamation… Qui croire? Le craigne … Vous? Vous êtes les mêmes !

  • Monsieur Suwalki, que dire sinon que vous êtes un vrai désinformateur ; il me semble que « l’étude » n’a pas mis en évidence la nocivité d’un OGM mais la nocivité de l’usage du désherbant (« Round Up » pour le cas présent) qui est dans le process obligatoirement aspergé sur les sols cultivés. Personnelement le principe de modifier génétiquement des plantes peut être intéressant et représente une voie que l’homme doit pouvoir étudier ; par contre l’application de produits chimiques (désherbants) de façon systématique pour éradiquer la totalité les autres espèces vivantes sur un terrain mis en culture est enfin reconnu comme nuisible pour les espèces vivantes qui consommeront les plantes qui y seront cultivées y compris l’homme.

    • @Zeblux
      Un désherbant comme le Round Up, un simple glyphosate tombé dans le domaine publique depuis des lustres, ça n’éradique pas « la totalité les autres espèces vivantes sur un terrain mis en culture », ça n’éradique que les plantes et uniquement celles en phase de photosynthèse. Et ça a une persistance de tout juste quelques jours.

      Quand le Round Up est sur un végétal, le végétal… meurt et n’est pas consommé (je le rappelle au cas où vous l’auriez oublié !) ou s’il est consommé, ce serait en quantité infinitésimale par rapport aux insecticides ***naturels*** des plantes (je le rappelle au cas où vous l’auriez oublié !) et avec une toxicité bien inférieure à celle des insecticides ***naturels*** des plantes (listez par exemple tous les insecticides naturels que vous trouverez sur un céleri ou un thym, vous verrez par vous-même).

      Donc l’histoire « d’herbicides enfin reconnu comme nuisible pour les espèces vivantes qui consommeront les plantes », vous l’avez sorti du chapeau. C’est d’autant plus ahurissant que les herbicides modernes ont permis une révolution agricole avec des techniques comme le semis sans labour qui apportent d’immenses progrès dans la protection de l’environnement.
      Ce qui est reconnu comme nuisible, c’est les herbes, pas les herbicides.

    • « Monsieur Suwalki, que dire sinon que vous êtes un vrai désinformateur ; il me semble que « l’étude » n’a pas mis en évidence la nocivité d’un OGM mais la nocivité de l’usage du désherbant (« Round Up » pour le cas présent)  » …
      Le mieux serait de lire l’étude (allez, au moins faire l’effort d’en lire le titre « Long term toxicity of a Roundup herbicide and a Roundup-tolerant
      genetically modified maize) avant de me traiter de désinformateur, vous ne croyez pas ? Pour le reste, j’ai commencé par traiter du coup médiatique, les arguments sur le fond scientifique seront très bientôt publiés.

  • Je discute des chiffres de l’étude ici:

    http://stephanemontabert.blog.24heures.ch/archive/2012/09/20/ogm-une-etude-qui-tombe-pile-poil.html

    En résumé: l’auteur a utilisé une variété de rats connue pour développer naturellement des cancers avec l’âge, et tente d’en attribuer la responsabilité à leur alimentation. Et encore, les résultats sont maigres.

    • Il me semble que cet argument de tient pas. Ok, il a utilisé une souche de rats qui développe des cancers très facilement. Mais cela ne biaise en aucun cas le fait qu’il a utilisé la même souche de rats pour tous les groupes testés. Or, on trouve une plus grande occurrence de cancer chez un groupe nourri avec un maïs Ogm. Il peut y avoir des explications autre que l’ogm (par exemple, le mode de production derrière) mais dénigrer la souche de rats est scientifiquement inexacte.

      • « Mais cela ne biaise en aucun cas le fait qu’il a utilisé la même souche de rats pour tous les groupes testés »

        Visiblement, la notion de groupe-témoin vous échappe quelque peu. 😀

        • C’est l’hôpital qui se fout de la charité. L’important d’un groupe témoin, c’est qu’il soit égal toutes choses égales par ailleurs aux autres, sauf pour un paramètre qu’on cherche à étudier. Ici, c’est la même souche de rats pour tous les groupes. L’important n’est pas de savoir que cette souche de rats soit sensible aux cancers, mais les variations significatives entre les différents protocoles.
          L’accusation est d’autant moins fondé que les autres études réalisées par monsanto ont été effectuées sur la même souche de rats. Il ne me semble pas que quiconque est alors crié au scandale scientifique.
          Aller, il y a des choses à critiquer dans cette étude, mais ce n’est pas sur ce point là. Un peu d’honnêteté que diable!

          • « L’important n’est pas de savoir que cette souche de rats soit sensible aux cancers, mais les variations significatives entre les différents protocole »

            Les rats de la variété choisie, Sprague-Dawley, sont 45 % à développer une pathologie cancérigène, sans la moindre intervention extérieure. Ce défaut est connu depuis 1973 dans la littérature scientifique. Ils sont donc inappropriés pour toute étude de longue durée sur les cancers, et je ne doute pas que le professeur Séralini l’ignore. Il a délibérément choisi des rats contractant des cancers quoi qu’il arrive – le meilleur moyen de prouver son point de vue, photos choc à l’appui.

            Un peu d’honnêteté, que diable, disiez-vous?

    • La variété de rats Sprague-Dawley est utilisée dans la plupart des recherches en toxicologie sur les OGM, y compris dans la plupart des études menées par Monsanto. Il n’y a donc rien de suspect dans ce choix.

      • Je cite Stéphane Montabert :

        Les rats utilisés par Séralini sont bien les mêmes utilisés pour l’homologation des maïs OGM de Monsanto, c’est Séralini qui le dit lui-même. Et il sait très bien à quelle manipulation il se livre en omettant la vérité.

        Les rats en question – de la souche dite de Sprague-Dawley – sont inappropriés pour des recherches toxicologiques à long terme, parce qu’ils sont connus pour développer des cancers en vieillissant. De toutes les souches, c’est la pire: 45% des rats développent spontanément un cancer.

        Cet effet est connu depuis 1973, et frappe plus ou moins toutes les espèces de rat.

        http://www.ratbehavior.org/TumorSpaying.htm

        C’est la raison pour laquelle on ne fait pas ce genre d’étude avec des rats mais avec d’autres animaux, qui ne développent pas spontanément des cancers. Les recherches de Monsanto basées sur ces rats sont valides, parce qu’elles reposent sur une période de validité pour laquelle les rats sont appropriés. L’étude de Séralini ne l’est pas, en employant les mêmes rats, exactement pour les mêmes raisons.

  • A tous les commentaires, ile me semble que l’auteur de l’article parle avant tout de la communication et de la mise ne scène de cette étude, faite par des gens connus pour leurs études scientifiques sugettes à caution (pour mémoire, le directeur du criigen est un médecin acupuncteur et osthéopathe, peu de lien avec les ogm…).

    Pour qu’il y ait débat scientifique, il faut encore pouvoir voir l’étude citée, en mesurer les paramètres et pouvoir reproduire l’expérience, sinon rien n’est démontré scientifiquement.

    Ces gens là ont d’ailleurs plusieurs fois publié des articles non vérifiés ensuite.

    L’argument comme quoi els lobbyistes comme monsanto entereraient ces études relève de la plus haute fantaisie et de l’habituelle théorie du complot, parfaitement grotesque. Pour information, les lobyistes anti OGM sont bien plus forts, la preuve en France !!!

    Dans n’importe quel autre pays de l’OCDE, il y a des débats sereins sur les OGM, sauf en France ….

  • voici quelques info pour ceux qui ont du mal à croire que cette étude est bidon: http://www.sciencemediacentre.org/pages/press_releases/12-09-19_gm_maize_rats_tumours.htm

  • maintenant, pour se faire un opinion sur le « scientifique » à l’origine de ce pétard mouillé: http://www.agriculture-environnement.fr/A-la-Une,6/seralini%E2%80%89-le-prix-de-l-ego.html

  • Comme d’habitudes, les pro OGM vont contester la validité de cette étude, mais ce qui m’agace profondément, c’est qu’ils ne donnent jamais les sources des études validant les OGM, par qui? quel labo? sur quelle durée?

    on a toujours droit à « de nombreuses études scientifiques ont validé l’inocuité des OGM »

    le mérite de l’étude du Pr Gilles-Eric Séralini
    est de fournir toutes ces informations

  • rapport aux lobbies, il existe un lobby anti-OGM diligenté par la grande distribution. L’équipe à l’origine de cette affaire n’est pas plus totalement « indépendante » : leurs travaux ont, entre autres, été financés par l’association Ceres, qui rassemble notamment des entreprises de la grande distribution. Or, Auchan ou Carrefour ont basé une partie de leur stratégie marketing sur la promotion des produits sans-OGM, c’est à dire sur la promotion des produits dit dans le jargon marketing « bio ». Or, ces produits « bio » sont vendus bien plus cher et sont donc clairement plus intéressante au regard des marges de la grande distribution…

  • Pour ceux qui veulent un argument scientifique (parmi tant d’autres) sur l’irrecevabilité du l’étude Seralini : quand on travaille sur un groupe témoin de n=10 individus, on sait n’importe quelle donnée sera affecté par l’intervalle de fluctuation défini par 1/racine(n), soit 30% ici (programme de stats, niveau seconde !).

    Ce qui veut dire que le chiffre de 50% de cancer chez les femelles avancé par Seralini correspond en fait à 20% à 80%, par le fait du SIMPLE HASARD (pour réduire une incertitude aussi énorme, il faut augmenter la taille de l’échantillon). Donc rien que les connaissances de stats niveau lycée permettent de dire que l’étude de Seralini n’a aucune valeur scientifique vu que ses chiffres sur le taux de cancer entre rats témoins et rats OGMisés sont statistiquement indiscernables (les intervalles de fluctuation se recouvrent).

    C’est pour ça que Seralini n’a fait aucun traitement statistique sur les taux de cancer ou sur la mortalité, il s’est contenté de faire de la statistique sur une cinquantaine des données biochimiques qui n’ont aucun rapport avec ses conclusions tonitruantes sur le cancer. Mais ça permet de tromper le couillon et c’est ça l’essentiel, venant d’un hystérique anti-OGM, quelle surprise.

    • Personnellement, je n’ai pas cherché plus loin (niveau correct en Statistique en Master). Dire que cet individu enseigne à la Fac, ça laisse perplexe sur le niveau et le biais idéologique.

  • C’est une belle illustration de la « stratégie du choc » chère à cette idiote de Naomi Klein (qui avait poussé le vice jusqu’à employer la méthode dans le bouquin même qui prétendait la dénoncer chez les autres)…

    Photos effrayantes, vocabulaire hyperbolique, et affirmations douteuses pour taper un grand coup sur les lecteurs/spectateurs dans le but d’assomer leur sens critique et leur faire avaler les lubies, idéologie incluse, de ces véritables « acteurs marketing ».

    Pour ce qui est de l’étude de Séralini… des chiffres de mortalité sur des groupes de 10 (dix) individus sans évoquer la moindre notion de variance, c’est … du bruit ! C’est à croire que plus aucun journaliste ne sait lire une étude scientifique. D’ailleurs à en lire les publications du professeur John Ioannidis, il semblerait carrément que les scientifiques eux-même ne savent presque plus écrire d’étude rigoureuse: depuis des années la majorité des conclusions scientifiques publiées sont fausses, et une grande part des résultats de tests cliniques pourtant considérés comme sérieux sont irreproductibles quand on essaie…

    Il y a quelque chose de gravement pourri dans le monde de la recherche scientifique 🙁

  • salut
    il y a qq chose que je n’ai pas compris dans l’opposition aux OGM, c’est justement ce coté massif. Le mécanisme est considéré comme néfaste, alors ‘naturellement’ sous sommes tous des OGM.
    Que l’on critique une modification précise d’une plante (par exemple un plant de tomate qui secrète du cyanure), cela est recevable.
    Mais ici c’est toute les modifications artificielles qui sont critiqués. En fait c’est bien le terme d’artificielle qui fait peur. La nature est bonne, ce qui est naturel est bon. L’agriculture chimique c’est le mal.
    On peut prouver qu’un plant modifié soit dangereux, cela ne remet pas en cause les autres OGM.

    • A noter Carrefour est la 347e entreprise au niveau mondial (classement Forbes 2012) : Monsanto occupe le 396e rang. Mais curieusement les méchantes multinationales ne le sont plus quand elles financent les études anti OGM. D’autre part, nos amis de la nature restent bien insensible face à la cruauté des chercheurs à l’égard de pauvres petits rats qui ne leur ont rien fait.

    • ben si, tu as bien compris : c’est effectivement une opposition au principe même de l’artificiel, de l’action de l’Homme.

  • Ce que l’étude montre c’est que ce maïs OGM est toxique. Il a été développé par Monsanto pour sa compatibilité avec le Rouns Up, autre produit Monsanto. Cela ne veut pas dire que tout OGM est intrinsèquement toxique. Il faut donc intensifier la recherche sur les OGM et ne pas laisser le champ libre à des entreprises dont le seul but est de faire du profit à court terme. L’obscurantisme de pseudo écolos fait le lit du mercantilisme.
    (2) En Europe (en avance sur le reste du monde dans ce cas), la procédure REACH s’impose pour les produits chimiques. C’est à l’industriel vendeur de faire la preuve que les produits qu’il vend sont inoffensifs, engageant sa responsabilité pénale. Cette procédure commence à fonctionner même si la quantité de produits à homologuer pose problème. Par contre, elle ne s’applique pas à l’agriculture ni aux produits pharmaceutiques. Trouvez l’erreur!!!

    • @ Tamsir Ba :

      Une entreprise comme monsanto ne va pas risquer son existence et sa réputation pour des profits (??) à court terme, c’est idiot.

      Trouvez donc une seule victime des OGM alors que cela fait des dizaines d’années qu’ils sont utilisés. Ce devrait être facile, la moitié de la planête (saufs d’irréductibles gaulois) les utilise de façon intensive.

      Trouvez l’erreur !!

    • Tamsir Ba : « En Europe (en avance sur le reste du monde dans ce cas), la procédure REACH s’impose pour les produits chimiques. »
      —————————————
      En avance, ça c’est à voir. REACH est une tentative de suicide économique décrétée par des chimiophobes à Bruxelles par pure idéologie. Ca va finir comme d’autres idées bureaucratiques débiles comme le protocole de Kyoto dont l’Europe prétend être le porte -lance : à la poubelle.

    • REACH est une stupidité bureaucratique de haut vole qui ne conduira qu’a un seul résultat : l’appauvrissement de l’Europe.

  • Reste que nous avons très besoin de gens qui cherchent à prouver que tel produit (un OGM en l’occurrence) est nocif, même quand il est autorisé.

    Qu’on leur tape dessus sans pitié parce que cette étude est mal faite, quelle ne vise qu’à vendre de la peur en livre et en journal, etc., tant qu’on voudra. Il est possible que ça se termine comme la fameuse étude sur la mémoire de l’eau (pourtant publiée dans une des plus prestigieuses revues).

    Qu’on leur tape dessus parce qu’il ont des intentions et qu’il vomissent les OGM, ça, non.
    Il faut bien croire un minimum à la dangerosité d’un produit pour chercher à la prouver, donc les anti-OGM remplissent une mission de salubrité publique en cherchant la petite bête. Et si des gens en profitent pour faire leur beurre médiatique, tant pis, c’est un autre sujet (celui de la mauvaise foi et de la nullité des media) qui ne doit pas interférer

  • Force est de constater que les journalistes et les écologistes sont des charlatons médiévaux.
    Le bussiness de la peur leur rapporte à qui des voix à qui des ventes. Sciemment la presse déforme, désinforme et propage la peur.
    BRAVO au nouvel obs !

    • Critiquer la presse de façon générale, et se déclarer pour la liberté ma toujours laissé dubitatif.

    • Il y a effectivement des écologistes qui utilisent la peur comme un argument, mais c’est une pratique qui n’est pas propre aux écolos. Généraliser sur « les écologistes » montrent une profonde méconnaissance de ce courant et de la complexité du monde de manière générale. C’est comme si je disais « les libéraux sont égoïstes », ça ne veut vraiment rien dire du tout.

      • Tout l’argumentaire des écologiste est basé sur la peur : peur des maladie, peur du réchauffement, peur du nucléaire, peur de la baisse de la biodiversité, peur des « déséquilibre », peur des OGM, peur des pesticides, peur des produits chimiques…Ils ne fonctionnent que sur la peur, c’est leur fond de commerce

  • Un scientifique sur RMC a cassé hier cette pseudo étude avec plusieurs arguments évidents et très intéressants.
    La race des rats utilisés dans l’étude notamment développent les même tumeurs naturellement avec une nourriture qui leur est adaptée et dans exactement les même délais (donc sans OGM).
    Depuis le temps que les OGM sont utilisés dans l’agriculture, il n’y a jamais eu le moindre problème sur la planète.
    Cette étude ne peut convaincre que nos politiciens précautionneux, jusqu’à dégonflement complet de la dite étude.

    • Euh, il y a surtout le fait que les groupes de test font 10 individus et qu’aucun calcul statistique n’a été fait ! Avec n=10, la seule chose dont on peut être sûr c’est que chaque groupe devrait normalement avoir entre 2 et 8 rats atteints de cancer. Et comme tous les groupes testés et controles sont dans cet intervalle, ça veut dire que les résultats de l’étude ne sont en rien significatifs, statistiquement.

      Bref, c’est que du bruit.

  • De toute les manières le débat sur les OGM est plié depuis longtemps.
    Les khmers verts ont gagné, ils en rajoutent une couche de temps en temps histoire de ne pas lâcher la pression…
    Un militant déguisé en chercheur ne pouvait arriver à d’autres conclusions.
    Petite réflexion pour élargir: l’Europe latine, et en France en particulier, sont des cultures profondément marqué par le catholicisme (n’en déplaise à certains gauchiste anti-cathos c’est bien le cas) et dans une culture où l’on mange son dieu (eucharistie) on ne déconne pas avec la nourriture. Les protestant (anglo-saxons) n’ont pas le même rapport à la nourriture que nous.
    Il suffit ensuite de jouer sur les inconscients collectifs…FACILE

    • Mort de rire la la lecture de cet article stupide. Ca pue le conflit d’intérêt, le plus risible, mais je sais pas si l’on doit rire, la publicité pour les insecticide qui apparait en bas de cet article.
      On dirait du charlie hebdo, faire du bruit pour pour faire parler de soit.
      Les italiens ont fait les même constatations que les français une proportion totalement anormale de cancer chez les rats nourris aux OGM. Pour information un article sur la firme monsanto sur le truc que vous mettez dans votre jardin, le Roundup http://fr.wikipedia.org/wiki/Roundup

      • « Les italiens ont fait les même constatations que les français une proportion totalement anormale de cancer chez les rats nourris aux OGM »

        Effectivement depuis 20 ans les vaches ce trimballent avec d’énorme cancers (que tout le monde fait semblant de ne pas voir) et on meurt tous de plus en plus jeune.

        « Greenpeace à été décoré par CORE (Congress of Racial Equality) du prix de GreenPeace-black DeAth AwarD pour avoir apporter misère et mort dans les pays en voie de développement, par les millions dépensés à faire pression sur les compagnies ou les gouvernements pour dénier les bénéfices de la technologie moderne aux nations pauvres ravagées par la malaria, la dysenterie et la malnutrition…Le porte-parole de core précise et accuse : « Ils savent que leur programme a un effet dévastateur sur les familles, les communautés et tuent des millions chaque année. Mais ils ne reculent pas »

        On estime à 40 millions de morts, comme à la dernière guerre, les victimes de la malaria en Afrique parce qu’on a empêché ces pays d’utiliser, même intelligemment, le DDT; « 

    • ah et puis on attend de vrais argument sur la méthode (et non sur la bonne opération de communication pour une parution d’étude) du grand critique Suwalki. Un peu d’esprit critique moussaillon.

      • 10 rats par échantillons cela ne permet pas de faire de vrai statistiques, n’importe quel scientifique sait cela et n’importe quelle personne raisonnablement sensée ET honnête…

        • Je suis assez sceptique sur cet argument, voire franchement en désaccord. Certes, des échantillons de 10 individus c’est pas la fête, mais on peut parfaitement faire des stats dessus.

          Il y a même un champ complet des stats « dédiés » a ce type d’échantillonnage: les stats dites non paramétriques (ne faisant pas d’hypothèse sur la normalité des séries de données ou des résidus de régression)… Les tests de Mann-Witney, les correlations de Spearman sont parmi les plus connus…

          Le vrai problème du papier de Seralini serait apparemment (mais je ne l’ai pas encore lu), l’absence complète de stats…

      • C’est fait, sur le fond l’étude est pitoyable : c’est de vous maintenant qu’on attend de « vrais arguments » !
        http://imposteurs.over-blog.com/article-etude-du-criigen-sur-le-mais-nk-603-une-bombe-mediatique-et-apres-2eme-partie-110394855.html

  • bla bla bla habituel, stérile et évidemment ne sert que la propagande …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie MP.

Vous vous rappelez l’étude Séralini ? Vous vous rappelez ces photos de rats hideusement déformés par de multiples tumeurs cancéreuses trois fois plus grosses qu’eux ? C’était en 2012 et Le Nouvel Observateur, se prenant pour le vaillant lanceur d’alerte que le monde attendait, allumait alors avec succès l’épouvante anti-OGM en titrant « Oui, les OGM sont des poisons ! » À ces mots, la planète écolo ne se sentit plus de joie, la moustache de José Bové, grand arracheur de maïs transgénique, se mit à frétiller de plus bel... Poursuivre la lecture

Un article de l'Association Française des Biotechnologies Végétales.

En septembre 2012, le professeur Gilles-Eric Séralini publie dans Food and Chemical Toxicology un article qui fait sensation en affirmant qu’un maïs génétiquement modifié NK 603 induisait des tumeurs sur des rats. Face à la contestation de cette étude par la communauté scientifique, Gilles-Eric Séralini se défend en affirmant que les études à 90 jours exigées par l’Union Européenne sont bien trop courtes pour révéler des effets qui se manifestent à bien plus long term... Poursuivre la lecture

L'écologisme, tel qu'il est défendu actuellement, ne correspond plus à l'idéologie de gauche qui se voulait "progressiste", comme l'expliquait très justement l'éditorialiste du Nouvel Obs Jacques Julliard.

Un texte de Jacques Julliard présenté par Marcel Kuntz.

[caption id="attachment_223483" align="aligncenter" width="640"] Ashley Van Haeften-rat sur maïs(CC BY 2.0)[/caption]

 

Il y a trois ans, le 19 septembre 2012, le Criigen, l’organisation anti-OGM créée par la politicienne et avocate Corinne Lepage, publ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles